« Allo Berlin, on a un problème » article à paraitre dans le JDF

A mon humble avis, l’Allemagne a un problème.

Pendant l’été 2008 si mes souvenirs sont exacts, j’avais écrit un article dans le JDF qui expliquait entre autre que la politique économique allemande était assassinée pour le reste de L’Europe et nous amenait au désastre. Mon raisonnement, très simple, faisait remarquer que notre voisin d’outre Rhin subventionnait sa production, taxait sa consommation (hausse de la TVA) et refusait de déréglementer les secteurs de services ou il n’était pas concurrentiel.

Le but  était de dégager des excédents extérieurs que les autorités allemandes, encore et toujours mercantilistes, ont toujours considéré comme le signe d’une bonne gestion, ce qui est une erreur intellectuelle gigantesque.

Le fait que cette erreur fut partagée par bon nombre de lecteurs du JDF  à l’époque, qui m’avaient violemment pris a partie n’en fait  pas une vérité. La majorité peut avoir tort aussi, comme trop souvent l’histoire nous l’a prouvé ne serait-ce que pendant la dernière guerre. Une erreur reste une erreur, même si elle est partagée par 90 % de la population.Le mercantilisme a toujours amené à des désastres économiques ou financiers et nous en avons encore une preuve aujourd’hui.

Nous sommes en effet en train d’arriver au point ou le monstre que l’Allemagne a réveillé va se retourner contre elle.

L’Allemagne a accumulé depuis 10 ans un surplus commercial d’environ 700 milliards d’euro avec ses partenaires de l’Euro.

Ce qui veut dire en termes simples que l’Allemagne a vendu pour 700 milliards de plus qu’elle n’a acheté et qu’en contrepartie, elle a reçu plein de jolis bouts de papiers émis par des Grecs, des Italiens ou des Espagnols reconnaissant qu’ils doivent de l’argent aux allemands pour la Mercedes dans laquelle ils roulent.

Eh oui, si vous avez un excédent des comptes courants, vous avez un déficit de la balance des capitaux, c’est-à-dire que vous prêtez de l’argent à ceux qui achètent vos produits. Et si vous êtes dans une monnaie unique, vous ne pouvez pas demander aux Irlandais de vous filer une partie de leurs réserves de change pour solder vos dépenses. Le règlement des différences de balance commerciale se fait par l’Allemagne acceptant de la dette émise par des Irlandais. Pas d’autre solution. Sauf pour les Allemands a bâtir des usines en Espagne, ce qu’ils n’ont pas fait puisque c’était moins cher chez eux.

Et tous ces bouts de papier sont domiciliés dans les coffres des banques allemandes. Par exemple, les banques allemandes auraient prêté 180 milliards d’euro aux banques irlandaises en achetant leurs obligations ou en leur prêtant directement, ce qui correspond a prés de trois fois le PNB Irlandais.

Ce qui laisse à penser que les autorités de contrôle des banques allemandes, Bundesbank en tète, ont complètement failli à leur devoir de surveiller les banques allemandes.

Qui, en Allemagne, a été assez fou pour laisser les banques allemandes s’engager à ce point sans y mettre le holà ? Et en faire autant en Espagne, en Grèce, dans les subprimes Américain etc…

L’irresponsabilité des autorités financières de contrôle en Allemagne dépasse l’entendement.

Et maintenant, les Allemands, ces préteurs irresponsables, se retournent vers les Espagnols ou les Irlandais et leur disent qu’il est hors de question qu’ils ne soient pas remboursés, et que s’il faut, les populations locales doivent être réduites à la misère pour sauver ces banquiers incompétents s’il en fut, outre Rhin

Si j’étais ministre des finances Irlandais ou Espagnol (ce que grâce au ciel je ne suis pas), je mettrais en avant les faits suivants.

  • Si je dois $ 1 million  à ma banque, j’ai un problème.
  • Si je luis dois $ 1 milliard, c’est elle qui a un problème.

