Incompréhension ou quand la Fed crée des « faux prix » de Charles Gave A paraitre dans « Investir »

L’inflation, c’est de subventionner des dépenses qui ne rapportent  rien avec de l’argent qui n’existe pas (Jacques Rueff)

J’essaie de comprendre ce qui se passe dans les marchés financiers depuis 40 ans. Pour être honnête, de temps en temps j’ai l’impression d’y arriver mais il m’arrive fréquemment de « flotter » un peu tant la masse des informations  à digérer est importante. Mais la ou je deviens carrément schizophrène, c’est quand je ne comprends pas ce qu’essaye d’accomplir l’une ou l’autre des grandes banques centrales. Et c’est le cas aujourd’hui : j’ai des problèmes à comprendre ce que cherche à faire, non pas la BCE (pour une fois), mais la banque centrale US, couramment appelée « la Fed. » McChesney Martin, l’un des gouverneurs légendaires de la Fed avait coutume de dire que son rôle était d’arrêter de verser de l’alcool aux invités des que la fête commençait à devenir amusante. Par la, il voulait dire bien sur que le rôle d’une banque centrale était de freiner quand l’économie accélérait et d’accélérer quand l’économie freinait. Or les signes que l’économie mondiale est peut-être en train d’entrer dans un boom commencent à s’accumuler. La reprise, après l’incroyable chute de 2008-2009 a commencé dans les pays émergents en général et la Chine en particulier. De la elle a gagné le Nord de l’Europe, la Suède en tète, puis est passée a l’Allemagne, aux Etats-Unis et elle a l’air de toucher maintenant des pays que l’on pensait sans espoir de croissance du style Italie ou Espagne  Les matières premières, cuivre en tete, s’envolent, les marchés des actions suivent.

En fait, que l’on regarde les indicateurs économiques avancés du type PMI, le cours des matières premières, l’évolution des cours du pétrole, les cours de bourse des actions, voir l’immobilier dans des villes comme Hong-Kong, Singapour New-York ou Paris, tout semble indiquer qu’un nouveau boom inflationniste a commencé.

Rien de très surprenant dans l’irruption de ce boom, me direz vous, compte tenu de l’avalanche de liquidités déversées par les banques centrales en 2008-2009. Certes, certes, mais enfin, si nous rentrons dans un boom, peut être faudrait il que la Fed a tout le moins cesse d’injecter des liquidités et qu’elle commence peut être à faire monter les taux courts pour que les pauvres épargnants cesse de se voir massacrer avec des taux réels négatifs.

Point du tout. La Fed, imperturbable maintient les taux à zéro, (c’est-à-dire a -2 % en termes réels) et continue à acheter des obligations d’état. Elle est donc en train de continuer a manipuler le prix de l’argent court et le prix de l’argent long en les maintenant grotesquement trop bas tous les deux exactement comme si nous étions en 1934 au bord d’une  déflation/dépression … et ces manipulations entrainent bien sur le dollar a  la baisse, et les matières premières en particulier alimentaires a la hausse ce qui est extrêmement dangereux pour tout le monde et surtout pour les pays importateurs de nourriture comme l’a découvert monsieur Moubarak, première grande victime politique de monsieur Bernanke (il y en aura d’autres).

L’incendie a -peut être-commencé et le pompier envoie des grands seaux d’essence sur le brasier. Et ceci me rappelle de tres mauvais souvenirs. J’ai en effet déjà vu ce (mauvais) film, en 1977-1978 avec Carter dans le rôle d’Obama et Miller dans celui de Bernanke. Taux réels négatifs, pression pour faire baisser le taux de change du dollar, déficits budgétaires explosifs, hausse du poids de l’état dans l’économie, rien ne manque à l’appel.

Et il faut que le lecteur d’Investir /JDF se rende bien compte d’une chose. Quand la banque centrale crée ce que Jacques Rueff appelait un « faux prix » pour les taux d’intérêts et le taux de change, tous les prix dans le système deviennent faux. Les taux d’intérêts servent en effet à déterminer le partage entre la consommation (le présent) et l’épargne (le futur), tandis que les taux de change servent à faire le tri entre ce qui doit être produit dans le pays et ce qui doit être produit à  l’extérieur. Ce qui veut dire que le système des prix mondial  est en train d’être cassé par celui qui en la charge, le banquier central de la monnaie de réserve mondiale, le dollar US et que donc plus personne n’a de boussole.

A ce point je ne peux me dire que deux choses.

  • Ca ne va pas durer, les marchés obligataires vont y mettre bon ordre
  • Comment me protéger en attendant

Tout ce que je peux essayer de faire c’est de faire le tri entre les actifs qui sont soufflés a la hausse par cette politique débile et ceux qui au contraire en souffrent, et éviter les premiers en me concentrant sur les seconds.

Et ici, l’Histoire aide un peu.

Toutes ces périodes de manipulations de taux d’intérêts se sont  en effet toujours terminées par un effondrement du marché obligataire américain et par contagion des autres. Continuons donc à éviter toutes les valeurs a revenu fixe, ce qui est ma recommandation depuis des mois.

Les valeurs d’épargne de substitution (matières premières, or, immobilier, art moderne etc.) sont purement et simplement un pari sur le maintien d’une politique désastreuse aux USA. Quand cette politique cessera la liquidité disparaitra de tous ces marchés en une journée. Je ne suis pas assez intelligent pour jouer ca.

Les actifs déprimés par cette politique incompréhensible sont bien sur le cash en dollar US et les actions des belles sociétés, incroyablement bien gérées, présentes dans le monde entier, en cash flow positif, bourrées de cash (plus de1000 milliards de cash) et cotées un peu partout (l’endroit importe peu). Compte tenu du niveau incroyablement bas atteint par le dollar, niveau qui n’est que la conséquence d’une politique monétaire incompréhensible, les lecteurs ont une nouvelle opportunité d’entrer à un prix relativement bas (en Euro) dans les actions cotées aux USA, ce qui est un peu inespéré (façon élégante de dire que je ne l’ai pas vu arriver).

Mon portefeuille est donc tout simple et il est constitué de cash en dollar et d’actions des plus belles sociétés avec une préférence actuelle pour les sociétés US. Plus longtemps la situation mettra à se normaliser, plus je ferai monter mon cash, la sortie ne pouvant être que très désagréable…

 

Charles Gave

 

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

54 commentaires pour Incompréhension ou quand la Fed crée des « faux prix » de Charles Gave A paraitre dans « Investir »

  1. El oso dit :

    Je n’ai pa réussi à vous suivre jusqu’au bout, pourquoi du cash en dollars? Celui-ci ne risque-t-il pas de s’effondrer?
    Quelques exemples de belles sociétés US achetables en France en euros?

