Vers une crise de liquidité internationale

Depuis 1972 (date ou les changes ont commencé à flotter), le commerce mondial s’est développé trois fois plus vite que les richesses nationales (PNB). Il ne peut pas y avoir de croissance économique sans que quelqu’un ne fournisse de la liquidité. Dans les économies nationales, c’est le rôle de la Banque Centrale. Dans l’économie internationale, il n’y a pas de banque centrale, ce qui amène immédiatement a se poser la question : d’où vient l’argent qui a permis cette croissance ? Il est curieux qu’apparemment personne ne se pose cette question, alors que tout le monde passe son temps à étudier ce que font la BCE, la Fed ou la Banque de Chine, mais passons pour apporter aux lecteurs la réponse.
Le dollar est la monnaie de réserve du monde, ce qui veut dire en termes simples que les USA n’ont pas de contrainte du commerce extérieur. En d’autres termes, s’ils ont des déficits extérieurs, ils peuvent les solder en payant avec leur propre monnaie. C’est le « privilège impérial » de la puissance dominante. Donc quand ils ont un déficit extérieur, des dollars apparaissent à l’extérieur des USA pour se retrouver dans les comptes de ceux qui les ont gagné, c’est-à-dire les sociétés du secteur privé a l’extérieur des USA.
Dans un monde sans contrôle des changes, ces dernières peuvent les garder pour satisfaire leurs besoins de roulements, les vendre a d’autres sociétés du secteur privé ou les vendre a leur propre banque centrale contre de la monnaie locale. Dans ce dernier cas, les réserves de change de la dite banque centrale augmente
En termes simples, cela veut dire que la liquidité nécessaire à la croissance du commerce internationale est fournie par le déficit de la balance des comptes courants américains. S’il n’y a pas assez de dollars, le taux de change du dollar monte et deux ans plus tard les déficits extérieurs se creusent. S’il y a en a trop, les réserves de change augmentent dans le monde entier et le dollar baisse, jusqu’à ce que la baisse du dollar soit suffisante pour que les comptes US s’améliorent et que le système se renverse, le plus souvent au milieu d’une crise de liquidités internationales, marquée par de nombreuses faillites de banques et d’Etats qui avaient eu la mauvaise idée de s’endetter en dollar (Amérique Latine dans els années 80. Asie à la fin des années 90).
Pour résumer, si les comptes extérieurs US s’améliorent, tout se passe comme si nous avions une restriction monétaire, rarement propice a une hausse des marchés, le contraire étant bien sur vrai. Quand la crise de liquidités devient aigue, les intervenants endettés DOIVENT s’adresser a leur banque centrale pour avoir des dollars, qui leur en fournit a partir de ses réserves qui du coup se mettent a baisser, signe certain que nous sommes en crise.
Ou en sommes aujourd’hui ?
Hors pétrole et Chine (qui tous deux facturent tout leur commerce en dollars US), les USA ont un excédent des comptes courants vis-à-vis du reste du monde. Ce qui veut donc dire que le reste du monde ne gagne plus les dollars dont pourtant ils ont besoin pour servir leurs dettes extérieures, payer leur pétrole, solder leur déficit avec la Chine etc.…
Comme ils ne peuvent plus les gagner, ils les empruntent : les banques européennes ont émis pour 1100 milliards de dollars de papier commercial aux USA achetés par les fonds de trésorerie locaux, ce qui revient a dire que l’EUROPE a accumulé une position a découvert égale a deux fois le déficit extérieur total annuel Américain… OOPS
Parallèlement, les réserves de change déposées à la Fed pour le compte des banques centrales étrangères sont en baisse sur les six derniers mois pour la première fois depuis 1999, ce qui est le signe que nous sommes entrés en crise de liquidités
Financer des déficits extérieurs ou budgétaires va donc devenir quasiment impossible, surtout si ces déficits ont été creusés dans une monnaie qui ne peut pas être imprimée par la banque centrale locale (ce qui est le cas de tous les pays de la zone Euro) et toutes les sociétés industrielles ou commerciales en cash flow négatifs vont aller au tapis.
Les pays vulnérables sont dans l’ordre : la Grèce, l’Irlande, la Biélorussie, le Portugal, l’Espagne, la France, la Turquie, l’Inde …
Les pays qui devraient souffrir le moins sont Singapour, la Suisse, l’Allemagne, la Hollande, la Norvège, la Malaisie, Hong-Kong
Pour l’investisseur, il faut donc continuer a éviter partout toutes les valeurs financières , ne détenir que des actions a cash flow positifs dans des pays a cash flow positifs et bien sur acheter massivement des « calls » a deux ans sur le dollar aux alentours e 1.25 dollar par euro.
En effet, dans des circonstances similaires dans les années 80 et dans les années 90, le dollar a chaque fois avait quasiment doublé. Il n’est pas inutile aussi de vérifier que sa ceinture est bien attachée, l’atterrissage va se faire sur le ventre. .

