L’or et la monnaie

Je reçois beaucoup de questions depuis le début de ce blog sur la monnaie en général et aussi sur l’or.Le plus simple est que je vous réponde non pas sur les aspects techniques mais sur les aspects philosophiques de vos questions.

Personne n’a jamais pu expliquer pourquoi la monnaie avait de la valeur, qu’elle soit basée sur l’or, les coquillages, l’argent  ou encore sur le papier.

Grand mystère. La chose qui sert à mesurer la valeur, personne ne sait pourquoi elle a de la valeur. Il  y a toujours en deux réponses  à cette question.

  • Celle de Platon: la monnaie est une convention entre les parties.
  • Celle d’Aristote: la monnaie à une valeur intrinsèque fondée sur son coût de production, ce qui est une idiotie économique puisque cela fait référence à la valeur travail, dont nous savons (depuis les Autrichiens) que ce concept est faux et améne dans des impasses économiques sanglantes dont la pire fut bien entendu le Marxisme.

On ne peut être Autrichien et favorable à l’étalon or; à mon avis.Beaucoup l’ont été par hostilité.

Pour moi, la monnaie est donc une convention sociale. Le Christ dans les Evangiles nous dit de surcroit que la monnaie ressort de l’Etat (voir un Liberal nomme Jésus).En cas de litige entre les parties, l’Etat qui dispose du monopole de la violence, par ses tribunaux et ses gendarmes fait régner le Droit.

La monnaie est donc un bien commun (un peu comme un jardin public) dont l’Etat assure la gestion DE FACON DECENTRALISEE et indépendante du pouvoir politique mais qu’en aucun cas il ne possède. Ce qui nous amène au mode de l’organisation de l’Etat.

L’or est une protection contre la spoliation étatique non fondée sur le Droit ou la Loi. Dans cet esprit , et toujours d’après Platon, le meilleur des régimes est une démocratie des ‘vertueux » et le pire sans aucun doute la démagogie

Si nous avons une tyrannie ou une démagogie au pouvoir, s’exprimant par exemple au travers d’un contrôle des changes, alors l’or est l’une  des solutions. Si nous avons une démocratie, alors nul n’a besoin de l’or. Les Suisses n’ont guère besoin de l’or.Les contre indications de l’or sont par contre gigantesques du point de vue macroéconomique. Le XIX et le XX jusqu’a la grande dépression ont été l’objet d’énormes dépressions récurrentes et la volatilité du PNB a été infiniment plus forte pendant l’étalon or qu’après. Les pays ayant des excédents des comptes courants et donc accumulant de l’or n’ont pour ainsi dire jamais laisser monter leurs masses monétaires. La France a été l’une des grandes responsables de la dépression des années 30. L’étalon or amène automatiquement tout un chacun à devenir mercantiliste, puisque le succès se mesure au nombre de tonnes d’or que vous avez dans vos caves à la banque centrale Un homme comme Rueff, bon fonctionnaire s’il en fut et qui n’a jamais souffert des dépressions que sa politique engendrait  a foutu en l’air l’économie française en 1934 comme peu de gens l’avaient fait avant lui depuis Colbert, ce qui nous a amené le front populaire en 1936, lequel nous a laisse sans défense devant l’Allemagne en 1940.

Brillant résultat.

L’or est une brute aveugle, qui peut forcer des tyrans ou des démagogues à changer leur politique, je vous l’accorde, et encore. mais c’est une brute aveugle et sourde.

Une variation du taux de change est l’une des façons les plus efficaces d’absorber un choc externe sans trop de dégâts, tandis que l’histoire des taux de change fixe est une véritable litanie de désastres, comme l’Euro est en train de nous le démontrer a nouveau.

La réalité, c’est qu’une politique monétaire menée selon des principes sages et démocratiques permet à l’économie de se développer beaucoup plus harmonieusement que n’importe quel autre système et que toute l’histoire économique des cent dernières années le prouve.  Que les banquiers centraux et les monnaies soient en concurrence est ce qui assure la discipline bien mieux que n’importe quoi d’autre ou qu’un Deus ex machina gérant un monstre ingérable comme l’euro, ou si nous sommes soumis à une discipline irrationnelle comme celle de l’étalon or.

