Quand la Technostructure et le Parti Communiste rompent une alliance éternelle…à cause de l’Allemagne

NDLR( Cette réflexion m’a été inspirée par une étude faite par mon associe chez Gavekal Research, Francois Xavier Chauchat ).

Comme chacun le sait, ou devrait le savoir, la France depuis 1945  (Conseil National de la Résistance) est dirigée par un curieux attelage composé d’un coté de hauts fonctionnaires quelque peu « moines soldats » et souvent gaullistes, censés représenter les intérêts de la France éternelle (avec un grand F) et de l’autre des permanents de syndicats communistes (qui eux représenteraient le Peuple des travailleurs, tout aussi éternel ) et a qui on à laissé a la Libération le contrôle de secteurs stratégiques, du style EDF, SNCF, éducation, cet arrangement garantissant a chacun de deux groupes la pérennité de leur pouvoir indépendamment des vicissitudes de la politique politicienne.

L’idée que cet arrangement avait disparu avec la fin du Parti Communiste est bien entendu une idée complètement farfelue, tant les « forces vives » de notre cher et vieux pays ont vu leur rôle s’accroitre avec la hausse du secteur communiste dans l’économie depuis 1981 (Voir » l’Etat est mort, vive l’état  » Francois Bourin éditeur).L’embêtant, c’est que pour les premiers (nos moines soldats) le but essentiel de leur politique, tant ils ont été marqués au fer rouge par la déroute de 1940, a toujours été que la France ne « décroche pas » par rapport a l’Allemagne. Or depuis la réunification Outre Rhin, l’économie Française  s’était endormie dans une douce quiétude devant les difficultés que l’Allemagne connaissait depuis 1989. Pourquoi se donner du mal si l’Allemagne avait des problèmes ?

Après tout, les problèmes en Allemagne nous garantissaient des taux d’intérêt bas qui permettaient de s’endetter à bon compte…Le choix pour messieurs Mitterrand et Chirac, bien connus pour leur zèle réformateur était «  je réforme, et je me mets mal avec tout le monde », ou « j’emprunte, et tout le monde m’aime… ».  Cornélien, non ?

Et que croyez vous qu’ils firent ?

Aujourd’hui l’Allemagne qui s’est reformée dans l’ombre depuis plus de 10 ans (reformes Schroeder) émerge à nouveau, sure d’elle-même et dominatrice comme l’aurait dit de Gaulle en parlant d’un autre (petit) pays… Panique générale chez nos moines soldats devant le marché « clés en mains » que propose Madame Merkel  lors de la crise de l’Euro au printemps dernier : ou bien la France se reforme, ou bien l’Allemagne cesse de soutenir l’Euro. Ce qui veut dire en termes clairs : ou bien vous cassez cette alliance contre nature entre les technocrates et les communistes (le secteur à reformer EST par essence le secteur communiste) ou bien l’Allemagne reprend sa liberté et le DM renait de ses cendres, assurant ipso facto la domination sans partage de l’Allemagne sur l’Europe, cauchemar ultime des brillants esprits qui nous ont créé l’Euro pour mieux  enchaîner le Gulliver Allemand. Raté… Bref le choix pour nos dirigeants est de choisir entre leur vieille alliance avec ce que j’ai appelé le secteur communiste  et le rêve Européen de nos moines soldats.

Et le choix a été fait…

Le secteur communiste va être reformé, qu’il le veuille ou non et le vieux pacte liant le les communistes et notre technocratie et qui datait de 1945 est caduc. Vingt ans après la chute du mur de Berlin on peut donc espérer que le mur de Berlin mental que nous avons soigneusement conservé en état de marche en France va enfin tomber, sous la pression, ironie suprême, d’une ex Allemande de l’Est, la chancelière Allemande, Madame Merkel.

Choisir entre le passé communiste ou le futur Européen, tel est le choix qui nous à été présenté et nos élites semblent avoir choisi le futur, contre les forces obscures du passé.Et cela me rend très optimiste sur la France

Comme je ne cesse de l’écrire dans mes livres, la France à tous les atouts pour réussir dans le monde de la connaissance qui se profile et la seule chose qui la bride aujourd’hui dans son envol est ce monstrueux secteur communiste, héritier dramatique d’une idéologie surannée. Mais les églises survivent souvent à la mort des Dieux et notre église communiste continue à sévir alors même que plus personne ne croit à l’idéologie Marxiste.C’est donc dire que la bataille d’attrition qui se profile va être longue et difficile.La bête blessée a mort à encore des forces. Mais l’issue le la lutte est certaine. Les Allemands ont fait tomber leur mur de Berlin. Ils vont nous forcer à faire tomber le notre.