    • Cher Monsieur
      Bonne question
      La reponse est la suivante
      Si la Fed change de politique, le dollar monte
      Si la Fed ne change pas de politique, le marche obligataire se crashe, les taux reels sur les obligations monstent, et le dollar monte
      Le probleme est bien sur que dans le deuxieme cas nous pouvons avoir une periode de panique intense, en particulier au debut, ou la volatilite sera tres forte
      Mais les marches l’emportent toujours sur les politiciens et les Democrates seront cahsses du pouvoir pour trente ans s’ils laissent l’infaltion repartir aux USA
      Amicalement
      cg

      • Alain dit :

        Je suis un néophyte en économie donc pardonnez-moi cette question naïve mais pourquoi la poursuite de la politique de QE provoquerait un krach du marché obligataire ? La Fed peut acheter autant de bons du trésor qu’elle le souhaite donc pas de baisse des prix nominaux des bons. Quant à l’inflation, est-ce que le désendettement des ménages américains ne fait pas plus que compenser l’augmentation de la base monétaire ? L’inflation semble surtout cantonner à quelques classes d’actifs : matières premières surtout et aux pays émergents. De plus l’augmentation de la bourse US semble être une conséquence directe de l’action de la Fed, ça ne me semble pas un bon indicateur de l’état de l’économie.

        Mais bon j’avoue ne pas comprendre grand chose en économie.

      • Cher Monsieur
        Pour quelqu’ un qui ne comprend rien a l’economie vous vous debrouillez drolement bien
        Reponse a vos questions
        Il n’y a pas vraiment eu encore d’augmentation de la masse monetaire en raison du desendettement des menages que vous signalez a juste titre
        le risque d’inflation a court terme est donc faible
        Le but de la Fed etait de faire monter le marche des actions pour faciliter ce desendettement, elle est en train d’y arriver
        Mon inquietude vient des taux d’interet courts tres bas qui risquent d’avoir des effets pervers me semble t’il et qui ont deja eu un effet sensible sur les matieres premeires
        Donc vous avez tou juste
        Amicalement
        cg

      • Alain dit :

        Merci pour vos réponses.
        J’ai l’impression que le point central de votre article est l’avénement d’un krach obligataire et je n’arrive pas bien à saisir quelles en sont les causes.

        Vous expliquez dans votre article :
        « Toutes ces périodes de manipulations de taux d’intérêts se sont en effet toujours terminées par un effondrement du marché obligataire américain et par contagion des autres. »

        J’ai du mal à comprendre la raison d’un éventuel krach obligataire puisque la Fed a actuellement les moyens de monétiser l’intégralité du déficit du gouvernement américain.
        De plus le déficit commercial US oblige les pays exportateurs à continuer d’acheter du dollar.
        Vous parlez également d’une révolte des membres du conseil d’administration de la Fed mais pour l’instant le dernier « hawk » (Hoenig) a perdu son droit de vote.

        C’est vrai par contre que les taux remontent (depuis le début du QE2 en fait…).
        Quelles sont selon vous les causes du krach obligataire à venir ?

      • Cher Monsieur
        La fed peut acheter des obligations d’etat jusqu’en juillt 2011 (fin de ce qu’il est convenu d’appeler le QE2)
        Ensuite , a moins de voter un QE 3, ce qui me parait peu probable si l’economie est en plein boom, les taux d’interet devront trouver leur niveau naturel
        C’est deja partiellement fait pour le 30 ans ( a 4.7%) qui n’est pas manipulee par la Fed
        Le danger est sur les taux de zero a 10 ans ou les interventions ont ete massives et donc les prix manipules
        Curieusement, a mon avis, il est moins dangereux de posseder du 30 ans que du 10 ans
        Si les taux reels montent , ce qui me semble inevitable, les obligations indexees sur l’inflation vont particulierement souffrir
        Amicalement
        CG

  2. frédéric dit :

    Bonjour M.Gave,
    Votre raisonnement tient la route (cash en dollar et actions US),
    si et seulement si le dollar reste la monnaie de réserve.
    Bien sur les US sont la première puissance militaire etc, etc…
    Mais ce système ne vient il pas de démontrer ses limites ?

    • Etre monnaie de reserve veut dire que les USA sont le seul pays qui peut solder son deficit exterieur avec sa propre monnaie
      Et d’ici que cela change…
      Si les Chinois ont trop de dollars, ils ont une solution toute trouvee: cesser de vendre aux USA
      Curieux qu’ils n’y pensent pas..
      cg

  3. CharlesM dit :

    Bonjour Monsieur,
    Que la Fed essaye de panser les plaies du système bancaire et organise un tranfert massif de richesse des épargnants vers les banques par le biais de taux réels négatifs, je peux le concevoir même si je suis le pigeon …. Mais comment expliquez vous l ‘absence de réaction des « marchés obligataires » ? J ai du mal à croire qu ils sont hantés par la crainte de la déflation.
    Si ceux ci finissent par réagir plus violemment, pensez vous que nous aurons une correlation négative entre taux longs et actions comme en 80-82?

    • Cher Monsieur
      Alors la, 100 % d’accord avec vous
      Si les taux courts etaient a 2 % et les taux longs a 5 %, les banques ganeraient la meme chose et je ne serai pas fache du tout
      Mais la Fed est en train d’acheterpour 600 milliards d’obligations emis par le tresor, ce qui n’est pas du tout la meem chose
      d’ou mon inquietude (voir la citation de Rueff)
      amicalement
      cg

    • Tout a fait
      Mon hypothese est un scenario a la 1981-82 ou 1994
      ecroulement du marche obligataire avec une stabilite nerveuse du marche des actions, suivi parune hausse desa ctions quand le marche obligataire se stabilise
      CG

  4. Desmeuzes dit :

    Editorial de Marc Fiorentino de 8h15 ce matin sur BFM retranscrit :

    LES ETATS UNIS PLUS FORTS QUE MADOFF
    03 février 2011 | 07h35 dans L’EDITO DU JOUR
    ——————————————————————————–

    La plus grande arnaque du siècle, ce n’est pas Madoff. Loin de là. Non, c’est la

    gigantesque pyramide à la Ponzi de l’Etat Américain avec la complicité de la
    FED. La nouvelle trouvaille de ces rois de l’arnaque: des emprunts à 100 ans.Les

    Etats-Unis envisageraient de lancer des emprunts à 100 ans
    C’est la dernière trouvaille de l’administration Américaine encouragée par les
    banques d’affaires de Wall Street et les fonds spéculatifs avec lesquels
    l’ambiance est au beau fixe. Bill Gross, le patron du plus gros fonds
    obligataire américain PIMCO, expliquait il y a quelques mois que les Etats-Unis
    avaient monté la plus belle arnaque à la Ponzi, une arnaque qui fait passer
    Madoff pour un amateur. On a appris coup sur coup cette semaine deux nouvelles
    qui font dans le sens de cette gigantesque arnaque. Tout d’abord, que c’était la

    Banque Centrale Américaine qui prêtait de l’argent au Trésor Américain, plus que

    la Chine. Or en cas de hausse des taux, la FED perdra une fortune et ces pertes
    viendront, devinez où, sur le compte du trésor, direct dans le déficit
    américain. L’argent sort de la poche gauche pour aller dans la poche droite. Un
    bel exercice de prestidigitation.

