FRANCE Cout d’un CDS

Dans le texte de mon livre, je mentionne que je mettrai à jour les graphiques qui en ornent les pages, si quelque chose venait à changer. C’est le cas.

Toujours dans mon livre, je mentionnais que l’un des premiers endroits ou un accroissement de la défiance des marches vis-à-vis de la dette française se verrait serait dans le prix des CDS (CREDIT DEFAULT SWAPS) sur la France.

Le prix de ces CDS viennent de monter très fortement, comme le montre la mise à jour du graphique qui apparaissait dans mon livre.

Nous sommes à un nouveau plus haut sur ce contrat qui assure un acheteur d’obligation française contre la faillite de notre Etat

Certes, nous sommes loin de l’Espagne ou de la Grèce, mais la tendance à la détérioration est très inquiétante.

 

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour FRANCE Cout d’un CDS

  1. BA dit :

    Lundi 29 novembre 2010, vers 14h15 :

    Les marchés internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de l’Espagne à rembourser ses dettes.

    Les taux d’intérêt de l’Espagne sont en train d’exploser.

    L’Espagne fonce vers le défaut de paiement.

    Italie : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 4,549 %.

    Espagne : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 5,345 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPG10YR:IND

    Portugal : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 7,028 %.

    Irlande : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 9,238 %.

    Grèce : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 11,687 %.

  2. Cher Monsieur,
    merci pour toutes ces precisions.
    Hélas, trois fois hélas
    Tout se passe comme dans une tragedie Grecque.
    Tout le monde sait ce qui va se passer et personne ne peut rien pour empecher l’inéluctable.
    Le destin est en marche
    CG

  3. Ping : Hashtable » L’état français saisit (discrètement) le Fonds de Réserve des Retraites

  4. Faucompré dit :

    Bonjour Charles Gave !
    Merci pour votre communication? interessante et inquiétante.
    Pourriez vous nous donner le même graphe pour l’Allemagne, la Grèce et l’Espagne ?
    Cordialement,

    PF

  5. ytfbasw dit :

    Implacable.

    Que faire donc de nos avoirs en France ?
    Quels placements sont les plus sûrs ?

  6. Aurélien dit :

    Mr Gave,

    dans vos chroniques dans le Journal des Finances vous conseillez de privilégiez la détention d’actions et non de cash.

    La trentaine, j’envisage un achat immobilier (centre-ville de Nancy) pour résidence principale; mais je trouve les prix artificiellement élevés par la faiblesse des taux d’intérêts et les aides étatiques à l’acquisition de bien immobiliers. Ces 2 facteurs ne seront pas éternels.

    Quel est votre point de vue à ce sujet, je vous prie?

    Merci pour vos livres et vos chroniques, elles relèvent le niveau de tout ce que l’on peut lire et entendre tous les jours dans les media.

  7. Ping : L’état français saisit (discrètement) le Fonds de Réserve des Retraites | Contrepoints

  8. BA dit :

    Lundi 29 novembre 2010 :

    A propos de l’Italie :

    – Emprunt à 3 ans :

    La dernière fois que l’Italie avait lancé un emprunt à 3 ans, elle avait dû payer un taux d’intérêt de 2,32 %. Lundi 29 novembre, l’Italie a dû payer un taux d’intérêt de … 2,86 %.

    – Emprunt à 7 ans :

    La dernière fois que l’Italie avait lancé un emprunt à 7 ans, elle avait dû payer un taux d’intérêt de 1,78 %. Lundi 29 novembre, l’Italie a dû payer un taux d’intérêt de … 2,30 %.

    – Emprunt à 11 ans :

    La dernière fois que l’Italie avait lancé un emprunt à 11 ans, elle avait dû payer un taux d’intérêt de 3,89 %. Lundi 29 novembre, l’Italie a dû payer un taux d’intérêt de … 4,43 %.

    Plus les jours passent, plus l’Italie emprunte à des taux d’intérêt de plus en plus exorbitants.

    Plus les jours passent, plus l’Italie se surendette.

    Plus les jours passent, plus l’Italie se rapproche du défaut de paiement.