Le problème arrive lorsqu’une démocratie importante (les USA) passe de Démocrate à Démagogie, ce qui s’est produit avec Bush et encore plus avec Obama. Là, nous avons un problème, mais qui est facile à régler. L’électorat s’en occupe en général comme nous l’avons vu en Suède, au Canada, aux USA sous Reagan et en GB.

Il suffit pour que le coté » bien commun » soit respecté, que l’indépendance de la banque centrale soit inscrite dans la Constitution et que l’on fasse passer d’autres  amendements à cette Constitution pour empêcher l’état et les politiques de présenter des budgets en déficits. C’est ce qui s’est déjà produit en Suède, au Canada, en Allemagne, en Suisse.C’est ce que les tea party veulent faire passer aux USA.

En conclusion, il me semble plus simple de virer les démagogues et de les remplacer par des démocrates que de confier mon sort à une brute invisible et aveugle

J’ai toujours préféré la démocratie à la tyrannie, même en matière monétaire. Mais bien sur c’est un choix personnel.

 

Et pour ceux qui voudraient approfondir, je vous renvois à l’excellente conférence  de Nicolas Baverez ici:

http://www.euro92.com/acrob/baverez.pdf

 

 

C.G

 

 

 

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour L’or et la monnaie

  1. Daniel Rebière dit :

    Pourriez-vous expliquer comment Rueff a été néfaste pour l’économie française en 1934.

  2. Cher Monsieur
    Ce n’est certainement pas la page la plus glorieuse de la carriere de Rueff qui a eté la force intellectuelle derriere la deflation Laval et la creation du bloc or.
    Toutes les explications ont ete fournies par monsieur Baverez lors d’une conference a Euro 92 dont voici le lien http://www.euro92.com/acrob/baverez.pdf
    Vous verrez que Trichet, Rueff, même combat, même résultat. Les mêmes causes produisent les mêmes effets.
    Amicalement
    CG

  3. ERIC dit :

    Monsieur GAVE,
    En faisant connaitre votre livre à un ami, celui-ci d’accord comme moi-même à 100% non seulement sur le raisonnement, mais aussi sur votre conclusion; il pose la question suivante:
    Pourquoi dans ces conditions la France est-elle encore triple A?
    Les agences de notation ont elles de la m…e dans les yeux ou sont-elles myopes pour dire de façon plus polie?
    Cordialement
    Eric

    • Cher Monsieur
      Tres bonne question
      De nombreux criteres sont pris en compte quand il s’agit de donner une notation a un pays
      La France est intrinsequement un pays tres riche, et l’Etat Francais a de nombreux actifs qui pourraient etre vendus en cas de besoin
      Le gouvernmeent a pris des engagements a long terme de reduction du deficit publique, et il faut laisser du temps au temps
      Donc, le AAA n’est pas en danger
      Ceci est le discours officiel

      En realte, je crois que les agences de notation sont terrifiees des responsabilites qu’on leur fait porter

      Parlons clair
      Si la France venait a voir sa note baisser, cela risquerait de declencher une tempete financiere de grande amplitude qui pourrait etre difficilement maitrisable.
      Cela laisserait le gouvernement francais dans une situation de grande faiblesse vis a vis de l’Allemagne, avec les conequences que vous pouvez imaginer sur la marche de l’Europe devenant un protectorat allemand.
      la quasi totalite des institutions financieres qui sont les clients des agences de notation souffriraient des pertes importantes, qui pourrait empecher le renouvellement de contrats bien juteux
      Le plus gros client des agences de notation est …la BCE qui doit exercer une pression amicale sur ces agences pour eviter toute decision precipitee

      Bref, les volontaires pour prendre ce genre de decisions se font plus souvent echarpes que felicites. Il etait d’usage dans l’empire Ottoman d’empaler les porteurs de mauvaises nouvelles. Du coup, les volontaires etaient rares et la sublime porte pas vraiment bien informee..

