Quand les Suisses en parlent ou bien Article paru dans le Temps

ANALYSE Mercredi20 octobre 2010

Hourra! La France est à l’aube d’une nouvelle révolution

En France, les caisses de l’Etat sont vides. Charles Gave a raison: cette impossibilité à poursuivre sur la voie de la dette est une bonne nouvelle. Le social-clientélisme, comme l’Union soviétique, est une création politique et comme toute création politique, elle est condamnée à disparaître.

Le drame français se résume en 51 minutes 40, la durée de la conférence de Charles Gave à l’Assemblée nationale et de la vidéo de la présentation de son nouveau livre sur le site de l’institut Turgot. Nous préférons naturellement les 172 pages au vitriol de son remarquable ouvrage (L’Etat est mort! Vive l’Etat!, Bourin Editeur, 23 septembre 2010). Charles Gave, écrivain et conseiller financier, annonce la cessation de paiement de l’Etat français. C’est une très bonne nouvelle. Elle signifie la fin du modèle de «social-clientélisme français», ce système dont «le but est d’accaparer le pouvoir politique», écrit-il. L’auteur promet une révolution qui permettra de «rendre aux Français la liberté qu’on leur a volée». La qualité de la démonstration est impressionnante. L’abondance de brillants penseurs libéraux en France est pourtant logique: «Il faut être près de l’enfer pour l’analyser convenablement», disait Milton Friedman, prix Nobel et ami de Charles Gave.

L’argumentation s’appuie sur une foule de graphiques originaux et incontestables. La croissance annuelle du produit national brut (PNB) français perd un demi-pourcent par décennie. Elle est passée d’un rythme de 3% à 1,5% en 30 ans, alors que tout son système social est basé sur une croissance de 3%. Le système court à la faillite. L’explication tient à l’augmentation du secteur étatique, de «sa cléricature budgétaire» et à la réduction simultanée du rôle de l’entrepreneur.

Pour analyser la chute d’une économie, il faut comprendre le processus de création de richesses: l’entrepreneur, explique Gave, est un homme dont trois idées sur quatre échouent, mais dont la rentabilité d’une seule bonne idée peut être formidablement profitable. Sa rentabilité, c’est le profit. Or en France, la tendance structurelle des profits est à la baisse (aux Etats-Unis, elle est stable à 6% du PNB). C’est inquiétant car l’évolution de l’emploi suit avec six à neuf mois de retard celle des profits des entreprises. Le créateur d’emplois, c’est donc l’entreprise et son profit. Les socialistes ont tort d’appeler à la lutte des classes et de répéter que «le profit est un vol».

Les profits diminuent en France parce qu’on refuse le mécanisme de destruction créatrice. Si l’on interdit la destruction, on empêche la création. Empêcher la destruction de La Poste, c’est freiner le développement d’Internet, selon Gave.

L’obstacle au progrès et au renouvellement du tissu économique par création destructrice, c’est l’Etat. Mais alors que le profit baisse, en France le rentier s’en sort très bien. Depuis 1990, il a gagné deux fois plus que l’entrepreneur avec des revenus sans risque, les obligations de l’Etat. «Si l’on rémunère mieux l’absence de risque que la prise de risque, le système ne peut pas fonctionner», explique l’auteur.

La cause première du malheur français, cet obstacle au progrès, est désigné par Charles Gave comme «le secteur communiste» (administration, santé, éducation, transport). Ce secteur communiste, où le consommateur est remplacé par l’usager, n’a jamais de cash-flow positif. Donc il ne crée jamais d’emplois. Mais incapable d’encore augmenter les impôts, il accroît tout de même sa taille par l’emprunt. Le poids de ce secteur est passé de 34% du PNB en 1981 à 42% aujourd’hui. La presse parle d’une montée du libéralisme, mais le poids du secteur communiste s’est accru d’un quart en 30 ans. Or pendant que le poids du secteur communiste augmente d’un point, le poids de la dette publique rapporté au PNB augmente de 4 points. En parallèle, le chômage progresse et la croissance fléchit.

Les étudiants français sont parfaitement rationnels dans leur désir d’être fonctionnaires, affirme Charles Gave. Ils sont bien payés, partent rapidement à la retraite et travaillent dans un secteur qui ignore la récession alors que l’économie privée en a connu cinq en 30 ans.

Mais le coût de ce système est exorbitant. La dette, nulle en 1980, a dépassé les 1000 milliards d’euros. Le système français parvient pourtant à survivre parce que les taux d’intérêt baissent, permettant ainsi d’alléger le coût de la dette, en baisse depuis 15 ans par rapport au PNB. Le système français récompense le vice: la hausse du poids de l’Etat réduit la croissance, ce qui pousse les taux d’intérêt à la baisse, laquelle allège le service de la dette, pour parvenir à engager des fonctionnaires. L’heure de vérité sonnera lorsque la santé du système sera remise en cause par les marchés et que les taux partiront à la hausse comme en Grèce.

Pour que la démocratie survive, Charles Gave propose d’enlever à l’Etat le droit de s’endetter. Admirateur de la Suisse, il suggère une loi semblable à notre frein à l’endettement et demande de remplacer la démocratie représentative par la démocratie directe. La cessation de paiement est proche. Dès 2013 la Grande Nation devra refinancer une grande partie de ses engagements obligataires. Or la France est le troisième plus grand marché de la dette derrière les Etats-Unis et le Japon.