    Regardez bien ces graphiques hallucinants :

    Italie : taux d’intérêt des obligations à 2 ans : 2,855 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR2:IND

  9. BA dit :

    Italie : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 4,638 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

  10. helas
    tout se passe comme prevu
    cg

  11. misskapoo dit :

    Avis perso, la France et l’Italie a LT risque de devisser pour une plus longue periode que l’Espagne et le Portugal => ces 2 peuples ne veulent rien reformer.
    Tous les pays trichent sur leurs dettes reelles, la France est en bien pire etat qu’on ne le dit, mais on ne trompe pas les institutions financieres internationales aussi facilement que le peuple, fort risque de chaos MT.
    Les Portugais et les Espagnols essaieront un peu de se battre, mais ils se mettront au travail quand la France et l’Italie sera dans la rue a tuer ce qui pourrait encore etre sauve.
    Apres 35 ans de gabgie des politiciens de tous bords, il etait evident qu’un jour on allait payer l’addition, l’echeance approche serieusement. La crise n’est qu’un revelateur/accelerateur, mais n’est que tres peu en cause, seuls tous nos politiciens portent la responsabilite de ce que nous allons subir, ils vont bien sur trouver des coupables, banques etc., mais ils sont bien les seuls coupables.
    On emprunte 500 Millions par jour, et ca ne suffit pas pour payer nos 5 millions de fonctionnaires, ce boulet ingerable mis en place par la politique pour s’assurer une reelection, ils devraient etre inculpes, il y a suffisamment de chefs d’accusation pour le faire.
    L’avenir proche est d’un gris de plus en plus fonce, on va vers le noir.

  12. peter dit :

    pourquoi dire que les fonctionnaires sont responsables de la gabegie des politiques
    mises en place par nos hommes politiques depuis 30 ans et par les directives europeennes?
    une analyse détaillée de la structure de la dette française démontrerait surement
    que c’est plutôt la dette des multinationales et des banques françaises que nous
    employés et ouvriers payons!!!!

  13. Bernard dit :

    Bonjour,

    Monsieur Gave, merci pour ce blog.
    Dans le prolongement du message de ytfbasw, la question de l’ouverture d’un compte bancaire à l’étranger peut se poser : ouvrir un compte bancaire en couronnes suédoises dans une banque suédoise en Suède ? Ouvrir un compte bancaire à HK en hong kong dollars ? Avec quelles difficultés à contourner ? Pour quels résultats attendus ?
    Cordialement.
    Bernard

  14. Jacques dit :

    Tout d’abord un grand merci Mr Gave pour partager votre expertise sur le monde économique actuel.

    En complément du message précédent de Bernard, que vous pensez-vous du dollar canadien? Vous faites très souvent allusion au Canada pour ses réformes mises en place dans les années 90, mais vous citez rarement sa monnaie. Ce pays a-t’il moins d’atouts que la Suède dans le futur?

    Pensez-vous qu’il soit judicieux de transférer ses avoirs en euro dans cette monnaie?

    Cordialement,
    Jacques

  15. Cher Monsieur
    J’aime bien le dollar Canadien.
    Le pays est bien géré et à une bonne demographie
    Un probleme: il est un peu trop dependant des matieres premieres qui m’inquietent un peu en ce moment.
    Amicalement
    cg

  16. Gilles dit :

    Bonjour M. Gave,
    J’ai adoré vous lire et vous félicite de prendre le temps de partager votre expérience et vos connaissances économiques sur ce lieu d’échanges qu’est votre blog.
    Je me fais cependant un peu l’avocat du diable, car hier M. Trichet annonce que l’Irlande et le Portugal sont « solvables », les pouvoirs politiques des pays Européens soutiennent que quoiqu’il arrive l’Euro sera sauvé. Ce matin (mercredi) on assiste à un rebond des places boursières, l’ € remonte…
    Alors ma question est multiple, pensez-vous que les dirigeants politiques et plus généralement l’Europe de M. Trichet ont les moyens de leurs ambitions, à savoir sauver l’euro? Ou bien est-il déjà trop tard et que ce n’est qu’un discours de façade de ces dirigeants voire un coup de bluff vis à vis des marchés, et que nous assistons par conséquent plus à un rebond technique et que ces mêmes marchés vont revenir à la charge contre l’euro?
    Cordialement,
    Gilles

    • Cher Monsieur
      A dire vrai personne ne peut repondre a votre question puisque nous ignorons l etat reel des pertes des banques par exemple en Espagne qui est un trop gros morceau pour etre sauve
      La question essentielle est; est ce que la BCE va acheter des obligations diectement a l’emission aupres des pays europeens, ou une structure de defaisance de la dette bancaire europeenne va t’elle etre montee de toutes pieces pour sauver les banques
      Si l’une des deux options se passe, a ce moment la l euro aura un sursis
      Sinon l ‘Espagne va se voir interdire de marche assez vite et c’est la fin
      cg