      En tout etat de cause je maintiens ce que je ne cesse de dire depuis 18 mois
      Avoir des obligations de l’Etat francais me parait un peu une situation ou pile je ne gagne pas et face je perds
      Pas passsionant
      CG

  4. daredevil2007 dit :

    Bonjour M. Gave,

    Je viens de finir la lecture de votre dernier ouvrage et je tiens à vous remercier pour votre bel effort de pédagogie : Tout y est dit de façon concise et sans faux-semblants ce qui me change des habituels mensonges ou demie-vérités professées à longueur de temps par les médias aux ordres… Malheureusement, je ne crois pas que vous soyez écouté par nos si brillantes élites ce qui me fait craindre le pire…
    Pour ce qui est de passer sous la domination de nos voisins d’outre Rhin, n’est-ce pas déjà de facto le cas, en particulier depuis que nous avons décidé de créer l’euro? Et du simple point de vue politique, quelle sera, à votre avis, la réaction de nos dirigeants (et je ne parle même pas de la population!) si toutes les décisions sérieuses ne se prennent plus à Paris mais à Berlin – est-ce seulement tenable politiquement ?
    En tout cas, continuez d’essayer d’avertir les gens : il y en a qui vous écoutent attentivement et n’ont pas l’esprit broyé par la pensée socialo-communiste qui prévaut depuis tant d’années dans notre pays!

    Cordialement,

    François

  5. Bernard dit :

    Bonjour,

    Quel regard portez-vous aujourd’hui sur les conclusions du G20 et ses conséquences sur les marchés actions et les monnaies ?
    Merci pour ce blog qui donne vos avis autorisés et les avis intéressants de vos lecteurs.
    Cordialement.

  6. ERIC dit :

    Bonjour Monsieur GAVE,
    Sur la monnaie, et notamment sur un de vos thèmes préférés : l’Euro et ses conséquences funestes
    Aujourd’hui, les données macroéconomiques tombent et font apparaitre de nouveau une hausse des exportations, la balance des comptes courants, du Pib à 3,4% et bien sûr une baisse des importations, du chômage etc…chez les Allemands bien sûr.
    Tout le monde va dire que les Allemands sont formidables, avec un gouvernement bien géré (ce qui est en partie vraie, sauf pour les banques).
    Première question :
    Les Allemands ont-ils tant de mérite ?
    Si pendant un certain temps nous nous posions tous la question de savoir :
    Pourquoi les élites Allemandes ont-elles abandonnées le Deutschemark au profit de l’euro ?
    Techniquement l’adoption de l’Euro a donné une sorte de dévaluation de leur monnaie et de fait une surévaluation des autres monnaies intégrant l’euro. Ils ont assez rapidement intégré l’Allemagne de l’est sans trop de douleur, et par la même des hausses d’exportations sans précédent (quant on fonctionne avec une monnaie dévaluée, je ne voie pas où est le mérite) et déclenché un désordre de grande ampleur dans tous les pays du club Med pour toutes les raisons directes et indirectes que l’on sait (France comprise).
    C’est la politique du désordre, que les Américains manient à la perfection.
    Résultat aujourd’hui : Les Européens se sont mis en coupe réglé aux ordres des Allemands pour faire leur fin de mois.
    Deuxième question :
    Les Allemands ont-ils fait « échec et mat » sur toute l’Europe ?
    Beau retour en arrière !
    Cordialement
    ERIC

    • Cher Eric,
      helas vous avez raison.
      C’est ce que j’ai essayé d’expliquer dans « des lions menes par des ânes ».
      Le probleme pour les allemands cependant c’est qu’ils ont des clients insolvables, à cause de la politique allemande.
      Le mercantilisme ruine toujours tout le monde, et surtout ceux qui le pratiquent.
      Amicalement
      CG

  7. Ping : Les Français vont crier… eh bien, et après ?  par Pierre-Antoine Delhommais « le blog a lupus…un regard hagard sur l'écocomics et ses finances….

  8. Sylvain dit :

    Bonjour Monsieur Gave,
    La situation française (entre autre) est parfaitement connue de tous, elle a longtemps été discrètement passée sous silence mais ce temps est révolu.
    Si l’on admet que l’endettement actuel ne sera plus tenable longtemps quel sera à votre avis la la porte de sortie qui se dessine ?
    Inflation vs Déflation ?
    Qui de la cigale (viva inflation) ou de la fourmis (viva déflation) va triompher dans les quelques années à venir, à moins bien sur qu’une troisième voix ne soit envisageable ?
    Cette question est bien sur un peu simpliste mais je pense qu’elle est dans tous les esprits …

    Vos analyses sont toujours passionnante et votre blog leur rajoute le dialogue, merci encore de nous mettre tout cela à disposition.

