Elections US et marchés financiers Article à paraitre dans le JDF

Une plaisanterie court les Etats-Unis en ce moment : le mandat de monsieur Obama serait le deuxième mandat que les Américains ont refusé à l’ex Président Carter. Derrière la cruauté du bon mot une triste réalité : l’administration Obama  est en train de faire exactement les mêmes erreurs que la très regrettable et très peu regrettée administration Carter en son temps.

Outre de troublantes similitudes dans les domaines de la politique militaire ou de la diplomatie (que je ne suis pas assez compétent pour traiter ici), il existe un incroyable parallèle à établir dans les domaines économiques mais surtout monétaire. Que le lecteur en juge : comme à l’époque, l’administration Obama croit que sans croissance de l’Etat, il ne peut y avoir de croissance économique.

Comme à l’époque, il faut à tout prix faire baisser le taux de change de la monnaie US pour relancer la croissance par les exportations, sinistre canard de tous les mercantilistes obtus dans l’histoire.

Comme a l’époque, le problème est « l’excès d’épargne » et il faut donc procéder de toute urgence à l’euthanasie du rentier, chère a ce bon monsieur Keynes, qui a permis à tous les Marxistes de ce monde de se recycler après la chute du mur de Berlin, à la place de partir à la retraite.

Qu’au début du XXI siècle , il y ait encore des gens qui pensent que l’Etat soit en mesure de créer la croissance (en embauchant des fonctionnaires ?), de susciter une hausse d’une niveau de vie en faisant baisser le taux de change de leur monnaie, de créer la prospérité en ruinant l’épargne (en maintenant des taux réels négatifs sur les bons du trésor à 3 mois), est une vraie victoire de la pensée religieuse sur la pensée scientifique.

Que cette pensée soit soutenue par un grand nombre de prix Nobel d’économie montre simplement que cette distinction donnée par les Norvégiens et non pas par les Suédois a été attribuée récemment beaucoup plus en fonction de critères politiques que de n’importe quoi d’autre, ce qui est embarrassant pour les Norvégiens, mais fait sourire les Suédois.

La réalité cependant est que le peuple Américain est ivre de rage contre Washington, et que le parti Démocrate va sans doute ramasser la plus grande raclée de son histoire lors des élections du 2 Novembre prochain  (c’est ma conviction après 6 semaines aux USA)

Si le « Tea Party », sous son avatar Républicain,  arrive en force au congrès et au Sénat, cela voudra dire une chose et une seule : les Etats-Unis sont- ENFIN- en train de revenir à leurs racines anti-étatiques et les dépenses de ce même Etat vont être coupées sauvagement et tout sera fait pour que le dollar retrouve son statut de réserve de valeur.

Dans ce cas la, toute la sphère financière sera bouleversée de fond en comble et il faudra ajuster brutalement sa politique d’investissement.

Par exemple :

Aujourd’hui, le coût marginal d’extraction d’une once d’or est de 600 dollars par once. Le prix d’une once d’or est de  $ 1300

Dans le cours d’une once d’or aujourd’hui il y a donc une position a découvert implicite de $ 700 par once sur monsieur Obama et ses équipes Démocrates.

Nous avons aussi sans doute $ au moins $ 30 dollars par baril de pétrole,  50% sur ma maison de Hong-Kong ou sur l’immobilier a Paris, 30 % sur l’euro ou le Franc Suisse etc.… Bref, quand le gouvernement qui contrôle la monnaie de réserve cherche à détruire la fonction de réserve de valeur que chaque monnaie doit avoir pour être une monnaie, toute une série de prix sont  FAUX simplement parce que ce gouvernement fausse le prix de l’étalon de mesure qui sert à mesurer toutes ces valeurs, c’est-à-dire cherche à manipuler la monnaie, bien commun entre nous.

Que certains croient que la croissance et le retour  la prospérité puissent suivre une telle manipulation est quelque chose que je ne comprendrais jamais.

Tout cela pour dire une seule chose : si comme je le pense, le citoyen Américain de base  est ulcéré par cette politique qui fait baisser le prestige des Etats-Unis tout en l’appauvrissant lui le citoyen de base, alors il va renvoyer toutes ces équipes qu’il a élu il y a deux ans à leurs chères études à Harvard (curieux de voir comme les plus intelligents se barrent déjà a toute allure, Curieux de voir aussi que cette administration est celle ou il y le plus petit nombre d’hommes d’affaires dans l’histoire des gouvernements US)  et nous allons nous retrouver dans une situation similaire à celle qu’ont connu les USA quand Mr Volcker a remplacé l’incompétent Monsieur Miller à la tète de la Fed : En cinq ans, l’or est passé de $ 800 /once à $ 250 , le pétrole de $ 30 baril à $ 10, le franc français de 5 ff par dollar à 10ff par dollar, tandis que l’immobilier et l’Amérique Latine sautaient sus le poids d’une dette devenue insupportable.