Achetez des actions Françaises. Rendez-vous dans trois ans…

C.G

le 10/03/2011

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

48 commentaires pour Quand la Technostructure et le Parti Communiste rompent une alliance éternelle…à cause de l’Allemagne

  1. BA dit :

    Jeudi 10 mars 2011 :

    Zone euro : Berlin est opposé au rachat d’obligations publiques par le fonds de secours.

    Le gouvernement allemand est opposé au rachat d’obligations publiques par le futur fonds de secours européen, dit « mécanisme européen de stabilité » (ESM), pour soutenir la zone euro, a indiqué jeudi un haut responsable gouvernemental.

    « Nous ne sommes pas en faveur d’un rachat d’obligations sur le marché secondaire », par le fonds en cours d’élaboration, que ce soit de manière directe ou indirecte, a déclaré cette source haut placée qui a requis l’anonymat.

    http://www.romandie.com/infos/news/201103101416101AWP.asp

  2. El oso dit :

    « Les moines soldats »…Vous trouvez vraiment que cela correspond à nos énarques?
    Tout le monde sait que les monastères les plus purs et les plus respectables ont fini par sombrer dans la débauche et la corruption, avec le temps…
    Quant à acheter des actions françaises en tablant sur la résorption du secteur « communiste », cela me paraît bien imprudent… Non seulement nous avons encore un parti qui ose s’appeler communiste, mais nous avons divers partis révolutionnaires, un parti de gauche, un PS réputé le plus irréaliste d’Europe, des syndicats qui rêvent encore du grand soir, une droite sociale démocrate, à tel point que l’on n’hésite pas à qualifier la droite nationale de fasciste, une presse et des médias où il est de bon ton de se proclamer de gauche. Pire encore nos enfants sont dans le moule « communiste » depuis maintenat 65 ans, soit trois générations…
    Et vous croyez qu’avec quelques dizaines de libéraux perdus dans la masse la France va changer?

    • goufio dit :

      N’oubliez pas que la généreuse République finance 900 000 EUR par an, au parti de M Besancenot la LCR ou le NPA pour détruire notre société.

      Quel beau pays, …du n’importe quoi!

      • Alain dit :

        Et sur quel critère voulez-vous financer les partis politiques, si ce n’est leur score aux élections ? Je préfère le système de financement des partis politiques français par subvention en fonction des suffrages que le système américain où les entreprises privées peuvent contribuer sans limite de montant au financement des partis. Il en va de l’indépendance du politique. Wall Street et les autres lobbies semblent avoir pris le contrôle des USA. More bailout and POMO please and keep the Bush tax cuts.

      • H2O dit :

        @Alain;
        parce que vous, vous pensez que des subventions peuvent assurer une quelconque indépendance politique ?

        Il faudrait quand même arriver à comprendre un truc basique : qui dit argent privé dit choix, qui dit subvention publique dit obligation pour tous !
        Obligation pour tous. Vous parliez d’indépendance ?
        Bazar, il y a vraiment un put*** de chemin à parcourir en France !

      • Alain dit :

        Autant je suis pour la non-immixtion de l’Etat dans le secteur marchand et pour la réduction des dépenses et des missions attribuées à l’administration publique, autant le financement par l’Etat des partis politiques ne me dérange pas. C’est vrai que ça oblige chaque contribuable à financer même les partis qu’il déteste.
        Mais le choix se fait lors du vote.

        Alors que dans un système où les entreprises peuvent donner ce qu’elles veulent à qui elles veulent (même par le truchement de groupe de pression), les partis vont se voir dicter leur programme ou tout du moins leur politique effective par les plus riches. Ce n’est plus une démocratie, c’est une ploutocratie.
        Les électeurs n’ont plus le choix, les jeux sont faits avant.

        Je serais curieux de savoir par exemple si le Glass-Steagall Act aurait été supprimé sans le poids exercées par les groupes de pression qui avaient dans leur poche une partie des sénateurs, des représentants et peut-être même le président (Bill Clinton à l’époque).

      • Cher Michel
        En ce qui me concerne, je trouve que nous devrions nous debrasser des politiciens professionels et passer a la democratie directe comme en Suisse
        En France , le financement des partis se fait en fonction du nombre de voix et interdit toute nouvelle « offre » politique qui ne peut se financer. L’argent arrive chez le president du parti qui le repartit comme il le veut sans aucun controle et sans audit de l’etat apres coup, ce qui fait que ces presidents empechent toute opposition interne qui si elle etait exclue ne pourrait se financer
        Pour l’instant aux usa et en France les plus riches sont les syndicats d’enseignants qui font passer par les elus qu’ils ont achete avec leurs contributions des lois favorables… aux syndicats d’enseignants
        Bref, nous sommes en pleine ploutocratie, mais les riches qui ont corrompu le systeme democratique ne sont pas ce a qui l’on pense en premier, mais bien les fonctionnaires. Si vous etes battu aux elections en France et que vous etiez fonctionnaire, vous retournez dans la fonction publique. Sivous etiez du secteur prive, vous vous inscrivez au chomage. En GB en Suisse et aux USA , les fonctionnaires doivent donner leur demission de la fonction publique s’ils veulent etre elus
        Les fonctionnaires doivent etre ineligibles
        Amicalement
        CG