Ce ne sont pas, ou pas seulement les Espagnols ou les Irlandais qui ont un problème : après tout, eux ils roulent en Mercedes. Ce sont les banques et compagnies d’assurance allemandes  qui sont bourrées des papiers émis par ces braves gens. Et que l’on ne me dise pas que la bonne foi des banquiers allemands a été surprise : prêter trois fois le PNB pour aider les banques en Irlande à spéculer à du laisser de grasses commissions qui n’ont sans doute pas été perdue pour tout le monde, suivez mon regard.

Bref, avec sa politique mercantiliste imbécile, l’Allemagne a créé un problème financier monstrueux, dont, par un juste retour des choses, elle va être la victime, et c’est pour cela que le mercantilisme est une imbécillité

Je dirai donc simplement à Madame Merkel (même et surtout parce qu’elle ne demande rien): « Vous êtes à l’origine du problème, les banques qui sauteront en premier ce sont les vôtres, il serait urgent que vous trouviez une solution comme de continuer à financer le reste de l’Europe et à déréglementer à toute allure les secteurs ou vous n’étes pas concurrentiels pour nous permettre de vous vendre quelque chose. Etre créditeur, ne vous donne aucun droit spécial tant vous avez été nuls dans la distribution des crédits

En termes simples: Abandonnez votre politique mercantiliste désastreuse, qui nous a mené la où nous en sommes.Ce n’est pas en appauvrissant les autres européens que les dettes que vous avez accumulées seront remboursées, bien au contraire.Au lieu de cela, coupez les impôts sur la consommation, déréglementez, cessez de pressurer les salaires, ouvrez vos frontières et redevenez ce que l’Allemagne d’Adenauer et de Kohl  a toujours été, une force de croissance.

L’Europe ne se renforcera que si les économies, toutes les économies croissent. Sinon, elle échouera, ce qui serait tragique. Et l’Allemagne en portera la responsabilité.Pour l’instant, je ne pense pas que les allemands aient vraiment compris.

Je reste donc avec la stratégie que je préconise depuis des mois :

– Valeurs exportatrices,

– Pas d’obligation européennes,

– Cash en FS  Couronne Suédoise, Dollar de Singapour, voir Dollar US ;

– Placements obligataires en monnaies asiatiques.

 

 

C.G

 

 

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour « Allo Berlin, on a un problème » article à paraitre dans le JDF

  1. Desmeuzes dit :

    Votre article va faire du bruit car l’Allemagne est perçue comme de loin le meilleur élève de la classe de la zone euro sur le plan des déficits et on ne s’attaque pas comme ça à Sainte Angela !
    Amicalement.
    Marc

  2. ceteris dit :

    Merci de votre analyse.
    Effectivement, vu comme cela, si le vendeur est à la fois le banquier, en fin de course, il affiche de belles ventes et de grosses créances à son bilan (et pas du cash !)… Et son actif net est douteux autant que le client sur lequel il détient le créance peut l’être…
    De son côté, l’acheteur a des actifs avec autant de dettes en face et donc pas d’actif net…

    Et alors, si le client/emprunteur ne peut plus payer, il passe sous le contrôle du vendeur/banquier…(synonyme de protectorat que vous évoqué ailleurs)

    Mais à ce que je lis, ça ne s’arrête pas là, le vendeur s’est fait plus banquier encore en finançant aussi ce qu’il ne vend pas, (immobilier espagnol, irlandais…) et là les banques allemandes peuvent bien prendre le contrôle des emprunteurs, les actifs en face ne valent plus ce qu’ils valaient.

    Si on est bien devant le chateau de carte que vous décrivez, l’épée de Damoclès qui est dessus ça s’appelle un risque systémique ? Car au dela de la dérive de la dette des états européens, c’est aussi la dérive du crédit octroyé par les banques (en nature et volume) dont il s’agit ?

