Ce que je sais

Comme je n’ai cessé de le clamer depuis trop longtemps, l’Euro est en train d’amener l’Europe dans un désastre d’autant plus inimaginable qu’il n’était pas nécessaire. Du coup, beaucoup de lecteurs, impressionnés par ma capacité à prévoir ce coup là, Madame Irma, me demandent : «  Mais qu’est qui va se passer maintenant ?»

La réponse est simple : je n’en ai pas la moindre idée. Les génies qui ont crée l’Euro ont bâti un système qui ne peut pas marcher et dont on ne peut pas sortir. Prévoir ce qui va se passer, c’est essayer d’être rationnel  dans un asile de fou, tâche impossible s’il en est.En revanche, si je n’ai aucune idée de ce qui va se passer dans les semaines ou les quelques mois qui viennent, je sais très bien ou nous en serons d’ici deux ou trois ans. Et donc, la solution pour l’investisseur doit être de construire son portefeuille en prenant en compte ce que nous avons déjà avec une grande certitude. Mais « qu’est-ce que c’est, mais qu’est ce que c’est », me demande alors le lecteur prudent.

Ce que je sais :

1.       Tout ou partie de l’Europe a vécu au dessus de ses moyens, parfois depuis des lustres, en empruntant pour « stimuler la consommation » et donc  financer des déficits budgétaires qui à la longue sont insoutenables. Cela veut donc dire que la consommation Européenne a été  déterminée par la somme (argent gagné+ argent emprunté). D’ici très peu de temps la consommation va devoir s’aligner sur une nouvelle loi d’airain puisque nous ne pourrons plus emprunter qui sera consommation=argent gagné – remboursement de la dette passée. Nous allons donc tout droit vers un effondrement de la consommation en Europe. La  première conclusion financière est donc toute simple : n’avoir aucune valeur de consommation dans son portefeuille.

2.       Cet écroulement inéluctable de la consommation veut dire que la consommation de matières premières et de pétrole va beaucoup baisser en Europe et que donc le prix du pétrole et des autres matières premières  va baisser fortement.  Quand l’Asie a sauté dans des circonstances similaires en 1998, le prix du pétrole est passé en quelques semaines de $ 22 dollars par baril à $ 10 dollar par baril. Il faut donc vendre toutes les valeurs de matières premières.

3.       Cette baisse des matières premières est équivalente à une forte baisse des impôts pour les Etats-Unis et l’Asie. On peut donc y acheter des valeurs de consommation locales ainsi que de l’immobilier et des financières, surtout en Asie.

4.       Cette baisse de la consommation va se traduire par une forte récession en Europe. Comme une grande partie des recettes fiscales sont indexées sur la TVA, laquelle repose sur la consommation, les recettes vont s’effondrer et donc les déficits budgétaires vont exploser. Comme les taux d’intérêts sont très supérieurs aux taux de croissance, le financement de la dette étatique va devenir impossible et il nous faudra reformer les dépenses étatiques dans la douleur, un peu comme la Grèce et l’Espagne sont en train d’en faire l’expérience. Il ne faut donc pas avoir une action d’une société qui aurait l’Etat comme client, ou que l’Etat contrôlerait.

5.       La dette étatique qui à été crée à tout va depuis si longtemps n’a financé aucun actif productif mais juste des transferts sociaux pour gagner des voix à la prochaine élection. Cette dette constitue le principal actif de tout le secteur financier et elle ne vaut en aucun cas sa valeur à l’achat. Le secteur financier est donc en faillite virtuelle. Comme je le dis depuis des mois et des mois, il ne faut avoir aucune valeur financière.

Résumons nous en revenant aux grands économistes du passé.

  • Il faut vendre tout ce qui a prospéré en s’appuyant sur des analyses keynésiennes ou Marxistes et qui bénéficiât de la croissance ininterrompue d’un Etat obèse.
  • Il faut vendre tout ce qui touche de prés où de loin à Malthus (trop de Chinois, pas assez de pétrole) puisque nous rentrons dans une période ou il va y avoir trop de pétrole et pas assez d’Européens qui pourront l’acheter.
  • Il faut acheter Schumpeter, c’est dire toutes les sociétés à forte valeur ajoutées intellectuelles, l’endroit où elles sont cotées important peu.
  • Il faut acheter Ricardo, c’est-à-dire les valeurs qui participeront aux investissements d’infrastructure au Brésil, en Chine, en Inde, etc.., la encore l’endroit ou elles sont cotées n’ayant aucun intérêt encore une fois.Il faut avoir son cash en dollars et ses obligations en monnaies asiatiques pour les raisons que j’ai souvent mentionnées dans le passé.Il faut construire ce portefeuille dans les semaines qui viennent tant le dénouement de cette crise se rapproche. A ce stade, Pythie ou Cassandre, je laisse le lecteur choisir.

