L’Allemagne est marxiste tendance Groucho

Tout le monde se souvient de la plaisanterie du célèbre comique Groucho Marx; “ Je ne veux certainement pas faire partie d’un club qui m’accepterait pour membre » et c’est un peu ce que se doivent se dire les Allemands en ce moment.

Comme je n’ai cessé de le souligner depuis bien longtemps, l’Euro est un Frankenstein financier qui ne peut pas fonctionner.

Nul ne peut maintenir un taux de change fixe entre deux pays si la productivité du travail n’est pas la même entre les deux, sauf à organiser des transferts fiscaux du plus fort au plus faible.

Les Allemands, ne veulent pas en entendre parler, ne voyant pas très bien pourquoi ils devraient payer pour que les Français par exemple aient 25 % de fonctionnaires de plus par rapport a la population active qu’eux ou que les Grecs prennent leur retraite 5 ans avant eux, et je dois dire que je les comprends.

La solution au problème de l’Euro est donc toute simple, et il n’y en a qu’une et une seule.

Il faut que les Allemands sortent de l’euro et rétablissent le DM. Il suffit pour cela que les autorités allemandes demandent une « dérogation temporaire » comme l’ont fait les Suédois, les Anglais ou les Danois et recréent leur bien aimé DM.

L’Euro vidé de l’Allemagne verrait son cours s’effondrer bien en dessous de 1 au Dollar US et cette dévaluation rendrait à nouveau compétitifs la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce. Comme tous ces pays ont émis des obligations en Euro et que l’euro existerait toujours, nul ne pourrait se plaindre juridiquement. Qui plus est , comme la probabilité de faillites étatiques reculerait massivement, on peut espérer que le cours des obligations émises remonterait tres fortement vers le pair… en termes simples, les détenteurs étrangers perdraient 20 % ou 30 % sur le change et gagneraient 20 % a 30 % sur le cours des obligations longues. La Chine prendrait une eneorme claque sur les reserves de change qu’elle aurait accumule en Euro, ce qui lui ferait comprendre que c’est le résultat normal d’une politique mercantiliste. Les banques et compagnies d’assurance verraient leurs cours doubler ou tripler en quelques semaines et les pays concernés pourraient s’atteler enfin aux reformes structurels qui sont tant nécessaires puisqu’enfin la croissance reviendrait. Nul ne peut reformer s’il n’y a pas d’abord croissance économique et il ne peut pas y avoir croissance si la monnaie est surévaluée…

L’Allemagne quant à elle verrait le pouvoir d’achat de ses consommateurs monter très fortement pendant que son industrie exportatrice, trop compétitive pour le bien du pays se retrouverait obligée a nouveau de faire des efforts de productivité, ce qui a long terme lui profitera pleinement

Le grand perdant dans tout cela, c’est bien sur le système financier allemand qui prendra une énorme claque, bourré qu’il est de reconnaissances de dettes émises par tous les pays non compétitifs et qui n’étaient que la contre partie des excédents commerciaux allemands. Il faudra les nationaliser et/ou les recapitaliser, le cout pouvant être estimé a environ 500 milliards d’Euro. Pour les autorités outre Rhin, le choix est simple : ou payer en un coup 500 milliards, ou transférer aux Grecs Italiens Espagnols etc.… 200 milliards par an pour maintenir en coma dépassé un monstre qui n’aurait jamais du voir le jour

Quand Alex Weber qui siégeait au conseil de la BCE et qui devait être son prochain Président avait donne sa démission parce que Monsieur Trichet avait acheté des obligations Grecs, j’avais souligné dans un article que cela voulait dire que la Bundesbank était sur le sentier de la guerre et allait se payer l’Euro

Nous sommes en train d’y arriver et que le lecteur ne s’y trompe pas. Si cela venait a se produire, ce serait la meilleure nouvelle que les marchés auraient eu depuis longtemps et il faudra acheter massivement a ce moment la

Le problème est que nombre d’hommes politiques ne comprennent rien a l’economie et qu’ils vont tout faire pour l’empêcher

Il est donc probable que la période d’incertitude va durer plus longtemps que nécessaire mais l’issue st certaine

A partir de maintenant, je considère que toute baisse de panique doit être mise a profit pour accumuler les belles valeurs exportatrices et qui ne dépendent en rien des l’Etats Europeens pour leur chiffre d’affaires

La méthode la plus raisonnable est de repérer une petite dizaine de valeurs de grande qualité et de laisser traîner des ordres 10 a 15 % en dessous des cours actuels pour être exécuté dans l’une ou l’autre des paniques qui ne vont pas manquer de continuer a agiter les marchés

Bonne chance

CG

PS

Je reçois beaucoup de questions sur mon email émanant des lecteurs qui cherchent a comprendre ce qui se passe’

Il y a un an j’ai publié chez Bourin éditeur un livre appelé « L’Etat est mort , vive l’état » dans lequel je décris en détail les raisons de cette crise ainsi que son déroulement probable.