Mon conseil est donc simple pour les lecteurs du JDF ; si le 3 Novembre au matin, vous apprenez que les démocrates ont perdu le sénat, ce qui serait un tremblement de terre sans précédents dans l’histoire politique des Etats-Unis, vendez tout votre or, votre immobilier, œuvres d’art, obligations européennes et empruntez en Euro ou en FS pour acheter des actions aux USA.

Si j’ai tort et que les Démocrates font beaucoup mieux que prévu, nous rentrons dans des temps troublés ou les Etats-Unis à l’évidence ne veulent plus assurer le rôle qui est le leur, et donc nous rentrons dans des temps difficiles.

Dans ce cas les risques de dislocation financière sont très grands  et la plus grande prudence s’imposera. Comme le dit l’un de mes amis, grand gérant devant l’eternel : les optimistes achèteront de l’or, les pessimistes des fusils.

Bref, le 3 Novembre au matin, soit nous rentrerons dans une nouvelle ère de croissance et de confiance et monsieur Obama pourra jouer en golf pendant les 2 ans qui lui restent soit le monde deviendra beaucoup plus dangereux.

Pour mon compte, j’ai acheté des options d’achat « out of the Money » sur le dollar,  et des calls « out of the money » aussi sur le S$P 500, échéance fin février 2011

Au moins je sais déjà ce que je peux perdre, et si j’ai raison, je vais gagner beaucoup, beaucoup d’argent.

Si non, et bien j’en perdrai un peu.

Ce ne sera pas la première fois…

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Elections US et marchés financiers Article à paraitre dans le JDF

  1. Yann dit :

    Si seulement tous les politiques et économistes étaient comme vous… Beaucoup de gens parleraient probablement plus humblement, d’autres seraient rayés de la carte, les derniers enfin, seraient dignes d’intérêts.
    J’espère aussi qu’il y aura bien une corrélation $-actions à la hausse… A suivre (je shorterais bien les treasuries pour ma part… L’ETF TLT me semble bien indiqué)

  2. Frencquez dit :

    Le Prix Nobel d’économie se nomme en réalité Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en l’honneur d’Alfred Nobel. Il est décerné par l’Académie royale des Sciences de Suède. Le roi de Suède le remet à son récipiendaire chaque année.

  3. Errare humanum Est
    Il est exact que le prix Nobel d’economie a ete cree par la banque de Suede,
    Je me suis trompe
    CG

  4. ratel dit :

    bonjour.Dans quelle mesure l’élection du 2 peut changer du tout au tout la politique de la FED ? cette dernière n’est elle pas indépendante ? ce changement se ferait il si vite que cela ? les teas party auront ils des alliances et une stratégie solides claire pour changer la politique us ?
    merci beaucoup

  5. Cher Monsieur
    Contrairement a la BCE, la Fed n’est pas constitutionnellement independante du pouvoir politque represente par le Congres. Le chairman de la Fed passe devant les chambres quatre fois par an pour expliquer sa politique. Il a une independance « accordee » mais non de droit
    En ce qui concerne le changement de politique, une victoire des « tea party » changerit completement la donne psychologique a Washington ainsi que le centre du pouvoir, qui passera de la maison blanche au Congres. En particulier, a l’interieur du conseil de la Fed, tous ceux qui sont opposes a la politique Bernanke/ Obama releveraient la tete. Je pense en prticulier aux presidents des Feds regionaux (4 membres de droit du conseil sur 9)
    Quant au programme du tea party, il est tres simple: il faut couper les depenses et reduire le pouvoir de nuisance de l’Etat en l’empechant de tout reglementer à tort et à travers.
    Ce n’est pas tres complique, et ils y arriveront sans doute. Mais l’essentiel est d’empecher l’adminstration actuelle de continuer a faire des degats. C’est encore moins difficile. Il suffit de leur couper les vivres, le budget etant du ressort du congres
    Amicalement

  6. Guy dit :

    Bonjour,
    Nous sommes le 3 novembre.
    La victoire des républicains n’est-elle pas une victoire en demi-teinte puisqu’ils n’ont pas eu le Sénat?
    Que faut-il en conclure par rapport à votre article? Quelles conséquences pour le dollar et les actions américaines.
    Et bravo pour votre livre.
    Guy

  7. Bernard dit :

    Bonjour,

    Quel regard portez-vous sur les décisions de la Fed du 3 novembre 2010 ? Avec quelles conséquences pour le dollar et les actions américaines ?

    Merci pour ce blog. Merci aussi pour votre dernier ouvrage.

    Cordialement.

  8. bonjour,

    Comme je le dis dans mon article… Allez-y ; » Buy US »

    Amicalement,

    C.G

Les commentaires sont fermés.