Quand les deux grandes banques centrales entrent en conflit.

Une politique monétaire a toujours quatre niveaux:

  1. Restrictive, quand la croissance de l’économie est au dessus de son potentiel et/ou que des tensions inflationnistes commencent à poindre, ce qui veut dire des taux courts au dessus du taux de croissance de l’économie.
  2. Neutre, quand l’économie croit à son potentiel de croissance, ce qui veut dire des taux d’intérêt légèrement inferieurs au taux de croissance du PNB nominal.
  3. Stimulât ive, si la croissance est très inferieure à son potentiel et/ou si un choc exogène vient à frapper le pays (voir le Japon aujourd’hui). Les taux doivent être à ce moment très en dessous de la croissance du PNB et des injections de liquidités peuvent être pratiquées;
  4. Très stimulatrice (panique), s’il existe un risque de faillite en chaine de pays ou de banques (souvent liés), du type de celles que nous avons eu dans les années 30 ou que nous avons failli avoir récemment. Dans ces cas la, les taux d’intérêt réels (taux courts moins taux d’inflation) peuvent et doivent être négatifs (pendant une brève période) et la courbe des taux doit être très pentue (pendant longtemps) pour que les banques commerciales puissent reconstituer leurs fonds propres. Des injections massives de liquidités doivent être pratiquées.

Depuis la grande crise de 2008-2009 et la crise de l’Euro en 2010 les deux grandes banques centrales du monde, la BCE et la FED ont été fermement sur le mode « panique », et à juste titre.

Malheureusement, des taux d’intérêt réels négatifs ont de multiples inconvénients, le premier étant que les taux négatifs permettent aux « canards boiteux » de survivre, ce qui empêche toute croissance (pas de destruction dans le processus de création destructrice) et le second que l’Etat peut se financer à bon compte, ce qui favorise la hausse du poids de l’état dans l’économie, toujours une mauvaise chose. Accessoirement les taux réels négatifs amènent toujours à des explosions à la hausse de l’or et des matières premières et souvent à une hausse générale des prix (inflation).

Le capitalisme en fait ne peut pas fonctionner si le cout du capital est négatif. Il a besoin d’un cout du capital « discriminant »

Aujourd’hui, compte tenu des chiffres très satisfaisants de la croissance dans le monde en général et dans le Nord de la Zone euro en particulier, la BCE  a décidé de commencer a ramener le curseur de la politique monétaire de « panique » a « stimulatrice », sans doute en route vers le point « neutre » d’ici quelques mois, et je suis parfaitement d’accord avec cette position qui me parait très sage. (Pas souvent que je suis d’accord avec monsieur Trichet)

La Fed de son coté apparaît fermement décidé à maintenir ses taux courts au niveau « panique », ce qui me parait être une grave erreur.

Ce que je pense n’a cependant guère d’importance.

La réalité de marché est que les deux grandes banques centrales sont en train d’entrer en désaccord et que dans le passé chaque fois que cela s’est produit nous avons eue une grave crise financière.

Si l’on remplace la BCE par la Bundesbank, je peux citer les dates de 1971,  1973, 1979, 1987, 1992, 2008, toutes marquées par des événements fort désagréables sur les marchés, surtout si le dollar était à l’époque à un niveau artificiellement déprimé, ce qui est le cas aujourd’hui.

Les USA sur les 12 derniers mois, ex pétrole et ex Chine ont déjà une balance des comptes courants excédentaire. Cette divergence des politiques monétaires risque de faire baisser encore plus le dollar, déjà hyper compétitif. La pression concurrentielle déjà très forte que l’industrie américaine exerce sur le reste du monde (pensez Airbus contre Boeing) s’en trouverait fortement renforcée, les matières premières repartiraient à la hausse, aggravant à la fois les tensions inflationnistes et sécessionnistes (stagflation, nous voici), le consommateur serait appauvri partout…

Bref, comme en 1972, en 1978,  en 1987, les USA tiennent le discours, « le dollar est notre monnaie et votre problème » (Conolly secrétaire d’Etat au Trésor en 1972) et prétendent suivre une politique monétaire fondée sur des critères purement domestiques, en oubliant que le dollar est la monnaie de réserve du  monde  Ce genre d’attitude s’est toujours retourné contre eux et contre l’économie américaine, mais ils ont apparemment la mémoire courte et pensent que manipuler la monnaie est plus facile que de prendre des décisions courageuses .Grave erreur s’il en fut…

Cette attitude est grosse de dangers importants. Pour être honnête, parfois  les USA avaient raison (1992, 2008), parfois ils avaient tort 72, 78, 87…) mais la réalité est que les deux banques centrales dans ces cas la ne peuvent pas avoir raison toutes les deux à la fois.