Tout se passe exactement comme on pouvait s’y attendre.

S’y référer pourrait aider ceux qui se posent des questions.

Ne pas hésiter a me poser des questions après lecture.

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

167 commentaires pour L’Allemagne est marxiste tendance Groucho

  1. Gilles Hector dit :

    Je ris. Je me marre parce que la peur de nos élites est pathétique. l’AMF aux ordres de nos élites comme toutes les hautes autorités indépendantes de notre beau pays a menacé les vilains propagateurs de rumeurs sur la Société Générale de sanctions sévères. On ne sait pas précisément quelles sont les critères pour qualifier un propagateur de rumeur, ni les sanctions mais ce doit être normal puisque nous ne sommes plus dans une démocratie.
    J’en étais à me demander comment on fait la différence entre la rumeur et la vérité et comme je n’arrivais pas à trouver la réponse, je décidais quand même de poster un message sur le forum de boursorama rubrique Société Générale.
    Mon post en réponse à un malheureux qui avait sans doute des actions de ce fleuron de notre finance, se contentait de dire que cette société ne ferait peut être pas faillite mais qu’elle ne valait pas grand chose compte tenu du fait qu’elle était farcie d’obligations en euros jusqu’à la garde.
    Et bien, boursorama doit avoir des censeurs zélés car mon post a disparu assez rapidement, en moins de 20′., alors que des internautes réagissaient en me demlandant d’en dire plus.
    Quand on dit son opinion basé sur des faits simples et qui sont connus, la censure s’abat.
    Pincez moi, je rêve. Jusqu’où ces fous vont-ils aller ?

    • Bastiat dit :

      Cher Gilles Hector,
      La sanction de l’AMF dépend de la qualité de l’auteur de la rumeur.
      Si vulgaire pékin = bazooka
      Si haut fonctionnaire, par exemple un directeur de la Banque de France qui déclare que la SG sera plus forte qu’avant après avoir perdu 5 milliards d’€… Ce n’est pas une fausse information pour l’AMF. Admettons que j’ai cru ce monsieur, que la SG serait plus forte qu’avant, ce qui m’a décidé à acheter de ses actions à l’époque…

      • Gilles Hector dit :

        @Bastiat
        Les porteurs d’actions de la Société Générale devraient alors porter plainte contre les mensonges propagés par ce Directeur. Malheureusement les class actions ne sont pas autorisées dans notre pays. Cela permet de mentir sans vergogne quand on fait partie de l’élite.
        Et puis, avec une justice aux ordres de l’élite, il est facile de mettre à l’abri le bon serviteur de l’état qu’était ce fameux PDG de l’époque en lui demandant de quitter la place tout en s’acharnant sur le trader lampiste

    • Powavic dit :

      Boursorama est une filiale de ????…..

      Roulement de tambour

      Société Générale

      Pas étonnant que votre post est disparue…

  2. petitrader dit :

    Ils iront, surtout si les socialistes remportent la Présidentielle comme c’est probable, jusqu’à la mise en coupe réglée de la France.

  3. popaldebaran dit :

    Ils iront comme tous les pays centralisés soviétoïdes socialistes au bout de la décomposition économique. Pour ceux qui ont qq souvenirs d’histoire, ils éviteront juste de vous dire de manger de la brioche quand il n’y aura plus de pain, ils ont vu que cela ne portait pas chance….

  4. Gilles dit :

    M. Gave,
    Il me semble qu’il faut éclaircir un point juridique très important pour comprendre les répercussions d’une sortie d’un pays de l’euro.
    On lit un peu partout (presse, TV, ce blog,..) que les dettes des états sont libellés en euro.
    Or, dans vos livres vous dites qu’elles le sont dans la monnaie de l’état souverain.
    Si jamais un pays sortait de l’euro. Leurs dettes resteraient-elles libellées en euro?
    Prenons d’un côté l’exemple de l’Allemagne qui sortirait de l’euro et de l’autre de la Grèce.
    L’ Allemagne sortant, cela serait bon pour ses dettes, du fait de l’appréciation du nouveau DM face à l’euro.
    Par contre, si la Grèce sortait de l’euro et revenait au Drachme dans ces conditions, sa dette se verrait propulsée à des niveaux stratosphériques, mettant le pays instantanément en faillite.
    En revanche, et c’est là tout l’intérêt juridique de la question, si les dettes sont libellées dans la nouvelle monnaie souveraine du pays…Cela change complètement la donne!
    Comme vous le disiez, cela donnerait à la Grèce un moyen de spolier tranquillement les détenteurs d’obligations qui eux sont…étrangers et ne votent pas en Grèce! Le risque étant effectivement de mettre en faillite tout le système bancaires en Europe…
    Qu’en est-il juridiquement?
    Cordialement,
    Gilles