    Bien amicalement
    sylvain

  9. Mr. D. dit :

    Cher Monsieur, voici un intéressant billet qui met en lumière certains aspects fondamentaux de l’organisation collective humaine. Toutefois, Mr. D. note qu’il n’est pas nécessairement possible de caractériser la Monnaie – en tant que tel – comme un bien commun, les deux caractéristiques indépassables de ce dernier étant la non-divisibilité et la non-exclusivité. Peut-être faites-vous référence en réalité à un dérivé de la monnaie sensé être offert par l’Etat qui serait la stabilité des prix? D’ailleurs, vous faites clairement allusion à la valeur intrinsèque de la monnaie et justement déduisez que cette dernière se trouve chez celui qui l’utilise. En d’autres termes, la valeur de la monnaie provient de la réduction significative des coûts de transaction qu’elle engendre. C’est pourquoi elle vit son apparition dans les villes italiennes à la fin du Moyen-Age, entraînant une ère de prospérité sans précédent, alors que des entités comme les principautés allemandes qui leurs étaient contemporaines ont dû attendre près d’un siécle pour en généraliser son emploi, le développement de leurs villes étant beaucoup moins important. Du reste, c’est la raison pour laquelle l’Euro n’aurait jamais pu avoir le statut de monnaie de réserve du dollar car pour ce faire, et donc permettre à des acteurs aussi disparates qu’un rafineur japonais et un producteur de pétrole koweitien d’effectuer une transaction, l’UE aurait dû faire face à des déficits monstrueux.

    La question demeure toutefois, quel signal de l’administration US serait jugé comme assez coûteux pour regagner la crédibilité perdue pendant la crise?

    Mr. D.

    • Cher Monsieur
      Vos remarques sont tres interessantes
      La monnaie existait bien avant les villes italiennes, par contre les Italien ont bien invente la Banque qui a premis les progres dont vous parlez
      Voici les commentaires que je peux faire
      Chaque monnaie a trois fonctions
      Reserve de valeur
      Etalon de valeur
      moyen d’echange
      Aujourd’hui le Dollar voit sa fonction de reserve de valeur attaquee par la banque centrale chargee de gerer cette monnaie, ce qui rend douteux ses fonctions de moyen d’echange et d’etalon de valeur.Comme le dollar ne rempliit plus sa fonction de reserve de valeur tout le monde se precipite sur des reserves de valeurs alternatives du type or ou immobilier, ce ui deforme completement l’economie sous jacente
      L’idee etant que si la Fed reussit a faire baisser le dollar, l’economie Americaine ne s’em portera que mieux. Cela vient de la vieille idee Keynesienne que le vrai probleme vient d’un excess d’epargne dans le systeme qui necessite l’euthanasie du rentier. C’eatit deja l’idee de l’adminsitration Carter il y a trente ans, reprise avec enthousiasme by l’administration Obama, et avec le meme succes.
      Pour que le Dollar reterouve tout son lustre, il faut et il suffit que les politiques debiles suivies par l’administration Obama cessent, c’est a dire que l’on fasse reculer l’etat et que la banque centrale retablisse les fonctions de reserve de valeur et d’etalon de valeur.
      Si et quand cela se produit, le dollar retrouvera tout son lustre.
      La question et cependant: devrons nous attendre 2012 ou le chngement politique qui vient de se produire suffira t’il?

      Car en plus d’etre la monnaie Americaine, le dollar est la monnaie de reserve du monde entier, et pour etre monnaie de reserve. c’est a dire la monnaie dans laquelle les autres pays conservent les reserves dont ils auront besoin en cas de guerre ou de cataclysme, il faut etre
      dominant miltairement
      dominant scientifiquement et culturellement
      dominant agriculturellement
      dominant finacierement
      Etre un etat de Droit
      pour pouvoir livrer des armes et de la nourriture en cas de besoin et offrir la securite juridique a ceux qui en ont besoin

      pas beaucoup de candidats a l’horizon pour ce XXI siecel
      Le dollar va rester la monnaie de reserve selon toute probabilite

      CG

  10. The_austrian dit :

    « Celle d’Aristote: la monnaie à une valeur intrinsèque fondée sur son coût de production, ce qui est une idiotie économique puisque cela fait référence à la valeur travail, dont nous savons (depuis les Autrichiens) que ce concept est faux et améne dans des impasses économiques sanglantes dont la pire fut bien entendu le Marxisme. »

    Il me semble que les autrichiens ne parlent pas du coût de production ou de la valeur travail mais de la valeur autre que celle de monnaie.
    Les autrichiens aiment les métaux car : faible évolution des quantités disponibles (ce que n’ont pas les autres commodities) et demande indépendante de celle de demande de monnaie (industrie, bijouterie…). C’est cette valeur garantie par une demande indépendante qui fait des métaux précieux une monnaie efficace.