Si l’une a raison, l’autre a tort et je sais donc que l’une des deux est en train de faire une erreur monumentale.

Les erreurs monumentales de politique monétaire ont toujours des conséquences financières importantes

Attachez vos ceintures…

 

C.G

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

41 commentaires pour Quand les deux grandes banques centrales entrent en conflit.

  1. ratel dit :

    bonjour;pour vous la Fed est dans l’erreur.Le dollar va continuer de baisser alors que vopus étiez haussier il y a quelques semaines;donc changement d’avis.Qu’est ce qui pourrait faire changer d’avis la FED ? n’est elle point obligé d’avoir des taux trés bas pour financer ses énormes déficits ?merci

  2. petitrader dit :

    Très intéressant et instructif !

    Amicalement.
    Marc

    • Cher Monsieur
      Ce n’est pas tout a fait ce que j’ai dit
      Il me semble qu’il y a un risque de conflit entre la Fed et la BCE
      Cela peut se traduire par une baisse du dollar et /ou par des hausses de marieres premieres du type petrole
      Le dollar US est deux ecarts types sous evalue par rapport a la parite des pouvoirs d’achat et donc toute baisse du dollar par rapport a ces niveaux serait tres dangereuse pour tout le monde (pensez Boing contre Airbus)
      Je dois dire que j’ai du mal a comprendre la politique de la Fed aujourd’hui , qui fait courir de graves dangers a tout le monde, y compris aux USA, ce qui m’inquiete passablement
      Amicalement
      CG

    • Cher Monsieur
      En 1979, avec le President Carter, le digne predecesseur de monsieur Obama, les Etats-unis suivaient la meme politique qu’aujourd’hui
      Volcker est arrive et en 5 ans l’or est passe de 800 240, le petrole de 40 a 8, l’Amerique Latine endettee en dollars faisait faillite et l’indice boursier triplait
      Nous sommes dans la meme situation.
      Une greve des gerants obligataires refusant d’acheter les obligations du Tresor Americain (comme en Suede en 1992) et qui a peut etre commence avec Bill Gross pourrait avoir le meme effet que celui qu’a eu Volcker
      Je prefere acheter IBM…pile je gane, face je ne perds pas
      Avec l’or c’et pile je gagne et face je perds
      Pas le meme profilde risque!
      cg

  3. Alain dit :

    Bonjour Monsieur,

    Votre dernier livre est une merveille pour moi, cela m’a permis de décoder beaucoup de points obscurs en économie de base (je suis un novice qui cherche à s’informer et à comprendre).

    Compte tenu de notre balance commerciale lourdement déficitaire, de nos dettes et de l’euro fort, ne croyez vous pas que l’on s’achemine vers un gros problème financier en France et en Europe ?

    Que faire pour s’en protéger ?

    Bien cordialement.

  4. Ping : La politique monétaire comme source d’instabilité « le blog a lupus…un regard hagard sur l'écocomics et ses finances….

  5. Bonjour,
    nous avons le plaisir de vous annoncer que votre interview au salon du livre a été publié sur notre site http://www.chineconquerante.com à l’adresse suivante http://chineconquerante.com/2011/03/23/811/

    Bien à vous

  6. Christophe dit :

    Vous vous enfermez, j’en ai peur, dans une fausse réthorique.

    Premier point : où avez-vous vu que la BCE allait passer du mode « panique » au mode « neutre » ?
    Nulle part. Enfin, si, Trichet fait des moulinets avec sa bouche. Faites lui confiance ? C’est un pari de Pascal (un beau billet de 500 pour le coup…).

    Face aux paroles, il y a les actes. Et les actes c’est la BCE qui fait office d’aspirateur à papier pourri, filant discrètement de l’argent à tous les PIGS, cherchant simplement à gagner du temps.