    • Cher Monsieur
      Nous nous sommes renseignes aupres de 2 juristes eminents l un dans la City l autre a Boston leur reponse a ete la meme La dette a ete emise dans la monnaie nationale et sera remboursee dans la monnaie nationale
      Cela vaut aussi si l allemagne sortait par le haut
      Ce qui ne veut pas dire qu il n y aurait pas de proces mais ils seraient perdus
      Amicalement
      Cg

      • Francis dit :

        La conversion de la devise des dettes publiques n’est qu’une partie du problème.
        Quid de la conversion des transactions entre privés? Une banque portugaise qui a prêté à une banque grecque par exemple? Ou à l’intérieur dun même pays, quid des taux d’intérêt applicables aux prêts immobiliers (ou autres prêts long à taux fixes) convertis en monnaie nationale?

        Y-a-t-il des plans qui décrivent de façon pratique le retour aux monnaies nationales? Personnellement, je n’en ai pas encore vu, pas même chez Alain Cotta. Il a fallu trois ans pour passer concrètement totalement à l’euro (1999-2002). Comment annoncer le tout en un week-end en ayant pour objectif de garder un minimum d’ordre?
        Période de transition avec deux systèmes parallèles? Suspension de la convertibilité des devises? Où, comment?

        Toutes ces questions trouvent une réponse relativement facile lorsqu’il s’agit d’une sortie limitée à un petit pays. Les choses se compliquent terriblement avec une sortie généralisée ou une sortie de grands pays qu’ils soient du Nord ou du Sud.

        Même si (pour nos gouvernements) faire une réflexion dans ce sens, c’est prendre le risque de faire un grand pas dans la même direction, est-il possible aujourd’hui de ne pas commencer à analyser ces sujets?
        Merci d’avance Monsieur Gave si vous avez des idées ou des informations sur ce sujet.
        Amicalement,

      • @francis
        Charles Gave (en juin) aurait répondu ceci à John Mauldin (at the home of Hervig von Hove of Notz-Stucki Bank) :
        “I didn’t create the euro so it is not my responsibility to solve the problem for them.”

  5. Laurent dit :

    Très bonne question, je suis preneur aussi de la réponse juridiquement précise. Mr Sarkozy a utilisé cet argument de la dette qui reste libellée en EURO dans une conférence de presse pour justifier qu’il était absolument impossible que la Grèce sorte de l’EURO. Je pense que c’est faux, sinon, la Fr aurait une partie de dette libellée en Franc et l’All déjà une dette libellée en DM.

  6. Bastiat dit :

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62778j.r=say.langFR
    Discours du 15 novembre 1895 de Léon Say
    Raisonnement intéressant au niveau de l’impôt proportionnel ou progressif
    ce dernier atteignant le capital et donc déclin économique assuré
    Il est pitoyable de constater que les faiseurs de monde aient pu supplanter
    l’intelligence ; pas rassurant pour l’avenir.

  7. Anonyme dit :

    magnifique reference!

  8. Yann G dit :

    Je me pose une question depuis un certain temps, sur la sortie supposée de l’Allemagne.

    Je ne doute pas que cela soit possible juridiquement, je me demande juste, comment dans les faits, on organise cette sortie, sans voir un afflux massif de capitaux de Piigs en Allemagne, au moment de l’annonce de cette décision. Un peu comme la Suisse, mais x10.

    J’imagine que personne n’est totalement stupide, et quiconque détient des euros en cash, les mettra immédiatement en Allemagne à la première annonce de la décision, en attendant la conversion en DM.

    Est-il possible d’effectuer cette conversion en une nuit ? Mais quid alors des billets en circulation en Allemagne ? Seraient-ils convertis en DM ? J’imagine bien le trafic de billet à la frontière pour profiter de l’aubaine…

    Je ne vois vraiment pas comment cette sortie s’organise en fait..

    • Il me semble qu’il y a une marque sur chaque billet Euro, marque spécifique à la provenance, au pays éditeur… Marque d’être prise en compte ?

    • Bruno dit :

      Non, ce ne serait pas bien compliqué… l’annonce aura lieu un week-end, quand les marchés et les banques sont fermés, et que tout transfert d’argent est impossible.

      Ensuite, le deal est simple : toute dette d ‘un résident Allemand (entreprise ou particulier) envers un autre résident Allemand devient du DM (ce qui englobe aussi bien les dépôts dans les banques, les effets de commerce, les prêts, etc). Même chose pour l’argent liquide, qui n’est qu’une créance sur la banque centrale. Les comptes dont les titulaires sont non-résidents resteraient en euro, ainsi bien sûr que tous les avoirs des Allemands à l’étranger (sur lesquels l’Allemagne n’a aucun pouvoir de toute façon).

