Or et Marches des Actions

Beaucoup de lecteurs me demandent pourquoi je ne recommande pas d’acheter de l’or.
Voici une raison.
Il est toujours extrêmement difficile de préserver le pouvoir d’achat de son épargne surtout quand les gouvernements accumulent les erreurs, comme c’est hélas malheureusement le cas en ce moment.
La tentation est grande alors de se tourner vers l’or, qui a comme vocation première d’être la ligne de défense des citoyens martyrisés par les pouvoirs publics
L’or est de fait une façon pour le citoyen qui ne peut pas voter avec ses pieds de s’en aller tout en restant dans son pays.
Il retire au gouvernement de son pays la gestion de son épargne en manifestant qu’il ne croit plus dans la monnaie de son Etat.
Le problème, c’est que de temps en temps, la panique gagne nos chères fourmis à un point tel que l’or cesse d’être une protection de qualité.
Déterminer ce moment est l’une des choses les plus difficiles, mais enfin je peux toujours essayer…
Sur le long terme (trente ans), la plus grande qualité du marche des actions c’est qu’il donne accès a des dividendes qui montent avec le temps
Celui qui achète de l’or abandonne donc ce droit a ces hausses, ce qui de temps en temps peut être une bonne idée, mais hélas pas toujours.
Si donc je prends les dividendes effectivement payés par l’indice S&P 500 et que je compare leur évolution historique a celle de l’or, je peux essayer de déterminer les moments ou la panique est telle que les acheteurs d’or « surpayent » le métal jaune pour en quelque sorte garantir leur sécurité
J’ai donc établi un ratio entre le cours de l’or et le paiement des dividendes depuis… 1871
En voici le résultat.

L’or est aujourd’hui plus haut qu’il n’était au moment de la dépression de 1890, plus haut que pendant la grande dépression des années 30, plus haut que quand les Japonais avaient attaqué Pearl Harbour, et a peu prés au même niveau que quand le Shah d’Iran était renversé avec la complicité active de l’administration Carter, que le pétrole triplait pendant que les Russes envahissaient l’Afghanistan.
L’or est donc dans une des plus grandes paniques a l’achat que l’Histoire ait enregistre et pour ainsi dire jamais les flux a venir des dividendes n’ont été aussi bon marché vis-à-vis de l’or
Acheter de l’or et 2000 et vendre les actions était une bonne idée.
Faire le contraire aujourd’hui me parait éminemment raisonnable, comme en 1980…
CG

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

92 commentaires pour Or et Marches des Actions

  1. Néophyte dit :

    Mais alors, existe-t-il des valeurs refuges pour le citoyen que je suis, qui ne veut pas investir sur le marché des actions ?
    Même le franc suisse ne semble plus être ce qu’il était, car je suppose que la décision de la BNS de fixer un taux de convertibilité à 1,2, aura pour effet d’arrimer le CHF à l’euro, pas idéal pour quelqu’un qui cherche à diversifier. ( à moins qu’ils anticipent une hausse de l’euro?)

    Je serais très curieux de connaître votre avis en ce qui concerne l’euro.
    J’ai relu vos articles sur la crise de des liquidités et ses conséquences (dans le billet vous êtes triste). Je commence a avoir sacrément peur pour mon épargne en euro!!

    Vous semble-t-il heureux d’ouvrir des comptes épargne, dans la devise et les banques de pays solides tel la Holande ou la Norvège, de placer ses euros en Allemagne?

    En tout cas merci beaucoup pour vos articles toujours enrichissant. Longue vie à vous!!

    • Anonyme dit :

      Bonjour Monsieur Gave et sincères félicitations pour vos analyses. Toutefois, concernant l’or, il me semble que le cours est plus élevé aujourd’hui que lors des precedantes crises pour une aitre raison: les masses monétaires sont très nettement plus excédentaires que lors des siècles précédants, il faut bien que l ‘épargne s’investisse quelque part… Qu’en pensez-vous ? Cordialement. Francois Coulanges http://www.fcoulanges.fr

  2. pat dit :

    coucou,
    on n’achete pas de l or pour realiser une plue value sur une duree mais pour se proteger d un risque systemique violent ou la monnaie exploserai .
    Ce qui n ‘est pas exclu !

  3. petitrader dit :

    Néophyte, je crois que l’investissement doit être murement réfléchit et qu’il n’est jamais bon de vouloir toujours se précipiter, que ce soit sur une monnaie, le marché actions ou tout autre.
    Dans la période très trouble que nous traversons il faut aussi savoir attendre et utiliser son temps justement pour bien analyser la situation et voir dans quelle direction nous allons pouvoir investir quand le moment sera venu.
    Simple réflexion de néophyte moi aussi…
    Amicalement.

  4. christophe dit :

    Bonjour Mr Gave,
    Vous avez encore une fois entièrement raison. Mais je pense que le point bas de votre graphique (ratio gold/dividende) n’est pas encore à son point le plus bas.
    En effet, en 1975 où on pouvait croire à l’époque que le moment était venu de se débrasser de son or, d’après votre graphique, (qui oscillait entre entre 180 et 100 dollars pour une moyenne à 150 dollars), celui ci a été multiplié par près de 6, 4 ans après.
    « Acheter au son du canon » est un aphorisme d’un autre temps. Peut être vaudrait il mieux attendre le bruit ou le souffle de la bombe nucléaire (de façon imagée bien entendu). La déflagration de l’euro devrait y ressembler.
    En cas de retour aux monnaie nationales, les dévaluations par rapport à l’euro d’aujourd’hui seraient importantes si nous nous référons aux spread des taux à 10 ans de chaque pays par rapport au Bund.
    L’or, pour les européens en tout cas, sera un vrai rempart contre ce phénomène

    Autre élément: l’or valait 37 dollars l’once en 1971 et culmine une décennie plus tard à plus de 800 euros soit une multipication par 22. Nous n’en sommes qu’ à X 6 par rapport à 2000 et l’or au début de cette année 2011 n’était qu’à 1400 (ce qui ne ressemble pas encore à une panique à l’achat).
    Le chemin est encore long… La baisse qui a suivi cette hausse parabolique de 1980 n’ a été que relative puisque on pouvait encore vendre son or autour de 700 dollars dans le courant de l’année 1980.

    L’enchainement des évenements concernant la crise et la disparition de l’eurozone, que vous avez décrit dans votre dernier livre est stupéfiant de clairvoyance (à la limite de la voyance pour le néophyte).
    La seule chose que vous n’avez pas prévue à mon sens c’est son extrême rapidité .
    Un grand merci pour nous avoir ouvert les yeux.
    CG

  5. Anonyme dit :

    Vendredi, en une seule séance des marchés à terme, l’or a perdu 5,8 % de sa valeur, et l’argent-métal, 17,8 %. Vu l’état actuel des marchés financiers et de l’économie en général, qui amorce depuis quelques semaines la deuxième branche de l’évolution en « W » ayant débuté en 2007, la chose pourrait apparaître surprenante, le métal précieux étant le prototype-même de la valeur-refuge.

    En réalité, le fait que le prix des métaux précieux – et l’or en particulier – grimpait régulièrement depuis le mois de février, doit être interprété rétrospectivement comme un signe de la relative bonne santé des marchés financiers durant les trois premiers quarts de l’année. Car si le prix de l’or et de l’argent baisse en ce moment, ce n’est pas parce qu’ils ont cessé de jouer le rôle de valeur refuge, c’est parce que certains qui en possèdent le vendent en ce moment, non pas pour réaliser leurs gains mais parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement : pour payer leurs dettes qui se creusent ailleurs, ou parce que les chambres de compensation des marchés où ils sont positionnées leur adressent des appels de marge, c’est-à-dire leur enjoignent d’approvisionner leur fonds de réserve, en raison des pertes qu’ils subissent là.

    Autrement dit, les ventes d’or et d’argent auxquelles on a assisté la semaine dernière et vendredi en particulier, ne sont rien d’autre que les ventes en catastrophe d’intervenants en position délicate. Une personne interrogée hier par le Wall Street Journal signalait en particulier « qu’il semble que des banques européennes vendent de l’or, peut-être pour augmenter l’argent liquide dont elles disposent et étançonner leur bilan ».

    Lorsqu’on entre dans des périodes de vente à la casse sur les marchés financiers, comme les ventes de métaux précieux dans la journée de vendredi, le plongeon se transforme bientôt en chute en vrille. Gérer le risque de marché exige en effet que le prix de certains produits monte quand celui de certains autres baissent. Or, quand chacun se débarrasse de tout ce qu’il possède parce qu’il n’a en réalité pas d’autre choix, comme c’est le cas en ce moment, le prix de tous les produits s’effondre simultanément. La couverture des positions financières – leur protection contre la perte par la prise de positions sur des produits dont le prix grimpe quand le leur baisse – cesse d’être possible et la gestion du risque entre en régime chaotique. Ce fut le cas vendredi, quand les pertes essuyées obligèrent les intervenants à se délester de certains de leurs actifs, dont la quantité offerte à la vente fit alors baisser le prix, causant des pertes à d’autres intervenants qui furent obligés de faire de même, et ainsi de suite, créant une spirale infernale.