    Il convient donc d’écarter les mots qu’utilise Trichet pour se concentrer sur l’environnement.

    -vous parlez de forte croissance en Europe. En tant que chef d’entreprise, j’aimerais bien avoir la même hallucination que vous. Comment voulez vous que la BCE augmente ses taux…. avec le désastre grec, irlandais… portugais… Et tous les autres qui vont suivre ?

    Vous êtes le premier à dénoncer la situation abracadabrantesque de la France. Comment voulez vous que la France encaisse des taux plus élevés avec une telle dette? Et l’Espagne ?

    On n’arrête pas de nous saouler avec la soit disante « vertu » des Allemands. Parlons en ! En quoi, objectivement, les Allemands auraient ils intérêt à réclamer des taux élevés ?
    Entre le choléra de l’inflation et le peste de la récession qui anéantirait les soit disants actifs de toutes les banques européennes ils choisiront, et ont déjà choisi la seconde bien sûr.

    Un politicien, aussi allemand soit il, reste un politicien.

    Voilà. Pour résumer : je ne comprends pas pourquoi :
    -vous raisonnez sur les paroles d’un homme peu recommandable, et non sur ses actes

    -vous écartez l’environnement qui est absolument explosif (crise massive des dettes publiques, crises politique (voir irelande, portugal), crises sociales etc).

    Rien, à part une volonté hallucinante de « extend and pretend », ne permet de penser que la BCE va sérieusement augmenter ses taux.

    • Cher Monsieur
      La BCE a deja eponge pas mal de liquidites
      Les taux a 2 ans sont de ce fait en hausse sensible et l’euro avec eux
      pour moi, il est donc tout a fait evident que la BCE va monter ses taux a la prochaine reunion du conseil
      Dans son optique, cela va forcer les gouvernments a se reformer
      Si la BCE monte et pas la Fed, nous allons avoir de problemes
      Quant a l’Espagne, elle paye deja des taux beaucoup plus eleves que les taux de la BCE
      Le seul mystere reste que les marches n’aient pas encore attaque la France
      Amicalement
      CG

  7. Marc dit :

    toujours très intéressant de vous lire!…Pourquoi on ne vous voit jamais sur les plateaux de télévision quand il s’agit d’émissions portant sur l’économie ex: « C dans l’air » ? Seriez vous marqué à l’encre rouge ?.. Ou, avez vous une pensée pas « politiquement correct » et pas dans la « bien-pensance » à la mode du moment ?…Je préférerais vous voir plutôt que de subir bien trop souvent le « suffisant » Alain Duhamel dont les compétences en économie me semblent plutôt limitées !
    Bien cordialement

    • Cher Monsieur
      gentil de penser que je pourrais dire des choses interessantes, mais je suis un peu personna non grata sur les media francais
      les invites sont toujours les memes et pour etre invite il faut etre partisan de la vulgate europeeno- marxiste anti americaine et anti israelienne ce qui n’est pas vraiment ma tasse de the
      Donc je ne suis pas invite, ce qui me laisse tres indifferent
      le monde appartient toujours aux minorites
      Amicalement

  8. petitrader dit :

    Il y a une émission à laquelle je suis sûr que Charles Gave pourrait se faire inviter.
    C’est tard le soir certes, mais les invités sont d’horizons souvent très, très différents.
    C’est l’émission de Frédéric Taddei sur France 3 « Ce soir (ou jamais) ».
    Si quelqu’un a le bras long…

    Amicalement.
    Marc

  9. Oresme dit :

    Cher Concitoyen, cher Charles,

    D’accord sur la situation explosive entre la BCE et la Fed. Pas d’accord sur le fait que la BCE ait raison de revenir à la case stimulative et neutre car la situation de l’activité est très fragile dans l’eurozone. D’accord sur le fait que la Fed est dans un état de déni (pour faire simple).

    Enfin, pas d’accord sur la façon dont vous présentez les politiques monétaires, vous omettez qu’aucune des principales monnaies ne corresponde à la « théorie » académique, le yuan est non convertible, le dollar est une monnaie refuge, l’euro n’a pas de capitaine.