      La conversion serait instantanée, c’est à dire que les Allemands se coucheraient le vendredi soir avec des euros et se réveilleraient le lundi matin avec des DM sur leurs comptes. Aucune magouille possible.

      Il n’y a que la conversion d’argent liquide qui prendrait un peu de temps, il faudrait donc fixer des limites pour éviter les (gros) trafics. Avec bien sûr la même règle, à savoir que seuls les résidents Allemands pourraient effectuer une telle conversion.

      A noter d’ailleurs que l’Allemagne a déjà connu récemment une expérience similaire avec le passage du Mark de l’Est au DM (qui a d’ailleurs été une belle connerie vu le taux de 1:1 retenu, mais c’est une autre histoire).

      • Francis dit :

        Ce que vous dites est peut-être possible si seule l’Allemagne sort de l’euro. Mais comme il est très difficile d’envisager une zone euro sans Allemagne (qu’auraient à y gagner les pays qui y resteraient?), la sortie de l’Allemagne provoquerait la sortie de tous. Alors se posent les questions soulevées par certains membres et par moi-même un peu plus haut.

        L’exemple de l’Allemagne de l’Est n’est pas comparable: les détenteurs de la devise à convertir (le DM de l’Est) gagner à la conversion et il y avait union fiscale.
        L’italien qui anticiperait une conversion de ses euros en lires se trouverait dans une situation bien différente!

      • @Francis (« la sortie de l’Allemagne provoquerait la sortie de tous »)
        En réponse à un lecteur qui, dans l’optique ou l’allemagne sortait de l’euro, ne comprenait pas qu’on conservait ce dernier, Charles Gave répond :
        http://lafaillitedeletat.com/2011/08/12/754/#comment-2265
        « Cher Monsieur
        La principale raison de maintenir l’Euro est juridique
        Cela permettrait au secteur financier de ne pas faire faillite. »

  9. Francis dit :

    @josick d’esprit agricole

    Je ne demandais pas à M. Gave de sauver l’euro, mais au contraire dans une hypothèse si souvent évoquée d’abandon de l’euro, de nous faire part de ses réflexions éventuelles sur les modalités concrètes de cet abandon. Ce type de réflexions semble indispensable pour la protection de son épargne et de ses investissements.

    • Charles Gave ne répondait pas à comment sauver l’Euro mais à comment en sortir.

      « I could not get him to commit to exactly how that process of dissolution would look.  » dit Mauldin avant de le citer.
      C’était donc sa position à l’époque.

  10. Aurélien dit :

    @Francis: il me semble que Charles Gave le dit dans son billet… si l’Allemagne sort, l’euro vaut beaucoup moins qu’aujourd’hui donc se déprécie par rapport aux autres monnaies, ce qui rend mécaniquement plus compétitifs les membres de la zone euro… et pour leurs citoyens il sera moins intéressant d’acheter ses iPad aux USA puisque la parité euro dollar ne sera plus la même 🙂

    • JEAN dit :

      Je fais un commentaire « à chaud », c’est à dire sans m’être informé au préalable, mais si les pays restant à l’intérieur de cette nouvelle zone Euro sans l’Allemagne font essentiellement du commerce avec des pays hors de cette nouvelle zone Euro, alors la baisse de valeur de l’Euro avec un cours inférieur au dollar leur serait très favorable et y compris pour la Grèce.
      Ainsi pour reprendre la citation de Josick, le système bancaire des pays de cette nouvelle zone Euro serait « sauvé » et les pays retrouveraient une compétitivité leur permettant de rembourser leurs dettes.
      Par contre, si le commerce entre les pays de cette nouvelle zone euro s’avère plus important que celui avec les pays à l’extérieur de la zone, alors la survie au moins temporaire de cette nouvelle zone euro me paraîtrait difficile.