  17. ERIC dit :

    Demain, les français se réveillerons tous ruinés (ça c’est sûr et c’est déjà en partie fait mais les Français ne s’en sont pas rendu compte), alors que la veille, les élites politiques et économiques disaient de dormir tranquille. (Si vous avez des amis Argentins, posez leur la question, vous verrez, c’est assez rigollot comme situation) Le problème c’est qu’on ne sait pas quel est précisément ce demain. Ça peut durer un peu, car ils ne vont pas lâcher le morceau comme ça, comme ça peut aller très vite. Nous sommes rentrés dans des périodes de fortes turbulences, où nous verrons les crises en Europe se succéder et s’amplifier, mais avec des délais de plus en plus courts, jusqu’à la fin inéluctable de l’Euro et peut être même de l’Europe. Ce sont les mêmes qui vous ont racontés n’importe quoi, lors de la construction de l’Euro, et qui disent maintenant que tout va bien. Il ne faut pas les croire, et même souvent décoder leurs paroles. En principe quand ils disent que tout va mieux ou que tout va bien, c’est que tout va mal et de plus en plus. Enfin, c’est juste mon avis.

  18. MarcusVinicius dit :

    Le temps des turbulences, comme prédisait A. Greenspan en 2007…

  19. Cher M. GAVE,

    J’ai récemment lu un article où il était mentionné que les besoins de financement de la dette publique pour l’année 2011 serait de l’ordre de 10 000 milliards de dollars, avec l’arrivée à maturité des anciens emprunts et avec les nouveaux pour financer les déficits publics.
    Je n’arrivais pas à le croire. Aussi, je me suis refait une compilation sur les 35 plus grandes économies. (Le fichier est joint.)

    J’arrive à un résultat comparable: 9300 milliards d’USD pour les 35 plus grandes économies… (en considérant une maturité moyenne de 7.5 ans, comme en France)
    C’est à comparer à 56 800 milliards d’USD de GDP, soit 16% !!!
    Une telle ponction ne sera simplement pas possible.

    Même si toutes les finances étaient à l’équilibre, il resterait encore 10% du GDP avec les anciens emprunts…

    Une restructuration de la dette est obligatoire et sous quelques mois (à moins de faire donner le « 20ème de cavalerie » cher aux cow-boys).

    Je pensais que cette restructuration serait possible en jouant sur l’allongement des remboursements et/ou sur les taux, mais à ce niveau, il faudra toucher au principal (le « haircut » va tourner au « crewcut »)

    Devant cette perspective ébouriffante, j’ai commencé à douter de votre parole, Ô Maître… Me pardonnerez-vous?

    Certes, il ne fait aucun doute pour moi que les actions seront le placement de choix pour la décennie à venir, ne serait-ce que par dépit, parce qu’il n’y aura rien d’autre de bien joli et que l’argent devra nécessairement s’investir, surtout en cas de remontée de l’inflation.

    Toutefois, n’est-il pas trop tôt pour ce positionner?

    La crise de refinancement me semble bien plus grave qu’anticipé (ou peut-être ne vouliez-vous pas affoler le lecteur dans votre dernier livre), car pas seulement limitée au bloc USA + Europe.
    Il n’y aura pas assez d’argent pour tout le monde et je n’ai pas de vision de comment il va se répartir entre:
    d’une part des pays exportateurs à potentiel, mais qui ne vendront pas si leurs clients sont fauchés
    d’autre part des économies de consommateurs, où l’on peut craindre de verser de l’eau sur du sable
    Les gagnants seront peut-être ceux qui misent sur le dynamisme de leur consommation intérieure.
    Tant que le marché n’aura pas montré ses priorités, j’ai bien peur que les actions ne soient emportées dans la tourmente avec une baisse, qui pourrait nous ramener vers les niveaux de Mars 2009.
    (Je ne pense pas que l’on ne pourrait pas aller tellement plus bas – peut-être 10% plus bas – , car les capitalisations boursières attendraient la valeur des immobilisations corporelles.Sauf, si les immobilisations corporelles perdent aussi beaucoup de valeur, face à une crise aigüe.)