      • Alain Michel dit :

        Tout à fait d’accord pour ce qui concerne l’inéligibilité des fonctionnaires. Les abominations législatives qu’on nous donne à voir sont en bonne partie le produit de la déconnexion de la classe politique et du secteur privé, la majorité des politiques n’ayant jamais travaillé dans le privé.

        Pour ce qui est de la difficulté de renouvellement de l’offre politique avec le mode de financement actuel, c’est également exact. Cependant un nouveau parti pourrait dans un premier temps être bootstrappé avec les cotisations de ses membres et être financé par l’Etat en fonction de son succès électoral.
        Le système idéal serait des partis complètement financés par les cotisations de leurs militants, cotisations limitées à un montant fixé par la loi. Mais la pratique montre que ce n’est pas suffisant pour financer les campagnes électorales.

        Par contre il me paraît néfaste que des lobbies puissent financer directement ou indirectement des partis, que ces lobbies soient des syndicats d’enseignants ou des banques.

        Cordialement,
        Alain

  3. CANDIDE dit :

    Bonjour Monsieur GAVE,

    Je comprends bien qu’ici, vous ne pouviez pas apporter tous les développements que vous auriez estimé nécessaires pour étayer vos propos. C’est pourquoi, je pense, si j’ai bien compris le sens de votre texte, que nos amis lecteurs trouveront les explications plus approfondies fournies par Monsieur CHAUCHAT dans le blog de l’Institut Turgot dont je joins l’adresse : « http://blog.turgot.org/index.php?post/Chauchat » (…pourquoi Bercy et la CGT vont divorcer…)
    Bien amicalement.

  4. Nam dit :

    http://www.contrepoints.org/2011/03/10/16361-les-carottes-sont-cuites-pour-le-portugal

    Une très forte remontée des taux dans tous les pays européens (y compris France et Allemagne) est inéluctable.

    En investissant dans l’immobilier et les assurances-vie, les français font TOUT CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE pour s’y préparer.

    On va bientôt entendre des gens pleurer.

    Malheuresement, une fois que cela se produira, ils iront se défouler en rejoignant les partis extrêmes (nationalistes et/ ou communistes), au lieu de méditer sur leurs erreurs de jugement.

    • Grégory dit :

      Bonjour,
      Je souhaiterais comprendre pourquoi une remontée des taux pénaliserais l’assurance vie et l’immobilier.
      Je peine à trouver des infos à ce sujet.
      Merci
      salutations

      • Alain dit :

        Pour l’immobilier : acheter un logement à crédit, c’est faire un pari sur le marché obligataire. Admettons qu’actuellement le taux d’un crédit immobilier sur 15 ans est à 4,5%. A ce niveau de taux, vous pouvez emprunter une certaine montant, disons 200 000 €, vous achetez donc un logement à ce prix. Maintenant imaginons un krach obligataire, les taux remontent fortement, le pouvoir d’achat des ménages diminue, ils ne pourront pas emprunter 200 000€. Vous souhaitez revendre votre logement à ce moment là : vous risquez de le revendre moins cher (en terme réel au moins) que vous ne l’avez acheté.
        Cela dit, le taux d’intérêt n’est pas le seul facteur à prendre en compte. Il existe en France une pénurie sur le foncier causée notamment par des réglementations strictes dissuadant les maires d’accorder de permis de construire. Il y a de forte chance que cette pénurie se poursuive et même s’aggrave, avec la montée du sentiment écologique (loi Grenelle 2 limitant déjà l’étalement et l’étoilement urbain, associations de riverains faisant pression pour empêcher la construction de lotissement sous prétexte écologiste).

        Pour l’assurance-vie : qui dit hausse des taux dit baisse du capital, de plus si le fond euro comprend des obligations grecques par exemple, le risque de restructuration et donc de perte sur ces obligations est élevé.

      • zorglub dit :

        Vu les niveaux de valorisation actuels de l’immobilier, celui ci n’est de toute manière interressant qu’à crédit et si possible à 100%…et encore!!!! De plus, c’est la seule niche fiscale conséquente qui tient encore le coup actuellement. La retractation du gouvernement sur la taxation des plues values n’est que simple mesure électorale (aucun candidat ne tient à se mettre à dos les 55% de propriétaires francais à 1 an des élections). Mais une fois les élections présidentielelles passées, les problèmes de dettes seront toujours là, en pire, et il faudra bien allez chercher l’argent où il se cache). L’épargne peut se déplacer à la simple menace de taxation. Mais l’immobilier, c’est le piège à con, pourquoi croyez vous qu’il y a tant d’incitation à l’achat actuellement. Et dans l’immobillier, il y a matière à gratter, à coups de milliards, sans échapatoire fiscal possible. Les folles années de l’immobillier vont bientôt prendre fin, écoutez simplement votre bon sens. Il arrive un moment ou il faut arreter de croire au père noel.