    En résumé, la situation est désomais politique, chacun fait face à ses peurs, il s’agit de sauver les meubles : le pouvoir en chine, le dollar au USA, l’euro en Europe.

    Pas sur que ces trois priorités absolues soient compatibles… nous sommes en présence d’un noeud gordien, quelqu’un doit mourir.

    Cheers,

    Oresme

    • Cher Oresme
      Vous n’avez pas tort, et je me suis longuement explique sur ces problemes monetaires dans ‘Liberal mais on coupable » Francois Bourin editeur
      Le vrai probleme de fond est que la seule monnaie importante est le Dollar US et que celle ci est geree en depit du bon sens
      Qand elle a ete bien geree, de1980 a 2000, nous n’avons eu aucun probleme
      Devant l’irreponsabilie americaine la BCE n’a pas le choix car si elle ne faisait rien, les resultats seraient encore bien pires
      Amicalement
      CG

  10. danmaru touvabien dit :

    je vais encore devoir acheter de l’or
    alors que j’ai ai déjà 60% .
    il va falloir que je loue un deuxième coffre.
    si vous croyez que ça m’amuse.
    je préférais avant quand le papier avait encore de la valeur.

  11. BA dit :

    Vendredi 25 mars 2011 :

    La BCE est incapable de stabiliser la zone euro. Le Portugal et l’Irlande viennent de battre leurs records : leurs taux à 10 ans n’ont jamais été aussi élevés.

    Italie : taux des obligations à 10 ans : 4,758 %.

    Espagne : taux des obligations à 10 ans : 5,173 %.

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 7,786 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

    Irlande : taux des obligations à 10 ans : 10,119 %.

    Grèce : taux des obligations à 10 ans : 12,576 %.

    • Oresme dit :

      Cher BA,

      Sans être parfaite, la BCE ne mérite pas vos critiques implicites. elle exécute son mandat comme elle le peut et pas si mal. Elle n’est pas responsable des décisions de politiques économiques que prennent chacun des 17 membres (27 en réalité à siéger) et se permet même – avec grande délicatesse, de s’en « plaindre ».

      Parlons du mandat… il s’agit de maintenir le pouvoir d’achat d’une unité monétaire. Parfaitement sain, la seule banque centrale au monde à avoir un mandat aussi sain et aussi clair.

      Si les 5 pays que vous mentionnez traversent une tempête, c’est pour deux raisons selon moi:
      => Grèce, Irlande, Espagne ont mal géré leurs affaires depuis 10 ans
      => Italie, Portugal sont des victimes indirectes d’une mondialisation disfonctionnelle.

      Je m’explique….il y a eu beaucoup de complaisance en Europe depuis 10 ans sur les dérives des uns et des autres en terme de comptes publics et d’utilisation des fonds structurels…. tout le monde est responsable de ce point de vue, les français, les allemands, tout le monde a fermer les yeux. En parallèle, l’Europe se fait plumer par une Chine manipulant sa monnaie à la baisse et par les USA faisant de même, mais à la hausse… l’Europe se laisse faire, ne se défend pas, voilà ce qui est regrettable, voilà ce sur quoi l’indignation est bienheureuse.

      Ce que je veux dire par là, c’est que la BCE n’est coupable que de deux choses:

      => Avoir fermé les yeux sur les dérives Grecs, Irlandaise, Espagnole
      => Avoir laissé faire les manipulations sur le Yuan et depuis le 18 mars 2008, soit deux ans maintenant, de fermer les yeux sur le debasing du dollar.

      L’Europe doit sortir de l’OMC pour une raison très simple, l’OMC ne sert aucunement sa mission, les échanges ne sont pas libres, les manipulations monétaires SONT DES SUBVENTIONS PUBLIQUES.

      L’Europe avec ses 500 millions de consomateurs et son marché énorme est parfaitement à même de se mettre en retrait de l’OMC, sa décision est parfaitement légitime puisque l’OMC n’honore pas sa mission en laissant faire les manipulations monétaires.

      Cheers,

      Oresme

  12. Petrone dit :

    Bonjour à tous,

    et si tout simplement (manipulations des taux – YUAN/DOLLAR, politiques divergentes BCE/FED, OMC inexistant, FMI ridicule, Politiques incompétent…. etc) nous assistions au déroulement presque exact de votre thèse Mr GAVE?