    Les mésaventures de M. Adoboli à l’Union de Banques Suisses, révélées la semaine dernière, nous rappelaient de manière dérangeante celles de M. Kerviel au début de l’année 2008. Les ventes à la casse de vendredi nous replongent elles aussi dans l’atmosphère de 2008. Contrairement à ses homologues de la Société Générale qui avaient choisi de se maintenir à la barre, M. Oswald Grübel, P-D.G. d’UBS a préféré démissionner aujourd’hui samedi. Comment interpréter son geste ? Retour en force du sens de l’honneur à la tête des banques ? Ou jet, beaucoup plus troublant, de l’éponge ?

    • Anonyme dit :

      de paul jorion via son blog,quand les grands esprits se rencontrent..merci mrs gave

      • Gilles Hector dit :

        « quand les grands esprits se rencontrent » … opinion très personnelle cher monsieur et manquant sincèrement de modestie. A moins que ce ne soit de l’auto-dérision, ce qui serait plus crédible

      • Anonyme dit :

        je parlais de paul jorion et mrs gave mais bon….voilà un homme qui écrit plus vite qu’il ne réfléchit!

      • Gilles Hector dit :

        Je confirme ce que j’ai écrit : j’ai beau suivre votre conseil et réfléchir … je ne vois toujours pas comment ranger ce monsieur Jorion dans la catégorie des grands esprits.

      • Anonyme dit :

        vraiment,je suis surpris par votre animosité envers cette économiste de renom!bref à chacun son jugement.

      • prb dit :

        Selon CG « L’or est de fait une façon pour le citoyen qui ne peut pas voter avec ses pieds de s’en aller tout en restant dans son pays. Il retire au gouvernement de son pays la gestion de son épargne en manifestant qu’il ne croit plus dans la monnaie de son Etat. »

        Mais c’est de moi que vous parlez!.. J’aimerais partir mais c’est compliqué pour des tas de raisons, familiales, professionnelles, sentimentales (j’aime passionnément mon beau pays, malgré les outrages et les avanies qu’il subit…); je considère comme folie de confier aux politiciens français la gestion non seulement de mon épargne mais de ma retraite… je ne crois pas du tout dans l’euro…. donc vous confirmez que l’or est bien pour moi!

        Quant à l’argument des dividendes, eh bien j’ai investi dans des sociétés minières… Je suis encore au dessus de mon prix d’achat moyen aujourd’hui … Inch Allah.

    • menthalo dit :

      Je voudrais juste corriger une petite erreur…
      L’or baisse parce que les autorités de marché augmentent les frais de trading pour chaque contrat et le pourcentage du dépot de garanti que doit laisser l’investisseur en achetant des contrats à terme. De ce fait, les autorités de marché diminuent l’effet de levier des investisseurs-traders, obligeant ceux-ci à réduire la voilure et à vendre des contrats.
      Sur le marché du silver, l’argent métal, le levier qui était proche de 10 a été réduit par des hausses successives des marges, pour n’être plus que de 7 en mai, puis de 6 en septembre.
      Cette baisse est donc artificiellement provoquée et gérée par les autorités de marché.

      Par ailleurs, ce n’est un secret pour personne, que le London Gold Pool dans les années 60 avait pour mission de maintenir la valeur du dollar par rapport à l’or, qui se termina par un échec total… et que depuis, les WAG (Washington Agreement on Gold) avait une mission équivalente. Une sorte de bonneteau où la Fed vend 10 tonnes à la BCE qui les revend à la BoJ qui les revend à la Fed … faisant baisser les cours. Au final, chaque banque centrale a exactement le même tonnage qu’au départ, c’est une manipulation de cours

      Sachant qu’il se négocie chaque jour 100 onces virtuelles pour une once réelle sur le seul marché de Londres, le joue où le levier aura été totalement supprimé et que l’on ne pourra vendre qu’un or réel, dument numéroté et nominatif, le prix de l’or sera probablement 50 fois supérieur aux cours actuels.
      Mais les autorités monétaires laisseraient elles un prix libre de l’or, qui montrerait aux yeux de tous la dévalorisation de la monnaie fiduciaire ?
      Ce n’est pas l’or qui monte, …
      c’est la valeur des monnaies qui chute, le pouvoir d’achat qui s’érode, la confiance qui fout le camp.
      cordialement votre
      menthalo

      • Tout à fait d’accord avec cette analyse.

        A propos de dévalorisation, j’ajouterais qu’une définition de l’hyperinflation est la perte de confiance des « masses » dans la capacité des monnaies à retenir leur valeur, entrainant une fuite vers des actifs tangibles dont l’or et l’argent physique.

        J’ai le sentiment que nous n’en sommes plus très loin.

        FDR

  6. Bermond dit :

    Pour ma part, de toute façon, je préfère l’argent (silver), qui lui n’a pas atteint son plus haut historique…
    Il descend j’en reprendrai dès que possible.
    Il est certain que l’achat de métal ne permet d’encaisser des dividendes, mais de très belles sociétés en déjà fait faillite dans le passé.
    Dans un monde ou tout fonctionne à crédit et où la croissance est nulle ce type de surprise n’en serait pas une. Effectivement l’augmentation de la masse monétaire est un problème comme l’a souligné un autre intervenant.
    Je ne sais si je suis un vrai libéral, mais un petit entrepreneur individuel, certainement.
    Mon plus gros et unique associé est l’Etat, et votre introduction Monsieur Gave me correspond pour l’heure.
    N’ayant pas voté pour l’instant avec mes pieds, je sors du système comme je peux.
    Et si cela s’impose je quitterai le pays…
    Dans un monde parfaitement efficient, (comme le marché de Keynes, qui en réalité n’est qu’une manipulation) il est certain, que c’est vous Monsieur Gave qui avez raison, le problème de croissance et de déficit ne sont que des problèmes de pays post industriels, hypertrophiés, et il n’a qu’à partir à Hong Kong, ou en Amérique du Sud, voire en Afrique pour trouver de la croissance.
    Le problème c’est que nous sommes des centaines de millions à rester là où la faillite de l’Etat va entraîner tout un système et des vies de famille…
    Donc le métal pour ceux qui restent me parait une option sérieuse, surtout dans la perspective d’une reconstruction….
    Évidement vu de Hong Kong…

    Vous noterez qu’après s’être intéressé aux listes des clients de la HSBC en Suisse, notre un Etat liste désormais les acheteurs de métaux depuis le mois de septembre.
    De toute façon la peine a toujours été la même pour la détention de métal en période de crise grave,…. la Mort (En version Hard, révolution française ou l’occupation), la confiscation (en version soft), avec à chaque fois une prime pour les délateurs.

    Dernière remarque votre tableau ne rend pas compte des poussées de fièvres du cours au marché noir, lorsque le métal fût interdit, que cela soit aux USA, ou sur le sol de France…. le primes sont un coefficient multiplicateur intéressant…. auriez vous les même tableau comparatif rendement actions, métal en Allemagne pendant les années 30… Si il est aussi bon qu’aux USA, je vends quelques dizaines de kilos et j’attends vos conseils sur les pépites…

    Bien à vous,

    • Anonyme dit :

      a combien « rentrez vous » sur le silver?ouvert à tous,merci,today:30 e/once

      • menthalo dit :

        Etant donné la hausse attendue sur le silver sur les 3 ans à venir, chipoter entre acheter à 30 ou à 28 n’est pas raisonnable, du moins sur du physique, si on en trouve…
        Ce qui compte, c’est d’en avoir.
        pour l’argent-papier, il faut savoir entrer à un niveau correct, mais surtout savoir sortir à temps… c’est à dire avant le prochain relèvement de marges, qui laminera les cours.
        Les produits dérivés de JPM vous donnent un tempo… cf wynter benton

  7. danmaru@wanandoo.fr dit :

    Tout a fait d’accord avec votre point de vue Mr GAVE
    sauf sur le timing. La crise ne fait que commencer.
    J’achèterai des actions dans 5 ou 10 ans.

  8. Enguerrand dit :

    Joli graphique …

    Mais à quoi ressemblerait-il s’il prenait en compte la dévaluation monétaire réelle depuis 1913 ?