  5. Desmeuzes dit :

    Complètement d’accord avec l’article de Charles Gave.
    Il faut libérer les énergies. C’est plus facile à dire qu’à faire, c’est évident.
    Mais notre pays a encore de la ressource. Je pense notamment au domaine de la recherche dans divers sortes de domaines.
    Pour l’achat d’actions françaises, peut-être attendre une correction probable des indices pour se placer à long terme.
    Le seul élément que nous ne contrôlons pas et qui peut mettre à mal notre optimisme c’est la situation géopolitique, notamment dans les pays pétroliers. ça ça reste potentiellement une grave menace qui plane au-dessus de nos têtes. ce soir j’entendais les nouvelles qui annonçaient des tirs sur des manifestants chiites dans la zone des champs pétroliers de l’Arabie Saoudite. A suivre de très près ce qui se passe ou peut se passer en Arabie Saoudite.

    Bien amicalement.
    Marc

  6. Alain dit :

    C’est amusant que vous parliez du programme du CNR. Personne n’évoquait ce sujet jusqu’à ce qu’un livre de 30 pages, monté en tête de gondole dans tous les supermarchés ne le remette au goût du jour. Ce livre, bourré d’inepties, en appelle précisément au renforcement du « secteur communiste » (je n’aime guère ce terme que vous employez car même s’il est juste dans le fond il caricature votre message). Et à combien d’exemplaires ce livre s’est-il vendu ? 1 million en 10 semaines. A combien s’est vendu s’est vendu le best-seller libéral en France. Je n’en ai aucune idée tant il doit être dans les profondeurs des classements. Tout ça pour dire que les idées libérales ont encore du chemin à faire avant de toucher l’opinion.

    Concernant la thèse de votre article, je vois mal les technocrates chercher à réduire le secteur public seulement pour faire gué-guerre avec l’Allemagne. Je pense que les réformes ne se feront que lorsque la France sera confrontée au mur de la dette. Ce qui ne saura tardé au rythme d’endettement actuel et de croissance atone.

  7. Bravo pour ce post sur le divorce de la technostructure française d’avec le parti communiste toujours régnant en France. En fait, il s’agit du règne des pisseuses. Dès qu’il y a un effort à faire, une contrainte à supporter, on se met à brailler voire à s’étaler par terre en se contorsionnant. J’ai vu, ahuri, mon ex cégétiste faire cela.

    Quand cela arrivait avec les chevaux de traits, il fallait sur le champ mettre à bout la fautive, la faire plier… Sinon, c’était l’abattoir car elle n’était plus opérationnelle pour travailler. Mon père savait faire cela.

    Le problème est qu’en France on a laissé les pisseuses prendre le pouvoir, celle-ci compromettant toute véritable érection…

    ll va y avoir du travail pour rétablir la situation, mais sans moi…

  8. Grégory dit :

    Bonjour,
    Pour quelles raisons l’Allemagne réformée continuerait elle à soutenir l’euro en attendant que la France se réforme alors qu’elle pourrait « dominer » l’europe en ré instaurant son DM?
    Effectivement c’est plutôt une bonne nouvelle pour la France, mais « la bête » sera longue à « achever ».
    Investir dans des entreprises Française parait tentant du fait d’être français,mais ne faut il pas éviter de tomber amoureux d’un titre ou même de la nationalité d’un titre?
    Je suis novice içi, mais cela ne me rassure pas d’investir dans une entreprise de la zone du frankestein financier.
    J’ai la sensation (peut être mauvaise) que les US ou l’asie ont un avenir beaucoup plus ensoileillé que l’europe.(déplaçement axe NY londres vers NY HK)Même si cela est embetant pour nous autres européens.
    Quant à l’euro…???
    Est ce qu’un portefeuille composé d’investissement US et asiatiques serait un mauvais choix?ou serait handicapée par rapport à un avec des valeurs européennes saines?
    Merci pour cet excellent article Mr Gave.
    Salutations
    Grégory

    • Cher Monsieur
      Encore une fois je fais un pari quelque peu ‘existentiel »
      Les marches sont faits a la marge
      La France a ete abominablement mal geree depuis 1981, hormis le cours episode Beregovoy.
      Si elle devient simplement mal geree, ce sear un progres immense et la bourse francaise montera beaucoup. et fera sans doute meiux que celle d’un pays deja bien gere, et qui le resterait
      C’est la le paradoxe des marches et ce qui les rend si interessants
      Amicalement
      CG