    En quoi emprunter de l’argent à long terme est choquant? D’autres pays dont la
    France ont des emprunts à 50 ans
    En matière de gestion financière, je suis désolé mais la France n’est pas un
    exemple. Emprunter à 100 ans, cela consiste quand il n’y a plus de place sous
    les lits et les meubles pour planquer la poussière, à la descendre à la cave.
    C’est un peut la technique de traitements des ordures à Naples. Au lieu de
    réduire la dette, on continue à emprunter en se disant qu’au moment de
    rembourser ce sera le problème de l’arrière petit fils d’Obama ou de Tim
    Geithner. On gagne du temps, trois générations ce n’est pas rien.

    Au cas où cette mesure sera adoptée, est ce que ces emprunts trouveront
    preneurs?
    C’est ça la partie la plus folle de ce qui se déroule aux Etats-Unis. Tout le
    monde sait que nous sommes dans un vaste schéma pyramidal dans lequel on
    emprunte pour rembourser ce qu’on doit mais il y a encore des prêteurs. De moins

    en moins tout de même. Si la FED n’avait pas été là cette année, les Etats-Unis
    n’auraient pas pu financer leur déficit. Les Etats-Unis sont dans une fuite en
    avant. C’est la crise de 2008 qui a fait sauter Madoff, c’est la crise
    obligataire qui fera sauter les Etats Unis.

    Marc Fiorentino

    Amicalement.
    Marc

    • her Monsieur
      L’article est amusant mais honnetement, je ne vois pas bien la difference entre Maddoff ou la securite sociale ou le systeme de retraite francais
      J ene vois pas en quoi emettre des obligations tres longues serait une escroquerie
      La Fed n’achetera pas ces obligations (elle s’est limitee a une duration maximum de 10 ams) et si des corniauds a l;interieur du secteur prive decident que c »est une bonne idee, apres tout c’est leur argent
      Autrefois le tresor Britannique empruntait avec une rente perpetuelle (vous n’alliez JAMAIS revoir votre capital), et loin d’etre une escroquerie en periode de deflation,c’etait le meilleur investissement que vous pouviez faire de 1930 a 1944 par exemple
      Comme dit la sagesse populaire, « faut de tout pour faire un monde » et en tant qu’utilsateur, plus il y a de produits « extremes », plus content je suis
      Amicalement
      CG

      • Desmeuzes dit :

        Merci Monsieur Gave de votre réponse.
        C’est très bien qu’il y ait tous ces débats.

        Amicalement.
        Marc

  5. Sebz dit :

    M. Gave,

    J’éprouve beaucoup d’intérêt a vous lire et j’arrive à suivre vos raisonnement d’investisseur chevronné, même si je ne les partage pas toujours. Cependant sur cet article je n’arrive pas a vous suivre, et finalement j’ai le sentiment que vous êtes un peu perdu comme vous le confessiez en début d’article (c’est si rare de l’entendre de la bouche des économistes, qui affirment comprendre les mouvements du jour même si cela contredit se qu’ils pensaient la veille).

    Je ne comprends pas:
    – pourquoi miser sur les US principalement (monnaie + actions)
    Est-ce dans l’idée que l’afflux sans précédant de dollar fraîchement imprimé bénéficiera en premier ressort a l’économie américaine?

    – citer Rueff tout en dénigrant l’or
    Etes-vous keynésien ou de l’école autrichienne? Je pense qu’il faut envisager sérieusement la fin du dollar comme monnaie de réserve unique. Ce rôle ne peut convenir qu’à une monnaie émise par une banque centrale sérieuse, non partisane, non privée. On voit les chinois détenteurs de dollars rentrer dans les entreprises mondiales, stocker les matières premières (cuivre, or, argent), car leur confiance dans le papier vert s’éreinte. Sans verser dans la controverse, je pense que la confiance apportée au $ par les banques et gouvernements de par le monde est de plus en plus dictée par la peur des représailles politiques/militaires plutôt que dans la confiance et la stabilité économique des USA. Ceux qui ont voulu vendre leur pétrole en euros s’en souviennent (ou plutôt s’en sont souvenu)

    -pourquoi se positionner et sur les actions et sur le cash en même temps
    Pour ma part j’éviterai le cash quoi qu’il en soit, car nous ne verront pas de sitôt une déflation (hélicoptère Ben Bernanke veille). Après avoir observé la courbe or cintre le $ depuis la création du $, dite moi quel est l’interêt (a moyen terme) d’avoir du $?? Je vous suis cependant totalement sur l’idée de se positionner en actions sur les sociétés « intéressantes ».

    Je vais vous livrer mon sentiment sur ce qu’essaie de faire la FED en ce moment:
    l’Etat américain, les ménages américains, les villes américaines, et dans une moindre mesure les entreprises américaines sont dans un état d’endettement qui flirte (et dépasse selon des critères arithmétiques) le seuil du surendettement. Les dollars ne sont possédés essentiellement que par ceux qui ont bien voulus (avaient-ils le choix?) les empiler, par leur excédents commerciaux. Car le dollar est considéré comme « monnaie de réserve ».
    La FED a donc tout interêt à dévaluer « son » dollar (en prenant évidemment soin de le distribuer au banques américaines en premier chef) car il appauvrit le monde entier qui a par défaut (ignorance?) conservé des dollars, tout en diminuant le poids de l’endettement américain par l’inflation.

    Quoi qu’il en soit, merci pour le partage de vos convictions.