    • goldorak dit :

      pertinent .Ce qui fait la différence est le maintien/progrés du pouvoir d’achat de l’épargne , face à la spoliation de l’état des lors que l’état par la monnaie spolie la société . En l’occurence ce graphe ne répond que partiellement à la question .
      Si l’on achéte de l’or en 1970 et qu’on le revend en 1980 ou en 2000 et en 2011 , on fait mieux que le SP , relativement et en pouvoir d’achat .Le résultat positif est qu’on est ‘proche’ d’une rechute de l’or . Le négatif est qu’il estompe que cette fois le cours de l’or a retouché celui du sp en trente ans au lieu de 60 et qu’a court terme il est plus ‘volatil’
      donc plus lucratif sur un an que le sp avec ses dividendes .

  9. Anonyme dit :

    Anomyme: « Vendredi ……éponge » pourrait citer la source:Paul jorion http://www.pauljorion.com/blog/?p=28898 Macé Scaron fait des émules 🙂

  10. wijngaards dit :

    Oui vous avez raison les graphique montrent que nous sommes rentré dans un zone bulle voire une graphique similaire ci-joint et je le surveille tous les jours mais tant que le raport dow jones or en dollard ne face pas égale à un1 je ne vende pas les bijous en or de ma grand mère.

  11. BVLBourse dit :

    Il est vrai que l’or ne rapporte rien à l’économie. Acheter de l’or ne permet pas à une entreprise de se renforcer et d’investir via la bourse. Parallèlement, on ne prête plus d’argent aux états qui l’utilisent à essayer de boucher des trous de la Sécu ou autres ! L’achat d’or par les particuliers est donc mauvais pour l’économie. L’or, en moyenne, suit simplement l’inflation (sauf spéculation particulière).

    Pour moi, le graphique Dow/Gold n’est exact que s’il tient compte de l’inflation et s’il y a croissance. Car les dividendes croissent s’il y a croissance et si la monnaie ne se déprécie pas. Or, je pense que la seule issue au problème du méga endettement est la perte de valeur des monnaie par rapport aux biens tangibles : commodities et or. L’or étant coté en dollars, les US ont intérêt à ce que le dollar baisse par rapport à l’or.

    Localement il peut y avoir baisse comme le dit un commentateur anonyme pour des raisons « techniques », les gold swaps actuels. À long terme, la croissance des pays émergents et la nécessité de diminuer l’importance relative des dettes, nécessitera toujours plus de création monétaire. Par contre, l’or sera toujours aussi rare, comme toutes les autres ressources de notre planète.

    Du temps de mes parents une villa dans le sud-est de la France coûtait 40 000 francs. Aujourd’hui la moindre villa coûte 400 keuros. Nous paieront bientôt une place de cinéma le même prix en euros qu’en francs il y a vingt ans. Alors, je ne crois pas que l’or va perdre la moitié de sa valeur.

    Par contre, investir sur le futur Google peut-être plus payant qu’acheter de l’or, surtout de l’or physique (à cause des problèmes à la revente).

  12. Ping : Or et Marchés des Actions par Charles Gave « le blog a lupus…un regard hagard sur l'écocomics et ses finances….

  13. Sebz dit :

    Monsieur Gave,

    Vous avez 100 fois raison dans l’esprit.
    Mais votre « indicateur technique », comme aime dire les technocrate de l’investissement, souffre de 3 énormes lacunes à mon avis:
    1- Le ratio action+dividende/gold doit être ABSOLUMENT indiqué en échelle logarithmique!! Vous comprenez bien que quand ce ratio passe de 30 à 15 (+100% de gain avec l’or), il ne doit pas être vu de la même manière que quand il passe de 75 à 60 (+25% seulement)…
    2- Pourquoi, à partir du moment ou les actions intègrent le versement du dividende (réinvesti), avoir une tendance haussière de votre indicateur (droite obliques et non « plates »)?? Parce que l’or est has-been? Un ratio est un ratio. On ne doit comparer une stratégie sur ce ratio sans pendre en compte ce subterfuge temporel.
    3- Et c’est celui là qui est l’erreur fondamentale à mon avis, est qu’un graphique d’un indice sur plus de 10 ans ne veux RIEN dire. Pourquoi? car des entreprises en sortent (celles qui périclitent) quand d’autres y rentrent (celles qui montent). L’indice est biaisé, et monte mécaniquement. combien de sociétés du S&P de 1875 de votre graphique y sont toujours?? Plus Lehmann Brothers et bien d’autres en tout cas!

    Etant plaçé sur l’or (en peu) et l’argent (un peu plus), cela ne m’empêche pas de rafler des canard ces dernier jours, et encore les jours prochains.

    Pour ceux qui veulent des pépites, j’en ai quelques unes:
    *dividende incroyable à ce prix et solidité à toute épreuve: FP
    *grosse boites moins belles mais massacrées, avec un capital largement supérieur à leur capitalisation: EDF, MT
    *petites boites avec une trésorerie supérieure à leur capitalisation (!!) et avec un marché ultra prometteur: SOI, AURE
    *Enfin des mines de métaux précieux, qui ne semblent pas être vue comme des banques centrales: CDE

    Sortez les fusils, le magret sera bien gras!

    Bien à vous,

    Sebz

  14. Bonsoir à tous

    J’analyse et investis sur le marché de l’or (et de l’argent) depuis maintenant 4 ans.

    Je pense qu’il faut considérer des ratios et éléments fondamentaux supplémentaires avant de considérer que l’or est sur évalué et qu’il faut le vendre pour acheter des actions. Au contraire je pense qu’on est encore loin d’un top sur l’or pour les raisons suivantes :

    1) corrigé de l’inflation réelle (pas celle annoncée par les médias grand public), donc non manipulée, le cours de l’or devrait être beaucoup beaucoup plus élevé afin de prendre en compte les milliards supplémentaires en circulation depuis 2008. Je ne parle même pas des milliards que la FED et de la BCE s’apprêtent à injecter dans l’économie via de nouveaux bail out et renflouement…rassurez vous le QE 3 est pour bientôt. Ensuite nous devrions avoir droit à des renflouement du FMI via les SDR…

    2) Le ratio Gold/Dow Jones : il se situe historiquement entre 1 et 2 quand l’or est correctement évalué > on en est loin, ce ratio est à 6,5 au moment ou j’écris ces lignes. Ce qui laisse présager d’un potentiel de rattrapage important.

    3) Aujourd’hui environ 1% de l’épargne mondiale est investit en or, contre 15% historiquement. Pensez vous sérieusement que nous soyons dans un phénomène de bulle sur l’or quand on prend conscience de ce type d’indicateur ? personne n’est investit en or aujourd’hui, certains croient l’être en détenant de l’or papier (ETF, certificats), je vous conseille de lire en détail les clauses des contrats… vous ne détenez que du papier.

    3) Les thèses du GATA (GATA.org) sur la manipulation des cours de l’or et de l’argent sont à connaitre afin de réaliser que les montagnes d’or « papier » vendus depuis des années ont permis une limitation de l’explosion des cours par un effet de diversion en dehors de l’or physique. Que va t il se passer quand tous ces investisseurs vont demander la livraison physique de leur or ?

    4) Que font les banques centrales en ce moment ? Elles achètent toutes de l’or > Chine et Russie en tête. Le Venezuela vient de nationaliser les mines d’or de son pays, pour quelle raison ? certainement pas parcequ’ils s’attendent à une chute des cours…

    5) La demande d’or et d’agent physique en Asie / Inde est colossale, elle n’a jamais été aussi importante. Cette demande venant d’Asie n’existait pas lors du précédent boom de l’or en 1980.

    Je pourrais donner encore de nombreux arguments en faveur de l’or, et je ne vous parle même pas de l’argent…

    Le ratio Or/Argent se situe en moyenne depuis 5000 ans à 1:15 > 1 once d’or permet d’acheter 15 onces d’argent (environ).

    Aujourd’hui 1 once d’or permet d’acheter ….53 onces d’argent

    Si vous êtes prêts à supporter une volatilité importante investissez dans l’argent, le cours actuel (en se basant sur 1 once d’or à 1655 dollars) devrait être de 110 dollars…il cote à 31 dollars ce soir.

    Le point d’entrée donné par Mr Gave en 2001 est excellent, mais de mon point de vue, et au regard des éléments cités au dessus je considère que nous sommes encore très loin d’avoir vu le top sur le cours de l’or. Surtout si l’or est à nouveau utilisé comme base d’un futur système monétaire.

    cdt

    FDR

    • wijngaards dit :

      Fabrice je suis d’accord avec votre analyse sauf sur le rapport argent /or depuis 5000 ans vu que les methodes d’extraction ont évolué et dans des périodes aussi reculé je peux vous affirmer que le prix de l’argent à dépassé celui de l’or il y a 3000 ans.
      sans compter sur l’utilisation de ces métaux dans notre société d’aujourd’hui qui n’est pas de celui d’un siècle ou millénaire.
      sinon in gold I have the trust.

      • je suis d’accord avec vous, je donnais simplement le ratio moyen observé sur longue période.