  9. Marc dit :

    Bonjour,

    Ceux qui s’intéressent à l’Histoire savent bien que les hauts fonctionnaires Français ne sont pas « souvent gaullistes »,au contraire souvent ils trahissent les intérêts nationaux(la haute fonction publique en 1946 et la même qu’en 1943…),pour preuve ils sont les artisans de l’Europe de Bruxelles,et de votre ami Madellin…
    🙂

    Et puis je ne crois pas que l’Allemagne soit un modèle(dette,chômage,démographie,appauvrissement des ménages),il « suffirait »(…) qu’un homme d’Etat prenne le taureau par les cornes pour que la France surclasse en quelques années l’Allemagne.

    Mais je pense que malheureusement vous prenez vos désirs pour la réalité.Il ne faut pas acheter du franc mais du yuan(et des matières premières après la correction,le rebond du dollar)!

  10. BA dit :

    Les six graphiques qui tuent.

    Regardez bien ces six graphiques :

    – Portugal :

    Portugal : taux des obligations à 2 ans : 6,457 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT2YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 7,593 %.

    – Irlande :

    Irlande : taux des obligations à 2 ans : 8,478 %.

    Irlande : taux des obligations à 10 ans : 9,613 %.

    – Grèce :

    Grèce : taux des obligations à 2 ans : 17,025 %.

    Grèce : taux des obligations à 10 ans : 12,783 %.

  11. Bastiat dit :

    Source CIA : PIB/2009
    Le PIB zone euro est réalisé à 75,9% par l’Allemagne : 26,5% – France : 19,9% – Italie : 16,6% et l’Espagne : 12,9%. Soit 8.049 milliards d’euros sur les 10.609 de la zone.
    Les pays à problème, Irlande, Grèce, Portugal pèsent 7,1% du PIB !
    Il est permis de douter que l’Allemagne se laissera convaincre de payer.

  12. Cher Monsieur
    Le PNB francais est de 4. 4 trillions d’euro
    Le PNB Allemand de 5. 8 trillions d’euro
    Source OCDE
    Amicalement
    CG

  13. Cher monsieur
    Completement d accord
    Je suis en train de vendre mon immobilier en France
    Cg

    • El oso dit :

      Complètement d’accord avec qui et avec quoi?
      J’ai du mal à suivre…

    • José dit :

      Je trouve votre blog vraiment très intéressant, c’est un vrai plaisir de lire vos interventions.
      Cependant, je ne comprends pas pourquoi vous êtes positif sur les actions françaises et pessimiste sur l’immobilier?
      Il vaut tout de même bien avoir de l’immobilier que d’avoir l’argent en dépôt à la banque…
      Cordialement,
      José

      • Nam dit :

        Charles Gave ne parle pas de dépôts à la banque mais d’investissement en valeurs mobilières (actions).

        Ce dilemne immobilier/dépot à la banque/assurance-vie semble être devenu l’horizon indépassable de l’épargnant français.

  14. Petrone dit :

    Bonjour a tous,

    Quelle merveille ce Blog!!!

    Voici ce qu eje fais de mon coté.

    Je vend mon immobilier comme vous Mr GAVE, gentiment, depuis six mois…
    J’achete avec des terres agricole, quelques forets (25% du patrimoine)…. côté mobilier, je prends des actions europeennes et francaise mais uniquement que du rendement (encore 25% de mon patrimoine). Enfin, selon la regle de 25 pour cent sur chaque poste, je consacre 25 % en liquidité en Euros sur mes livrets garanties et les derniers 25% restant en devises etrangeres (suisse, couronne suedoise et danoise, livre sterling et dollar canadien et australien)…
    Et maintenant, j’attend la révolution bien au chaud a cote de mon poele a bois en relisant l’histoire de florence à la renaissance… il faut toujours lire les livres d’histoire quand on ne comrend pas le présent.