    • Cher Monsieur
      Beaucoup de bonnes questions
      Voici mes reponses
      L’idee numero 1 est que la fin de la manipulation des taux d’interets qui a commence en 2003 arrive a sa fin et que nous allons avoir une revolte du marche obligataire d’abord, des autres membres du conseil d’adminsitration de la Fed ensuite. Comme le dollar est tres sous evalue , des que cetet revolte va commencer, noua allons avoir une remontee du billet vert.
      Quand? je ne sais pas trop, mais je ne suis pas presse
      Actions et cash
      Les actions passent qu’elles representent une vraie valeur. Le cash parce que si la politique actuelle continue, nous allons avoir une crise financiere qui va frapper les marches obligataires.
      Dans cette crise, il va ya avoir des choses tres interessantes a acheter si l’on a du cash.
      Rueff avait totalemnt raison sur beaucoup de choses et totalement tort en ce qui concerne l’etalon or .Je prends ce qui est bien chez Rueff et laisse cequi est faux . Voir mon article sur l’etalon or sur le site
      Lendettement Americain.La dette des menages americains represente a peu pres 20 % de la valeur de leurs actifs, le service de cette dette n’a jamais ete aussi faible depuis trente ans et les Etats Unis ont un cash flow positif de 180 milliards dedollars par an entre ce qu’ils payent aux etrangers et ce que les etrangers leur payent
      C’est vous dire que les USA sont en situation positive nette vis a vis de l’etranger.
      Le vrai probleme c’est bien sur la derive des comptes sociaux et publics qui doivent etre remis a plat en faisant reculer l’Etat. Creer une situation de liquidation de la dette par l’inflation serait quelque chose de profondement nuisible pour les USA, dans la mesure ou toutes ces prestations sociales (qui representent 80 % de la dette) sont indexees sur l, inflation et les salaire et ne searient donc pas liquidees, bien au contraire par l’inflation.
      Ca n’est donc pas une solution, au contraire. La solution est de desindexer les prestations sociales et de faire baisser les depenses de l’etat.
      Je suis un monetariste (Friedman) avec beaucoup d’ interet pour les Autrichiens
      Amicalement
      CG

      • El oso dit :

        « La dette des ménages américains représente à peu près 20% de leurs actifs »…
        Je suis allé vérifier, le pourcentage me paraissant faible.
        Leurs actifs représentent 55.157 milliards de dollars et leur dette 16.190 milliards de dollars (plus d’un an de PIB!).
        Le pourcentage est donc de 29,35%…
        A ce stade on n’est plus à 10% près…
        http://www.usdebtclock.org/

      • DrStefool dit :

        @El oSo. M. Gave a raison sur l’endettement des menages americains. La reference absolue est sur le site de la FED, et actualisee tous les trimestres: …
        http://www.federalreserve.gov/releases/z1/current/z1r-5.pdf
        Au Q3-2010:
        Actifs: 68833 $Mds
        Dettes: 13942 $Mds

      • Sebz dit :

        Cher M. Gave,

        Merci pour votre enrichissante réponse.

        Je suis cependant étonné par vos chiffres sur le ratio d’endettement faible et sur le cash flow positif des américains.
        Pour le ratio d’endettement, on a par exemple ces chiffres, tirés de la Fed of St Louis, signalant 3% de défaut et 11% de retard de paiement sur les prêts immobiliers aux particuliers (http://www.crisedusiecle.fr/usa-all-credits-detail-6.html). Quand on sait que les banques ont quelques pourcents de fonds propres, on vit dans le monde des bisounours..

        Pour le cash-flow j’ai aussi des doutes: si on suis les chiffre mentionnés par DrStefool ci dessous (http://www.federalreserve.gov/releases/z1/current/z1r-5.pdf), on remarque qu’avec la crise les actif immobiliers US ont « chuté » de 29.5Giga$ a 23.1G$, soit environ 20-25%… N’est-ce pas plus en réalité??
        Mais soit on peut être d’accord sur ces chiffres, les ménages tiennent donc la route. On a donc 69G$ d’actif pour 14G$ de dettes. Si on additionne aux dettes celle de l’état (donc normalement des citoyens américains) on passe a 69 vs 28.
        Ca va encore, il faut être optimiste dans l’avenir.
        En revanche si on inclut le secteur financier on est dans le flou… Si on regarde les fonds de tiroirs des banques US (mais c’est valable ailleurs), on trouvera des dizaines de G$ (trillions) d’actif pourris, des sommes largement supérieures a celle des dettes des ménages américains, mais personne n’a de chiffres a avancer. Si une nouvelle banque tombe, façon Lehmann, plus personne ne pourra rembourser ou cacher a nouveau les dettes sous le tapis.

        Pour en revenir a l’étalon or j’ai relu votre article et je pense que vous imputez à tord à l’étalon or les problèmes économiques mondiaux des années 30 alors que selon moi ils provenaient seulement de mauvaises politiques dans un climat international malsain, ce que vous décrivez très bien.

        1er point:
        Jusqu’à la première guerre mondiale pourtant le système fonctionnait bien: auparavant on ajustait deséquilibres des balances de paiement par des transferts d’or entre banques centrales, ce qui modifiait les masses monétaires. Je pense qu’il faudrait en effet plutôt avoir des taux de changes flottants, qui s’ajusteraient en fonction des balances de paiement. D’une manière ou d’une autre, si les ajustements (par masse monétaire ou taux de change) sont faits dans la transparence et en souplesse (les mouvements macroéconomiques ont suffisamment d’inertie) cela ne perturbera pas les économies et empêchera toutes manipulation/dumping monétaire.
        Tout ça pour dire que le système d’étalon or peut marcher si tout le monde joue le jeu, tout comme le système actuel marche si tout le monde jouait le jeu, ce qui n’est pas le cas de la Chine notamment (et ce qui n’est pas étranger aux crises et tensions actuelles).

        2ème point:
        L’étalon or ne met pas une nation/organisation en avant par rapport aux autres. Pas de suprématie du $ = pas de dollar émis en premier chef pour les banques américaines = pas d’avantage exorbitant (terme de De Gaulle) pour la nation/organisation émettrice (US). Les pays riches en gisement d’or et d’argent seraient des pays « émetteurs », mais en réalité le fonctionnement fait qu’extraire de l’or est identique a celui de produire tout autre matière première. Et extraire nécessite un travail, ce qui est pas vraiment le cas pour faire un billet (quantitativement parlant).

        3ème point,
        L’augmentation de la masse d’or annuelle est trop faible dit-on (1 à 2% je crois). Elle a pourtant l’avantage d’être prévisible, et ce à long terme. On dit que l’augmentation est trop faible par rapport a la croissance. Et alors? Une légère déflation pourrait tout a fait être intégrée par tous les acteurs, d’autant plus quand elle est prévisible. Il y a moins d’or pour chacun, et moins d’or pour la valeur de chaque chose au fur et a mesure que le temps passe. Pourquoi ne pourrait-il pas y avoir des taux d’intérêt négatifs? La seule chose difficile c’est de faire accepter des diminutions de salaire!! Je ne vois pas ce qui pourrait bloquer, vraiment.