    Et si tout simplement le système s’écroulerait sous nos yeux (presque informés) du fait des gabegies politiques..?

    Tout le reste ne serait il pas que convulsions d’une histoire inexorable.

    O que oui, le spectacle est intéressant mais c’est bine la finalité qui m’intéresse… vivement 2013-2014…

    Bien à vous tous.

  13. Bernard dit :

    Bonjour Monsieur Gave,

    Sur BFM Radio, j’ai appris ce matin que vous aviez rédigé un article paru dans la Tribune. Pourriez-vous le mettre sur votre blog ?
    Par avance merci.
    Cordialement.
    Bernard

  14. Bonjour,

    Ils y sont tous,

    Amicalement,

    CG

  15. BA dit :

    Lundi 28 mars 2011 :

    Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité du Portugal à rembourser ses dettes.

    Conséquence concrète : les taux des obligations de l’Etat portugais explosent. Les taux atteignent des niveaux ahurissants.

    Portugal : taux des obligations à 2 ans : 7,429 %.

    Portugal : taux des obligations à 5 ans : 8,693 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT5YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 7,929 %.

  16. ungars dit :

    http://www.moneyweek.fr/20110350479/actualites/actu-economie/fed-mbs-banques-faillites/

    La Fed en faillite depuis le 6 janvier 2011…
    Par La Rédaction de MoneyWeek, le 15 mars 2011

    La Réserve fédérale américaine s’est placée sous la protection du Trésor. Ce dernier prendra désormais en charge les pertes de la Fed. Ce qui signifie que la banque centrale américaine n’est plus capable de faire face à ses engagements. En langage courant, cela s’appelle être en faillite.

    La raison de ce changement est toute simple : la Fed a acquis tellement de titres pourris de créances immobilières qu’une modeste baisse de ces derniers lui serait fatale. La seule solution consistait donc à trouver quelqu’un d’autre pour payer les pots cassés. Et qui a été l’heureux élu ? Le contribuable américain, bien sûr, par l’intermédiaire du département du Trésor US.

    La suite sur le site web MoneyWeek

  17. Cher Monsieur
    Money week se fait une specialite du catastrophisme
    HOnnetement , je ne passerai pas trop de temps avec eux
    La realite est beaucoup plus prosaique
    Le Tresor a demande d’acheter des obligations a la banque centrale (la Fed) qui transfere de toutes facons 100 % des gains qu’elle fait au Tresor Americain
    la Fed a accepte en precisant qu’elle le faisait pour le compte du Tresor qui en supportait donc les risques
    Rien de dramatique la dedans, juste un arrangement comptable entre 2 parties du gouvernement qui ni l’une ni l’autre ne peuvent faire faillite pusique le dollar est emis a volonte par ce meme gouvernement
    Curieux comme les journalistes ne comprennent rien
    Amicalement
    CG

    • Oresme dit :

      Cher Concitoyen, cher Charles,

      La faillite d’un état, c’est la remise en cause imposée de sa constitution, on s’en approche aux USA, vous verrez que les droits individuels vont être revisés pour permettre – notamment, de passer le Healthcare Affordability Act d’Obama, actuellement en route pour un vote de la cours suprême.

      Les USA ont très mal évolué depuis 20 ans sous l’effet d’une dérive du parti républicain noyauté par des intérêts spéciaux, notamment religieux.

      Aujourd’hui, la situation est littéralement explosive car la population a été bombardé d’information fausses par des médias cotés en bourse, cette population ne prendra pas la bonne décision le moment venu.

      Les arbitrages entre dépenses et recettes se profilent à court terme, le pire est à prévoir et en toute logique, les USA vont à nouveau compliquer leur situation. Les USA devront trouver un bouc émissaire, un enemi, une cible, un fantôme, une cause quelconque et à n’importe quel prix pour traverser les murs de feux qui s’annoncent.

      Espérons que l’Europe ne soit pas cette victime expiatoire car je souhaite bien du plaisir à la victime… elle n’aura pas d’échappatoire.