NDLR: Cette nuit, la Fed a annonce ‘DISCRETEMENT » qu’elle prolongeait toutes les lignes de swap qu’elle avait avec la BCE, la BOE, et la BNS

Cette crise de liquidites peut etre interrompue net si la Fed accorde des swaps aux banques centrales des pays qui se sont endettes en dollar. C’est ce qu’elle vient de faire après la redaction de cet article dans la nuit de mardi à mercredi (Un swap entre banque centrale veut dire que la fed ouvre une ligne de credit illimité à la BCE par exemple, la BCE endossant tous les risques aussi bien de change que de contrepartie)
Cela veut donc dire que le dollar va rester invraisemblablement competitif et qu’ une fois de plus la Fed est prete a tout pour empecher les marches de proceder aux ajustements necessaires
Il s’agit d’une subvention enorme offerte aux societes US, au detriment des societes en dehors des USA
J y reviendrai dans mon prochain papier.
cg

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

46 commentaires pour Vers une crise de liquidité internationale

  1. petitrader dit :

    Mais est-ce une crise de liquidité ou de solvabilité ?

    Bien amicalement.
    Marc

  2. El oso dit :

    Cette notion de liquidité est floue dans mon esprit…
    Selon les chiffres de la BRI, la liquidité mondiale se décomposait de la manière suivante avant la crise:
    -power money 1%
    -broad money 11%
    -produits titrisés 13%
    produits dérivés 75%
    Voir à ce sujet le lien suivant:
    http://www.leap2020.eu/Alerte-LEAP-E2020-Juillet-Decembre-2008-Le-monde-plonge-au-coeur-de-la-phase-d-impact-de-la-crise-systemique-globale_a1797.html
    ( dérouler le lien jusquà la « pyramide inversée de la liquidité mondiale »)
    J’aimerais donc comprendre de quoi il s’agit quand vous parlez de liquidité.
    N’y aurait-il pas d’aller et retour possible entre les différentes sortes de liquidité?

    • Cher Monsieur
      Vous avez raison, c’est une notion tres floue
      Mais comme le disait keynes, je prefere avoir approximativement raison que precisement tort
      La grande blague boursiere reste donc valable
      « y a t’il plus d’idiots que de titres ou plus de titres que d’idiots? »
      C;est ce que j’essaye de mesurer depuis 40 ans, ce qui ne ma’ pas empeche ici ou la de me retrouver parmi les idiots
      Je crains que la balance ne soit en train de pencher du mauvais cote, voila tout
      Amicalement
      CG

  3. Pascal Nexus dit :

    Bonjour,
    Article très intéressant !
    Je n’ai pas bien compris la notion de cash flow pour un pays, cela correspond-t-il à la balance commerciale ?
    Vous dites que les banques européennes ont émis pour 1100 milliards de dollars de papier commercial aux USA achetés par les fonds de trésorerie locaux. Quelles sont vos sources ? Les rapports des banques centrales ?
    Merci d’avance.
    J’aime bien votre analyse à la fois simple et globale.
    Cordialement

    • Cher Monsieur
      En fait, je fais la somme comptes courants en % du PNB + defict budgetaire en termes de PNB
      Si la somme des deux est superieure a 10%, je pars en courant
      Je vous signale que l’hebdomadaire anglais  » the economist » dans ses deux dernieres pages donne toutes les semaines ces chiffres mis a jour
      Amicalement
      cg

      • kmo dit :