        L’argent cumule une demande industrielle et monétaire, je ne serai pas surpris de voir le ratio « sur corriger » pour atteindre les 1:5 voir la parité.

        FDR

  15. Homo-Orcus dit :

    Nous sommes bien d’accord, l’or et l’argent ne sont pas des richesses, économiquement il n’y a aucune différence entre avoir x .. milliers € sur un compte et détenir des lingots dans un coffre.
    Par contre le cours de l’or peut être considéré comme un trouillomètre qui varie selon les périodes de défiance à frayeur, en passant par la crainte et la peur. A la dernière indication « frayeur » on peut considérer que nous avons le trouillomètre à zéro. Enfin moi bof, surtout le marché puisque nous sommes dans la spéculation, en tentant de lire l’avenir ! (Spéculation, Speculum, miroir). En clair, je n’achète pas une action parce que je la crois bonne mais parce que je crois que les autres pensent qu’elle est bonne.
    On a des surprises si on regarde le cours de l’or non pas dans un miroir mais dans un rétroviseur.
    Depuis 40 ans, nous sommes passés de la défiance à la frayeur.
    Le cours de l’once est passé durant cette période de 35 à 1800 $. Cette évolution est à rapprocher des 17 $ en 1898 au 35 $ 1971. (alors que, fin XIXe – extraction en Australie, Yukon, Californie, toute cette activité dans une grande stabilité de cours !)
    Origine de nos maux : Le 15 août 1971 – President Nixon makes the historical announcement :
    « That the United States will stop redeeming dollars for gold ».
    Keynes, Nixon, Carter, Clinton, nos quatre cavaliers de l’apocalypse ?
    Repères : de la création de la FED, l’once est passée de 17 $ à 1680 au 31/12/2010 soit + 9782 %, 4,80% l’an. Dans le même temps, le $ a perdu 94% de son pouvoir d’achat soit -2,83% * l’an, différentiel + 2%.
    Cette stat est à pondérer en considérant les deux périodes de l’or, avant et après 1971.
    Comme d’habitude les problèmes ne proviennent pas du marché mais des politiques.
    *Pour100 $ 1913 il en faut 1666 $ 2010.

  16. Marc dit :

    Même remarque que beaucoup de commentateurs,si vous ne considérez pas l’inflation…
    L’or n’a pas encore atteint un plus haut historique,si c’était le cas il serait au dessus de 2000$.
    Et rien n’interdit que les plus hauts soient dépassées(QE3…).
    Ceci dit aujourd’hui je n’achète pas d’or,mais je surveille l’argent,en retard,et le sucre,le cacao, ou la gaz naturel…
    Quand aux actions je ne vois pas bien pourquoi il faudrait se précipiter,absolument rien n’est réglé(si encore on assistait à un hair cut massif sur la dette des « Piigs »),alors à moins d’être un bon stock picker,ou de couvrir son portefeuille rien ne presse.

  17. Gilles Hector dit :

    Acheter des actions aujourd’hui et les acheter en zone euro revient à faire 1 pari. Que la valeur des entreprises de la zone euro ait atteint son point bas ou en tout cas assez bas et que la remontée ne tarde pas trop disons dans les 18 mois, en espérant faire une belle plus value.

    Quand je regarde la Grèce, qui est gouvernée par la gauche, je comprend que le gouvernement grec a compris les mesures qu’il faut prendre (privatisations, fin de l’emploi à vie, licenciement des fonctionnaires) mais que ses divisions politiques l’empêchent de les mener à bien (compte tenu de la nature de ces mesures). Conséquence directe, la Grèce est incapable de se désendetter et se rapproche du dépôt de bilan.
    Imaginons maintenant la France dans la même situation : qu’elle soit gouvernée par la gauche ou par la droite, le gouvernement va se trouver dans la même situation que le gouvernement grec, et ne taillera dans sa fonction publique qu’au dernier moment et donc trop tard. La fonction publique est le bastion des syndicats, la raison d’être de l’immense majorité des élus, le rempart contre les méchants capitalistes, la garantie d’un service de qualité (sic), la garantie d’une justice soclale (resic), une réalité inamovible, une promesse mensongère d’un abri pour toute une jeunesse, le prix à payer pour être débarrassé de tout souci de quotidien et d’avenir (retraite, santé, chômage, éducation, transport, ….j’en passe et des meilleurs). Toutes ces merveilleuses qualités fantasmagoriques sont dans bien enracinées dans l’imaginaire de nos chers compatriotes qu’ils soient ouvriers, artisans, salariés, banquiers, cadres supérieurs ou même entrepreneurs. D’autant plus enracinées, que suivant l’expression d’un dictateur, un mensonge répété 10 fois reste un mensonge, répété dix mille fois il devient une vérité. On pourrait rajouter qu’en France, répété 10 millions de fois, il est devenu un évangile.
    Au moment de la mobilisation générale contre l’envahisseur public, je me rappelle la combativité des chefs de l’armée française en 1940, la préparation à la guerre dans les années précédentes, le travail de sape des communistes français à la solde de l’URSS. Et là je me dis que les grecs seront finalement 10 fois plus rapides que les français au moment de prendre des décisions dures. C’est tout dire.
    Bref, mesdames, messieurs, nous irons dans le mur et nous mordrons la poussière.
    Donc nos entreprises vont être entrainées dans le crash : augmentation des impôts, paralysie des licenciements, actionnaires ruinés, …
    Avec tout ça, vous comprendrez que je suis dubitatif au moment d’investir dans des actions de sociétés françaises. Voilà un pari très risqué qui ressemble fort à un pari perdu d’avance

    • El oso dit :

      Belle intervention de Gilles Hector, bien argumentée et bien écrite.
      Un bémol quant à sa conclusion, des entreprises du Cac 40 comme Essilor pourraient continuer à performer même si notre chère France filait un mauvais coton. Le plus gros de leur fabrication , de leurs marchés et de leurs bénéfices est à l’étranger.

      • Gilles Hector dit :

        @El oso,
        Merci à vous d’apporter la contradiction, cela permet d’avancer
        Certes, nos entreprises exportatrices devraient être les plus épargnées. Mais pour qu’elles soient vraiment épargnées, il faudrait qu’elles déménagent leur siège social loin des voleurs qui nous gouvernent (gouverneront). Le pourront-elles, oseront-elles ?
        les années qui s’annoncent vont être sportives !

        En 1981, je n’avais pas un franc à placer (trop jeune), mais je commence à imaginer ce que les investisseurs ont vécu à l’époque. Quelqu’un pourrait-il comparer les 2 avants : avant 1981 et avant 2012 ?

      • clement dit :

        je mettrai un bemol sur essilor pour la raison suivante: leur marge brute ne cesse de diminuer d’annee en annee; ils corrigent l’effet par une diminution de leurs depenses operationnelles (ce qui se traduit sur le terrain par un non remplacement de leur personnel qualifie et des depenses en r&d plus que moderees).
        La structure de l’actionnariat est particulier : Ce sont ceux qui ont investi dans le groupe dans les annees 70-90 qui controllent la societe. cette generation disparait peu a peu. L’actionnaire principal, valoptec, s’en retrouve destabilise et mene une politique assez aggressive de recherche d’adherents parmi les salaries des pays en voie de developpement.
        Par ailleurs, lorsque l’on regarde le marche des verres progressifs (la ou essilor tire allegrement ses marges les plus confortables), acheter une paire de verre revient plus cher qu’acheter un ordinateur portable. Je peux vous assurer que beaucoup se posent une seule et unique question: combien de temps ca va durer?
        Il apparait des verriers tres puissants en chine, coree et thailande qui jouent sur des marges minuscules qui risquent serieusement de modifier l’offre sur le marche. De l’autre cote, les mutuelles sont celles qui ont reellement le controle sur la sante du marche. Le jour ou elles decident de sonner la fin de la recree, je vous assure que les opticiens et les verriers auront vraiment tres tres mal.
        Mon conseil: sur 1-3 ans, il y a peu de risque que le marche de l’optique evolue, essilor reste un bon investissement, en revanche sur 5-10 ans, personnellement, je n’investirai pas.

  18. petitrader dit :

    Gilles Hector, d’accord avec toi et en plus en 2012 on va se retrouver en France avec une situation politique tout à fait extraordinaire : du plus petit village jusqu’à la Présidence de la République, en passant par les conseillers généraux, régionaux, l’Assemblée Nationale et… ce « bon vieux » Sénat, TOUT entre les mains de la gauche. Ce qui était loin d’être le cas en 1981…
    Bonjour 2012 !!!

    Pour les sociétés françaises il faudra rechercher comme l’a souvent expliquer Charles Gave, les sociétés qui réalisent leur chiffre d’affaire à l’export. Et il y a dans le CAC 40 tout de même des bonnes sociétés de ce type.