    Merci

  3. Gilles dit :

    Bonjour M. Gave,
    Vous parlez des valeurs exportatrices en stratégie d’investissement, mais ne vont-elles pas elles aussi subir (peut-être indirectement) les grandes turbulences à venir. Si oui, n’est-il pas un peu tôt pour les avoir en portefeuille, et pour le coup ne vaut-il pas mieux comme vous le disiez dans un article précédent, garder sa poudre bien sèche!?
    Amicalement,
    Gilles

  4. Binitials dit :

    M. Gave,

    J’ai lu aujourd’hui que la France et même l’allemagne commençait à avoir des problèmes à se financer sur les marchés …

    Où peut on se procurer l’information sur le coût d’un CDS sur l’emission de dette française ?

    cdt,

    Binitials

  5. Deux articles plus bas…

  6. Donc France, on est à cout d’un CDS a plus de 106 pour assurer 10 millions de dollars

  7. Sebaneau dit :

    Dans l’esprit de son inventeur, la TVA devait être une taxe « neutre » –c’est-à-dire une taxe qui ne déplacerait pas les facteurs de production. C’est évidemment impossible dans l’absolu, mais c’est ce qui s’en rapproche le plus.

    La conséquence en est qu’une hausse générale de la TVA –par opposition à un changement de son taux sur un produit particulier– ne donne pas aux producteurs de raisons décisives de réduire leur production existante pour porter ailleurs leurs facteurs de production. Autant dire qu’ils sont piégés, ce qui était bien l’intention diabolique de Maurice Lauré.

    Et comme ils ne peuvent pas réduire leur production, à demande inchangée les prix ne peuvent pas monter : cette augmentation générale de la TVA, c’est eux qui la paient et pas les consommateurs.

    Le fait que par conséquent la TVA, comme pour une fois son nom l’indique, ne taxe pas la consommation mais la production, ne peut-il contribuer à illustrer encore davantage le caractère aveugle et vain de la politique mercantiliste du gouvernement allemand ?

    Et, dans la mesure où cela a pour conséquence que l’état allemand, par la TVA, reprend aux salariés allemands ce qu’il leur distribue par ailleurs en termes de subventions, cela n’invite-t-il pas à rechercher des explications complémentaires aux excédents commerciaux, c’est-à-dire aux surplus d’épargne de l’Allemagne ?

  8. Ping : Cours après moi que je t’attrappe : Emprunts européens / grand chassé-croisé et cible mouvante « le blog a lupus…un regard hagard sur l'écocomics et ses finances….

  9. Ping : Cours après moi que je t’attrappe : Emprunts européens / grand chassé-croisé et cible mouvante « le blog a lupus…un regard hagard sur l'écocomics et ses finances….

  10. dupontel dit :

    Que pensez vous des dollars australiens?

    D’autre part, et pour répondre a Sebano (a moins que je ne fasse une erreur, mais CG me corrigera), la TVA a incité les producteurs allemand a exporter (hors taxes) et donc a accumuler des excédents commerciaux.

  11. Gilles dit :

    Bonjour Dupontel,
    C.G a déjà répondu à ta question sur le $AUS. Relis bien les articles déjà traités. Celui intitulé « Perdus? » devrait t’intéresser.

  12. CANDIDE dit :

    Bonjour M. GAVE
    Je vous remercie pour votre article, mais si vous voulez bien porter votre attention à l’article suivant provenant du journal suisse « LE TEMPS » :
    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/820a55f8-0638-11e0-bc0a-72cbca2c59b1|0
    le problème que vous évoquez semble sans commune mesure en intensité avec celui qui attend l’économie mondiale. De plus, il exprime une opinion nettement divergente de la votre telle que vous l’aviez exprimée dans un de vos précédents articles concernant les actifs dans lesquels il faut investir pour traverser la crise actuelle (arbitrage entre les actions et l’or).
    Bien cordialement à vous et Bonnes Fêtes à vous ainsi qu’à nos amis lecteurs.

