Communiqué extrait de GAVEKAL FINANCE LE 22/11/2010

Traduction libre

Dear all Cher tous,

My strategic analysis on the Euro has never flinched, based as it was on two fundamental ideas:
Mon analyse stratégique sur l’Euro est restée constante, principalement pour les deux idées suivantes:
  1. There was no interest rate that would not create massive distortions in capital and investment flows. Misallocated capital always lead to bear markets

1.  Il n’existe pas de taux d’intérêt qui ne crée pas des distorsions entre le capital et les flux d’investissements. Le capital mal alloué est la source des « bear market »

2.there is no exchange rate that would work and for the same reasons. This also was going to lead to another set of massively misallocated capital, and from there to bear markets

2. Il n’existe pas de taux de change qui fonctionnerait exactement pour les mêmes raisons. Ceci aussi ne pouvait que tendre vers une mauvaise répartitions du capital qui lui même tendrais vers le « bear market »

This brings me to a very simple question which I have asked time and time again: what if the capital misallocated in the past is SO BIG that nobody, not even Germany can take the write off?

Ceci m’amène à cette question très simple que je me suis maintes fois posée: Et si le capital ainsi mal alloués  par le passé est si ENORME que personne, même pas l’Allemagne ne puisse passer le jeu d’écriture?

I do not believe for one second that printing money would help, except perhaps that it would send the euro crashing down.
Je ne peux croire pendant une seconde qu’imprimer des billets aiderait, saut peut être à permettre à l’Euro de s’écraser en flèche.

Tactically, as we said yesterday in the daily, the crisis is morphing into a banking crisis. The Irish banking system deposits are three times the size of the GDP.
En tactique pure, comme nous le disions hier dans notre rubrique du jour, la crise est en train de se  transformer en une crise bancaire.
Sell the UK banks? Let me  be clear. NO financial director of any company but the smallest ones anywhere in the world will leave ANY deposit in a bank in Ireland, Greece, Portugal, and now Spain.
Vendre les banques anglaises? Laissez moi clarifier la situation. AUCUN directeur financier digne de ce nom sur la surface de cette terre n’a à ce jour de dépôt dans les banques d’Irlande, de Greece, du Portugal et maintenant de l’Espagne.
A run on the banks of the weak European countries HAS STARTED, and it is going to be ugly, making Lehman appear small. The velocity of money in Europe is going to collapse.
Une course afin de jouer les pays faibles européens A COMMENCE et cela ne va pas être propre, Lehman a coté sera du menu frettin. La liquidité de l’argent en Europe va tomber en flèches.
So to answer your questions , I believe this might be the beginning of the end for the Euro and that yes, we should reduce risks in our portfolios further or purchase protections.
Alors pour répondre à vos questions, JE crois que nous assistons au début de la fin de l’EURO et que OUI, il faut réduire les risques de votre portefeuille en ce sens ou du moins s’acheter une protection.

CG
Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Communiqué extrait de GAVEKAL FINANCE LE 22/11/2010

  1. dan dit :

     » il faut réduire les risques de votre portefeuille en ce sens ou du moins s’acheter une protection.  »

    Concrètement,que proposez vous ?

  2. Binitials dit :

    Je ne suis pas sur de très bien comprendre ? Sommes nous DEJA en train de parler du démantèlement de l’Euro ?

    Quelle est votre intime conviction ? A quand pensez vous que cela est prévisible ?

    Qu’est-ce que GAVEKAL FINANCE ?

    Tout cela est très nouveau pour moi … Pensez à ceux qui ne sont pas aussi au fait que vous mais qui s’y intéressent de très très près ! Merci

    • Cher Monsieur
      Gavekal financial est la societe de recherche economique et financiere dont je suis le President a HK
      C’est la mon vrai metier
      Mes acivites d’auteur ou de chroniqueur du jdf sont tout a fait subsidiaires, bien que je les prenne tres au serieux aussi
      Est ce le debut de la fin pour l’euro?
      A dire vrai, je n’en sais rien
      Mais a mon avis l ‘euro est un Frankeinstein financier qui va crever un jour ou l’autre
      C’est du moins ce que je dis depuis sa creation, au debut j’etais un peu seul.
      Aujourd’hui j’ai un peu plus de compagnie…
      Et oui, je pense en effet qu’il faut organiser son patrimoine en prenant en compte la possibilite d’une crise monetaire majeure en EuroLand
      Ca n’est pas trop cher de s’organiser (aujourd’hui) mais ca peut rapporter gros…
      Amicalement
      CG

  3. Jose dit :

    Dans ce cas cas le meilleur refuge est l’or. Je ne comprends donc pas votre réticence envers cette monnaie
    José

    • L’or n’est PAS une Monnaie.