    Amicalement.
    Marc

    • Gilles Hector dit :

      @Marc petitrader et Yann G (plus bas)
      D’autant plus d’accord que j’écoutais ce matin radio classique (et oui nous n’avons pas radio liberté en France) Guillaume Durand en train d’interviewer en bon faire valoir, un dirigeant du PS supporter de Martine Aubry (je ne sais pas qui c’était). Il a dit quelque chose d’extraordinairement révélateur :
       » Il faut que le peuple de gauche, que l’électeur de gauche voit bien ce qu’il a à gagner en choisissant Martine Aubry »
      En une phrase, ce futur ministre a résumé le programme de la gauche : voler tout ce qui peut l’être, redistribuer tout ce qui restera.

      J’ai beau me dire que je ne voterai pas en 2012 parce que je ne veux plus être complice de la monstrueuse escroquerie qui dure depuis 40 ans et bien, j’ai malgré cela quelques conflits moraux …
      Amicalement,

  19. Ping : Les raisons de ne pas acheter de l’or (Charles GAVE) « FAITS ET ANALYSE ECONOMIQUES

  20. Alain dit :

    Les français aiment bien investir dans l’immobilier car c’est du concret, du dur.
    Compte tenu des mauvais fondamentaux de la France, ne serait il pas judicieux de se séparer de son immobilier ?

  21. Alain dit :

    Et l’immobilier, si cher aux français qui aiment le dur.
    Compte tenu des mauvais fondamentaux de la France, ne serait il pas judicieux de vendre son immobilier ?
    Cordialement.

    • Il me semble que Charles Gave a écrit dans l’un des commentaires (que je n’ai pas réussi à le retrouver) que pour sa part, en France, il vendait tout son immobilier.
      Par ailleurs :
      « L’immobilier, qui va se faire massacrer par la vague d’impositions post 2012  » selon ses propres termes sur le post « A quoi servent les marchés financiers ? »

  22. Grégory dit :

    il faut prendre des risques (donc des actions) mais bien sûr avec une méfiance accrue dans certaines valeurs. A mon sens, il faut éviter les AirFrance, Renault, EDF, France Telecom… bref les entreprises dont l’Etat peut être actionnaire. il y a aussi des belles valeurs étrangères (Dell, IBM, Nestle, Coca…etc). Et je vois mal l’Etat français dans les entreprises etrangères.
    A ce propos, et je m’adresse à Mr Gave: le dollars remonte tout doucement (et tranquillement) par rapport à l’euro.
    A votre avis, quand l’écroulement de l’euro aura lieu ? Dès que l’Europe annulera une partie des dettes greques (inéluctable), ou dès que la France sera dégradée (2012) ?
    Merci d’avance et bonne journée
    Bien cordialement

    • glotin dit :

      bonjour,
      pourquoi vous appelez-vous Homo orcus

      • Homo-Orcus dit :

        Bonjour,
        l’homme qui aime les gallinacées…

      • Bastiat (pseudo)
        http://lafaillitedeletat.com/2011/09/14/reflexions-d%e2%80%99experience-sur-les-marches-baissiers/#comment-2768
        est devenu Homo-Orcus, celui qui aime les gallinacées… Vivants, de la basse-cour, ou dans l’assiette ? Le Coq étant ce drôle d’oiseau qui ne sait pas vraiment voler et recherche le plus haut point de la basse-cour pour y lancer son Coco-rico, n’hésitant pas pour cela à marcher dans la merde et escalader le tas de fumier, point le plus haut de la basse-cour.
        Mais depuis 1945, avec la Sécu, l’on a castré l’homme qui avait pour caractéristique d’avoir une plus profonde maîtrise du corps que la femme, homme tenant compte de ce qui lui résistait, son propre corps, pour se développer (par conséquent d’être initialement plus lent).
        Le coq castré continu de chanter à tue-tête, mais seulement « coco, coco ». Il a été amputé du rico. Voilà donc pourquoi la France est coco.

      • glotin dit :

        ben, Homo orcus, c’est moi qui l’ai inventé…

  23. clement dit :

    bonjour !
    Je me demandais si des actions de Goldman Sachs ne seraient pas un refuge…
    A votre avis?
    Merci

    • prime dit :

      @clement,
      jp chevallier disait souvent sur son blog que jp morgan était « considérablement sous évalué ». quels sont les arguments pour goldman sachs?

  24. Yann G dit :

    Juste un commentaire par rapport aux entreprises françaises dont le chiffre d’affaires se fait principalement à l’étranger : elles ne seront pas épargnées par la confiscation fiscale, au contraire.

    Je rejoins Gilles Hector. Leurs résultats seront totalement imposés, et augmentés, en France, et les convention permettant d’exonérer le résultat provenant de filiales, ayant déjà subit l’impôt à l’étranger, vont sauter (ils diront que ce sont des niches ou des avantages anormaux).

    Comptez sur la clairvoyance de l’énarchie au pouvoir pour dénicher l’argent là où il se trouve. Ils feront main basse sur le résultat des entreprises privées, tout comme ils saigneront les ménages qui auront épargné toute leur vie. Comptez-aussi sur de nouvelles lois « sociales » permettant de redistribuer les résultats faits par les entreprises, au prétexte de « justice sociale », de générosité, et de lutte.

    Dans l’inconscient collectif des français, je rejoins encore Gilles Hector, l’investissement et le profit, sont la source de tous les maux. L’investissement ne peut être que public et les profits ne peuvent être que collectivisés. Il n’y a plus de place à l’initiative privée et au patrimoine personnel.

    Nous fonçons vers une collectivisation forcée de l’économie. Je ne crois pas à la faillite de l’Etat aussi rapidement. Il y aura encore des fuites en avant, des tentatives de nationalisation et de recours à la confiscation. L’UE deviendra un avatar de l’URSS avant de plonger. Nous passerons par la case communisme avant de passer par la case faillite de l’Etat et par conséquent avant de voir émerger un nouveau projet de société. Par conséquent, l’avenir des porteurs d’actions françaises ont à mon humble avis du soucis à se faire.

    • clement dit :

      @Yann,
      je ne serais pas si certain… si les mesures prises par le gouvernement menacent les intérêts des investisseurs (surtout étrangers), l’entreprise aura le devoir de s’exiler fiscalement (dans l’intérêt des actionnaires). Dans un monde global, je vois mal un gouvernement surtaxer les revenus d’entreprises qui ont la flexibilité de se positionner n’importe où.
      Par contre, les impots sur les ventes d’actions et dividendes en France risquent de monter, je suis tout à fait d’accord.

    • PHIL dit :

      @Gilles Hector, et Yann G : vous avez totalement raison. Il semble que le mur de Berlin ne soit pas tombé, mais l’ai été simplement déplaçait plus à l’ouest.
      La Stasi est de retour dans notre nouvelle patrie l’EURSS, mais la faute à qui ?
      Les français n’adulent-ils pas le statut de la fonction public et des régimes spéciaux, véritable réincarnation des privilèges de l’aristocratie.
      Qui ne le veut point pour soi ou pour les siens. Même ceux qui seront l’avenir de la France, je veux parler de nos étudiants, n’en rêvent-ils pas ?

      N’est-il pas le sésame qui permet une vie où tout est acquit sans aucuns risque, ni efforts, de pouvoir régir la France sans véritablement rendre des comptes aux Français; Pourtant cela est écrit dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

      Art. 14. –
      Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

      Art. 15. –
      La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration

      En France, un quart des travailleurs est payé par l’état, et plus de 80% ont un statut au lieu de 1/8 et 20-25% en moyenne dans les autres pays de la CEE.
      Que recouvre ce statut ?
      L’emploi garanti à vie et revalorisé systématiquement à l’ancienneté, salaire généralement meilleur que dans le secteur privé.
      Retraite : 75% calculé sur les 6 derniers mois (dernier mois chez EDF-GDF)
      Cotisations sécu retraite : part employé inférieur au privé et part patronale payé par les contribuables.
      – Secteur privé : 50% à 60% des 25 meilleures années (15 avant la réforme Fillon), vive la réforme à la Française! )
      Réversion sans condition de ressource. Soit pour tout survivant de son conjoint fonctionnaire une réversion de 50% de la dite retraite, quel que soit le montant de ses revenus.
      – Secteur privé : condition de revenu (toute sorte de revenu) plafonné à un peu plus de 1500 euros mensuel, si vous êtes au dessus votre conjoint à cotiser pour rien (le capital est perdu, mais pas pour tout le monde)
      Majoration de la retraite (jusqu’à 75%, suivant la destination) pour ceux qui la prendrait dans les dom toms. Je passe sur les politico-Foncionnaires cumulards etc.…

      J’arréte là, ne voulant pas saturer ce blog. Ajouté à toutes ces dépenses les personnes vivants du social et vous mesurerez tout le poids électoral et social qui contrarie toute réforme.