  11. Gilles Hector dit :

    Histoire de me faire un peu mal, vous savez le coup de pied au c… qui réveille et aussi histoire de me prouver les dires de Charles Gave sur le fait que tout le monde devrait payer l’impôt, j’ai fait une simulation d’imposition sur le site des impôts.
    Edifiant : Kevin célibataire au smic mensuel paie une imposition négative de 880 €. Il reçoit de l’argent, merci pour lui.
    A 1, 3 smic, Steve, célibataire paie un impôt de 570 euros
    A 10 smic, Gonzague paie un impôt de 34 000 euros. Soit 60 fois plus d’impôt que Steve.
    Autrement dit, Gonzague gagne un peu moins de 8 fois ce que gagne Steve, et paie 60 fois l’impôt de Steve.
    Concrètement la justice fiscale c’est ça. Et les médias du parti unique Français d’entonner les refrains des partisans de plus d’impôts pour les plus riches.
    Donc effectivement, monsieur Gave, si tout le monde ne paie pas l’impôt, alors oui, ceux qui ne paient pas seront toujours d’accord pour augmenter les impôts de ceux qui paient.
    Démonstration si besoin est : pendant mes vacances, parce que j’ai besoin d’aller sur le terrain, j’ ai confronté mes douloureuses découvertes, avec des Steve, des Kevin et des Gonzague. Voilà ce qu’il en ressort :
    Steve et Kevin devraient remercier Gonzague d’une telle générosité mais étonnamment ce n’est pas le cas : oui, ils sont un peu gênés par ce ratio impôts / revenus mais il y a trop de profiteurs aujourd’hui dans ce pays et de magouilles pour que les Gonzague (dont ils admettent que certains soient honnêtes) ne paient pas les impôts à leur place.
    Et bien sûr, Steve et Kevin sont tout à fait d’accord pour augmenter les impôts des plus riches, par contre eux, il n’en est pas question, ce serait la révolution.
    Cela dit, Steve et Kevin se demandent bien jusqu’à quand tout ça va tenir. A vrai dire, ils sont très inquiets mais comme ils n’envisagent pas d’autre solution, comme les politiques sont tous pourris, ils croisent les doigts et m’ont répété que rien ne changerait. En fait, cette dernière conviction me semblait tenir plus de l’incantation que de la conviction profonde …
    Par contre, Gonzague lui est assez inquiet. Il est salarié, il n’a pas les moyens d’évasion fiscale et les protections de monsieur Bergé ou de Warren Buffet. Il s’attend fort logiquement à se faire tondre très ras en 2012, encore plus si c’est le PS qui passe. Il est totalement désabusé, blasé, ne croit pas à un effondrement du système de l’état providence. Il croise les doigts lui aussi et s’accroche au bastingage de son entreprise en essayant de ne pas passer par-dessus bord. Bref, il survit. Gonzague est atterré par les ratios impôts / revenus mais étonnamment reste fataliste devant l’impôt. Gonzague se réveille et se révolte un peu plus quand je lui parle du poids de l’état, de la privation de liberté, de l’incapacité et la cupidité de nos élites.
    Malgré cela, sa colère retombe vite et il croit encore que de réformettes en réformettes on peut encore sauver le système : la sécurité sociale à laquelle il tient par exemple.
    Et moi dans tout cela, heureusement que j’ai le blog de Charles Gave et les débats avec vous chers amis pour me redonner le moral parce que les discussions avec Steve, Kevin et Gonzague sont –je vous l’avoue – un peu déprimantes 🙂

    • aurel99 dit :

      très bon post 🙂

    • Bruno dit :

      L’impôt négatif de Kevin me parait bizarre.. Quelles hypothèses avez-vous retenu ? S’agit-il de la PPE ?

      Par ailleurs, votre simulation ne prend en compte que l’impôt sur le revenu, qui ne représente en réalité que 5% de tous les prélèvements obligatoires…

      La réalité, c’est que même Kevin le smicard se fait taxer environ 45% de son salaire rien qu’en charges sociales obligatoires (le vrai niveau du smic, c’est-à-dire le coût total pour l’employeur se situe autour de 1800 euros/mois)

      Par ailleurs, un certain nombre de charges sociales sont plafonnées, ce qui fait que les prélèvements sociaux sont plutôt dégressifs (heureusement d’ailleurs !). Combiné à la progressivité de l’IR, on arrive du coup à un taux de prélèvement grosso modo uniforme pour tous les salariés, autour de 50-55% (et celui qui casque le plus est en fait le salarié moyen+, autour de 2000-3000 euros nets – étonnant, non ?)

      C’est évidemment énorme, mais c’est finalement plus ou moins une « flat tax », contrairement à ce qu’on croit souvent ! Attention quand même, ce calcul n’est valable que pour les salariés… (un indépendant peut « tomber » à moins de 40% de prélèvement… vous voyez ce qu’il vous reste à faire).

      • Gilles Hector dit :

        @bruno
        exact, il s’agit bien de la prime pour l’emploi. elle apparait dans la simulation de impots.gouv.fr et je suppose qu’elle doit être versée par le fisc.
        on est aussi d’accord sur la « faible » ponction que représente l’impôt sur le revenu comparé à la masse des prélèvement sociaux. je ne prétendai d’ailleurs pas mesurer l’ensemble des taxes et prelèvements supportés par Kevin and Co.
        Je suis très surpris par la dégressivité des prélèvements sociaux : je vérifierai à l’occasion.
        En ce qui me concerne, hors TVA, je tombe sur un prélèvement total (impôts, prélèvments sociaux) d’environ 60% du revenu versé par mon employeur.
        Encore d’accord sur l’intérêt énorme de créer son entreprise du point de vue des prélèvements. Le dernier bastion en quelque sorte.

    • Bastiat dit :

      Excellent !