        Merci pour cet excellent benchmark ! Les données de The Economist sont en ligne ici :
        http://www.economist.com/node/18867642?story_id=18867642
        (US 12.5% mais dollar, UK 11%, FR 7,8%, GR 12.9%, Egypte 17,3%…)

      • Gilles dit :

        Bonjour M.Gave,
        Pouvez-vous m’expliquer comment peux-t-on additionner « comptes courants » et « déficit budgétaire », le premier définissant de façon simpliste le solde net des règlements internationaux d’un pays provenant à la fois des exportations et des importations.
        Le deuxième étant utilisé lorsque le solde budgétaire est déficitaire, c’est à dire, lorsque le montant des recettes de l’État est insuffisant pour couvrir le montant des charges au cours d’une année.
        Bref, j’ai l’impression, surement à tort, d’additionner des pommes et des choux?
        Enfin, pourquoi vous fixez-vous 10% comme limite?
        Pouvez-vous m’éclairer. D’avance merci.
        Cordialement,
        Gilles

  4. discotonio dit :

    J’imagine que TARGET2 va chauffer comme jamais pour transférer les excédents commerciaux en dollars de l’Allemagne aux PIIGS, moyennant créance en euros, interne à la zone euro ?

    Ou alors peut-être qu’on pourra payer notre pétrole directement en euros ?

    Sur la baisse des réserves des banques centrales étrangères à la FED, celles des banques commerciales se portent très bien. Cet article ci, compilant des posts de ZeroHedge, explique, d’après leurs chiffres, comment le QE2 aurait été entièrement financé par des réserves de banques européennes…

    Sinon, dans le pire des cas, ils réenclencheront leurs lignes de Swap entre FED et BCE, comme ils l’ont déjà fait plein de fois…

  5. Ping : Vers une crise de liquidité internationale par Charles Gave « le blog a lupus…un regard hagard sur l'écocomics et ses finances….

  6. Gilles Hector dit :

    Bonjour,
    et pendant ce temps nos (très) chers fonctionnaires européens FMI, OMC, etc … se répandent en propos rassurants pour le petit peuple qui ne peut pas comprendre parce que c’est trop compliqué pour lui.

    Blague à part,
    cCela fait plusieurs fois que je cherche une base d’information permettant de lister faiclement les sociétés à cash flow positif. Plutôt que de les analyser une par une.

    Si quelqu’un voulait bien m’aider … je le remercie par avance

  7. petitrader dit :

    Ils ne lâcheront pas sur l’euro…

    Sarkozy a réaffirmé que ce serait une catastrophe effroyable de quitter l’euro.

    Quant à Aubry elle a l’Europe et l’euro « dans ses gènes »…

  8. Meng Hu dit :

    « Dans un monde sans contrôle des changes, ces dernières peuvent les garder pour satisfaire leurs besoins de roulements, les vendre a d’autres sociétés du secteur privé ou les vendre a leur propre banque centrale contre de la monnaie locale. Dans ce dernier cas, les réserves de change de la dite banque centrale augmente »

    Il me semble que c’est plutôt l’inverse. En règle générale, une banque centrale qui échange les dollars gagnés par les sociétés privées contre de la monnaie locale, c’est une banque centrale qui fixe le taux de change de sa monnaie; donc, un contrôle des changes. C’est ce que font les banques centrales de chine et du japon, même si on ne le répétera jamais assez. Dans tous les cas, créer de la monnaie locale revient à la dévaluer.
    Ce dont nous avons réellement besoin, c’est une contraction monétaire. Il y a déjà eu trop d’inflation.

    • Cher Monsieur
      Je ne suis pas d’accord avec vous
      Les reserves de change d’une banque centrale peuvent etre utilisees pour lisser les cours, sans que le taux de change soit fixes
      Prenez l exemple de la Banque Nationale Suisse qui est intervenue massivement sur les marches, sans beaucoup de succes il faut le dire pour essayer d’empecher le FS de monter. Le taux de change du FS a ete detrmine par el marche, et non pas par des autorites politiques ou adminstratives Personne n’interdit aux Suisses d’avoir des comptes en dolllar ou en Euro ou dans toute autre monnaie de leur choix
      il y a en fait liberte absolue des mouvemenst de capitaux dans la confederation
      Ce que fait la Suisse, intervenir quand le marche lui semble etre en etat de panique pour remettre un peu d’ordre n’a rien a voir avec ce que fait la Banque de Chine qui fixe autoritairement le cours de change et interdit a quiconque en Chine d’avoir des depots en autre chose que la monnaie nationale. De meme, il n’existe pas de depots en renminbi en dehors de Chine
      Dans un cas , nous sommes libres, dans l’autre nous sommes des esclaves
      Amicalement
      cg