      Cheers,

      Oresme

  18. Cher Oresme
    C’est rigolo comme certains Europeens sont sans arret en train d’annoncer que les USA sont a la veille de connaitre une experience totalitaire.
    En Europe nous avons ete a l’origine de la Terreur, du communisme , du fascisme, du nazisme de la Shoah, du colonialisme et j’en passe, et a chaque fois ce sont les usa (ou les anglais) qui sont venus nous sortir du trou et pourtant le danger a venir est toujours aux etats unis d’apres ces braves gens…
    Qui plus est comme chacun sait les citoyens americains se font manipuler (pas comme nous bien sur) alors qu’ils ont vire Nixon et Carter pour elire Reagan (souvenez vous des ricanements de Jean Daniel sur ‘l acteur » un peu debile tandis que nous elisions Mitterand, Chirac et Sarkozy, tous tellement competents d’apres Duhamel
    Enfin , comme chacun le sait aussi , ils sont incultes par rapport a nous qui sommes tellement intelligents, au point que sur les 100 premieres universites dans le monde (d’apres les Chinois) , 65 sont aux USA et une en France
    C’est ce que Revel appelait l’obssession anti americaine que vous devriez lire ou relire
    Nos systemes sociaux sont en faillite, l’etat preleve 60 % de la richesse du PNB francais (contre 28 % aux usa) et vous vous faites du souci piur la sante financiere des usa?
    Nous sauterons bien avant eux qui ont montre 10 fois dans leur histoire qu’ils sont capables de se reformer en gardant la meme constitution depuis 220 ans, alors que nous devons en etre a notre 13 changement de regime dans la meme periode
    Honnetement, le XX siecle a ete le siecle Americain
    Le XXI le sera aussi et il, verra sans doute la fin de l’Europe, et de ca je suis a peu pres sur
    Amicalement
    CG

    • les francais connaissent mal leur pays, parfois. Samedi soir, place du Trocadero, tentative de raisonner des membres du WWF

      l’écolo
      – oui mais je n’ai pas envie de vivre comme aux Etats Unis, où si tu n ‘as pas d’argent, tu meurs dans la rue »
      le Parisien Liberal
      – euh, qui t’a raconté ca, tu ne connais si la Social Security.Gov, ni Medicaid ?
      L’ecolo
      – il faut une carte Visa pour se soigner la bas, alors qu ‘ici c’est gratuit
      Le Parisien Liberal
      – … (bouche bee mais se reprend ) . Euh non c’est pas gratuit, on paye ca à credit. Jamais entendu parlé de la dette et des deficits ?

      Voila l’état d’éducation dans le pays des Lumières et des Bac +1000.

    • Alexandre dit :

      Cher Monsieur Gave,

      Je partage votre analyse, mais au delà de l’économie il y a aux USA des mouvements multiculturels et antiracistes (l’antiracisme n’étant pas le contraire du racisme) de fond, qui déstabilisent comme jamais les USA.

      Le territoire de la Californie au Texas annexé au Mexique ou prenant son indépendance, le territoire de Vancouver à Seattle qui devient une nouvelle Taiwan indépendante… les mouvements identitaires et démographiques à l’oeuvre en Nord Amérique peuvent changer beaucoup de choses, la deuxième langue maternelle la plus couramment parlée au Canada n’est déjà plus le français malgré les millions de québécois, mais le mandarin…

      Les USA ne tiennent plus leur langue, il faut maintenant parler espagnol en Californie et le Mandarin à Vancouver pour parvenir à vivre au quotidien dans ces régions, comme il faut parler l’arabe pour parvenir à vivre au quotidien en banlieue parisienne…

      Les 2/3 de WASP qui composent les USA contrairement aux européens font des enfants et croissent de 1% chaque année, mais pas autant que les autres groupes identitaires…

      Avant la mise en place de la discrimination positive l’Afrique du Sud était la 30ème puissance économique mondiale, depuis la mise en place de la discrimination positive, elle est tombée en moins de 10 ans à la 111ème place et un million de blanc a fuit leur pays.
      La France vient de voter une loi identique, eugéniste, qui devrait ouvrir la voie à de nombreuses autres, faire jurisprudence (quota de 50% de femmes obligatoire en 2014 dans les conseils d’administration) et les USA ?