C.G

Publicités

A propos IDLibertés

L ‘Institut des Libertés est un think tank indépendant. Constitué sous la forme d’un fonds de dotation (loi du 4 août 2008), l’Institut des Libertés est enregistré auprès de la préfecture de Paris. Notre souhait aujourd’hui au travers de l’Institut des Libertés est de tenter de proposer des pistes de réflexions libérales, sur des sujets aussi vaste que l’Economie, la Finance, les Sciences , la Littérature ou la politique. Sans tenter de professer un catéchisme ni d’influer politiquement, L'institut des Libertés se propose comme une plateforme de parole alternative ou tout un chacun serait libre de venir contribuer institutdeslibertes@gmail.com. Redonner enfin au libéralisme son vrai visage; non pas celui d’une finance sans foi ni loi mais bien celui du siècle des lumières, profondément humaniste et fervent défenseur des libertés individuelles.
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

78 commentaires pour Ce que je sais

  1. Homo-Orcus dit :

    Je pensais que vous êtiez madame Soleil car vous en connaissez un rayon.

  2. syfe dit :

    Vous faites le parie de la récession
    C’est en effet possible mais de toute facon si une recession telle que vous la décrivez arrive nous auront au mieux des révoltes/guerres civiles au pire des guerres
    Donc si vous voyez juste je ne suis pas sur que le problèmes des francais dans les années a venir seront leur action/obligation …
    L’autre posibilité est que les allemands lachent prisent ou quittent l’europe et qu’une inflation forte pour pas dire une hyperinflation soit mise en place
    La vous aurez tout faux de A à Z
    La cigale et la fourmis s’affrontent en ce moment qui va l’emporter ?
    L’humiliation économique a été infligée à l’allemagne en 1918 et on a eu la WWII si l’allemagne inflige l’humiliation économique à l’europe l’histoire resservira le plat et pourtant il est infect …

    • patrick-vincent@club-internet.fr dit :

      On se dirige, semblet-il, vers un compromis franco-allemand : plus de controles extra-nationaux et harmonisation des fiscalités (pour faire plaisir aux fourmis allemandes) et créations d’eurobonds achetés par la BCE, comme aux USA (pour faire plaisir aux cigales françaises.

      Si ce scénario aboutit, nous devrons équilibrer notre budget, sous peine que notre copie soit renvoyée ; cela veut dire qu’il faudra supprimer 100 milliards de dépenses ou augmenter de 100 milliards les recettes fiscales, ou un mix des deux.

      Cela signifie bien une baisse du pouvoir d’achat des Français, donc des rentrées fiscales à la baisse, donc encore plus d’impôts, etc…le cercle vertueux devient très vicieux pour le contribuable-citoyen.

      Donc Charles a raison ; la consommation vé s’écrouler. Reste à savoir si la purge sera progressive ou brutale.

      J’ajoute que la baisse de la consommation en Europe est une très mauvaise nouvelle pour la Chine, car cela signifie baisse importante de la production et chômage galopant.

      Le corollaire à cette situation est, très certainement, des mouvements sociaux très importants, en Europe mais aussi dans les pays émergeants.

      Il n’est pas facile de changer de paradygme économique sans douleur.

      • Fred G dit :

        Encore faut-il
        – que ces modifications franco-allemandes se mettent en place très très très rapidement, l’année 2011 n’est pas terminée pour les adjudications,
        – qu’elles soient acceptées par les autres pays de l’Union (la Commission, en tous cas,, semble contre et je crois avoir lu que certains pays aussi),
        – que l’austérité fiscale induite ne nous entraîne pas dans une spirale infinie de chute de nos économies.
        Quant aux Eurobonds, s’ils doivent se mettre en place : plus longue sera la chute. J’espère bien que les Teutons ne céderont pas.

      • asse42 dit :

        La dictature qui contrôle l’ état franco-allemand veut…mais nous on veut pas!
        http://litinerantcitoyen.wordpress.com/2011/11/30/vivement-le-retour-au-franc/

  3. bouchet dit :

    faut-il acheter du dollar US ou canadien
    pourquoi pas du franc suisse?

