Intervention de Charles Gave en Suéde

« Will the European project survive »?

http://www.sparaochplacera.se/common/category.aspx?id=10926

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Interventions video. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Intervention de Charles Gave en Suéde

  1. Philippe dit :

    bonsoir Monsieur Gave,
    encore une fois, vous nous avez gratifié d’une conférence remarquable de clarté et de clairvoyance.
    Je viens d’acheter votre dernier ouvrage que j’ai dévoré en une soirée. je vis en Belgique (qui est en pleine déliquescence) et je n’ai pu m’empêcher de retrouver dans votre description des finances de la France tous les excès qu’il y a dans notre pays.
    Le parti socialiste a en effet pris part à tous les gouvernements depuis 1945 et le poids de la fonction publique qui en découle est réellement écrasant davantage d’ailleurs au sud du pays (wallonie) qu’au nord (flandre).
    Belgique et France sont toutes deux dans le top 5 mondial de la productivité annuelle par personne. C’est dire donc que si nous n’avions pas ces castes ploutocrates au pouvoir, qui mènent nos pays à des fuites en avant budgétaires et à de la production de dette à tout-va, nous aurions bien plus de lions que d’ânes!
    bonne continuation

Les commentaires sont fermés.