  13. max dit :

    Ce problème de financement débile des bulles immobilières par les banques est en effet bien connue maintenant et les banques paieront pour ces erreurs, entrainant dans leur chutes d’autres victimes encore incertaines. Comment expliquer vous néanmoins Mr Gave, qu’en France , ont soit le seul pays à ma connaissance où face à une bulle immobilière également évidente (liée à la pénurie organisée et à la méfiance des investisseurs face à la valeur des monnaies), les banques continuent d’augmenter la masse de crédit lié à ce seul secteur d’activité, avec pour conséquence des prix complètement rocambollesques et de fait potentiellement très instables????

  14. jacques dit :

    Ne peut-on pas appliquer le meme raisonnement pour la Chine vis a vis du dollar et de la dette américaine ? « Allo Pékin , on a un problème  » a déja dit Mr Geithner. A cette nuance près que la Chine reconvertit une bonne partie de ses créances en matières premières et en biens tangibles comme des surfaces agricoles.Les banques allemandes auraient interet à racheter des biens tangibles en Irlande, Grece, Espagne avec ces créances que l’on sait douteuses, quitte à créer de nouvelles bulles. On tourne en rond!

  15. prime dit :

    l’article du temps, c’est exactement ce que dit Charles, à cette différence que si, in fine, il ne conseillle pas l’or, c’est qu’il estime que les USA après les récentes élections vont arrêter la planche à billets et faire marche arrière toute. donc chute de la prime de risque sur les actifs réels.
    une question cependant: est ce que les actions ne sont pas des « actifs réels »? ce sont des entreprises ! effectivement on peut comprendre aussi que leur prospérité dépend de la solidité du secteur bancaire…qui semble très mal parti…mais d’un autre côté charles préconisait celles qui sont en cash-flow positif donc peu dépendantes des banques…oui mais, s’il y a effondrement, tout s’effondre???

  16. Gilles dit :

    Et pour rebondir sur l’article du journal « Le Temps » cité ci-dessus, vous disiez dans un article précédent M. Gave qu’ il y a deux entités qui peuvent créer de la monnaie:
    La banque centrale et les banques commerciales.
    Si les banques commerciales ne prêtent plus, la masse monétaire diminue et par conséquent la banque centrale ne fait que jouer son rôle de contre-poids en injectant de la monnaie dans le système. Résultat la masse monétaire est à peu près stable et donc in fine pas d’inflation.
    Mais qu’arrive t-il si les banques commerciales rouvrent les robinets du crédit comme cela a l’air d’être le cas (bulle immobilière). Et que notre chère BC elle s’endort sur le robinet, que dis-je la lance en position ouverte?
    Cordialement,
    Gilles

    • Absolument
      Mais les Chinois continuent a preter aux Americains, ce que les Allemands refusent de faire pour les Esapgnols
      A l’arrivee, les creances Chinoises baisseront de valeur en Yuan parce que la monnaie Chinoise devra bien monter un jour ou l’autre alors que chez nous les creances baisseront de valeur par faillite du debiteur, ce ui est autrement plus grave
      CG

  17. Desmeuzes dit :

    En réponse à « prime », une dépêche AFP du 19/12/2010 semble aller dans le sens espérer de Mr Gave :
    « Les ultra-conservateurs du Tea Party, moteur des républicains lors des élections législatives américaines du 2 novembre, ont fait sentir leur influence cette semaine au Congrès, avec l’enterrement d’une vaste loi de finance de plus de 1.100 milliards de dollars.
    Sous la pression de la droite conservatrice, qui réclame moins de dépenses publiques, les républicains du Congrès s’étaient engagés au cours de la campagne électorale à réduire le budget fédéral de 100 milliards de dollars. »

    Affaire à suivre…

  18. Marc dit :

    Bonjour,

    Si je partage votre sentiment sur l’Allemagne je suis par contre surpris(doux euphémisme…) de lire que vous pensez que les Allemands devraient « continuer à financer le reste de l’Europe ».
    Comment peut-on raisonnablement penser que la solution à une crise de surendettement consiste à relancer…l’endettement!
    Il y a quelques jours vous citiez Saint Paul,à mon tour je ferais référence à un disciple de Jésus(libéral vraiment?);
    « Si ton pied est pour toi une occasion de chute coupe le »
    Saint Matthieu.