        4ème point, proche du second:
        On ne peut pas créer de l’or. Pas de faux monnayeurs, pas de triche, pas de clientélisme; tout le monde à égalité. Vous qui vous insurgez contre le clientélisme d’état, je vous trouve silencieux sur le clientélisme induit par la création de monnaie. Avec l’or, on ne viendra pas vous voler vos économie avec une perfide inflation. Ce qui ne mettra pas forcément l’usurier en position de force par rapport à l’entrepreneur. Si c’est le cas, et que ça pousse a la thésaurisation et au surplace, alors il faudra en effet imaginer un système de taxation sur la possession, très difficile a mettre en place, et qui inciterait a investir.

        Pourriez vous me dire par où le modèle d’étalon or, qui a fait ses preuves bien plus longtemps que le systeme dollars, flanche selon vous?

        En espérant ne pas avoir été trop long,
        Cordialement,

        Sébastien

      • Cher Monsieur
        Sur le point de l’endettement des USA, je me fais pas trop de souci
        Si j’etais un banquier commercial et que je devais traiter une demande de prets de quelqu’un qui presente les chiffres des USA, je n’aurai aucun souci tant le ratio endettement sur actifs est faible
        Sur l’or voici mes reponses
        Nous avons eu des depressiosn gigantesques pendant l’etalon or. Celle des annees 1870 ou des annees 1890 ont ete bien pires que ce que nous appelons la grande depression des annees 30
        Pendant l’etalon or, les recessions etaient em moyenne deux fois plus longues que depuis 1945
        La volatilite du PNB ou de la production industrielle etait en moyenne 4 fois plus forte que depuis 1945
        Si un pays suit une politique mercantliste (France 1880, France 1930) et ne laisse pas croitre sa masse monetaire quand il a des excedents exterieurs, cela force les autres pays dans des deflations depressiosn. le syysteme n’est symtrique que si les politiques le laissent fonctionner, c’est a dire s’il n y a aucune sterilisation des flux d’or. Cela ne s’est JAMAIS passe.
        L’etalon or favorise protectionnisme et mercantlisme, chacun veut thesauriser au lieu d’investir.
        Si nous avons un systeme bancaire qui se surendette en pretant aux pays emergents, a l’immobiler, aux tulipes, aux chemins de fer, aux canaux, quand la crise arrive la seule solution est la faillite bancaire (run on the banks), ce qui est partout et toujours un desastre
        Enfin, si des decouvertes d’or ont lieu, on peut tout a fait avoir des vagues inflationnistes gigantsques comme au XVI siecle, contre lesquelles on ne peut rien. L’inverse est vrai egalement. L’etalon or a connu de longues periodes de deflation favorables aux rentiers et qui tuaient tous les entrepreneurs et donc toute croissance
        Bref, il n’existe pas de plus mauvais syteme que l’etalon or, de plus injuste et de moins intelligent
        On a fait beaucoup mieux depuis, en particulier de 1980 a 2000
        Depuis 10 ans les politiques sont intervenus a nouveau dans les taux de change, d’ou les problemes actuels.
        Ce q’il faut c’est empecher les politiques d’intervenir et d’emprunter et laisser le marche determiner les prix et les taux de change
        La democratie (du marche) est toujours et partout superieure a la dictature
        Amicalement
        CG

    • Oresme dit :

      Cher Concitoyen, cher Charles,

      Ne s’improvise pas banquier qui veut. Et « banquier du monde » qui plus est, les USA sont les seuls à disposer d’une vision, d’un commandement économique intégré et d’une volonté d’assumer un leadership. Ajoutez à cela une stabilité constitutionnelle et vous avez une monnaie de réserve. La recette n’est pas si compliquée, elle est juste longue très longue à mettre en musique.

      Qui pourrait jouer ce rôle à l’avenir ? pas grand monde, la Chine peut-être, et encore, ce n’est pas dans sa culture. Bref, le dollar est là pour longtemps et dès lors, les américains auraient tort de se géner, bien évidement que le debasing est le mot clef de la stratégie de sortie de crise.

      Les USA vont se ré-industrialiser à bon compte sur les prochaines années, ils vont pousser, pousser jusqu’à ce qu’un partenaire disent « stop », ce sera peut-être la Chine, peut-être l’Europe, peut-être les pays pétroliers… on verra, mais il va y avoir un clash bien évidement.

      Les grands perdants sont les épargnants du monde dont l’Europe de l’Ouest est le principal réservoir, ces européens paieront 50, 100, 150 € d’impôts locaux en plus par an pendant 40 ans pour payer la note de la finance crapuleuse anglo-saxonne. Et le tour est joué.

      Donc oui, la cible d’inflation va passer à 4,5% avec toutes les conséquences habituelles.

      Cheers,

      Oresme

  6. Nam dit :

    Sebz, la valeur du dollar tient aussi au fait que les USA sont bien connus pour être un pays bien ancré dans la capitalisme, avec un respect absolu du droit de propriété sur leur sol, y compris pour les étrangers qui investissent dans ce pays ou ses sociétés. On ne peut pas en dire de même de tous les pays qui composent la zone euro, ou le populisme fait recette. Et qui dit populisme, dit mauvaise gestion: « y a t il du chomage ?L’état n’a qu’a embaucher. Nos produits sont ils concurrencés par les produits étrangers ? Fermons nos frontières. La dette s’emballe? Imprimons des billets! ». Même si le dernier point de ce tryptique concerne aussi bien les deux puissances (USA et zone Euro), les gens des USA sont globalement moins populistes, et donc les politiques qui en découlent sont tenables moins longtemps. On le voit bien avec la raclée infligée aux démocrates aux dernières élections. La présidence de ben Bernanke, je la vois plutot comme un résidu de la gouvernance démocrate, qui a réellement débuté aux midterms de 2006.

  7. bismarck dit :

    Je suis un néophyte par rapport à tous les intervenants mais j’ai lu un article sur le site zerohedge où il était suggéré que la Fed ferait du chantage aux chinois par une chute du dollar via QE1,QE2 et éventuellement QE3 comme l’a insinué Ben Bernanke.
    Le but de l’opération serait de « convaincre » les chinois d’acheter plus de dettes américaines (à la place de la Fed) si ils ne veulent pas voir le dollar se dévaluer et les chinois voir leur réserve en dollar diminuer dramatique en valeur.

    On serait en pleine guerre des monnaies et le soutien des chinois à l’Euro serait là pour empêcher l’Euro de sombrer car le premier qui tombe perd au bénéfice du second (le dollar), ce que veulent éviter les chinois.

  8. Binitials dit :

    Au fait, ou en sommes nous de nos CDS sur la dette française ???