      Les USA sont mieux placés que l’Europe, qui certainement sera à terme dominée par la Turquie, l’Angleterre et la Russie (donc la Chine en arrière plan), mais les USA ne seront plus en capacité de maintenir leur leadership en Asie du fait de leurs faiblesses intérieures (et de la forte présence chinoise en Nord Amérique), ils devraient donc ne le maintenir que sur le reste du monde, à l’exception de l’Asie, qui elle devrait être dominée par la Chine… peut-être jusqu’en Australie…

      L’Afrique est ainsi essentielle, elle est la Chine d’il y a trente ans, déjà l’Europe qui pourtant s’africanise, perd l’Afrique; alors que le Cameroun a abandonné le français pour ne plus parler que l’anglais, la rencontre violente entre la Chine et les USA en Afrique, est très révélatrice des nouvelles zones d’influence…

      Bien à vous.
      Alexandre

  19. Oresme dit :

    Cher Charles,

    Je comprends parfaitement vos arguments de réponses pour les avoir utilisés moi aussi, un à un, dans le cadre de discussions que j’ai pu avoir ces dernières 15 années et où ma position était en gros la vôtre aujourd’hui.

    Je suis autant américain que français, je passe beaucoup de temps aux USA et avec des américains, la situation sur le terrain est catastrophique, je crois que vous avez un ou deux trains de retard…. le nombre d’américains en food stamp exède 89 millions aujourd’hui, la middle class est en rage, la colère populaire gronde comme cela n’a jamais été le cas auparavant. Je sais, je sais..les foods stamps ne sont pas exactement la soupe populaire, mais quand même, cela y ressemble fortement.

    Quand au leadership américain, il n’est plus ce qu’il était, regardez le dossier Lybien, c’est l’Europe qui a pris l’initiative et qui a entrainé les USA. Ce n’est qu’un exemple, le plus récent, il y a beaucoup d’autres signes que les USA sont en très grande difficulté, largement masquée et habilement dissimulée.

    Notez que les USA se sont mis dans cette situation de leur seul fait. Je ne suis pas aussi optimiste que vous, je pense que la prise de pouvoir du clan Bush en 2000 est un événement majeur, l’aboutissement d’une dérive malsaine débutée 10 ans auparavant avec Pat Roberston et prémonitoire de la suite, notamment de 9/11 avec la réponse ratée des USA à ce défi historique.

    Je ne vais pas plus loin pour ne pas ennuyer nos lecteurs mais il existe une liste d’arguments contraires à ceux que vous présentez, ils s’articulent avec un raisonnement tout aussi pertinent ou crédible.

    Je reviens à l’Europe, elle est un espace de modération, l’individu est respecté et le collectif à sa place, les européens marient la chèvre et le chou toute la journée, d’où certaine frustration. Les européens sont éduqués, riches, cultivés, en bonne santé, ils disposent de capital, de savoir faire, ils ont une sagesse certaine, ils ont transcendé les dérives destructrices, suicidaires du XXième siècle, c’est le Projet Européen.

    Quand au XXIième siècle que vous mentionnez, c’est celui de l’européanisation des USA, elle débute sous nos yeux.

    Très cordialement,

    Oresme

  20. Petrone dit :

    Si je puis me permettre,

    Mr GAVE, Oresme, vous avez tous les deux raisons. Les arguments historiques, les arguments de la vie américaine actuelle constatés in situ… tout cela est vrai… et contradictoire.

    Je crois que ce qu’il faut retenir, c’est que l’âme américaine se sort toujours des catastrophes grâce à ses facultés entrepreneuriale , cela fait parti de son dynamisme génétique, c’est que l’âme européenne se sort toujours des catastrophes aussi grâce à son patrimoine financier, cela fait parti de son capital historique.

    La seule chose qui compte, c’est la liberté.

    La richesse sans la liberté (le système chinois par exemple) voilà le point faible de notre mondialisation.

    Pour le reste, le système financier se purge, évolue. Tout ce que nous constatons, ce sont les soubresauts, les spasmes, les convulsions du malade. Inexorables.

    Ce qui intéresse vis à vis de cela, c’est que faire de notre argent?