      Si voulez que quelque chose change en France, il faut supprimer le statut de la fonction public, véritable clé de voute de tout ce système. D’ailleurs les syndicats le savent bien et le défendent bec et ongles ainsi que leur gestion des caisses maladie et retraites du secteur privé (un pillage organisé).
      Dans le sens où vont les reformes nous verrons bientôt les entrepreneurs français rentraient dans leurs HLM en Traban-renault tandis que le moindre petit rond de cuir aura la vie d’un cadre supérieur, à moins que d’ici là leur délire est succombé à la vue du montant budgétaire que devra consacrer l’état au maintien de l’ordre public.

      •  » mais la faute à qui ? »
        A mon avis, il y a imprégnation par la bande : telle « élite », tel peuple. On ne peut donc prendre à témoin le peuple contre l’élite. C’est la même mouvance. Je ne vois qu’une seule solution pour se soustraire à cette ambiance délétère : la fuite. A moins de se penser plus malin que des rats… de laboratoire, risque que je ne prendrais pas.
        Oui, le statut à vie de la fonction publique devrait être rayé de la carte, voeux pieux.

      • Homo-Orcus dit :

        C’est bien le drame de la France dont l’emblême est le coq et il me semble que ce choix n’est pas anodin.
        C’est un bestiau très con, qui se complait à patauger dans la merde et qui fait chier tout le monde aux aurores, et il est content de lui dans sa basse-cour ne pouvant accéder à la haute. J’ai l’impression d’avoir défini un fonctionnaire !
        Le plus mauvais choix fait par un homme qui n’a aucun motif de choisir mal est meilleur que le meilleur choix fait par un grand nombre de gens qui ont beaucoup de motifs de ne pas choisir bien.

    • Pascale dit :

      Tout à fait. Je crois à une soviétisation progressive et insidieuse de nos vies et de l’économie. L’État-pieuvre est en train de se loger partout. Dans quelques décennies (option optimiste car ça pourrait être plus rapide) nous serons en ex-URSS. Cela se sera produit tout doucement et même bien sagement, sans révolution. Et quelques décennies plus tard, on assistera à l’effondrement du système sur lui-même.

  25. Guy dit :

    Bonsoir, cela n’a rien à voir avec ce billet, mais avec une des remarques malheureusement passée inaperçue de m. Gave dans le billet précédent.
    M gave a parlé du début de crise de liquidités en dollar us. quelqu’un sait-il combien de temps ce phénomène peut durer et les conséquences?

  26. Grégory dit :

    @ Yann,

    de toutes façons la France est déjà un pays communiste. Si si nous cotoyons tout les jours des communistes qui s’ignorent (dans le style: je n’ai jamais voté à gauche donc je suis libéral… oops).
    Je crois que les Finlandais, les Hollandais et les Allemands vont en avoir très rapidement marre de payer pour des cocos (Grecs, Français Italiens, Espagnol).
    Et en plus, l’euro a agravé la situation … Tout (absolument tout) est fait pour que cela s’écroule plus vite que prévu.
    Quand je vois que le futur président de gauche (François Fromage ou Tartine au Brie), qui parlent d’augmenter les impôts et les fonctionnaires… Deux points me viennent à l’esprit:
    Plus ils augmenteront les impôts et moins ils en collecteront (puisque ce qu’ils nous volent, ils vont le perdre en recette de TVA) => cela se traduit par 0.
    et je ne parle même pas des fonctionnaires qu’ils embaucheront. (ils n’arriveront pas à les payer sauf à emprunter encore plus… Et là je ne crois pas que les marchés vont continuer à nous prêter)
    La panique d’anthologie en bourse sera le jour ou les marchés dégraderont la France (là il n’y a pour l’instant que des rumeurs) mais je pense que ce sera bel est bien pour 2012 quand les marchés verront qu’on ne tiendra pas notre déficit annuel de 5,7% et que la dette va exploser encore cette année.
    je rappelle qu’on a un déficit « primaire important » (puisque les intérêts de la dette sont le second budget de la France), alors la moindre variation (ou mauvaise nouvelle) dans le style: une recession va nous foutre dedans… Si la recession ne s’en charge pas: il y a le Point numéro 2: il va aussi falloir commencer à rembourser le déficit exceptionnel lié à la crise de 2008…
    Les cocos qui nous gouvernent seront MORTS (fusillés par les marchés qui ne nous preteront plus) dès 2012!

    • Pascale dit :

      Et c’est à ce moment là que les cocos crieront : « c’est la faute aux marchés, on vous l’avait bien dit que c’étaient eux les méchants »

      • Gilles Hector dit :

        Pascale et Gregory, vous imaginez la boucherie que ça va être ? Toutes ces illusions réduites en cendre …
        un déchirement jusqu’à l’intérieur des familles. Mes parents retraités et fonctionnaires et très socialistes m’écoutent parler de l’avenir de notre pays avec un mélange de consternation et de peur (1/3, 2/3) à la louche).
        Churchill parle dans ses mémoires de guerre de l’incroyable tension qui régnait à l’intérieur même des familles britanniques, entre amis de toujours, avant la débacle de 1940.

    • Homo-Orcus dit :

      Le credo socialiste
      « Responsable mais pas coupable » – C’est se donner le droit aux erreurs les plus dramatiques et un moyen de se maintenir au pouvoir selon le principe de l’aveu par un acte d’attrition et non de contrition. L’attrition ne reconnait qu’une faute dans la conséquence de la cause, mais pas la cause elle-même, et ainsi de se ménager une conscience toujours propre malgré les mains sales.
      « L’égalité » – Si tout le monde ne peut réussir, alors il est préférable que tout le monde échoue et de constituer des délits de réussite pour punir.
      « L’impôt politique » – qui est avant tout un outil de propagande afin d’opposer les purs et les impurs. Ce qui entraîne les conséquences suivantes :
      Maintien du droit de propriété afin de pouvoir taxer le patrimoine et exploiter ceux qui travaillent dans la sphère privé. Développer sa basse-cour, par la création d’une nomemklatura, par des entreprises sans concurrence et en faillite chronique masquée par des subventions et une comptabilité tronquée.
      Des placards dorés tels que le CNRS, le Sénat, le Conseil Constitutionnel, des comités Théodule à foison… Des administrations, état dans l’état, Bercy et l’éducation nationale, les Urssaf, sécurité sociale. Le tout appuyé par des syndicats, des associations et des écoles. Une législation spécifique au privé, une règlementation tatillonne, aussi contraignante qu’elle est laxiste pour les camarades, l’activité portuaire, le livre, les transports, la recherche.
      La justice qui dans les faits n’est qu’une autorité mais en aucun cas un pouvoir, est la gardienne du credo. Par exemple elle ne jugera jamais un crime communiste et ce déni de justice est devenu une jurisprudence avec l’affaire Boudarel.
      Les Français sont bien soumis à un régime communiste beaucoup plus insidieux que le soviétique. Ce qui m’attriste, c’est qu’il a pu s’installer et réussir jusqu’à maintenant auprès de ce peuple que de Gaulle considérait comme « des veaux ».
      La chute du socialisme est inéluctable comme celle du communisme et de manière plus rapide (40 ans au lieu de 70) mais dans quelle condition, implosion comme le stalinisme ou explosion ? Je pencherais pour l’explosion du système socialiste des FPIGS. Ne sous-estimons pas le maoïsme qui n’a pas fini de mourir ni le poutinisme qui va bientôt terminer sa phase consulaire pour rentrer dans celle de l’empire. L’histoire carbonée, révolution française/russe est impressionnante ! – (J’entends par socialisme toute la mouvance entre les extrêmes.)

  27. El oso dit :

    Le français moyen est paradoxal, il est à juste titre réputé le plus râleur des européens, mais en revanche il est comme fasciné par l’état et sa toute-puissance…
    Survivance de l’esprit monarchique chez les uns, de l’état socialiste dictatorial chez les autres, nous avons une étrange convergence qui nous explique la primauté du fonctionnaire.
    Qui oserait en finir avec leur statut alors que le personnel politique est trop souvent issu de ses rangs et que personne ne veut voir la France bloquée par la grève massive de ces mesiieurs et dames. Je vous fiche mon billet qu’ils bénéficieraient de la sympathie générale…Ah, nos services publics, notre orgueil collectif… Notre exception française…

    • Homo-Orcus dit :

      Finalement nos fonctionnaires sont des grévistes patentés et syndiqués. Quand ils font grève c’est qu’ils déclarent officiellement qu’ils ne foutront rien ! et quand ils font semblant, ils grèvent les budgets. Mais il me semble que la grève n’est pas très éloignée d’une noyade possible.