La France, «mère de tous les totalitarismes», selon Gave, défile à nouveau pour sa «Pension Pride», mais les caisses de l’Etat sont vides. Charles Gave a raison: le social-clientélisme, comme l’Union soviétique, est une création politique et comme toute création politique, elle est condamnée à disparaître.

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Articles de presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Quand les Suisses en parlent ou bien Article paru dans le Temps

  1. Annick dit :

    Bonsoir Monsieur Gave,

    Voilà un très bon condensé de votre livre dont je viens juste de finir la lecture, lecture à laquelle j’ai pris grand plaisir grâce à votre manière tout à fait simple et claire de parler d’économie. Jusque là, je n’y comprenais goutte -ou si peu- et me demandais de quoi pouvaient bien parler ces drôles de gens, qu’on dit économistes.

    Puisque le sujet de cet article concerne tout votre ouvrage, je me permets de vous poser une question, qui, ainsi, ne se trouvera pas hors sujet :

    Vous parlez de la Connaissance en remplacement de la Production.
    Soit, j’ai bien compris, et l’exemple d’Apple est tout à fait bien choisi et éclairant.

    Mais alors, qu’allons-nous faire de tous les personnels qui, chez nous, dans nos PME ou nos groupes industriels, se trouvent en production ?
    Ils ne sont pas tous à l’âge de la retraite, loin de là.
    Ils n’ont pas, tous, les moyens financiers et/ou intellectuels de créer « leur petite entreprise ».
    Il n’est même pas certain du tout qu’une partie des jeunes qui sortent de « notre boite à crétins » qu’est devenue l’éducation nationale, puissent envisager de trouver un poste dans la connaissance.

    Ma question vous semblera sans soute bien simpliste mais l’EcoBécassine que je suis serait heureuse d’avoir votre avis, la façon dont vous voyez cette conversion, qui est en fait une petite révolution, et à quel terme ?

    Merci et bravo pour votre livre.

    Cordialement,

    Annick

  2. Chere Madame
    Je vois revenir souvent votre question et elle est tout a fait legitime
    il me parait tout a fait evident que dans la societe que je decris, nous allons tous etre obliges de changer de jobs plusieurs fois et le role des pouvoirs publics est de favoriser ces changements et non de les freiner
    La rponse a votre question est double
    La France est particulierement bien placee pour beneficier de cette revolution de la connaissance. J’en prends deux exemples, l’education et la sante. Dans les deux cas il existe une imposssibilite, disons une interdiction de se developper pour le secteur prive, pour proteger le secteur public. Faites sauter ces deux interdictions et vous creerez des milliers d’emplois, c’est ce qu’ils ont fait en Suede
    Personne de raisonnable ne peut prevoir d’ou viendront les emplois dans 10 ans. qui avait entendu parler de youtube il y 10 ans, puisqu’il n’existait pas. SI je prends votre exemple des gens qui travaillaient dans l’industrie (moins e 13 % du PNB en France), si leurs boulots ont ete pris par les Chinois plus competitifs, cela veut dire que le reste ds Francais peut acheter des produits industriels moins chers et en sont donc plus riches. De ce fait, ils peuvenat aller au restaurant un peu plus, ou a au theatre, ou au bord de la mer. Parallelement, les ouvriers Chinois vont venir visiter la France , le plus beau pays du monde, et feront tourner ce restaurant au bord de la mer.
    Bref, une offre rentable cree toujours sa propre demande, et c’est ce qu’il est convenu d’appeler la Loi de Say, du nom d’un economiste Francais du debut du xix, Ce qu’il faut c’est proteger les individus pendant les periodes de transition et non les entreprises ou les situations etablies et rendre le marche du travail le plus flexible possible (Dnas ce sens la loi Novelli du travailleur individuel est un grand pas en avant). Nos gouvernements font exactement l’inverse, protegeant ceux qui doivent mourir et empechant les autres de se developper. D’ou nos problemes. Le probleme est que la France veut commetre un suicide, et ca, si le peuple le veut, personne ne pourra l’empecher
    Amicalement
    CG

  3. Annick dit :

    Sympa de m’avoir répondu aussi vite ; merci Monsieur.

    Cependant, votre réponse s’adapte à un monde pacifié, idéal -ce qu’il n’est pas- de sorte qu’elle ne me rassure pas.

    Nul ne peut prévoir le jeu des alliances et des accord futurs.
    En cas de conflit entre la France et un -ou des- pays à qui nous aurions délégué notre production, que se passerait-il s’ils décidaient de nous fermer leurs robinets ?

    Quid de notre indépendance, et même de notre survie ?
    Sujet encore plus épineux, si on parle de nos arsenaux, notre armement, notre industrie aérospatiale…

    Que ferions-nous alors avec nos plages, nos parasols, nos musées, nos hôtels grand luxe, nos sociétés de services, et autres. A quoi nous servirait notre seule connaissance… ?

    Amicalement,

    • Chere Madame,
      Tous ces problemes ont ete discutes, votre objection y comprise , par Frederic Bastiat il y a 160 ans environ qui les a refute mieux que je ne saurai faire.
      Pour les Americains Tocqueville et Bastiat (ils etaient amis) ont ete les deux plus grands esprits francais du XIX.
      Honnetemment, ses livres ont ete republies,et si ces problemes vous interessent, vous devriez vous y attarder.
      C’est ce qui s’est écrit de mieux en France.
      Amicalement
      CG

  4. Annick dit :

    J’ai écrit plus vite que mon ombre, de sorte que j’ai omis de préciser que, en ce qui concerne l’emprise de l’État sur les secteurs qu’il étouffe, je partage totalement votre avis.

Les commentaires sont fermés.