    En cela, je suis plus sage. Je place en terres agricoles, en bois, en liquidité de monnaies de pays sures et libres, en livrets garanties (pour toute la famille) et en actions de rendements de pays sures et libres.

    Voilà. Et puis j’attends tranquillement au coin du feu…

    Merci à tous pour ce forum. C’est merveilleux.

    • Cher Monsieur
      Je ne saurai etre plus d’accord avec vous
      Seule la Liberte compte
      Une remarque ici
      Les Chinois voient leurs libertes s’acroitre constamment tandis qu’ en France, nos libertes sont en regression constante
      Le mouvement vers plus de liberte cree la sensation que les choses s’ameliorent tandis que l’inverse rend les gens moroses
      Ce que l ‘on ne dit jamais en France c’est a quel point etre resonsable de son sort est necessaire au bonheur
      Amicalement
      cg

  21. BA dit :

    Mardi 29 mars 2011 :

    Standard and Poor’s abaisse la note de la Grèce et du Portugal.

    L’agence de notations Standard and Poor’s a annoncé mardi avoir abaissé de deux crans la note de la Grèce à BB-, et d’un cran celle du Portugal à BBB-.

    Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité du Portugal à rembourser ses dettes.

    Les obligations de l’Etat portugais sont en train d’exploser.

    Regardez ces trois graphiques :

    Portugal : taux des obligations à 2 ans : 7,714 %.

    Portugal : taux des obligations à 5 ans : 8,901 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT5YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 7,978 %.

  22. Kun dit :

    Mr Gave , n’étant pas assez expert, que pensez vous de cet article?
    Merci salutations

  23. Christophe dit :

    Cher Mr Gave,

    Au sujet de la dette française, ne pourrions pas connaître en France un effet inverse de la période précédente 1994 -2010 (bien décrite dans votre livre) pendant laquelle les intérêts restaient faibles avec une dette croissante?

    En effet, ne commençons nous pas à entrevoir une période pendant laquelle les intérêts vont croître rendant le service de la dette beaucoup moins supportable, alors que, paradoxalement la dette « pourrait » diminuer en volume (sous l’effet de mesures draconiennes imposées entre autres par l’Allemagne)?

    Dernier point:
    Quelles seront selon vous l’attitude des Allemands concernant l’euro et le sauvetage des pays européens en cours et à venir, et leurs conséquences, à la suite de la perte récente par le parti de Me Merckel d’un des Länder clé?

    Merci d’avance pour vos réponses.

    Cordialement.

    CG

    • Cher Christophe
      Vous avez tout a fait raison sur le service de la dette
      Si par hasard les taux d’interet se mettent a monter durablement, alors le service de la dette se mettra a monter avec un certain retard cependant puisque la dette a une duration de 7 ans en moyenne. Je crois avoir lu qu’un point de taux d’interets en plus nous couterait 20 milliards d’euro par an de plus en deficit bu
      En ce qui concerne l’euro, je commence a me demander si les autorites allemandes, Finlandaises etc.. ne sont pas en train de se demander si le Frankeinstein qu’ils ont cree ne va pas finir par crever, mais personne ne veut etre celui qui donne le coup de grace et siffle la fin de la recreation. A l’evidence la population allemande et les autres populations du nord de l’europe ne veulent pas payer pour les autres, et les autres populations ne sont peut etre pas capables de faire les efforts neccessaires pour que le systeme survive. Je ne suis meme pas certain que ces dits efforts pourraient marcher tant certains pays sont au fond du trou. Ne reste que la renegociation de la dette qui mettrait en danger nos banques et qui contredirait totalement les nouvelles regles de bale 2
      Bref, je reste un peu perplexe devant tous ces sommets ou l’on m’annonce que l;on va voir ce que l’on va voir et qui accouchent d’une souris
      Amicalement
      cg

  24. BA dit :

    Mercredi 30 mars 2011 :

    Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité du Portugal à rembourser ses dettes.

    Les obligations de l’Etat portugais sont en train d’exploser. Les taux atteignent des records historiques.

    Regardez ces trois graphiques :

    Portugal : taux des obligations à 2 ans : 8,030 %.

    Portugal : taux des obligations à 5 ans : 9,132 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT5YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 8,101 %.

Les commentaires sont fermés.