    Bien a vous tous…

  15. CANDIDE dit :

    Bonjour Monsieur GAVE.
    J’ interviens sur la dernière phrase de votre article : «  »Achetez des actions Françaises. Rendez-vous dans trois ans… » » car il me semble qu’il y ait une contradiction entre cette conclusion et l’état des comptes publics gravement déficitaires de certains pays européens et ceux de la France en particulier, dans une moindre mesure certes, mais quand même. Le sujet est trop sérieux et les peuples européens méritent trop le respect pour qu’on utilise des mots méprisants comme « PIGS » à leur endroit.
    Donc, si l’endettement de ces pays étant tel qu’il entraîne ou entrainera une hausse des taux d’intérêt, comme on peut le voir aujourd’hui pour la Grèce et le Portugal et plus tard vraisemblablement pour la France, comment peut-on envisager une croissance économique conduisant à une hausse du marché des actions ? En effet, la hausse des taux d’intérêt engendrera inéluctablement une baisse de la consommation mais aussi, aggravera mécaniquement les comptes de trésorerie des entreprises, mettant certaines en péril et accroissant le chômage. La hausse des taux d’intérêt sous Reagan pour lutter contre l’inflation (politique déflationniste aux U.S. et en Europe) a conduit à une vague de licenciements et parfois même des fermetures d’entreprises.
    Permettez moi donc de ne pas partager votre optimisme, même si certaines sociétés françaises importantes ont démontré récemment leurs capacités à dégager des profits, mais les conditions de financement étaient très favorables.
    Je suis conscient toutefois que l’économie n’est pas aussi « mécanique » et que la politique y est très influente, il n’y a qu’à lire le communiqué du dernier sommet de l’Eurozone du 12 Mars 2011 contenu dans :
    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2011/03/le-sommet-de-leurozone-institue-une-forte-solidarit%C3%A9-financi%C3%A8re-et-%C3%A9conomique.html
    de la même manière que la conférence de Gêne en 1922 a eu des conséquences économiques importantes jusqu’à la crise de 1929.

    P.S. : Dommage que les publications de votre site GAVEKAL CAPITAL ne soient pas faites aussi en Français, tout comme les publications de la Banque de France.
    Bien cordialement.

    • Cher Monsieur
      Les grandes entreprises francaises qui travaillent a l’international se sont depuis longtemps affranchi de la dictature de l’adminsitration Francaise
      Les 3/4 des benefices des societes du cac 40 sont faits en dehors de France et ll’Etat Francais en raison des conventions fiscales internationales ne peut pas les taxer
      Les acheter est la seule facon pour un francais qui veut extraterritorialiser son capital de le faire legalement, sauf a acheter des actions etrangeres, ce qui est faisable aussi. Les entreprises francaises sont en plus tres bien gerees
      Un petit rappel: pendant les annees Reagan l’emploi total est monte de 14 millions de personnes en 8 ans ce ui ne s’etait jamais vu en periode de paix
      Amicalement
      CG

  16. Cher Alain
    C’est bien pour ca que si le but est de faire croitre la liberte individuelle, il faut faire reculer l’Etat et les Eglises
    On y est arrive avec l’Eglise Catholique, maintenant if faut faire reculer l’Eglise Marxiste, en attendant la Mahometane
    Pas de liberte sans laicisme
    Et je suis Catholique
    Amicalement
    CG

    • @CG : « On y est arrivé avec l’Eglise Catholique »
      Pas BIEN à mon avis car on n’a pas voulu comprendre que toute libération se traduit par la mise en place d’un nouveau lien (ainsi le passage de l’Ancien au Nouveau Testament).
      Là, on a voulu une libération sans lien à l’instar de la chèvre de Monsieur Seguin qui s’est jeté dans la gueule du loup du Grand Soir (Eglise Marxiste) en attendant le Grand Appauvrissement.
      Tout se passe comme si la totale négation du lien (religare) faisait que la libération devenait lien elle-même. L’homme et l’économie alors de se trouver comme cloués au sol.

      Note : pour moi le lien s’illustre par ce qui permet de tenir en l’air DURABLEMENT le cerf-volant illustrant la libération. Dans le cas d’un avion, le lien est devenu comme ductible : c’est le kérosène qui témoigne d’un lien plus profond avec le sol.
      Le lien, c’est l’intendance qui permet à la tête de pont de poursuivre sa marche conquérante.

    • @CG : “On y est arrivé avec l’Eglise Catholique” (seconde observation)
      Oui avec l’Eglise Catholique cela a été assez facile, mais ce sera fort différent avec les autres églises si l’on considère pertinente cette observation de Guy Sorman :

      « La force de la vérité (le Satyagraha cher au Mahatma Gandhi) suffira-t-elle à terrasser le Parti communiste chinois ? En Inde, la vérité suffit à chasser les colonisateurs anglais parce qu’au fond d’eux-mêmes, ils partageaient les valeurs propagées par Gandhi. D’une certaine manière, Gorbatchev aussi partageait les valeurs occidentales d’Andrei Sakharov et Soljenitsyne : cette mauvaise conscience de la Nomenklatura soviétique contribua à sa chute. Le jour où Gorbatchev ordonna de ne pas tirer sur les manifestants indépendantistes de Lettonie, l’URSS était condamnée car le communisme sans la violence est voué à disparaître. En Chine, on doutera des états d’âme des apparatchiks communistes. Mais, observent les dissidents, pour quelle raison ces dirigeants chinois envoient-ils leur famille aux Etats-Unis, y étudier et souvent y résider ? On les appelle, à Pékin, les Just in Case : on ne sait jamais. Les dirigeants ne sont donc pas totalement rassurés sur leur avenir personnel en Chine. Gorbatchev n’avait pas acheté, par précaution, une résidence en Californie, mais la Nomenklatura chinoise, oui. »

  17. Houdan Michel dit :

    Cher Monsieur,

    Votre blog est excellent car vous expliquez très bien les problèmes que l’on a en France avec ceux que vous appelez les communistes, et c’est très éclairant.