    • Bastiat dit :

      Pour faire suite au post de Gilles Hector

      L’impôt a deux écoles, celle de 1789, tout le monde doit payer un impôt suffisant et nécessaire pour faire fonctionner la machine étatique ; le système est proportionnel, la Constituante le dénommait « contribution ». Puis vint les Jacobins de 1793 qui ont considéré l’impôt comme une arme idéologique qui leur servirait à une « nouvelle répartition des richesses », c’est l’impôt « progressif ». L’effet pervers se traduit par la destruction du capital entraînant le déclin économique et nos ouvriers n’ont plus qu’à attendre béatement le Christ industriel.
      Si on vous demande de lister les impôts qui détruisent le capital, (incroyablement nombreux) vous allez citer en premier l’ISF puis la taxe foncière, les plus-values, c’est à dire l’accroissement de richesse sur le capital initial (faut oser !), Droits de successions et libéralités et année après année l’impôt progressif sur les revenus qui arrive à attaquer le capital pour y faire face. Ne pas oublier le plus appauvrissant de tous, l’IS puisque l’entreprise normalement gérée fait en sorte que son argent se transforme en capital le plus rapidement et efficacement possible.
      Nos jacobins énarques sont satisfaits, « l’argent » a été redistribué mais « Tout est toujours allé mal » – Jacques Bainville. Si ça va mal c’est qu’on n’en a pas fait assez ! Tondre ne suffit plus, il faut maintenant écorcher. Nos Shadocks énarques se mettent au travail pour reconstituer le capital détruit et miracle, comme ils nous prennent pour des chiens dociles et aimants, ils nous proposent des niches et des gamelles.
      Le grand bond en avant de 2012 et le credo socialiste : Évitons de briser le fil d’Ariane dans son labyrinthe d’erreurs et nous allons détruire encore plus de capital en augmentant les impôts et en plus nous supprimerons les niches ; aux dernières nouvelles nous aurions encore droit aux gamelles mais seront-elles pleines ? Il me semble avoir attendu que nous aurions une Loi du maximum général… et finalement c’est logique, tout s’enchaîne avec le socialisme.

    • christophe dit :

      Steve, Kevin, Gonzague… appartiennent tous à la même espèce : celle des veaux.
      Des animaux qui ruminent, qui lâchent des « meuh » poussifs, et qui se font traire (ou tondre).

      Il faut entrer en résistance. Refuser la tonte. Ne rien lâcher. Plus un centime aux crapules.

      Bref, il faut partir.

      • Gilles Hector dit :

        Il faut aussi combattre les idées reçues et pas seulement par les blogs mais aussi avec tout ceux que nous rencontrons. Avec un chauffeur de taxi, avec sa gardienne, ses collègues, amis, ennemis, … Je connais au moins 2 Gonzague avec qui je bataille (d’idées) régulièrement et qui commencent à vaciller sur leurs positions. Les Gonzagues sont les pires parce qu’ils sont les plus essorés par la machine étatique mais aussi ceux qui ont tout vu et sont revenus de tout.

  12. Personnellement, il est pour moi criminel de payer des impots en France si c’est, comme présentement, pour entretenir la pourriture des Palais dit de Justice (juges-suppositoires, suppôts du Grand Soir).

    Je pense que sur ce point Charles Gave sera tout à fait d’accord avec moi.

    Donc de choisir de ne rien gagner ou de s’expatrier.

    Relire La manufacture à vermine.

  13. Complétement hors sujet mais comme en écho à CGT1 (Charles Gave Tome 1 : « Des lions menés par des anes »), la révolte d’un petit Lion, village de Lion-en-Sulliac qui veut déclasser son église du XIe siècles. Marre de voir les demandes de permis de construire de la population refusées par le nazillon des Batiments de France, de ce censeur petit commissaire du Peuple d’une structure administrative d’occupation par l’intérieur.
    http://culture.france2.fr/patrimoine/actu/le-village-qui-refuse-son-monument-historique-70098610.html

    • Deuxiéme symbole, l’église en question est l’église St Etienne or St. Etienne est, selon Louis Boutard, le saint chrétien qui symbolise Héraklès. Et donc Hercule, celui là même qui est en mesure de faire le ménage dans les écuries d’Augias, le monde épiméthéen.

      Sinon tout autre chose,à propos de la prochaine vague de destruction-transformatrice, usuellement destruction-créatrice : Article de Mac Andressen : Why Software Is Eating The World. http://online.wsj.com/article/SB10001424053111903480904576512250915629460.html