  9. AlexL dit :

    Cher Monsieur,

    Je suis moi aussi un néophyte (décidément, nous sommes nombreux ici..) ce qui explique peut-être que et je m’étonne de votre utilisation de l’expression « épargne de substitution », à trois paragraphes de la fin de l’article.
    Certes, l’or est inerte (dans tous les sens du terme), l’immobilier et l’art moderne ne font pas l’objet de « transformation », mais les matières premières? on ne stocke pas le cuivre ou le pétrole comme on thésaurise l’or : l’industrie en consomme abondament ou les transforme, les besoins en la matière ne semblent pas devoir diminuer prochainement, bref pourquoi les classer en valeurs d’épargne de substitution et redouter une perte de liquidité?
    Bien à vous,
    AL

    • Cher Monsieur
      Sur le fond, vous avez raison
      Mais compte tenu de la politique moentaire aux USA , il s’est cree de nombreux fonds (ETF) qui investissent financierement dans ces matieres premieres et conservent les positions en portefeuille
      Il s’agit d’un devoiement de ces produits, mais helas regardez les chiffres des ETF en volume
      En fait, nous avons financiarise le prix de nombreuses matieres premieres, ce qui fait que la demande est artificiellement gonflee et donc les prix, ce qui fausse tout
      Amicalement
      CG

  10. Thierry FOURGEAUD dit :

    Cher Monsieur,
    Il me semble indispensable que les Etats-Unis laissent filer le dollar jusqu’à 1 dollar contre deux euros – et non 1,30 / 1,40 à ce jour – pendant une durée longue afin que les USA retrouvent une balance commerciale positive.

    Par ailleurs et compte tenu de leur énorme déficit budgétaire, le dollar doit perdre une grande partie de sa valeur puisqu’il n’est plus indexé sur aucune valeur tangible…. je ne comprends pas ce « tripatouillage » actuel…!!? (planche à billets).. qui nous entraine tous vers la catastrophe.

    Il appartient au premier Pays du monde de donner l’exemple…!

    Le marché ferait alors son oeuvre tout seul, les autres monnaies s’adapteraient et l’euro, par exemple, dévaluerait peu à peu de manière proportionnelle (il a toujours été sur-évalué depuis sa création).
    Certaines monnaies devraient elles aussi dévaluer ou non en fonction de l’état de leur finances publiques…

    Il serait également souhaitable d’interdire en même temps toute spéculation sur les marchés des matières premières au minimum et si possible réglementer de manière draconienne les marchés financiers.

    Il faut également inscrire dans les constitutions l’interdiction de tout déficit budgétaire pour chaque état dans le monde, faute de quoi aucun redressement ne sera possible et l’économie mondiale « implosera ».

    Thierry FOURGEAUD consultant

    • Cher Monsieur
      Vous me semblez etre une victime du mythe mercantiliste qui veut qu’avoir des comptes courants excedentaires est necessaire, ce qui est une grave erreur conceptuelle
      Les EtatsUnis empruntent a l’etranger mais investissent beaucoup a l’etranger , et depuis longtemps
      S’ils etaient endettes par solde, on le verrait dans les chiffres de la balance qui donne la difference entre ce que les Americains payent et ce qu’ils recoivent.
      Ces chiffres seraient negatifs.
      Or ils sont positifs de 190 milliards de dollars par an.
      Les Etats Unis sont comme un immense hedge fund qui emprunte a 2% et reinvestit l’argent qu’il a emprunte a 10 %.
      Ils peuvent le faire parce qu;ils ont les marches financiers dominants et une securite juridique totale
      Qui plus est, les exportations US ont des marges de 60 % (Appple, Microsoft etc..) et les importations des marges de 5 % a tout casser.
      Si vous faisiez la balance commerciale avec les profits et non avec les ventes, vous verriez que les USA ont une balance commerciale massivement excedenatireJe me contrefous des ventes, la seue chose importante sont les profits. Vendre a perte est a la portee de n’importe quel fonctionnaire
      Enfin pour un dollar d’exportation, les USA ont 4 dollars de vente de leur filiale ailleurs
      Devaluer le dollar serait chercher une solution a un probleme qui n’existe pas
      Enfin la balance ds paiements est constituee de deux parties: la balance ds capitaux et les comptes couranst,les deux s’additionant a zero par definition.
      Prenez un pays comme le Japon ou la rentabilite des affires est abominable.
      Tous les epargnants Japonais sortent leur epargen aussi vite qu’ils le peuvent de leur pays pour avoir ailleurs une rentabilite convenable.
      De ce fait ils ont un deficit de la balance des capitaux et donc un excedent des comptes courants.
      Est ce un signe de bonne gestion?
      De meme l’Australie a deficit de ses comptes courants depuis 20 ans, est ce un signe de mauvaise gestion
      Les comptes courants ne sont pas l’equivalent des profits dans un compte d’exploitation.
      Le commerce exterieur ou interieur n’est pas la guerre ou il ya des gagnants et des perdants, masi un jeu ou tout le monde gagne
      En ce qui concerne l »interdiction constitutionelle des deficits budgetaires ,je ne saurai etre plus d’accord.
      Je l’ai d’ailleurs mentionne dans mon livre
      Amicalement

      • CharlesM dit :

        Bonjour Monsieur Gave,

        Pourriez-vous me dire, s’il vous plait, à quoi correspond ce solde positif de 190 milliards que vous évoquez régulièrement (entre ce que les américains paient et ce qu’ils reçoivent)?

        En consultant les chiffres du BEA, je trouve en 2009 un solde positif de 35 Milliards $ pour les revenus des avoirs à l’étranger, ce qui est très honorable compte tenu du fait que la position nette des US en terme d’avoirs étrangers est déficitaire de 2.737 Milliards $.

        Le solde des comptes courants est d’environ : – 100 Milliards $ ( dont un solde positif de 35 Milliards $ pour les revenus), ce qui voudrait dire que cela dégrade la position nette extérieure de 100 Milliards $, ce qui n’est pas dramatique si les investissements US à l’étranger continuent à surperformer ceux des étrangers aux US.

        Bien à vous,

      • Cher monsieur
        Je suis en deplacement
        Je vais verfier mes chiffres mais je crois que vous citez des chiffres trimestriels
        I’ll faut multiplier les 2 chiffres par 4
        Amicalement
        Cg

  11. BA dit :

    Vendredi 4 février 2011 :

    Ben Bernanke prévient les parlementaires Républicains : ne pas augmenter le plafond de 14 300 milliards de dollars de dette publique aurait des conséquences catastrophiques. Les Etats-Unis seraient obligés de se déclarer en défaut de paiement.

    Bernanke warns of catastrophe if debt limit not raised.

    Federal Reserve Chairman Ben Bernanke on Thursday issued a stern warning to Republican lawmakers that delays in raising the United States’ $ 14.3 trillion debt limit could have « catastrophic » consequences.