    Mais en temps que catholique vous êtes idolâtre avec le libéralisme et la laïcité.

    La solution pour la France est le retour du roi catholique, Lieu-tenant de Jésus Christ, vrai Roi de France, relisez Jeanne D’arc.

    Avec le Roi on aura un libéralisme contrôlé. Par exemple les musulmans auront toutes les libertés qu’ils réclament, dans leurs quartiers ils auront des écoles musulmanes, des moquées, des piscines, des hôpitaux, des ONG, le droit de porter le tchador, une police avec un gouverneur musulman, qui fait régner la justice qui rend compte au roi. Cela, le laïcisme ne peut pas l’offrir, car ce n’est pas une religion, c’est vide, ça n’a pas de messages, pas de repères. Le laïcisme est obligé de mentir en disant que Dieu n’existe peut-être pas, qu’on n’est pas sûr. Il ne peut expliquer la souffrance (rédemptrice!), la peine du travail lié au péché originel, etc…,c’est nul!

    Si les sujets sont soumis au Roi, très libéral, comme je viens de l’expliquer, le roi est soumis à Dieu, à l’Eglise, au dogmes, à la Mère de Dieu, la Vierge Marie, qui est venu nous délivrer des Messages à la Salette, à Lourdes, à Fatima, en faisant des miracles, ce qui est une preuve que cela vient de Dieu.

  18. Nam dit :

    Cher Michele Houdan, l’histoire de france abonde dans votre sens: le libéralisme économique ne s’est jamais tant développé que sous la monarchie, sous Louis XV et Louis XVI, qui sont pour moi les plus grands Rois que la France ait jamais connu.

    Quand à Louis XIV, avec son colbertisme et son mercantilisme, c’est la HONTE du système monarchique français. C’est à cause des Rois comme lui que la révolution à eut lieue et que plus tard le communisme s’est enraciné!

    Le système révé par les libéraux n’est finalement pas si lointain de ce qui était en vigeur au XVIIIeme siècle en France. Seulement, le monétarisme n’existait pas encore, ce qui a conduit à l’écroulement économique et au passage à la dictature révolutionnaire. Aucun marché obligataire ou banquier central n’aurait laissé passer le dérapage des finances publiques qu’il y eut un peu avant la révolution française.

    En conclusion, il faut un bon roi (libéral) + le monétarisme.

    • Grégory dit :

      Bonjour,
      Et de nos jours, quels pays dispose du monétarisme et d’un bon roi libéral?
      Salutations

      • Nam dit :

        De nos jours, il existe de bons rois, bienveillants et libéraux-compatibles. Le meilleur exemple je crois et le roi Juan Carlos d’Espagne.

        De nos jours, le plus dur est de trouver des monétaristes, n’ayant pas peur de monter les taux directeurs!

  19. Petrone dit :

    Suede et Danemark non?

    • Suede, Danemark, Norvege, Finlande, Singapour, Honk-Kong, Canada… La liste est longue. En fait il serait plus court de faire la liste des pays geres en depit du bon sens et gouvernes par un demagogue
      Amicalement
      CG

  20. Nam dit :

    Le nucléaire en France: un bel exemple d’alliance entre les moines soldats gaullistes et les communistes. Le résultat est une catastrophe: 58 réacteurs et pays le plus nucléarisé au monde.

    • Jae dit :

      En quoi une catastrophe ? On a eu de l’électricité bon marché pendant très longtemps, une moindre dépendance aux dictatures pétrolières, et pas de rejet de CO2 pour produire de l’électricité (bien que le réchauffement soit de la foutaise).

    • Cher Monsieur
      Pour l’instant, les centrales Japonaises ont resiste au plus important tremblement de terre des 50 dernieres annees et au plus fort tsunami des 100 derneires annees sans trop de degats
      De grace attendons un peu avant de juger
      La seule chose qui semble etre en etat de delabrement total est la sante mentale de la grande presse qui comme d’habitude se laisse aller a une hysterie de bon a loi contre le nucleaire
      J’ai dans ces cas la une reaction instinctive: aujourd’hui , j’ai envie d’acheter Areva
      Comme le disait les Rostchild  » acheter au son du canon »
      Amicalement
      CG

  21. Nam dit :

    Bon marchée? Subventionnée par les impots des français pendant de longues années, n’importe qui peut faire de l’électricité bon marché!