    Ne serait-il pas urgent d’attendre? Quelles sont les raisons qui amèneraient à se positionner maintenant?

    Et en attendant, sous quelle forme conserver son épargne? (Dommage que je n’aie pas accès aux CDS en tant que particulier…)

    Ma conclusion actuelle est:
    conserver de l’or (acheté dans le passé)
    rester cash, en achetant un panier de devises des économies les plus solides
    attendre le creux de la vague pour se positionner sur les actions d’une part, et sur l’immobilier, d’autre part, qui devrait chuter fortement et pour se diversifier et pour lutter contre l’inflation.
    Si l’on veut spéculer, acheter des options put pour jouer la baisse entre l’EUR et les devises des économies les plus solides; et ce plutôt sur que la parité EUR/USD qui pourrait jouer au yoyo avec l’enchaînement de mauvaises nouvelles de chaque côté de l’Atlantique. La paire pourrait s’enfoncer face aux pays « sains » dans une valse macabre.

    Qu’en pensez-vous?

    Comment se positionner sur les CDS, que vous préconisez chez Gavekal en tant que particulier?

    ____

    La deuxième conséquence de la crise de refinancement est qu’il est fort probable d’avoir une nouvelle crise bancaire.

    En effet, il y aura des luttes féroces entre les institutions financières pour se faire tondre le moins possible, avec une nouvelle crise de confiance interbancaire à la clé.

    Je pense que cela n’ira pas jusqu’à l’effondrement du système avec nationalisations forcées, car les gouvernements devraient pouvoir maintenir des « ilôts de confiance relative » à l’intérieur de chaque bloc économique, mais les conséquences sur l’économie inter-blocs seront graves.

    Je vois difficilement comment le système international de libre échange de l’OMC pourrait (voire devrait) perdurer dans ces conditions. Ce pourrait bien être le coup de grâce pour l’OMC, après tant de coups de canifs ces dernières années. (Pauvre M. LAMY que j’admire par ailleurs, pour son intelligence et son sens de l’Histoire.)

    A cause de cette crise bancaire, mon avis est que les blocs économiques vont se rigidifier, avec une remontée graduée du protectionnisme de bloc, USA en tête (C’est peut-être eux qui ont le moins à perdre, car leur économie est en relative autarcie). L’échec du dernier G20 est seulement un symptôme.

    ____

    Afin de trouver les meilleurs pays pour leur devise, j’ai poursuivi l’analyse quantitative en examinant ceux:
    qui ont des finances saines,
    qui seraient les moins impactés par une stagnation ou rechute du commerce international, du fait
    du % dans leur GDP
    des secteurs économiques exportateurs du pays
    du dynamisme économique des clients.
    Cette analyse est donnée dans le fichier joint.
    Le classement de base est fait sur : dettes publiques – balance commerciale – réserves de change.
    L’étude sur l’export vient en sus avec une faible pondération.

    Cette analyse aboutit à un classement qui vaut ce qu’il vaut, mais qui met en évidence certains points dérangeants.
    En particulier:
    les « meilleurs » sont:
    ceux qui n’ont pas d’état de droit (Chine, Arabie Saoudite, Russie, Koweit, Qatar)
    ceux avec un risque politique latent ou avéré (Arabie Saoudite, Thaïlande, Taiwan)
    liés aux pétrodollars (Arabie Saoudite, Russie, Koweit, Qatar)
    la Suède pourrait être très handicapée par sa dépendance aux exportations
    le Brésil, l’Inde et le Canada pourraient être handicapés par le refinancement de leur dette publique

    Si l’on exclut les pays ci-dessous qui ont le plus d’atouts en main, il reste:

    Hong Kong
    Singapour
    Taiwan
    Chili
    Corée
    Suisse
    Australie
    Nouvelle-Zélande
    J’ai conservé Taiwan, car, paradoxalement, je pense qu’en 2011, la Chine n’aura pas envie d’ajouter une crise politique à une crise économique, en donnant aux USA des prétextes à cristalliser leur nation.

    La Suisse est un cas à part, car la taille de son économie est disproportionnée par rapport à la taille de ses banques.
    Soit les banques suisses ont compris la leçon de 2009 et sont revenus à leur métier traditionnel d’hébergeurs des richesses du monde, en oubliant la banque d’affaires à l’américaine et cele se passera bien.
    Soit elle n’ont pas compris et la Suisse est à risque. Qu’en pensez-vous?