  28. Gilles Hector dit :

    La tutelle Allemande annoncée par Charles Gave est en train de se mettre en place.
    en voici le premier signe avec la proposition faite par les consultants de Roland berger, largement téléguidée par les Allemands
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110928trib000652367/le-plan-secret-allemand-pour-sauver-la-grece-.html

    Idée intéressante. Je passe sur l’auteur de l’article d’un parti pris juste effarant (tout est dans le titre : ruiner les spéculateurs)
    Quand à cantonner les actifs grecs dans un structure adhoc, oui cela vaudrait la peine d’être tenté. Il y a des mais : cela revient à dépouiller les grecs et leurs élus de leur souveraineté. Voilà la tutelle allemande qui s’annonce pour tous les pays en défaut.
    Je doute que les grecs qui n’arrivent pas à se mettre d’accord entre eux accueillent cette idée à bras ouverts. Ils n’auront peut être pas le choix.
    Deuxième mais : cela revient à refaire un emprunt de 145 Md € pour financer l’acquisition de cette structure et investir 20 Md € pour restructurer ces actifs. Vous êtes d’accord pour payer ? moi non. Sera-t-on consulté ? J’en doute tant nos élus veulent tout faire pour sauver leur système, leur fonctionnaires, leurs jobs et leur Europe.

    Comme nous l’a enseigné Charles Gave, cela ne résoutra pas le probleme de compétitivité des Grecs, cela revient à reculer pour mieux sauter.
    Non, il n’y a que 2 solutions possibles.
    La première hautement improbable : sortir de l’euro, privatiser, baisser massivement les impôts.
    La deuxième plus réaliste : que Dieu vienne sur Terre avec une armée d’anges pour nous sauver de la panade.
    Amen

    • El oso dit :

      Ii me semble, Gilles Hector, que vous avez oublié le plus vraisemblable, l’atterissage d’ovnis sur le parthénon, et le débarquement de petits hommes munis de mallettes…

  29. Grégory dit :

    @ Gilles Hector:

    A propos de ruiner les speculateurs… j’ai une simple question :
    L’etat a été en déficit pendant 30 ans (au minimum). Pour combler son déficit, il a emprunté (un peu trop surement).. Mais tout emprunt est lié à des intérêts (logique). L’ensemble des deficits passés s’appellent la DETTE (dont les intérêts représentent le premier budget de la France). Nous avons du mal à payer les intérêts des dettes passées (liées aux déficit structurel depuis 30 ans ajouté au déficit « bonus » lié à la crise de 2008. (Et encore les banques ont remboursées et payées des intérêts…): maintenant voilà ma question: ils sont ou les spéculateurs dans cette histoire ?

    Je crois surtout qu’ils vont enc… les pauvres fourmis qui ont des assurances vie (placement préférés des français) et bourrés d’obligations d’Etats (Grecs Italiens…) Lorsque quelqu’un à 1 assurance vie avec (au hazard: 1000 euros d’obligations grecs). Il est à priori certain que cette pauvre fourmi vers son capital de 1000 divisé par 2 lorsque l’Europe et le FMI annuleront 50% des dettes de cet Etat. (un peu comme les emprunts russes à une autre époque).
    Il ne lui restera qu’un joli bout de papier pour pleurer.
    A +

  30. Athéna dit :

    Monsieur Gave,
    que pensez-vous du fameux FESF adopté glorieusement par le parlement allemand ? Pensez-vous, comme le dit certains analystes, qu’il agisse de « subprimes » à l’Européenne et une cavalerie budgétaire qui ne résout en rien le problème de fond ?
    Cordialement.

  31. prime dit :

    certains disent que les industriels et les politiques(quelque soit les partis) allemands soutiennent l’euro, contrairement au sentiment hostile de la population. le récent plébiscite au bundestag semble leur donner raison…l’euro aura peut-être la vie plus dure que nous le pensons tous sur ce blog…peut-être..??
    la nouvelle zélande qui perd son triple A, la france le conserve, ca laisse une impression bizarre, non?

  32. Gilles Hector dit :

    Il faut bien comprendre un point crucial : Tout le monde a quelque chose à perdre dans la disparition de l’état providence et pas seulement les fonctionnaires et les syndicalistes. Les artisans, intermittents du spectacle, chômeurs, malades, retraités, entrepreneurs, banquiers, patrons du CAC 40, élus, etc … Rares sont ceux qui font passer l’intérêt commun au dessus des calculs court termiste du genre qu’est ce que je vais perdre. Parce que nous allons tous perdre quelque chose.
    Il ne s’agit pas de l’aternance entre démocrates et républicains dans un pays qui a toujours cru en la démocratie et la libre entreprise. Il s’agit d’une rupture brutale, complète, d’un effondrement qui terrorisent tous ceux qui ont plus peur de perdre que de gagner. Qui répulsent tous ceux qui trouveront injuste que lors de la privatisation de l’éduction nationale ou de la sncf (soyons fou mais pas tant que ça), des anciens fonctionnaires de l’éducation, dirigeants ou syndicalistes de sncf s’emparent des commandes dune faculté, d’un lycée ou d’un ligne de TGV devenus privés. Parce que la sécu deviendra privée et que tout le monde ne sera plus assuré, parce que les retraites seront individualisées et que ce sera beaucoup plus dur de toucher une retraite quand on aura pas mis des sous de côté. Parce que les élus seront au pain sec et devront bosser une fois leur mandat non renouvelable terminé.

    Donc tout le monde refuse de regarder la réalité parce que tout le monde espère repousser le plus longtemps possible l’inévitable. Les médias, les élus, les banques, les analystes, … Comme un sujet tabou. On sait tous que l’état providence est un voleur et que Madoff n’est que son prophète. Mais tant qu’on peut encore en profiter un peu. Juste un peu. Avant que la musique ne s’arrête.

  33. Nam dit :

    Trois vidéeos très bien faites si on se retrouve embourbé dans une discu avec un étatiste:

  34. Yann G dit :

    @ Prime :

    En ce qui me concerne, je ne partage pas du tout l’idée que la faillite de l’Etat qui s’annonce, tuera d’une quelconque façon le social clientélisme.

    Bien au contraire. La bête se transformera d’abord en monstruosité communiste.

    Il faut bien comprendre que l’Etat social- clientéliste est une hydre à plusieurs têtes. Vous voulez lui couper la tête ? Il en repoussera le double. De comités en commissions. D’observatoires en missions, de directions en sous-directions.

    Elle accusera les préteurs de la dette qu’elle aura accumulée. Elle désignera des coupables : elle rendra la spoliation légale, justifiée par de faux prétextes moraux.

    Vous pensez avoir vu le pire ? Attendez. Vous n’avez rien vu. Elle poussera le paroxysme de l’endettement jusqu’au bout. Elle doublera, triplera les impôts. Et quand le pays commencera à sentir les ravages de l’inflation, comme Chavez, elle nationalisera.

    Elle accusera le capital d’être le responsable. Elle organisera la haine. Elle passera des lois confiscatoires. Elle condamnera les récalcitrants. Elle dépossèdera. Elle abolira. Elle proclamera l’égalité financière au nom de la solidarité et de la générosité.

    In fine : le communisme. Pure et dur. Et les veaux shootés aux allocations lui donneront raison. Ils descendront dans la rue pour réclamer du sang. Pour s’approprier ce qui restera de propriété individuelle.

    Ah je sais, cela vous paraît pessimiste et impossible en France. Mais la France a déjà enfanté des monstres idéologiques qui perdurent encore aujourd’hui. Elle est capable du pire. Et si les politiques avaient un sursaut de clairvoyance diriez-vous ?

    Alors dans ce cas, les veaux se révolteront, brûleront, saccageront, lyncheront.

    C’est un naufrage et il n’y aucune solution pour renflouer le paquebot France.

  35. wijngaards dit :

    Je crains que vous avez raison et même les actions ou lingots ne valent plus rien .
    Les bolchéviques ont montré où ça nous amène bien que Mao et quelques autres pol pots, viètnam ou corée du nord ne sont pas inférieur.
    je viens de visioner des immages de Berlin en 1936 puis 9 ans plus tard qui montre que les choses peuvent changer rappidement

  36. Pascal dit :

    Charles Gave, vous n’y connaissez rien, la Chronique AGORA annonce l’or à 5000$

    • prime dit :

      prendre agora comme référence? ridicule. il y a pas plus clientéliste et racoleur que agora. mais qu’est ce qu’ils n’annonceraient pas pour attirer les pigeons!

  37. Nam dit :

    La chronique AGORA a t elle seulement par le passé anticipé les retournements majeurs ou bien ne fait elle que prolonger les tendances existantes? 😉

  38. Nam dit :

    Quand je commence à voir des émissions sur la 6 avec des Mme Michue qui achetent de l’or pour investir, je me dit qu’il faut s’enfuir du marché et en vitesse.