    Je ne comprends pas votre optimisme,de deux choses l’une ou Bernanke et consorts poursuivent leur délirante politique et alors in fine l’inflation(des matières premières pas des salaires!)finira de détruire l’économie,ou les Etats les plus endettés vont faire faillite entrainant avec eux le secteur financier(avec en première ligne les bancaires et les assureurs).
    Dans les deux cas les taux vont se tendre provoquant une effondrement du système financier et une indescriptible catastrophe économique.

    Jusqu’à preuve du contraire les intentions des autorités politiques et monétaires sont très claires!Entre parenthèse la question du successeur de JC Trichet se pose,elle est centrale!Je crois deviner que des manoeuvres ont débuté pour écarter le faucon Weber.Au profit d’un vrai?

    En d’autres termes il convient de se couvrir en achetant des actifs tangibles,des matières premières,et de se préparer(2012?) à vendre à découvert des indices ou mieux des actions(les banques,de vraies zombies, sont condamnés,simple question de temps).
    Quand aux devises la plus intéressante reste le yuan,malheureusement il n’est pas aisé d’en acheter…

    La réalité c’est que si le marché est devenu un paradis pour spéculateurs(et encore pour les meilleurs) il n’y a plus beaucoup de place pour les investisseurs,et comme toujours la fin de l’histoire est écrite,les petits porteurs vont se faire plumer,la plupart des gérants aussi mais ils ne perdront pas leur argent.

    Merci de prendre sur votre temps,probablement précieux, pour nous faire partager votre sentiment.

    PS:Vous êtes à Hong Kong?Je déménage à Shanghai(Londres est condamné)…
    « You have to go where the money is »

  19. Marc dit :

    « Ils organisent la misère et la ruine »

    Le temps de retrouver la citation…
    « Toutes les turpitudes de notre régime,j’en ai toujours trouvé la source dans des interventions de l’Etat.Les systèmes malthusiens donnent à leurs auteurs toutes les apparences de l’action généreuse,alors qu’ils organisent la misère et la ruine »
    Jacques Rueff.

    De Gaulle/Rueff,une doublette de rêve!

    Salut et liberté.

  20. Gilles dit :

    Euh, je ne suis pas certain Marc (voir l’article: « de l’Etalon Or ») que M. Gave partage ton point de vue sur M. Rueff!!!

  21. Cher Monsieur
    Je me suis sans doute mal exprime, mais je ne demande pas que l’Allemagne finance nos deficits, mais simplement qu’elle cesse de nous agresser en subventionnany sa production, en taxant sa consommation et en refusant d’ouvrir a la concurrence internationale les ecteurs des services ou elle n’est pas concurrentielle
    Si elle cessait de nous agresser, je suis sur que les fameux comptes courants ecedentaires allemands disparaitraient comme neige au soleil et tout le monde s’en porterait beaucoup mieux
    Quant a la ploitique de Bernanke, je vous renvoie aux articles precedents sur ce sujet
    Amicalement
    cg

  22. ungars dit :

    Attention, le PNB irlandais (en 2008) était à 231 milliards de dollars…
    Taux de change au 23/12/2010 :
    1 EUR = 1.3117 USD, 1 USD = 0.7624 EUR
    http://atlas.challenges.fr/pays/IE-irlande/informations.html