    Et encore, on a pas provisionné le cout du démantelement des centrales nucléaires, ni de l’enfouissement des déchets radioactifs.

  22. Alain dit :

    Bonjour Monsieur,

    Votre dernier livre est une merveille pour moi, cela m’a permis de décoder beaucoup de points obscurs en économie de base (je suis un novice qui cherche à s’informer et à comprendre).

    Compte tenu de notre balance commerciale lourdement déficitaire, de nos dettes et de l’euro fort, ne croyez vous pas que l’on s’achemine vers un gros problème financier en France et en Europe ?

    Bien cordialement.

  23. Cette structure d’alliance est mise en avant dans un livre à propos de l’école :

    Le plus scandaleux ? Ils agissent en toute impunité. À l’origine de cet immense gâchis, un « pacte immoral » entre les élites qui prétendent nous gouverner et les apparatchiks qui sacrifient nos enfants par pur cynisme. Ceci n’est pas un livre sur l’éducation. En tout cas pas seulement. C’est d’abord un document féroce et un récit effarant sur l’hypocrisie et la lâcheté du pouvoir.
    Pour Sophie Coignard, depuis vingt ans, les politiciens, soucieux de leur carrière, ont préféré déléguer aux syndicalistes, à la caste des inspecteurs et aux « théoriciens de pédagogie nouvelle » les clés du ministère. Voilà une administration qui a pour sport favori le contournement des directives et qui passe ses journées à préserver son périmètre et, au passage, à grignoter celui des autres. En face, les politiques ont abandonné le combat. Il faut lire le chapitre où Gilles de Robien supplie Dominique de Villepin de ne pas le nommer à ce poste tant redouté. Édifiant !

    Ce livre, « Le pacte immoral » de Sophie Coignard, sous-titré « Comment ils sacrifient l’éducation de nos enfants », est présenté sur un post du blogue Pour une école libre au Québec

  24. Trouvé à l’instant :
    Il fallait rééditer « Sociologie du communisme » parce que les Français sont malades d’une maladie qui prend ses racines dans le communisme et qu’ils l’ignorent.
    Les Français croient que le communisme c’est fini parce que l’URSS s’est effondrée et que le parti communiste français n’a plus que quelques députés.
    La vérité serait plutôt que, chez nous, en ce début de XXIe siècle, l’idéologie marxiste a gagné la partie.
    Aucun gouvernement en France ne l’a jamais combattue.
    Tous, depuis la Libération, ont laissé les communistes investir les rouages essentiels du pays, en particulier l’Enseignement et l’Information.
    Le résultat en est une marxisation généralisée des esprits, génératrice d’une pensée unique, qui nous conduit progressivement, à l’ombre d’un État-Providence qui s’essouffle, vers un totalitarisme masqué.

    Cette marxisation généralisée des esprits explique aussi la paralysie générale devant des syndicats, qui entravent l’économie comme l’enseignement, et dont un ancien ministre socialiste a dit publiquement qu’ils sont de « véritables organisations staliniennes centralisées ».
    Deuxième raison de rééditer Sociologie du Communisme : Monnerot dit du communisme qu’il est l’« Islam » du XXe siècle.
    Il retrouve dans le communisme la confusion du politique et du religieux qui caractérise l’Islam, dont le réveil, aujourd’hui aide à comprendre le phénomène. M. Maxime Rodinson, orientaliste et ancien communiste, qui considérait comme « paradoxales, presque hérétiques » les vues de Monnerot, reconnaît aujourd’hui qu’en matière « d’orthodoxie coercitive », « l’Islam et le communisme présentent une ressemblance frappante ».
    Les communistes ont porté les méthodes de la subversion à un très haut niveau. les mondialistes qui tendent à enserrer les peuples dans leurs filets sont à leur école.
    Pour pouvoir réagir intelligemment il faut s’instruire, et c’est pourquoi il faut lire Sociologie du communisme.
    L’« Islam » du XXe siècle, première partie de Sociologie du communisme par Jules Monnerot a été publiée en tant que Tome Ier de la nouvelle édition.
    http://www.editions-du-trident.fr/monnerot.htm

  25. Un moine-soldat ? « Haut fonctionnaire typique de la génération issue de la Résistance, mon frère croyait à l’Europe, comme il croyait au progrès, à la capacité de tous à s’élever. Il a d’ailleurs présidé à la naissance du Point, avec Olivier Chevrillon et Claude Imbert ! À la fin de sa vie, toutes ses espérances se sont fracassées sur la réalité. »
    http://www.lepoint.fr/culture/pierre-nora-le-travail-intellectuel-est-un-service-public-26-12-2011-1412579_3.php

Les commentaires sont fermés.