« On vit très bien en France » ?

Les Français – au moins ceux qui vivent en France – me disent souvent que je suis trop sévère et que l’on vit très bien dans notre pays. Ils ont, bien sûr, tout à fait raison. On vit très bien en France, où la génération la plus stupide de l’Histoire, celle de Mai-68 (dont je fais partie), a déjà dépensé toute l’épargne accumulée par les générations précédentes, pour ensuite emprunter l’épargne future de leurs enfants et main- tenant de leurs petits-enfants. Consommer en une génération l’épargne et du passé et du futur assure en effet un niveau de vie très agréable, mais à une seule génération, au mieux.

Permettez-moi de rappeler que cela ne me paraît ni sain, ni durable, ni démocratique… et que cette gabegie arrive probablement à son terme. Après tout, pourquoi ces petits-enfants se sentiraient-ils responsables d’un endettement qu’ils n’ont jamais voté, d’autant qu’il n’a pas servi à finan- cer des investissements productifs générant des revenus? Nos enfants, nos petits-enfants n’ont aucune raison ni légale ni morale de se sentir solidaires du paiement de nos retraites… aucune.

Et selon toute probabilité, ils ne le feront pas. Mais, hélas, ce n’est pas tout. L’excuse qui nous est servie à chaque augmentation de la part de l’État dans l’économie est bien entendu que c’est chose nécessaire pour «préserver l’emploi». Vérifions encore, par honnêteté scientifique, en mettant d’un côté la part de l’État dans l’économie et de l’autre le taux de chômage de la population active.

Nous découvrons que c’est exactement l’inverse qui se produit…

 

Comme le disait Bastiat, sans doute le meilleur économiste que la France ait connu, « en économie, il y a ce qui se voit et ce qui ne se voit pas».

Ce que l’on voit, c’est un ou deux emplois qui ont été préservés par l’intervention de la puissance publique dans les mécanismes du marché du travail. Ce que l’on ne voit pas, ce sont les dizaines d’emplois qui ne seront jamais créés à cause de ces interventions.

Si l’Union soviétique a sauté, au grand désespoir de toute l’intelligentsia de la rive gauche, c’est bien parce que les penseurs des Lumières avaient raison.

L’État n’est bon à créer ni richesse, ni liberté, ni emplois, ni croissance. Tout au plus des fonctionnaires. Courteline disait: «En France, on sème des fonctionnaires et on récolte des impôts.» Et chaque fois que l’on embauche un fonctionnaire – ce qui se voit –, entre trois et quatre emplois potentiels du secteur privé ne sont pas créés – ce qui ne se voit pas.

Cette triste réalité – objective – nous permet, peut-être, d’aller un peu plus loin.

Au début de ce livre, nous avons constaté que le taux de croissance de l’économie française ne cessait de baisser structurellement. Peut-être est-il temps de donner une expli- cation à ce qui apparaît encore comme un grand mystère à beaucoup de commentateurs?

Considérons le graphique suivant.

 

Croissance structurelle du PNB français (échelle de droite) Ratio des valeurs ajoutées en francs courants selon l’Insee

Source : GaveKal Research

Ce graphique est légèrement différent du précédent: au lieu de faire le rapport entre l’économie communiste et l’éco- nomie capitaliste – courbe qui montait –, le rapport est fait cette fois-ci entre l’économie capitaliste et l’économie com- muniste. Ce nouveau ratio, qui est donc l’inverse du précé- dent, baisse structurellement.

Depuis 1978, comme chacun peut le voir, la part de l’économie «libre» par rapport à celle de l’économie commu- niste ne cesse de baisser. La deuxième information, celle que nous cherchons à expliquer, apparaît sur l’échelle de droite (en pointillé). Il s’agit du taux de croissance moyen des sept dernières années (2002-2009) et qui constitue une bonne approximation du taux de croissance structurel de l’économie française.

L’évidence est accablante: plus la part de l’État dans l’économie est forte, plus la croissance est faible.

Plus la croissance est faible, plus le taux de chômage monte.

Plus le taux de chômage monte, plus les dépenses de l’État augmentent.

Et plus la croissance est faible… Un cercle vicieux dans toute son horreur… Ce bon M. Keynes ne nous a jamais avertis que l’intervention de l’État pour minimiser les effets d’une récession avait un prix. Et que ce prix était une baisse du potentiel de croissance sur le long terme.

 

C.G

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Extraits de "L'Etat est mort ! Vive l'état". Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « On vit très bien en France » ?

  1. mollet dit :

    De plus en plus de publications évoquent un risque au niveau des fonds des assurances-vie libellés en euros, risque qui apparaîtrait en cas d’une reprise de l’inflation favorable au désendettement des Etats. Dans ce cas en effet, les obligations perdant de leur valeur parce que servant un intérêt moindre par rapport à de nouvelles émissions, leurs détenteurs pourraient en effet chercher à récupérer leur argent en masse pour le placer ailleurs. Que penser de la probabilité d’un tel scénario noir? Merci pour votre opinion

  2. Lancelot5964 dit :

    Un peu plus jeune que les 68ards, je leur en veux bcp, ils nous ont collé une belle pagaille… sous les pavés la plage??? la liberté??? ou quelques années plus tard la liberticide? ils ont eu les 30 glorieuses, les facilités l’opulence….dès qu’ils ont été nantis, ils nous ont collés des flics, des caméras et des radars partout….. sans doute de peur qu’on leurs pique leur fameux matelas douillet, et derrière ça rame…. précarisation, incertitude etc etc risques pris non récompensés parfois même entravés par des banques qui ne prêtent qu’à ceux qui n’en ont pas besoin….
    ça crit au loup de devoir travailler qqs années de plus…. il ne faut pourtant pas avoir le bac pour comprendre qu’un camembert plus petit partagé par plus de monde donnera des parts individuelles fortement diminuées et ça on le savait avant 81….. Mitterrand aurait du être attaqué pour crime contre le peuple français! Idem pour la mére du pauvre peuple des 35 h…. qui n’a fait de cadeau qu’aux grands groupes industriels et affaibli les salariés en diminuant leurs salaires et leur temps de travail

Les commentaires sont fermés.