    « Beyond a certain point … the United States would be forced into a position of defaulting on its debt. And the implications of that on our financial system, our fiscal policy and our economy would be catastrophic, » he told the National Press Club.

    http://www.reuters.com/article/2011/02/04/us-usa-fed-idUSTRE7126H620110204

    • Cher Monsieur
      Je ne pense pas que cela soit un bien grand danger
      Gingricht avait essaye en 1994 et cela lui etait retombe dessus
      D’autres choses me semblent plus probables
      Amicalement
      CG

      • Faillitedeletat dit :

        Cher Monsieur
        Verifications faites, il s’agit bien des soldes trimestriels et la difference paiement aux etrangers moins paiement des etrangers est a 188 milliards
        Amicalement
        cg

  12. Grégory dit :

    Bonjour Monsieur Gave,

    Ceci étant mon premier commentaire sur votre blog (que je suit depuis plusieurs mois déjà), je tenais déjà à vous remercier pour vos livres que je trouve clair précis et passionnant.
    Tellement que cela m’a donné goût à la lecture (ce que n’a pas réussi l’éducation nationale par ailleurs!! lol).Cela a aussi éveillé un vif intérêt pour l’économie.
    Cependant bien que comprenant globalement vos interventions, je souhaiterais « m’initier « aux principes de l’économie.
    Ma question est donc quelles lectures me conseilleriez-vous pour une meilleure compréhension du sujet.
    Merci pour vos commentaires et votre blog
    Salutations
    Chers bloggeur vos commentaires seront aussi appréciés.

    • Nam dit :

      Cher Grégory,

      Je vous conseille vivement de commencer par l’ouvrage de Alan Greenspan: « Le temps des turbulences ». C’est un ouvrage à la fois passionnant et d’une grande sagesse. Cela a completement changé ma vision des choses. Avant de lire ce livre j’étais libéral mais jusqu’à un certian point seulement, depuis j’adhère sans restrictions aucune au libéralisme (au sens économique) et au monétarisme, pour permettre la richesse des nations. De plus cet ouvrage à l’avantage d’étre récent (2007).

      Ensuite continuer avec la lecture du maestro: Milton Friedman. Ses oeuvres les plus connues sont « Capitalisme et Liberté » et « Freedom of Choice ».

      Et biensure, revenir sans modération à la « Richesse des Nations » d’Adam Smith.

      Ne pas oublier non-plus les interventions de Ronald Reagan sur l’économie auxquelles on a accès ici ou là sur internet. C’est le modèle même de ce qu’il faut faire en politique lorsqu’on à découvert Milton Friedman et le monétarisme.

    • Liste de lecture
      Au tout debut de ce blog, j’avais donne une liste des livres a lire
      aprmi ces livres, les livres indispensables
      l’economie en une lecon hazliit
      la libertede choisr
      Milton Friedamn
      Du Pouvoir
      Bertand de Jouvenel
      La route dee la servitude
      Hayek
      les harmonies economiques
      Bastiat
      Et pour ceux qui n’ont pas peur
      L’agir humain
      de Von Mises
      Bon courage
      CG

      • Grégory dit :

        Bonjour monsieur Gave,
        Je viens de retrouver au début du blog votre liste.
        Merci tous de même pour le rappel.
        Voilà de quoi m’occuper quelques temps.
        Salutations
        Grégory

      • Binitials dit :

        Salut Grégory,

        Moi aussi je suis dans le même cas que toi. C’est extraordinaire de découvrir ces auteurs ! Tous les maux que nous connaissons sont en fait connus et déjà élucidés ailleurs. Je ne sais pas qui vient de parler de reagan. Il faut écouter son discours inaugural en 1981 … Ca m’a mis une claque tellement il pourrait s’adapter aujourd’hui à la France !!!

        Parc contre le fait de découvrir tout cela fait que la sclérose de ce pays est vraiment en core plus insupportable !!!! La décision pour moi de partir est inéluctable alors que j’hésitais encore hier.

  13. Patrick STRAUSS dit :

    Mon cher Charles,
    c’est toujours un grand plaisir de te lire. J’aimerais ton idée sur l’inflation due à la spéculation, c’est à dire les marches à terme autorisés à tous ,y compris les prédateurs (banquiers, hedge funds, gogos, clients…) et aussi sur le rôle trop oublié, mais difficilement maitrisable, de la vitesse de circulation de la monnaie, qui agit comme un accroissement favorable à l’inflation et à ces même speculateurs prédateurs.Merci.

  14. Corniaud dit :

    Cher Monsieur Gave,

    L’augmentation plus que déraisonnable des matières premières, telle qu’on la connait en ce moment, ne pourrait elle pas casser la reprise économique de certains pays, notamment en Europe ? Ne risque-t-elle pas de créer de nouveaux conflits armés en certains coins du monde ?

    De même, j’ai une autre question à vous poser : Pensez vous que la zone Euro est sauvée ou bien que les gouvernants Européens essaient de faire croire n’importe quoi afin d’éviter toute panique des peuples vivant sous la coupe de l’Euro ?

    Enfin, que pensez-vous de cette volonté allemande de vouloir appliquer sa politique économique au reste des pays de la zone Euro ?

    Cordialement

    Le Corniaud qui ne sait plus quoi penser du monde dans lequel il vit.

    • Cher Monsieur
      J’ai tres peur du petrole qui est la seule matiere premiere qui de par son poids peut faire capoter la coissance et qui est deja a des niveaux limites
      En ce qui concerne l ‘euro si la croissance mondiale est forte, il aura un sursis. Rien n’ est regle au fond mais l’euro ne sautera que pendant une recession. S’il y a croissance les tensions s’appisent tres rapidement
      Amicalement
      cg

  15. Corniaud dit :

    Juste une dernière chose, et ceci n’engage que moi. Je trouve en ce moment l’attitude de l’Allemagne particulièrement arrogante. Je vais finir par penser qu’elle va causer la montée des nationalismes en Europe. Qui, d’un Français, d’un Espagnol, d’un Irlandais, etc…acceptera de vivre sous le joug allemand ? J’ai parfois l’impression que les dirigeants allemands jouent avec le feu, et que ceci pourrait bien se retourner contre eux un moment ou l’autre…..