      • Et il y a même un troisiéme symbole démasqué par le commentaire suivant :
        Pour cet article, il ne devrait y avoir qu’un seul commentaire, celui de la désinformation flagrante faite par France2 et de la responsabilité pénale du rédacteur de l’article comme de celui qui a fourni la photo, un certain BRUNO BARBIER de l’agence AFP, bien connue pour son peu de sérieux, et son gauchisme chronique.
        En effet, l »article est illustré d’une photo. Il suffit d’aller voir le site de la commune concernée » Lion-en-Sullias » pour constater, que l’église du litige rien à voir avec la photo illustrant l’article, lequel montre une église magnifique et très imposante. La véritable église du litige est plutôt une chapelle assez modeste et sans attrait architectural majeur, même si (personnellement) je la trouve jolie.
        De même le titre mensonger de l’article : « Le village qui refuse son monument historique… » alors qu’il n’en est rien, que la population est fière de celui-ci, et qu’elle le rénove amoureusement par ailleurs. Ce titre aurait dû pour le moins être  » Le village qui refuse les rigueurs injustifiées du classement de son monument historique »…
        But de cette désinformation? Rien ne sert de le connaître puisqu’il s’agit d’un délit punissable par la loi. Peut-être est-il destiné à soutenir la corporation des ABF… Ils n’en ont pas besoin et se débrouillent très bien sans france2. Plus prosaïquement, il s’agit de vendre de l’Intox un peu plus croustillante que la morne réalité, de façon à indirectement vendre un peu plus d’espace publicitaire.
        Ainsi nos journalistes (ici france2) sont perpétuellement à la botte de leurs impératifs idéologiques et, à défaut, économiques. Mais mentir sera toujours présenté comme une regrettable erreur justifiée par l’intention louable de faire le bien du peuple.

  14. Bloomberg titre Greenspan Saids Euro ‘Breaking Down’ :
    http://www.bloomberg.com/news/2011-08-23/greenspan-says-the-euro-is-breaking-down-may-harm-stock-prices.html
    “The euro is breaking down and the process of its breaking down is creating very considerable difficulties in the European banking system,” Greenspan said today in Washington.
    The euro is reaking down, l’euro s’effondre là dans le sens d’un effacement complet ? Greenspan fait en effet ensuite état de processus,  » processus de sa décomposition  » me donne la traduction Google.
    Est-ce là le signal du  » sauve qui peut  » donné à la communauté financiére ? Ce qui ne peut être entendu par des eurozonards ?

  15. papiche dit :

    La Suède signale un risque sur son économie, ça y est je décroche là…..

  16. Gilles Hector dit :

    En ce moment, nos élites font assaut d’incompétences ou de malhonnêtetés, c’est selon les goûts. En tout cas, comme dirait Charles Gave, si elles étaient honnêtes et compétentes alors elles ne pourraient être socialistes. Et je rajoute qu’elles ne pourraient pas non plus être au gouvernement.
    Je vous propose une petite déclaration, car c’est toujours un régal de les lire et de les commenter. C’est un régal à condition de les prendre au second degré. A voir le niveau fantastique de malhonnêteté ou d’incompétence atteint par certains et parfois concentrés en une seule phrase, c’est à se demander si les medias qui nous rapportent ces tirades grandguignolesques, si ces médias ne fabriquent pas des faux.

    A tout seigneur tout honneur, voici le fringant François Baroin. Je cite la source le Figaro – fautes d’orthographe incluse – citant donc notre futur prix Nobel de l’économie : « dans notre malheur, on a cet avantage de disposer de dépenses incroyables, opulente dans certains cas » expliquait F Baroin mi-août évoquant un total de 75 milliards d’euros de niches fiscales …
    Là quand je lis ça, je m’arrête, respire un grand coup, je me dis, non ce n’est pas possible, il doit y avoir une erreur, François vous n’avez pas osé ? Je relis et en fait si, notre futur candidat au FMI ose : ces impôts non perçus, ces niches fiscales sont en fait des dépenses de l’état et non des recettes en moins. François je vous tire mon chapeau. A vous tout seul vous réinventez les bases de la comptabilité.
    Donc quand Monsieur Dupond salarié du secteur marchand verra son imposition augmenter, il pourra se dire avec satisfaction que l’Etat a enfin décidé de baisser ses dépenses (opulentes). Sans avoir touché à un seul cheveu d’un fonctionnaire. Trop fort.
    François vous avez raison de prendre les Français pour des imbéciles, ils finiront bien par vous le rendre un jour. Patience. Bon là je reconnais être un peu moins second degré, ça m’a échappé

  17. Vercingétorix dit :

    Comment croire que la dette de la France ne verra pas sa note dégradée alors que des rumeurs courent concernant celle de l’Allemagne :
    « Deux rumeurs de marché ont fait plongé la Bourse de Francfort jeudi, l’une sur une possible dégradation de la note de la dette souveraine allemande et l’autre sur une interdiction totale des ventes à découvert dans le pays, toutes deux vite démenties.
    L’indice vedette Dax a fini en baisse de 1,71% à 5.584,14 points et le MDax a reculé de 0,48% à 8.705,91 points.  »

    Source : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/08/25/97002-20110825FILWWW00583-francfort-la-bourse-plie-sur-des-rumeurs.php

  18. Bruno dit :

    Cher M. Gave,

    Pourriez-vous svp expliquer précisément pourquoi vous trouvez que l’Allemagne mène une politique mercantiliste ?