      Si vous sous entendez qu’il conviendrait de revenir au bloc or de Monsieur Laval, je vous invite à lire la conférence http://www.euro92.com/acrob/baverez.pdf

      Le système or n’est qu’une forme de monnaie unique; les mêmes caus produisant les mêmes effets que pour l’Euro.

      CG

    • Cher Monsieur
      L’or est un peu un jeu de chaises musicales
      Son cout marginal d’extraction est de $ 600/ ounce, son prix de $1400, ce qui veut dire qu’il y a deja une surprime de $ 800 par once
      Je comprends que les gens achetent de l’or
      Je ne suis cependant pas assez intelligent pour savoir quand il faudra le vendre, puisque les matieres premieres retournent toujours a leur cout marginal d’extraction
      D’ou ma reticence
      Amicalement
      cg

      • Jose dit :

        Personnellement, je ne suis pas acheteur d’or aujourd’hui à 1400 dollars mais je ne suis certainement pas vendeur.
        En effet, je suis assez à l’aise avec ma position sur l’or au vu de la politique des US qui consiste à enchainer les QE par centaines de milliards (inventer de l’argent pour résoudre les problèmes me parait une solution un peu trop facile) et au vu de l’état des finances publiques dans certains pays européens dont la France (comme vous le décrivez très bien dans votre livre).
        Je me dis donc que l’or, qui a été un moyen d’échange depuis des siècles (et peut donc être considéré comme une monnaie), permettra de survivre au cataclysme financier qui parait inévitable lorsque les pays feront défauts.
        José

  4. Binitials dit :

    Merci pour votre réponse, j’ai lu votre livre et bien qu’assez technique pour une personne qui n’est pas très au fait de toutes ces choses je l’ai trouvé très intéressant. J’ai apprécié le fait qu’il n’est pas écrit par un économiste adepte d’une doctrine ou d’une religion particulière mais par un entrepreneur qui adopte une approche pragmatique de ce sujet. Je m’intéresse depuis peu à ces sujets et votre livre apporte une approche intéressante.

    Je viens de le terminer il y a peu de temps, il me faudra certainement le relire et réfléchir pour bien le comprendre mais d’ores et déjà la façon dont vous décrivez l’impact de la politique monétaire sur l’entreprenariat est saisissante de vérité. Plus je réfléchis plus je me rend compte que vous avez mis une explication sur un phénomène dont je ne comprenais pas la cause.

    Ce livre et les phénomènes que vous décrivez méritent aussi plus de développement sous un angle « non financier ». C’est la première fois que je lis un livre prenant pour acquis l’existence d’une caste. Je ne l’ai entendu qu’une seule fois auparavant il y a 15 ans au moins, de la part d’un certain Ronald Bibace, américain d’origine francophone qui lui s’attachait à la relecture des textes fondateurs de la démocratie et dont il dénonçait les principes n’étaient pas respectés par une caste de technocrates, Avocats aux Etats Unis, Hauts fonctionnaires en France qui avaient détournés l’état et finalement pour le faire fonctionner à leur profit.

    Tout serait perdu, disait Montesquieu si seulement deux des trois puissances que sont l’exécutif, le législatif et le judiciaire étaient entre les mains d’un même homme ou d’un même corps aux intérêts communs car ils seraient en mesure de faire voter des lois à leur profit exclusif, utiliser la force publique pour les imposer et juger ceux qui refuseraient de s’y soumettre … Combien de fonctionnaires au gouvernement ? Combien de fonctionnaires à l’Assemblée ????

    Enfin, il semble qu’une crise financière vient secouer les marchés tous les 7/10 ans … SI l’histoire se répète la prochaine viendra secouer l’économie dans les dates que vous mettez en avant pour une crise probable de la dette de la France. Est-il possible dans l’éventualité qu’elle se produise de prévoir ses effets sur une crise de financement du pays ?

    • Cher Lecteur
      Le grand merite de la Democratie c’est de permettre la correction des erreurs
      Si une caste prend le pouvoir, a ce moment la la correction des erreurs n’existe plus
      Le probleme c’est que la correction des erreurs donne l’impression d’embardees et que le pilote ne sait pas ou il va
      Ce qui est vrai
      Mais dans une technocratie, le pilote va tout droit dans le mur, ce qui est bien pire que de changer de direction quand le peuple se rend compte que ca ne marche pas
      Comme le disait Milton Friedman
      Les elus n’apprennent jamais
      Ceux qui apprennent, ce sont les electeurs
      Amicalement
      cg

Les commentaires sont fermés.