Notes de lecture Le Cri du Contribuable n° 89 octobre 2010

Dans un essai à paraître, Charles Gave annonce la révolution qui touche les États providence, pournotre plus grand bien. Extraits exclusifs.

 

« Ce n’est un secret pour personne, la part de l’État dans l’économie française ne cesse de croître depuis le début des années 1970. Logiquement, cette « préférence » pour une consommation collective aurait dû être financée par un accroissement des recettes fiscales, c’est-à-dire par un alourdissement des impôts.Il n’en a rien été. Le dernier budget voté en équilibre dans notre pays remonte à 1973 ; depuis, pour financer ces accroissements de dépenses,l’État n’a cessé de recourir à l’emprunt.Cette calamiteuse habitude a conduit à  une explosion de la dette, qui atteint un niveau tel que les marchés financiers risquent très prochainement de refuser de continuer à nous prêter de l’argent. C’est ce que l’on commence à voir en Grèce, en Irlande, en Espagne, auPortugal… Il va donc falloir, et à brève échéance, ajuster les dépenses aux recettes. (…)

Pour garder ses privilèges, ce qu’il faut bien décrire comme une classe sociale,puisqu’elle bénéficie de privilèges que le reste de la population ne connaît pas, a besoin que l’État (dont elle a pris le contrôle) ait un poids sans cesse croissant afin de pouvoir continuer à distribuer des prébendes non gagnées à leurs mandants, condition sine qua non de son maintien au pouvoir. Or, comme cette classe ne produit rien, la seule façon de financer ces droits non gagnés est de recourir à l’emprunt. Mais la route de l’endettement est en voie d’être coupée et c’est une très bonne nouvelle. Le personnel politique représentant notre social-clientélisme ne va plus pouvoir emprunter en donnant en gage les Français du futur. Il ne peut pas non plus augmenter les impôts qui pèsent sur le reste de la population, de crainte de créer une dépression et/ou une révolte des assujettis à l’impôt, dont leurs propres troupes. Le social-clientélisme, qui par construction ne peut s’autofinancer, va disparaître.

Le propos de ce livre est donc d’expliquer que ce qui s’est produit pour l’Union soviétique va frapper notre système politicoéconomique et pour les mêmes raisons. La logique est la suivante : le socialclientélisme s’appuie à l’intérieur de nos économies sur de vrais bastions constitués selon des principes organisationnels qui, toujours, récusent le libre choix des consommateurs, transformés en usagers, et qui sont donc par essence totalement conformes aux pratiques qui avaient cours en Union Soviétique.(…)

Ce que j’annonce est en fait une révolution.

Les révolutions sont rarement populaires dans les classes dirigeantes qui sont en train de se faire virer. Mais si une révolution se définit comme la superposition d’une fin et d’un commencement, il est tout à fait évident que nous sommes en train d’entrer dans des temps révolutionnaires.Les Chinois utilisent le même idéogramme pour parler de « crise » et d’« opportunité».

Nous sommes en train de rentrer dans la crise de l’État providence, ce qui va créerd’immenses opportunités. Les temps qui viennent vont donc être incroyablement passionnants.

Charles Gave, « L’État est mort, vive l’État ! »,

Bourin éditeur, 165 p., 19 􀀅

Une seule solution,

la révolution !

« Certains lecteurs me font peut-être

l’honneur de le savoir, j’ai déjà publié      

quelques petits pamphlets économiques que

j’espère éclairants et divertissants, allant

d’une tentative d’explication de l’absurdité

de l’euro (en 2003), ce qui saute aux yeux

de tout le monde aujourd’hui (« Des Lions

menés par des ânes »), à une tentative,

tremblante, de relecture des Évangiles par

l’économiste libéral que je suis (« Un libéral

nommé Jésus »), en passant par un essai de

prospective (« C’est une révolte ? Non, Sire,

c’est une révolution. L’intelligence prend le

pouvoir ») et enfin une analyse de la crise

financière et bancaire de 2008-2009 (« Libéral

mais non coupable »).

Cependant mon métier n’est pas d’écrire

des essais, mais d’aider des institutions

financières dans le monde entier à gérer

les capitaux qui leur sont confiés par leurs

mandants et parfois de les gérer moi-même.

Depuis quarante ans, j’essaie donc de

comprendre les relations qui unissent les

économies, les marchés financiers et les

systèmes politiques, tâche ingrate s’il en est

mais ô combien nécessaire. Ayant compris, ou

pire, croyant avoir compris, je vais expliquer à

qui veut bien me payer la façon dont devraient

être déployés les capitaux dont il a la charge.

Si je me suis trompé, je suis viré ; si j’ai eu

globalement raison, mon contrat est renouvelé

pour une année supplémentaire.

Le lecteur comprendra que si je me

trompe, mon niveau de vie s’en ressent

immédiatement et que je n’ai donc vraiment

pas intérêt à me fourvoyer, ce qui bien sûr ne

veut pas dire que cela ne m’arrive pas… » 

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Notes de lecture Le Cri du Contribuable n° 89 octobre 2010

  1. simple citoyen dit :

    J’avoue que je compte les heures pour enfin lire votre dernier opus.
    J’espère que vous nous aurez laissé quelques portes ouvertes afin d’avoir le plaisir d’en débattre avec vous.
    Merci.

  2. Bonjour,

    Pleins de portes et c’est aussi l’avantage des graphiques; ils prêtent à discussion.
    Amicalement,
    C.G

Les commentaires sont fermés.