    • Théo31 dit :

      Le franc suisse est indexé sur l’euro depuis quelques semaines. A mon avis, c’est donc un très mauvais choix.

      • Phacéo dit :

        La couronne Danoise aussi est indexé sur l’euro, pourtant elle avait les faveurs de CG. Un Esprit éclairé peut-il m’expliquer pourquoi?

      • Phacéo dit :

        N’y a-t-il vraiment personnes qui ne soit capable de nous donner une réponse ?

  4. Fred G dit :

    Merci Charles de Nostre-Dame !

    Je plaisante sur le même ton que vous, j’apprécie beaucoup vos articles pour leur fond (merci de nous aider) et leur forme (plus clair c’est difficile).
    Très intéressant article qui me semble plein de justesse d’analyse et dont je pense suivre les recommandations (je passe un temps fou à suivre l’actu économique en ce moment, sur zerohedge.com par exemple, pour essayer de savoir ce que je peux bien faire de mon épargne (liquide, actuellement).
    La seule question que je me pose concerne votre conseil sur le dollar. La situation US n’est guère brillante. Certes le dollar est la monnaie de réserve, mais je me demande si l’Amérique n’aura pas quand-même, et malgré votre remarque sur la baisse du prix du pétrole, quelques petits soucis à son tour.

    • patrick-vincent@club-internet.fr dit :

      Vous avez parfaitement raison. Une baisse drastique de la consommation en Europe pénalisera les exportations des Etats-Unis qui risquent, eux aussi, de tomber en récession.

      En fait, c’est la planète entière qui sera en récession.

      Pour ce qui est du dollar, j’ai l’impression que Charles fait le pari que l’euro va disparaître. Alors, évidemment,, ce sera bon pour le dollar.

      • marshwall dit :

        Je dirais meme plus concernant le dollar, la valeur des actifs europeens privés/ publics detenus par les fonds de pension Americains risque de prendre un sacré coup ,

    • vivelafrance dit :

      c’est la question apparemment que beaucoup d’économistes se posent car meme si l’euro chutent il ne semble pas certain que le dollar prennent de la valeur étant donné la situation au usa dette de 15000 milliards de dollars wouaaaaaaa!!!!!!!! grace à bill clinton bush suivie de obama c’est l’explosion de la dette. Les républicains seront réelu à coup sur mais cette fois ci ils vont arrete de financer les guerres.Les deficits commerciaux pourrait baissé aussi si la chine se concentrent de plus en plus sur son marché interieur comme c’est de plus en plus le cas auj ce qui pourrait redonner plus confiance au dollar.
      En gros si les usa n’était pas autant endetté je n’ose imaginer la chute brutal de l’euro face au dollar. Certains speculent sur le yuan en attendant une futur hausse
      Si le yuan devient flottant les benefices peuvent etre enormes

  5. El oso dit :

    Lumineux…
    Mais je resoulève une objection que j’avais déjà exprimée antérieurement: comment diable peut-on faire la moindre confiance au dollar, alors que les Etats-Unis sont bien plus endettés que quiconque? La dette totale est supérieure à trois fois et demie le PIB. Alors qu’en Europe, on est beaucoup plus bas.
    Dollar australien peut-être? Triple A, même chez Fitch…

  6. vivelafrance dit :

    C’est clair !!! merci monsieur gave pour ce nouvel article !!!!!
    La TVA représente je crois 60% des recettes de l’état Français.
    Il va falloir tenir compte de la déflation car les banques ne pretent plus les entreprises baisse leur investissement dans l’ensemble et la consommation va chuter. Mais avec l’augmentation du chomage et la baisse des salaires pour les entreprises en difficulté cette baisse de prix ne contribuera pas à un maintien du pouvoir d’achat des ménages.
    Cela fait plusieurs semaines que je lis tous les jours les échos et je dois avoué que je n’avais encore jamais vu ça. paradoxalement les sanctions des agences de notations sont une bonne chose je pense car cela incite ces pays communistes comme la France à se réformer plus rapidemment.
    Je savais que les chinois ne voudrait pas investir dans le FESF ce dispositif n’a d’ailleurs fait que grossir la detteet est une perte de temps.
    Mr gave ne pensez vous pas que la BCE aurait pu intervenir avant pour éviter la hausse des taux d’interet par ex en Italie ? Puisque son role est d’intervenir en cas de récession qu’est ce qu’elle attend pour monétiser la dette des états?
    L’Allemagne prétend que cela creerait de l’inflation ?
    COMMENT POURRAIT-IL Y AVOIR DE L’INFLATION EN PLEINE PERIODE DE RECESSION ECONOMIQUE je voudrai que l’on m’explique ?