    Vous évoquez la taxation de la consommation, mais celle-ci n’est pas plus élevée que chez nous… Quant aux modérations salariales ou fiscales, je ne vois pas en quoi elles sont spécifiquement mercantilistes, ou alors tout gain de compétitivité serait en lui-même mercantiliste ! Concernant la politique douanière, elle subit exactement la même que le reste de l’UE…

    En fait, je dirais plutôt que l’Allemagne est mercantiliste malgré elle, simplement à cause de… l’euro. Mais elle n’est pas la seule responsable de ce « frankenstein financier », et elle aurait même eu tendance à l’adopter à reculons…

    Certes, lorsqu’on est cerné par des cigales, être fourmi est en soi mercantiliste, mais enfin peut-on vraiment le blâmer ? La fourmi ne devient-elle pas la plus prospère à terme ?

  19. Gilles Hector dit :

    @bruno

    prenez la peine de lire tout le fil et vous trouverez des réponses

  20. Billet limpide comme d’habitude. Ceci dit, dommage pour l’Euro, qui est politique et non pas économique.

  21. Trichet a-t-il tourné sa veste ou Sorman dit-il n’importe quoi ?
    http://gsorman.typepad.com/guy_sorman/2011/08/comment-faire-taire-mme-lagarde.html
    « A ce seuil, Madame Lagarde a repris à son compte le script que Strauss Kahn avait dû oublier sur la table et exhorte à son tour les Etats membres à en faire plus! Il faudrait peut-être , après trois ans de griboullages dits keynésiesn pour faire savant , que ces Etats en fassent moins. C’est en substance ce qu’ a déclaré Jean Claude Trichet à la même conférence de Jackson Hole , Wyoming , contredisant point par point Madame Lagarde mais avec tant de délicatesse que nul ne s’en est aperçu. Trichet , se fondant sur la pratique et l’expéreince des nations, a fait observer que celles qui s’en sortaient le mieux , l’ Allemagne pour ne pas la citer, avait depuis des années amélioré ses structures de production et en particulier, rendu plus flexible le marché du travail. Disciple de Joseph Schumpeter et pas de Keynes, Trichet est un adepte de ce que l’économiste autrichien appelait la « destruction créatrice » : c’est quand on peut supprimer des activités obsolètes qu’il est permis d’en créer des innovantes. Tout en aidant à la reconversion des travailleurs en difficulté. »

  22. Bastiat dit :

    http://www.synonymo.fr/anto/lib%C3%A9ralisme
    Un clin d’oeil, l’antonyme de « libéralisme » – apparemment c’est l’enfer !

  23. Bastiat dit :

    http://www.cledut.net/xylo.htm
    Pour vous permettre de tenir des conversations morbocéphaloproctologues
    bonnes marrades…

  24. Kun dit :

    Bonjour, en réaction à ce commentaire de Mr gave :

    « Me restent donc:

    -les actions françaises

    -les actions européennes

    -les actions du grand large (États-Unis, reste du monde)

    -Les obligations asiatiques (Singapour, Korée etc..)

    Le plus simple est sans doute de sélectionner un bon fonds européen géré par des gens compétents ( du style COMGEST à Paris) , et de sélectionner un bon fonds Américain géré par des gens similairement compétents, de mettre 50 /50 et de rebalancer votre portefeuille tous les ans. Ensuite, vous partez en vacances et vous regardez ce portefeuille une fois tous les 3 mois, sur les vingt prochaines années vous devriez cartonner  »

    Je souhaiterais connaitre les noms de quelques bons cabinets de gestion suisses et us.
    Merci d’avance
    Salutations

  25. ceteris dit :

    Amis bloggueurs,
    je lis ce matin avec une totale incrédulité les propos de la présidente du MEDEFdans la presse…

    Elle y accuse les US comme étant responsables d’un complot contre l’euro dans un but de déstabilisation. Rien que ça !
    Plus loin elle juge incompréhensible (pour qui ?) les encouragements de Mme Lagarde à nos banques (qui, il faut le dire, présentent toujours des zones floues dans leur bilan) à se recapitaliser pour mieux péreniser la reprise…

    Les interventions de Mme « Pas si sot » sont des révélateurs : soit elle n’a rien compris à la situation en Europe, soit elle défend des intérêts autres que ceux de l’entrepreneur, et dans ce cas, ceci apporte un peu plus d’eau au moulin de CG et sa théorie sur le social clientelisme…

    Patience, patience, la vérité l’emportera …
    Au passage, ceux qui passent le micro aux incantateurs irresponsables portent eux-même une responsabilité, quand bien même les incantations n’engagent que ceux qui les disent…

    bonne journée

  26. Ping : Talina : SACRIFÍCIOS INÚTEIS

Les commentaires sont fermés.