  39. papiche dit :

    Moi, je remarque juste que mr Gave n’a pas encore commenté un seul commentaire. Fait rarissime.
    Apparemment la mise en perspective de la valeur des monnaies / or sur 100 ans le laisse sans voix….

  40. Homo-Orcus dit :

    J’ai déjà abordé la confusion mentale des politicards et il m’en faut ajouter une nouvelle.
    La fonction et l’organe ; dans l’ordre naturel donc intelligent, c’est la fonction qui crée l’organe.
    Pour le politicien c’est le contraire, il fabrique l’organe pour des fonctions qu’il impose ou inverse les données pour sa démonstration.
    Par exemple : « la démocratie, c’est la liberté individuelle et la liberté d’expression », faux, les libertés individuelles et d’expression amènent à la démocratie. Il est important de respecter l’ordre car la première définition permet d’éliminer la liberté économique dans le style « je n’ai jamais dit que la démocratie impliquait la liberté économique ! » – La route de la servitude de Friedrich Hayek prend tout son sens.
    C’est ainsi que nous acceptons que nos politiciens nous parlent d’économie comme les aveugles des couleurs.

    Les seize premières pages suffisent à se faire une idée de notre société ou de notre maison de force, architecture de servitude (informatique aujourd’hui, naturellement ; mais quand même Bercy…)
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k114009x.r=le+panoptique.langFR

    • PHIL dit :

      Info News : Deux Français sur trois seraient éligibles à l’occupation d’un logement social, voyons cela en détails.
      Il existe trois types de logement social définis par les acronymes suivants:
      – PLAI : logement très social
      – PLUS: logement social intermédiaire
      – PLS : logement social supérieur
      Plafonds de ressources qui donnent droit au sésame :
      – Une personne seule : PLAI = 10572 €, PLUS = 19225 €, PLS = 24993 €
      – Jeune couple seul ou famille avec un enfant : PLAI = 18524 €, PLUS = 30874 €, PLS = 40136 €
      – Famille avec deux enfants = 20612 €, PLUS = 37272 €, PLS = 48454 €
      – Famille avec quatre enfants = 27178 €, PLUS = 49414 €, PLS = 64238 €

      Ces informations sont tirées du journal régional Sud-Ouest (La Pravda Locale).

      En sachant que la loi exige un ratio de 20% de logements sociaux sur le total des logements neufs construis dans chaque commune de plus de 3.500 habitants. Leurs financements et leurs gestions sont faites par les collectivités locales. Chers propriétaires privilégiés ne vous étonnez pas si votre taxe foncière, et d’habitation augmente un peu plus tous les ans, ce n’est pas du social, mais simplement de la physique, n’avez-vous jamais entendu parler des vases communicants ?
      En augmentant les plafonds, les politiciens locaux accroissent leur clientèle potentielle
      Ainsi, l’organisme social perd son âme en dilapidant le bien commun au profit de personnes non nécessiteuses.
      Ajouté le fait que les1/3 des revenus des Français vient du social.
      Le social clientélisme n’a pas peur de la crise.

      • Gilles Hector dit :

        Autre façon de voir les choses pour le logement social :
        Une étude de l’UNPI a montré en 2011 qu’avec les 45 Md d’euros (excusez du peu) que l’état et les collectivités territoriales consacrent chaque année à ce délicat sujet du logement, on pourrait loger 6 millions de foyers. Pour vous en convaincre, divisez 45 milliards par 6 millions, vous trouvez un loyer annuel moyen de 7500 euros). De quoi résoudre d’un coup la crise du logement, remiser le DAL aux oubliettes. Oui mais, voilà c’est surprenant mais on est terriblement loin du compte. Alors où passent ces milliards collectés avec nos impôts d’aujourd’hui et de demain ? Et bien demandez par exemple aux 80 000 salariés des HLM avec quoi ils sont payés. Sans oublier le fonctionnement des collectivités territoriales, de l’état. La concurrence absurde entre ces organismes. Sans oublier la concurrence avec le secteur marchand qui lui saurait mille fois mieux gérer ce parc que le secteur public dans lequel la corruption et le favoritisme sont une plaie connue de tous : faveur pour obtenir un logement par exemple.

  41. Anonyme dit :

    la chasse aux canards laqués!

  42. Grégory dit :

    Un point m’épate encore et toujours… Ce sont plus que des génies qui nous gouvernent. Ils ont pour objectif de revenir à un Deficit de 3%. en 2014 ou 2015.. Franchement, il ne faut pas se voiler la face: un déficit reste un déficit est viendra donc augmenter la somme des déficits passés (c’est à dire la Dette).
    Pas un journaliste, pas un politique, (bref pas une personne pouvant avoir un minimum d’influence) ne dit ouvertement: il faut arrêter avec les conneries de déficit.
    Bien sûr, la France tombe (et à mon sens, mettra un genou à terre en 2012) par son incapacité à réduire les déficits et par une crédibilité extra. Leur budget pour 2012 est basé sur 1,75% de croissance que nous atteignons lorsque le monde fait 5% de croissance. Franchement, les agences de notation ne devraient plus trainer (j’allais même dire: enfin)…. Ils multiplieront les impôts mais se rendront vite compte qu’ils n’en auront pas plus. (parce les rentrées de TVA) vont s’écrouler.
    Le communisme en URSS a tenu 70 ans , le communisme à la française ne fera pas mieux (la secu, (…e)tc ont commencé en 1945,) : le communisme français tombera donc au plus tard en 2015.
    Nous n’en sommes qu’aux premiers signes.

    • PHIL dit :

      @Grégory, Difficile de dire jusqu’à quelle profondeur nos grands timoniers vont nous faire
      Couler.
      L’URSS avait commis les erreurs mortelles d’avoir bâtit son économie sur un système 100% communiste sensé apporter à tout son peuple le paradis sur terre (les religions ne vous le promettent qu’à titre posthume)
      En France, l’économie communiste représente surement plus du tiers, et la belle vie n’est promise qu’à ses fidèles tant que les sous citoyens du système privé accepteront leur sort et feront tourner la baraque. D’où sa lente agonie.

      La Russie post-communiste est le premier exportateur de pétrole au monde, détient 25% des réserves de gaz naturel ect…Et ne se prive pas de s’en servir comme arme de représailles à l’encontre des pays qui contrarient sa vision géopolitique, même l’Allemagne est de plus en plus dépendante du gaz russe.
      De plus elle se réjouie du réchauffement climatique qui va lui permettre d’exploiter les ressources du sous-sol sibérien restées jusqu’ici inaccessibles.
      Je rajouterais qu’elle attend avec impatience les diatribes des dirigeants écologistes au sujet des catastrophes écologiques à grandes échelles laissées par le régime communiste : centrales nucléaires obsolètes, essais nucléaires atmosphériques, rejets de tonnes d’hydrocarbure et produits chimiques dans l’atmosphère, le sol et les fleuves, sous marins rouillés coulés avec leurs réacteurs nucléaires dans ses ports ect…
      Joly, Hulot, Cohn-Bendit… préfèrent rester en France ou au parlement Européen pour continuer à mordre la main qui les nourrit.
      Notre salut est dans la croissance, car point de trésors cachés dans notre sous sol.
      Mais n’aillez crainte elle va arriver, nos grands prêtres intermittents de la politique ont aperçu de bonnes augures dans les viscères d’animaux qu’ils consultent régulièrement.

  43. Gilles Hector dit :

    Si si Phil, vous oubliez le gaz de schistes. Mais Cohenbandit et pasjolyjoly s’en sont déjà occupés. Total et GDF Suez ne pourront pas les exploiter ni même étudier la faisablité de l’exploitation. Le parlement et le gouvernement ont mis le holà.
    Vous avez raison, ils mordent la main qui les nourrit et ils la bouffent. Ce ne sont pas seulement des voleurs, ce sont aussi des imbéciles.
    Ce qui prouve à fortiori le postulat de Frédéric Bastiat qui pensait que les protectionnistes étaient sincères et n’agissaient pas pour leur intérêt propre.

  44. Anonyme dit :

    Alain, j’aurais tendance à te dire justement, compte-tenu de la crise, si tu le peux, garde tes biens immobiliers.
    Même si ça baisse, tu retomberas toujours sur tes pieds.
    La France manque cruellement de logements.
    Amicalement.
    Marc

    • petitrader dit :

      Je suis désolé, mais je répondais à un certain Alain et je me suis retrouvé posté sur une autre file, et avec un pseudo qui n’est pas le mien. Mon pseudo est petitrader…

  45. AMEN dit :

    Ce ‘est pas deux défaites qui mettra à genoux la grande ALLEMAGNE.L’EUROPE sera Allemande ou ne sera pas.Nous allons vous mettre à genoux et petit à petit nous allons instaurer une EUROPE des patries, débarrassée des parasites.

Les commentaires sont fermés.