Article paru dans Challenges.fr

Retour à l’Etat premier

 

Pourfendeur des dérives de la social- démocratie à la française, Charles Gave, libéral adoubé par Milton Friedman, décrit la fin des Etats providence. Une thèse décapante mais jubilatoire.

L’Etat est mort, vive l’Etat ! de Charles Gave, François Bourin Editeur, 162 pages, 19 euros.

Notre avis. L’école libérale française, celle de Frédéric Bastiat (1801-1850), Maurice Allais (1911-2010) et Pascal Salin (né en 1939), s’est trouvé un nouveau et tonitruant héraut en la personne de Charles Gave, dont Milton Friedman himself préfaça en 2003 le premier ouvrage intitulé Des lions menés par des ânes. Gave, qui s’est entre-temps illustré par un délicieux Un libéral nommé Jésus, récidive aujourd’hui avec un pamphlet jubilatoire où il confesse être dans le même état d’excitation que les Allemands de l’Est lors la chute du mur de Berlin. Tout va s’écrouler sous le poids des dettes publiques d’Etats providence dont les manettes ont été accaparées par une caste de profiteurs. A l’arrivée, un retour aux principes des Lumières, et donc de la démocratie. La révolution libérale emportera les petits marquis et les clercs du social-clientélisme au profit des héros du monde moderne : les entrepreneurs. Un bon bol d’air pour tous ceux qui se sentent asphyxiés par le bien-pensant discours dominant.

Pierre-Henri de Menthon

 

http://www.challenges.fr/magazine/livre/0231-032783/retour-a-l-etat-premier.html

 

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Article paru dans Challenges.fr

  1. Elisabeth de SEIGNEUR dit :

    Bonjour,
    Je viens de suivre votre conférence donnée à l’Assemblée.
    D’un côté cà m’a repulsé car je suis une entrepreneuse. J’ai déjà raté 2 créations. Je suis sur la bonne voie!!
    J’ai 2 questions qui me troublent suite à ce que vous avez dit:
    D’abord, quel est l’état de l’or que nous gardons. Nous appartient-il encore? Si c’est le cas, l’état pourrait s’en servir?
    D’autre part, tout en étant d’accord avec vous sur le retrait de l’état de la vie civile. Il me semble qu’il y a des endroits comme la sécurité, où nous avons besoin de service public.
    Ceci m’amène à ce qui se passe en ce moment au niveau gouvernemental, le gouvernement veut réduire les fonctionnaires mais n’arrive pas à réduire son action sur le secteur privé. Pouvez-vous m’éclairer sur ces points.
    Merci et continuez.

Les commentaires sont fermés.