  16. ERIC dit :

    @Grégory
    Commencez par tous les livres, conférences de Charles GAVE, et peut être surtout une recherche de GAVEKAL RESEARCH qui a servit de support de cours dans quelques universités américaines sur la nouvelle forme d’organisation des entreprises « plateformes ». Regardez les émissions de Milton Friedman « FREE TO CHOOSE ». L’Institut TURGOT dont CG est administrateur. Essayez de reprendre toutes les interventions qui sont disponibles de CG sur internet, cela vous fera gagner les 5 ou 6 ans d’études universitaires pour avoir le niveau. de plus, pour l’avoir rencontré, c’est une personne originaire de Toulouse d’une simplicité et d’une gentillesse tellement rare de nos jours pour ce niveau, car CG, c’est un analyste financier, un financier et un intervenant de classe international qui a certainement moins la grosse tête que la plupart d’entre nous. Alors lorsqu’il est en France et qu’il fait une conférence, prennez le train, l’avion, ou votre voiture, mais allez y. Pour terminer, allez à HK ( tous les jours à 20H00, A ne pas manquer le show laser sur les grattes ciel) , c’est tres formateur ou en Asie faire un tour, Tout ce que CG dit sur les chinois, c’est la vérité, ils ne ferront pas mieux que les japs. Des que tu mets le pieds en Asie, tu le voie, c’est le problème de la culture et que les sociétés Asiatiques ont du mal à gérer la prise de risque. La meilleure école, c’est ce que tu verras par toi même( Candide de Voltaire). Tu peux aussi allez sur le site de JP CHEVALIER, c’est sur les masses et les agrégats monétaires. C’est un monétariste qui me semble OK.
    Amitiés,
    ERIC

    • Grégory dit :

      Bonjour Eric, pouvez vous être plus précis en ce qui conçerne les recherche sur Gavekal research.merci
      Salutations
      Grégory

    • prime dit :

      eric, je lis avec attention votre post… vous effleurez les problèmes de l’état d’esprit asiatique.
      je les jugeais intelligents et courageux, ce qui me paraissait être suffisant. aussi ce que vous dites m’interpelle, mais je ne saisis pas clairement en quoi le culturel ou la prise de risque puisse constituer un handicap.
      je me dis aussi que s’ils font comme les japonais, ce sera déjà qque chose d’énorme.
      j’ai sans doute un biais positif sur l’asie, mais à votre avis en quoi suis je dans l’erreur?

  17. ERIC dit :

    @Corniaud
    Même si la question ne m’était pas posée directement, je voudrais te donner mon point de vue avant de partir pour un grand voyage en Asie.
    « Je trouve en ce moment l’attitude de l’Allemagne particulièrement arrogante »
    Il faut biens que les teutons s’amusent. Mais avec les ratios fond propre/engagement de la DEUCH BANK, il n’y a pas de quoi faire les malins, car si par exemple, les Espagnols ne remboursent pas, les allemands sonts cuits!!!
    « L’augmentation plus que déraisonnable des matières premières » « Ne risque-t-elle pas de créer de nouveaux conflits armés en certains coins du monde ?  »
    Comme disait Voltaire »Si ton voisin a faim, tu ne peux dormir tranquille » Logique.
    « Pensez vous que la zone Euro est sauvée « Tu ne doit même pas te poser la question, c’est mort, mais ça peut prendre un certain temps, ou tout d’un coup arriver brutalement, mais une chose est certaine, c’est que ça va sauter un jour ou l’autre. C’est technique, mais nous le savions des le départ.
    Amitiés.
    ERIC

    • Grégory dit :

      Bonjour Eric et merci à vous d’avoir pris le temps de me répondre.Merci également pour la qualité de votre réponse.Je démarre de pratiquement zéro en économie, mais voilà matière à étancher ma soif en la matière.
      Amicalement
      Grégory

  18. BA dit :

    Taux des obligations de l’Etat fédéral US à 10 ans : 3,646 %.

    Mais il y a cinq Etats qui sont beaucoup plus à l’agonie.

    L’Etat portugais vient de pulvériser son record (obligations d’Etat à 10 ans).

    Plus généralement, les obligations de l’Etat portugais, de l’Etat irlandais, de l’Etat italien, de l’Etat grec, de l’Etat espagnol sont toutes reparties à la hausse.

    Les cinq PIIGS sont très très mal.

    Italie : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 4,760 %.
    (Rappel : le 12 mai 2010, le taux des obligations à 10 ans était de seulement 3,933 %)

    Espagne : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 5,316 %.
    (Rappel : le 12 mai 2010, le taux d’intérêt des obligations à 10 ans était de seulement 3,914 %)

    Portugal : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 7,361 %.
    (Rappel : le 12 mai 2010, le taux d’intérêt des obligations à 10 ans était de seulement 4,582 %)

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

    Irlande : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 8,999 %.
    (Rappel : le 12 mai 2010, le taux d’intérêt des obligations à 10 ans était de seulement 4,573 %)

    Grèce : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 11,261 %.
    (Rappel : le 12 mai 2010, le taux d’intérêt des obligations à 10 ans était de seulement 7,243 %)

    • Une chose de certaine: ces taux sont trop eleves car tres superieurs aux taux de croissance nominal de ces pays, meme dasn une hypothese optimiste
      De ce fait il ya deux possibilites: ou ces taux baissent, par baise de la prime de risque ou nous rentrons dans une periode delicate
      Je penche pour l’instant pour la premiere solution, mais j’ai peut etre tort
      Amicalement
      cg

  19. Corniaud dit :

    @ Éric : merci pour ton analyse qui me semble pertinente. Je pense également la même chose. Quant à la volonté allemande de vouloir imposer sa politique économique au reste de l’Europe pour sauver les rentes de ses vieux à tout prix, je ne suis pas persuadé que ceci fonctionnera bien longtemps….La volonté d’un peuple de s’imposer à d’autres peuples n’est guère une solution viable à plus ou moins long terme…

    @ BA : vous mentionnez les taux d’intérêt concernant les divers PIGS. Auriez-vous les mêmes données pour la France ? Effectivement, cette dernière garde de façon virtuelle son triple A, car elle a concédé sa souveraineté à son voisin germanique, tellement sa classe dirigeante est d’une nullité crasse. Mais je ne pense pas que les marchés soient dupes au point de ne pas s’en rendre compte !

  20. BA dit :

    En ce qui concerne les obligations de l’Etat français :

    Quel est l’évolution des taux des obligations à 10 ans ?

    31 août 2010 : 2,467 %.

    9 février 2011 : 3,644 %.

    Pour voir le graphique, c’est ici :

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GFRN10:IND

    Sans commentaire.

  21. M.H. dit :

    « Quand la banque centrale crée ce que Jacques Rueff appelait un « faux prix » pour les taux d’intérêts et le taux de change, tous les prix dans le système deviennent faux. »

    Je ne pense pas que tous les prix deviennent faux. Il s’agit simplement d’une distorsion des prix relatifs. Grosso modo, on produit moins de biens non-durables et plus de biens durables parce que les taux d’intérêts déterminent la capacité d’allongement de la structure de production. Quand les taux d’intérêts sont abaissés, on enclenche l’allongement de la structure de production dans les biens durables. Certes, ces biens durables représentent presque toujours l’immobilier, mais quand même.

Les commentaires sont fermés.