  23. Marc dit :

    Dieu sauve la Reine…

    Merci d’avoir pris le temps de me répondre,j’avais bien compris que l’on ne pouvait pas vous compter parmi les admirateurs des politiques économiques et monétaires conduites…
    Les banquiers centraux vont prendre,et nous infliger(!),une leçon de politique monétaire.
    Le laboratoire du grand n’importe quoi monétaire c’est l’Angleterre,et le moins que l’on puisse dire c’est que les résultats des actions conduites par les autorités sont catastrophiques,la dette est hors de contrôle,le déficit abyssal,les chiffres du chômage calamiteux,et l’inflation s’élève à 5% avant même l’augmentation de 2.5 points de la TVA!
    La hausse des taux,ou l’effondrement de la Livre si la Banque d’Angleterre continue de manipuler le compartiment obligataire,finira par détruire l’économie du pays.
    N’en déplaise à Mrs Bernanke et King(le mal nommé),on ne relance pas une économie en détruisant la monnaie(en manipulant le compartiment obligataire),l’inflation va finir de détruire l’économie(GBP/USD,1 pour 1?…).
    Entre parenthèse les Chinois seraient bien inspirés de comprendre que leur intérêt c’est de laisser le yuan s’apprécier,contrairement à ce que pensent beaucoup d’analystes(le stratégiste en chef de la Société générale,toujours à côté de ses pompes,croit même à une dévaluation!) ils porteraient alors l’estocade!
    Quand l’Angleterre fera défaut(après un humiliant appel au secours du FMI?)il sera alors le moment de se souvenir du discours de Sarkozy devant les Communes en 2007,un monument de flagornerie,une sortie grotesque aussi « amusante » que son plaidoyer pour des subprime à la française…
    Les opérateurs de marché ne comprennent rien à l’économie(et souvent pas grand chose aux marchés…),
    les économistes ne comprennent rien aux marchés(et beaucoup ne comprennent rien à l’économie…),et les politiques ne comprennent rien ni à l’économie,ni aux marchés!

    Plutôt que d’acheter des actions d’entreprises exportatrices je préfère acheter des MPs(de préférence agricoles,et après une correction si le marché veut bien nous faire une fleur,rebond du dollar?…),du gaz,du riz,du sucre,du café…
    Les yeux rivés sur l’or beaucoup ne comprennent pas que tout le compartiment est en mode bull market.Rien n’arrête un marché haussier(même si il convient de se méfier des séquences de deleveraging…)et pour que le marché retrouve l’équilibre il faut des années…

    Au plaisir de vous lire.

    PS:Traders fous…

    En 2004 Sarkozy(alors aux Finances),contre l’avis de la Banque de France décidait de céder 500 tonnes d’or(de mémoire sur 4 ou 5 ans),aujourd’hui il serait intéressant de connaitre le montant des pertes,en Angleterre Brown a été encore moins inspiré il a vendu plus d’or et encore moins cher(en 2000,le bottom…).Si Kerviel risque la prison eux courent toujours….

  24. Gilles dit :

    Pour rebondir sur votre avant dernière remarque ci-dessus, M. Gave, la chine n’est-elle pas justement en train de se pencher au chevet de l’Europe en garantissant les créances des états (notamment le Portugal) ou du moins se disant prête à aider ceux-ci, couvrant ainsi les éventuels défauts de paiement, comme elle le fait déjà pour les USA?
    Cordialement.
    Gilles

    • Cher Monsieur
      Le Gouvernement Chinois n’est pas vraiment remarquable pour son altruisme
      Les motivations derriere l’achat d’obligations Portugaises sont faciles a comprendre
      s’il le fait c’est qu’il espere empecher l’euro de s’ecrouler, ce qui aurait un effet desastreux sur les exportations Chinoises et donc sur l’emploi local
      Ils soutiennent l’Europe apres l’avoir mis a genoux en main tenant un taux de change sous evalue dpeuis des annees, un peu comme la corde soutient le pendu
      Amicalement
      CG

Les commentaires sont fermés.