    La monnaie fiat dépend uniquement de la contrainte exercé par le monopoleur de la contraite légale et de la confiance des détenteurs de monnaie. Or l’offre de monnaie fiat est volatile et créatrice d’épargne forcé (financé par l’appauvrissement des détenteurs de monnaie) extrêmement néfaste. Les taux sont donc déconnectés de l’offre réelle d’épargne volontaire et de la demande. Cela créer une forte volatilité des cycles économiques, une baisse de l’efficacité du capital, une distortion de la structure de production et donc une sous performance économique à long terme.

    De plus l’utilisation de la contrainte légale pour imposer une monnaie fiat est moralement discutable.

    Même si notre bon Friedman défendait la monnaie fiat contre l’étalon-or il a reconnu à la fin (voir ses écrits de 1986 : « The Resource Cost of Irredeemable Paper Money » ou encore « Has Government Any Role in Money? »…) que son système d’augmentation de 3% de la masse monétaire était naif et irréaliste et que depuis 1914 les effets néfastes engendrés par la mauvaise gestion des banques centrales avec ses alternances d’expansion et de récession, dépassait de beaucoup les coûts qu’aurait impliqué un véritable étalon-or libéré du politique.

    J’adhère TOTALEMENT à vos propos hormis sur ce point…

    • Cher Monsieur
      Les bijoux ont une valeur parce que l’or a de la valeur, et non pas l’inverse comme vous semblez le croire
      La valeur de l’or est psychologique comme pour toutes les autres monnaies
      le fait qu’elle ne depende pas de l’etat, mais est au contraire le negatif de la confiance que la popuplation accorde a son etat ne change rien au fait que la valeur de l’or est de nature purement psychologique
      Pendant l’etalon or, nous avons eu depression apres depression, crise politique apres crise politique tant comme je l’explique c’est une brute aveugle
      Rien ne garantit que la production d’or sera adequate pour les besoins de l’economie, rien, au contraire. Toute l’experience de l’histoire prouve le contraire
      Faillite de l’empire Romain signe a blanc par les sorties d’argent. Grande inflation a la suite de la decouverte des mines d’or et d’argent en Amerique du Sud qui a ruine l’Espagne
      Deflation effroyable de la fin du XIX , faillites bancaires, effondrement de la Chine, effondrement de l’economie Anglaise ne 1923, Francaise en 1934 etc.. tout cela est a mettre au credit de l’etalon or
      Pour un libertarien, l’or est la solution pusique ‘ndependant de l’Etat et que l’Etat est le principal ennemi
      Je ne partage pas ce point de vue
      Rien n’est plus civilisateur qu’un etat de droit, ou l’etat lui meme dans toutes ses fonctions est soumis au droit
      Il est difficile de gerer un systeme ou l’Etat garantit le bon fonctionnememt de la monnaie sans interferer, amis pas impossible. La Suisse y est tres bien arrive, ainsi que les USA sous Volcker
      Il faut enlever le controle d el monnaie aux hommes politiques certes mais Il existe des facons de le faire plus intelligentes
      Pour cela les taux de change flottants sont la solution
      De toutes facons les nations s’affranchiront de l’etalon or tant son joug est destructeur
      Je ne vois pas ce que les liberaux ont a gagner a proposer un systeme qui a toujours echoue, alors que les changes flottants sont un systeme de marche et de prix libres
      Ca me rappele Mussolini, Staline et Hitler
      Comme la democratie ne marche pas , nous avons besoin d’un dictateur
      On a vu le resultat
      Amicalement
      CG

  11. CANDIDE dit :

    Sans abandonner l’idée d’une monnaie européenne, pourquoi ne pas revenir à l’ECU : panier des différentes monnaies européennes pouvant fluctuer librement ?

  12. Ping : Tout ce qui trime n’est pas Or « Kokomag's Blog

Les commentaires sont fermés.