  9. Anonyme dit :

    « Ils ne lâcheront pas sur l’euro… »

    C’est une évidence. Comment des gens qui trichent, qui violent les règles qu’ils ont eux-même (soi disant) conçues, qui mentent… pourraient s’avouer vaincus pour de simples questions techniques ?

    C’est pourquoi Mr Gave se trompe quand il dit : « surtout si ces déficits ont été creusés dans une monnaie qui ne peut pas être imprimée par la banque centrale locale (ce qui est le cas de tous les pays de la zone Euro) »

    C’est le cas aujourd’hui… Ils changeront cela. Ils vendraient père, mère plutôt que de reconnaître qu’ils se sont trompés. Le système doit perdurer. Ils opteront pour des mesures « non conventionnelles » toujours plus « non conventionnelles ».

    N’attendez pas un KO technique, et un reset qui serait volontaire de leur part. Ce serait comme croire au père noël. Ils préfèreront (c’est humain) entraîner tout le monde dans leur chute.

    Bref, de la même manière qu’il n’y aura pas de défaut de la Grèce, ils continueront à tricher et à mentir (pour l’Espagne, l’italie etc.)

    • Cher Monsieur
      Absolument d’accord avec vous
      Ils trichent et continueront a tricher, comme les Grecs
      Mias un jour les etrangers ne voudront plus nous financer, et ce sera la fin, comme cela a ete le cas pour l’Amerique Latine dans les annees 80 ou l’Asie dans les pays 90 ou l’Argentine en 2001
      Comme le disait Einstein, les interets composes sont la force la plus importante dans l’Univers
      Si vous empruntes a 5 % pour investir a 1.9 % (Italie ) et que vous avez une dette a 120 % de votre PNB, VOUS NE POUVEZ PAS NE PAS FAIRE FAILLITE. La seule question est quand.
      Amicalement
      cg

  10. Nam dit :

    Monsieur Gave, en concluez-vous que les entreprises et les particuliers qui se sont massivement financés par la dette vont mordre la poussière lorsque la liquidité va tomber en dessous d’un certain seuil?

    Quand pensez-vous que ce retour de baton deflationniste va finir par se concrétiser (car pour le moment c’est tout l’inverse, à cause des politiques ultra-accomodantes des banques centrales) ??

    A la fin du QE-2 de la FED ? Le 7 juillet lorsque la BCE va remonter ses taux?

  11. Gilles Hector dit :

    qu’est ce qui empêcherait cette crise de liquidités de se produire ? j’essaie de mesurer les chances (sic) que ce scénario se produise. Que JC Tricheur continue d’augmenter les taux en étranglant allègrement les entrepreneurs dont il se moque comme de sa première chemise (vu qu’il a peut s’en acheter à foison des chemises sur mesure en plus avec ses émoluments qu’il vole aux contribuables européens).

  12. Cher Monsieur
    Absolument
    Comme dans les Evangiles, ceux qui ont vecu par l’epee vont perir par cette epee
    En d’autres termes, il ne faut avoir dans ses portefeuilles ques des fourmis et aucune, aucune cigale
    Amicalement
    CG

    • Bastiat dit :

      “Alors Jésus lui dit, “Rengaine ton glaive ; car tous ceux qui prennent le glaive périront par le glaive. “ (Mathieu, chap 26, verset 52).
      d’où son usage métaphorique pour annoncer la punition suprême des jusquau-boutistes.

