A paraitre dans le JDF- « L’Etat est mort, Vive l’état! »

Le lecteur astucieux aura remarqué que le premier E dans Etat est avec une majuscule, tandis que le deuxième est avec une minuscule…Aussi curieux que cela paraisse, j’ai écrit ce livre avec les lecteurs du JDF en tète.Depuis plusieurs années, je me fends d’une chronique bimensuelle dans votre hebdomadaire et à chaque fois je laisse mon adresse email.Beaucoup d’entre vous m’ont écrit et j’ai pu lier avec certains des relations épistolaires par email, et une conviction s’est imposée à mon esprit à la suite de ces correspondances; Les lecteurs du JDF sont très inquiets de la situation d’endettement chronique dans laquelle notre état est tombée. Mais ils ne maîtrisent pas, ou mal, l’ensemble des données qui leur permettrait de se faire une opinion. Et c’est bien normal. Ce n’est pas leur métier. J’ai donc décidé d’écrire, avec l’accord de mon éditeur un livre qui serait un peu un « petit précis de la dette étatique à l’usage de chacun », ce qui permettrait a chaque lecteur de se faire une opinion par lui même. Que le lecteur me comprenne bien. Je ne fais pas cela pour accroître mon tirage ou ma notoriété. J’ai 67 ans, je suis lu tous les jours dans le cadre de mon métier par les responsables des politiques d’investissements de plus de 750 sociétés de capitaux dans le monde et j’ai passé depuis longtemps le moment où je cherche a faire croire mon ego. J’ai ramassé tellement de coups dans les marches financiers depuis quarante ans que ce pauvre ego est un peu racorni. En revanche, j’aime passionnément mon pays et je suis affole de ce que je lis et entends. Je veux donc donner au lecteur du JDF qui se trouve aussi être un Citoyen les moyens intellectuels de peser sur le débat publique à leur niveau.A la lecture de mon livre, qui reprend bien des points que j’ai déjà traite dans le JDF chaque lecteur aura compris du moins je l’espère les enjeux auxquels notre pays va devoir faire face dans un avenir très proche. A lui, ensuite de prendre ses décisions, en tant qu’investisseur et en tant que citoyen. Ce livre est abondamment illustre de graphiques qui sont tous forts simples.Pour permettre a chacun de suivre l’évolution dans le temps de ce que je présente comme évidence, j’ai crée un site qui s’appelle https://faillitedeletat.wordpress.comTous les graphiques seront mis a jour régulièrement, ce qui fera de mon livre un livre à la fois interactif et évolutif. Chacun pourra suivre l’évolution des variables que j’ai identifie comme étant les plus importantes en temps réels. Les intervenants pourront me poser des questions dans l’espace prévu à cet effet, s’ils le souhaitent. Je m’efforcerai d’y répondre. Bref, j’ai initie un dialogue avec les lecteurs du JDF il  y a déjà longtemps.J’aimerais l’approfondir, mais cela dépend de vous, lecteurs.

Ce livre est un peu une bouteille à la mer…

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Articles de presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour A paraitre dans le JDF- « L’Etat est mort, Vive l’état! »

  1. Ping : Charles Gave se fait multimédia : un livre évènement et un blog pour dialoguer avec ses lecteurs « le blog a lupus…un regard hagard sur l'écocomics et ses finances….

Les commentaires sont fermés.