Petit précis à l’usage des investisseurs boursiers. A paraitre JDF

Règle numéro 1

Privilégier le bilan et non le compte d exploitation.
Beaucoup achètent un titre et dés que ce titre est monté de plus de 20%, ils le vendent.
Par contre si le titre baisse, ils le gardent soigneusement
Moyennant quoi, au bout de quelques années, il ne reste plus dans le portefeuille que les mauvais choix.Dans la réalité, il faut faire exactement l’inverse.
Si un titre baisse sur son plus haut de 10% ou 15% ou par rapport à son cours d’achat, il faut le vendre toutes affaires cessante. Celui qui suivra cette règle systématiquement se retrouvera au bout de quelques années avec un portefeuille regroupant tous ses bons choix puisque le marché aura éliminé tous les mauvais et son bilan montera années après années alors même qu’il dégagera des pertes la plupart du temps.

Règle numéro 2

Le cours d achat n’aucun intérêt, si ce n’est pour les impôts. La valeur du titre est égale au cours de bourse d’aujourd’hui, point barre.
Ce qui implique que faire des moyennes en baisse est la façon la plus certaine de se ruiner puisque non seulement vous n’avez pas vendu les saloperies mais vous en rajoutez…

Règle numéro 3

Celle du cafard dans la cuisine.
Le lecteur aura remarqué qu’il n y a jamais un seul cafard mais que l’apparition d’un seul de ces charmants insectes en annonce bien d’autres. Il en est de même pour les mauvaises nouvelles, soit sur un titre, soit sur un secteur, soit sur une économie.
Que le lecteur se souvienne…
En juillet 2008, la BNP annonce qu’elle ne peut pas calculer la valeur de la part de certains de ses fonds monétaires en raison de l’incertitude à mettre un prix sur certains actifs liés aux subprimes. C’était le premier cafard d’une longue, très longue série.
Il fallait vendre à ce moment là et à tout le moins toutes les financières sans prêter aucune attention à tous les commentaires rassurants.

Règle numéro 4

Cette dernière est plus psychologique: l’action que vous détenez ne sait pas que vous l’aimez. Tomber amoureux d’un titre parce que l’histoire est belle, c’est substituer son jugement à celui collectif du marché. Cela marche rarement…

Ainsi vont, de mon expérience, les quatre règles très simples à suivre, faciles à comprendre et qui ne demandent qu’une grande discipline. La quasi totalité des grands gérants mythiques que j’ai connu les suivait sans problèmes, je m’y astreins.Il n’y a aucune raison pour que les lecteurs ne les suivent pas aussi, s’ils le souhaitent.

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article, publié dans Articles de presse, Billets d'humeur, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Petit précis à l’usage des investisseurs boursiers. A paraitre JDF

  1. Ping : Quatre règles à suivre dans la gestion de portefeuille par Charles Gave « le blog a lupus…un regard hagard sur l'écocomics et ses finances….

  2. Kun dit :

    Bonjour Mr Gave,
    Je ne comprend pas bien votre règle N°2.
    Salutations

Les commentaires sont fermés.