  13. Meng Hu dit :

    Charles Gave,
    Ce que je dis c’est que : une banque centrale qui « crée » de la monnaie locale en échange de devises étrangères est une banque centrale qui, en principe, souhaite fixer le taux de change de sa monnaie. Une banque centrale qui intervient sur le marché des changes, c’est bien pour contrôler le « prix » de sa monnaie, donc, l’empêcher de baisser ou d’augmenter, ou de le faire selon ses désirs. J’ai du mal à ne pas voir cela comme un contrôle des changes.
    S’il y a trop de dollars qui fluctuent sur la marché des changes, et trop peu de yuans (les américains importent beaucoup et les chinois importent peu) alors le prix du yuan augmente du fait de sa rareté relative sur le marché des changes. Il devient plus cher pour l’entreprise chinoise de changer son dollar gagné (via les exportations) en yuan pour payer son salarié, donc le yuan monte. Lorsque la banque centrale intervient pour inonder le marché de monnaie locale en échange de devises étrangères qui viennent gonfler ses réserves de changes, sa monnaie est dévaluée. Et elle le restera tant que la banque centrale tend à échanger des devises étrangères contre monnaie locale. Quel mal y a-t-il à ce que sa monnaie s’apprécie ? Quand une monnaie s’apprécie, après tout, cela signifie que cette monnaie est moins inflationniste, et plus stable.

  14. Gilles dit :

    Quand la FED prête au Trésor Américain….HALLUCINANT!!
    A lire d’urgence!
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110209trib000599974/le-plus-gros-detenteur-de-la-dette-americaine-n-est-plus-la-chine-c-est.html
    Pour reprendre une métaphore de Charles Gave: « Vérifiez votre ceinture à deux fois: Atterrissage sur le ventre annoncé!!!
    Gilles

  15. Vincent dit :

    Bonjour Monsieur Gave,

    d’abord merci pour vos explications claires et accessibles. Vous êtes un très bon pédagogue.
    J’ai lu votre papier avec intérêt et m’interroge :
    – le statut du dollar tout puissant n’a t il pas changé depuis les exemples que vous citez des années 80 et 90? L’économiste Myret Zaki dit que la Chine ne paie plus toutes ses transactions en dollar. Si c’est le cas votre analyse n’est elle pas remise en cause?
    – quelles sont vos sources quand vous dites que les banques européennes ont émis pour 1100 milliards de dollars de papier commercial aux USA achetés par les fonds de trésorerie locaux?
    – comme Gilles, j’ai l’impression d’additionner des choux et des carottes quand vous parlez d’additionner « comptes courants » et « déficit budgétaire », pourriez vous nous en dire plus?

    Je vous remercie de votre réponse et du temps que vous nous consacrez.
    Cordialement,
    Vincent
    PS : Avez vous un ouvrage référence à recommander pour mieux comprendre les mécanismes macroéconomiques?

  16. e-affacturage dit :

    Pouvez-vous m’éclairer sur un point, vous dites qu’un swaps entre banques centrales ouvre une ligne illimitée. Mais justement si c’est une ligne, elle est forcément limitée, du moins je l’imagine car comment appréhender une ligne sans limite.
    Olivier B
    e-affacturage
    http://www.e-affacturage.fr

  17. Anonyme dit :

    Je n’ose comprendre ;
    par le mecanisme de sa dette, l’Amerique cree la monnaie
    dont le commerce international a besoin pour tourner.
    Plus les Chinois produiront de nouveaux biens et plus l’Amerique devra s’endetter
    pour fournir au monde la monnaie qui permettra de les absorber
    Si l’amerique equilibre ses comptes,le commerce mondial serait en panne de liquidités ???
    C’est invraisemblable…

  18. PETRONE dit :

    Pardon de dire non ce n’est pas invraisemblable.

    Les States ont une monnaie qui n’est pas leur problème. C’est en cela que leur système est génial.

    Ils ont ce pouvoir unique de produire une monnaie dans laquelle ils sont, eux même endettés mais dont ils font payer les intérêts a leurs partenaires économiques et marchand.

    Se focaliser sur le commerce avec la Chine (et donc sur le déficit induit), c’est oublier que les états unis constituent la première économie du monde (et pour longtemps…. vu que c’est un espace de liberté inégalée).

    Pour tout cela, je dirais qu’ ils sortiront gagnant de la plus grosse crise qui va venir.