    _____

    Enfin, concernant l’Euro, nous connaissons ses graves défauts de conception, mais je ne comprend pas concrètement comment un pays pourrait en sortir.
    Ne serait-ce que physiquement avec la fabrication de billets et pièces, cela prendrait plusieurs mois dans un no-man’s land monétaire, alors que ce pays aura besoin de réactivité en temps de crise.

    Comment voyez-vous la sortie volontaire ou l’éjection forcée d’un pays?

    Comment voyez-vous la refonte de l’Euro, pour gommer ses défauts de conception? Un retour à l’Union Latine?

    Sinon la solution pour stabiliser l’Euro serait une harmonisation fiscale, même faite « à l’arrache ». L’exemple de l’Irlande qui garde sa taxe à 12.5%, n’est pas encourageant, pour une telle solution.

    ______

    J’espère que ce mail vous aura intéressé.

    En vous remerciant par avance de vos commentaires,

    Cordialement.

    Cher Monsieur
    En fait 16 % n’est pas du tout eleve
    La Belgique refinance 18 % de son PNB chaque annee sans probleme aucun
    En vous devez comparer les refinancements non avec le PNB mais avec les depots bancaires
    Comme il n’y a pas de reserves obligatoires sur les emprunts d’etat et que les depots bancaires representent environ 70 % du pnb aux usa par exemple et que personne n’emprunte, le financement des deficits est tres facile, d’autant plus qu’aux USA et en GB il est achete directement par la banque centrale (QE2)
    Le probleme se pose si d’un seul coup les banques se rendent compte que les emprunts de certains etats ne seront pas rembourses
    C’est ce qui se passe en ce moment
    Ce n’est pas un probleme de liquidite, mais un probleme de solvabilite de certains etats
    Si nous avons une cris de la solvabilite de certains etats, alors oui les marches vont etre tres agites, mais je crois qu’il faut laisser tRainer des lmites stupides sur les titres que vous aimez bien et continuer a eviter tout ce qui touche de pres ou de loin aux etats
    Amicalement
    CG

  20. Gilles dit :

    Bonjour M. Gave,
    Encore merci pour vos éclairages avisés et sans langue de bois. Cela fait du bien de lire Vrai. Et ce, d’autant plus que vous avez été j’ai le sentiment pendant de nombreuses années, seul contre tous ou presque sur cette théorie de « L’ Euro ce Frankenstein financier! » (voir vos livres). Votre opiniâtreté vous fait honneur M. Gave.
    Ma question peut s’adresser en fait à tout le monde sur ce site.
    Connaissez-vous ou quelqu’un connaît-il un site internet accessible pour un particulier référençant les prix des CDS, à jours, des différents pays de la zone euro.
    J’ai bien essayé le lien du site « Bloomberg » cité plus haut par BA , mais sans résultat.
    D’avance merci,
    Cordialement,
    Gilles L.

    • Cher Monsieur
      A dire vrai, je cherche moi meme parce que cette question m’a souvent ete posee
      Malheureusement, je n’ai pas encore de reponse
      Je les surveille cependant tous les jours
      Croyez bien que s’il y aviat un decalage sensible, j’en informerai immediatement les lecteurs du blog
      Amicalement
      cg

  21. Cher Monsieur
    Je ne reside pas en France et je suis bien en peine de repondre a votre question
    A mon avis, une banque internationale du style HSBC, Barclays, BNP ou Socgen doit avoir des fonds en obligations Canadiennes ou Asiatiques
    Reste a savoir s’ils ont achetables par des Francais
    Les banques francaises doivent avoir ces outils disponibles pour des Francais
    verifiez bien les couts cependant, en particulier les couts de souscriptions
    Sinon, vous pouvez sans doute ouvrir un compte multi devises dans votre banque et transferer votre cash dans la monnaie de votre choix
    Desole de ne pas pouvoir etre plus precis
    Amicalement
    CG

  22. ungars dit :

    Bon, et si tout le monde tombe, ça donne quoi concrètement ? Si l’Euro s’effondre, le dollar US suit dans les 3 semaines. Mais sinon, l’Euro deviendra la nouvelle monnaie internationale. Bien malin celui qui sait ce qui va se passer, sauf s’il peut influer sur le cours des événements, ce qui relève du complot à l’échelle mondiale.

Les commentaires sont fermés.