    Donc, Mr GAVE a raison, à long terme, d’avoir ses liquidités en dollars. En revanche, moi, je m’en mets la moitié en FS, en monnaie australienne, canadienne, singapourienne, HK et Norvège en sécurité pour le moyen terme.

    bonne journée à tous.

    • Gilles dit :

      Bonjour Petrone,
      Comment fais-tu pour avoir tes liquidités dans d’autres monnaies. Passes-tu normalement par ta banque avec un taux de change appliqué par celle-ci qui reste toujours malheureusement très élevé?
      Où as-tu un autre moyen de convertir tes liquidités en évitant d’avoir un taux de change trop élevé.
      d’avance merci
      Gilles

  19. @PETRONE

    bonjour à tous en passant.

    Vous ne mettez rien de coté en métaux précieux ?
    Investir dans des monnaies fiduciaire même si c’est en dollars AU par exemple c’est risqué à moyen et long terme, une fois que la prochaine grosse crise sera là, les autres piliers monétaire finiront bien par se fissurer eux aussi.

    Personnellement, je ne garde de coté aucun papier toilette d’où qu’il vienne.

    • Anonyme dit :

      Je passe par mon banquier. En compte multidevises.

      Bien sur cela coute cher mais c’est le prix de la qualite de mon cash.

      Pour le reste, il me semble que ma startegie est valable pour cette crise. Je verrais bien à la prochaine…. on ne peux tout prevoir ni tout proteger a 100 pour cent non?

  20. mitou56 dit :

    quand vous dite acheter massivement des call 1.25 a deux ans
    vous voyez l eurusd 1.25 ds deux ans oui ou non

    merci pour votre reponse

    • bomjour, bien sur, l euro devrait a un au dollars ou ne plus exister mais patience et longueur de temsp>>>>>

      • El oso dit :

        Monsieur Gave, est-ce vraiment vous qui avez rédigé ce message ou un de vos petits-enfants?
        Si c’est vraiment vous, permettez-moi de vous dire que le massacre de la langue française et de son orthographe auquel vous vous livrez pose question. Comment faire confiance au jugement d’un homme incapable de se relire?

  21. jeanluc dit :

    @gilles,

    Bien que je ne l’utilise pas,il faut passer par ce site:http://fxtrade.oanda.com/lang/fr/account/multi-currency,qui offre peu de frais.

    JL

  22. Acheter Or dit :

    Bonjour
    Vous ne faites pas référence à l’intérêt d’un retour à un étalon Or comme solution à cette crise de la dette, pourriez vous nous donner votre point de vue ?

  23. Dex dit :

    Bonjour Monsieur Gave,

    Je ne sais plus si c’est dans votre dernier livre, ou bien sur ce blog, mais je crois me rappeller que vous aviez dit de surveiller le spead entre les taux français et allemands.
    Que quand les taux commenceraient à diverger, il resterait six mois pour agir, et fuir les obligation françaises.
    Il semble que nous y sommes.

    Cela vous inspire t’il un commentaire ?
    Conseillez-vous toujours les obligations allemandes et suédoises ?

    En vous remerciant une fois de plus pour votre travail, et le temps que vous consacrez à ce blog.

  24. ceteris dit :

    Cher Dex,
    un bon indicateur pour suivre le risque d’un pays c’est de regarder son CDS (credit default swap). Cet instrument fonctionne comme une assurance qui prémunit contre le risque de crédit en échange du paiement d’une prime…
    Plus le risque monte, plus la prime est chère.
    Inutile de vous préciser comment ont varié les primes pour les pays européens ces derniers mois…
    C’est un bon termometre. ce qui me fait être à peu près sur que Mr Barouin a ajouté l’appli « CDS France » sur son Iphone et que Mme Lagarde a ajouté celui des autres pays européens sur le sien…

  25. Bazureault dit :

    Cher Monsieur Gave,
    Parité €/$ et les commandes massives d’ avions à AIRBUS…..
    Les acheteurs ne parient t’ ils pas sur un effondrement de €/$ avant la livraison et dans le cas contraire l’impossibilité par AIRBUS de respecter les délais.
    Merci infiniment pour votre site et vos écrits limpides comme l’eau de source.

  26. Mathieu dit :

    M. Gave,
    Je viens de vendre ma maison principale et en attendant de trouver une nouvelle maison. Nous partons ma famille et moi en location.
    Comment suggérez-vous de placer l’argent de la vente en attendant?
    Merci de vos précieux conseils,
    Mathieu

  27. Bernard dit :

    Bonjour,
    Je vais rejoindre la situation de Mathieu dans quelque temps et je serai heureux de connaître la réponse de Charles Gave.
    Cordialement.
    Bernard

  28. serge dit :

    NDLR: Cette nuit, la Fed a annonce ‘DISCRETEMENT » qu’elle prolongeait toutes les lignes de swap qu’elle avait avec la BCE, la BOE, et la BNS
    La fed fait crédit et augmente donc le déficit de l’état, comme le déficit est toujours bloqué par le congrès à ce jour, les accords SWAP devraient cesser sous peu,non?

  29. petitrader dit :

    La faillite de la BCE, par Yannick Colleu :

    http://www.pro-at.com/analyse-bourse/technique-La-faillite-de-la-B.C.E.-1-10900.html

    Amitiés et bonne semaine.
    Marc

  30. chancerel dit :

    Bonjour,
    Je rejoins à mon tour Mathieu et Bernard pour savoir quoi faire
    J’ai en effet décidé de me créer une réserve foncière sur une opportunité d’achat d’une belle maison sous évaluée à mon avis .
    En effet mon patrimoine étant à grande majorité en assurance vie j’ai quelques inquiétudes.
    Et faut-il attendre la dernière minute ( mi-septembre) pour sortir l’argent de l’assurance vie ou anticiper et dans ce cas en faire quoi ?
    Merci

  31. Gilles Hector dit :

    @ Charles Gave et tous,
    Le marché refusant décidément de laisser nos pays plonger dans le gouffre sans fond de toujours plus de dettes et de dépenses publiques, nos technocrates européens et hommes politiques, acculés (au bord du gouffre), rivalisent de déclarations plus grotesques les unes que les autres.
    Je vous propose de decerner le prix de la déclaration la plus pitoyable … chaque semaine. Et bien oui chaque semaine parce que ces gens là sont tellement créatifs qu’un nouveau champion émerge spontanément.
    Cette semaine je propose Michel Barnier. Cet homme merveilleux a déclaré qu’il fallait interdire la notation des pays « aidés ». Bravo Michel, vous avez trouvé la solution. Et hop, on censure, on cache sous le tapis et le problème est réglé.
    J’espère que ce tenant du totalitarisme mondial (pardon du gouvernement européen) a prévu la mise en oeuvre d’une haute autorité de la régulation des opinions des investisseurs afin d’éviter que ceux-ci ne se mettent à penser par eux-même. Des mesures d’emprisonnement devraient être envisagées pour ramener à la raison d’état les investisseurs déviants.

  32. Pascale Bertier dit :

    Monsieur,

    Merci de partager vos analyses, par ce blog et par vos livres.

    Si j’ai bien compris vous prévoyez une forte hausse du dollar c/ euro à echéance de 2 ans mais en même temps vous dites fuir les pays qui ont un déficit cumulé balance des paiements courants/budget de + de 10 % . Or c’est le cas des USA (12% si je ne me trompe). Considérez vous que le dollar est un cas à part en raison de son statut de monnaie de réserve internationale?
    Par ailleurs certains analystes (Peter Schiff pour n’en citer qu’un) prévoient un effondrement du dollar (notamment compte tenu de la haute probabilité d’un QE3), et semblent considérer que la BCE nous mène plutôt vers la déflation.
    En admettant comme vous le prévoyez que le dollar va s’apprécier contre l’euro (ce qui justifierait effectivement de l’acheter à terme contre euro), ne va-t-il pas de toutes façons se déprécier par rapport aux monnaies fortes (Suisse, Canada, Australie, Norvège…) et aux actifs réels (métaux) , ce qui dissuaderait le détenir plutôt que lesdits actifs/monnaies) ?

    Sur l’effondrement de l’euro je recommande à tous l’excellent exposé de JJ Rosa fait à l’Instutut Turgot le 30 juin dernier. Le lien est là: http://blog.turgot.org/index.php?post/Rosa-Euro

Les commentaires sont fermés.