    • Ben Ichou dit :

      COMMENT POURRAIT-IL Y AVOIR DE L’INFLATION EN PLEINE PERIODE DE RECESSION ECONOMIQUE je voudrai que l’on m’explique ?

      Parce qu’il faut rembourser à une date T les bons du trésor émis il y a 4 ou 8 ans ou 10 ans.
      Si personne n’en achète de nouveau xbons (creuser un nouveau trou pour combler un trou), il faut quand même payer. Ce que l’on fait avec la planche à billets si c’est autorisé.
      Cette création de monnaie ne correspond pas à une création de valeur, donc la monnaie perd de se valeur, se déprécie.
      C’est le mécanisme classique d’un état indépendant qui crée de l’inflation en monétisant sa dette. impossible en EURSS puisque BCE n’a pas le droit.

      Mais on est pas sauvés de la hausse des prix pour autant… comme la récession diminue la création de richesse, il faudrait ajuster la masse monnétaire de billets en circulation à la valeur créée par l’économie pour que notre monnaie conserve son crédit (en gros, retirer des billets de la circulation pour organiser la rareté et conserver son cours par rapport aux autres monnaies)
      Mais on ne le fait pas. (Et on peut pas le faire puisque sinon, les billets iraient aux marchés et y’aurait plus aucun billet aux distributeurs de banque. Je te raconte pas les émeutes.)
      Donc la monnaie se déprécie, elle perd de son crédit, de sa valeur, par rapport aux autres monnaies.

      Ce qui provoque la hausse des prix que tu constates est une dépréciation de l’euro par rapport aux autres monnaies dont le dollar.
      Regarde le cours par rapport au dollar, monnaie d’échange internationale. Tout ce que nous importons nous est facturé en dollars même si tu payes en euros au magasin.

      l’euro était à 1.5 dollars y’a pas si longtemps. ce qui veut dire que ce qui coûtait 3 dollars nous coûtait 2 euros.
      Maintenant, c’est 1 euro = 1.33 dollar. ce qui coute 3 dollars nous coûte 2.25 euros.
      On a perdu 1/8 de notre pouvoir d’achat sur tous les biens que nous importons.
      C’est mathématique.

      • vivelafrance dit :

        je pose cette question alors que je connais la réponse mais ton analyse est clair, très clair.
        je comprends bien le probleme mais je te remercie quand meme de ta part

      • vivelafrance dit :

        Je reste persuadé que des reformes structurelles rapides suivi de fortes devaluation en sortant de l’euro pourrait resoudre les problemes mais le probleme c’est qu’il serait bien difficile de relancer les exportations dans le contexte actuel. Pour cela il faudrait etre sur de son coup sinon ça serait la catastrophe et on connais la suite!!!!!!!

    • syfe dit :

      La seule chose que savent faire les états face à une dette c’est imprimé de la monnaie
      Cela fut toujours ainsi et sera toujours ainsi !
      Même Rome avait déprécié sa monnaie en changeant sa composition !

      Une récession mondiale cela se finira par une guerre mondiale !
      La recession c’est le suicide économique l’inflation c’est l’eutanasie des rentiers
      Entre les deux je choisis l’inflation !
      L’inflation se maitrise facilement en jouant sur les taux, la déflation quand c’est partie à part des taux négatifs c’est une spirale sans fin qui mène à la guerre.
      Pendant que j’écris ces lignes une info tombe :
      http://www.boursorama.com/actualites/action-coordonnee-des-banques-centrales-pour-soulager-les-banques-c2c449b909791cc24199e9e60ef976d6
      le gold remonte a pres de 1750

      les allemands la fermeront et prendront leur perte (ils ont su prendre les gains) ou ils quitteront l’€
      Perso je mise sur l’inflation et si j’ai tord je suis pas sur qu’en 1940 les actions/obligations s’echangéaient mieux que les biens réels
      Nous somme a un tournant historique faites vos jeux rien ne va plus …

      • vivelafrance dit :

        absolument d’accord avec toi!!!! rien à dire!!!! c’est de la pure logique économique
        La spirale deflationniste est bien pire effectivement puiqu’elle ruine l’emprunteur et au final le creancier ou le rentier tout le monde passe à la casserole

  7. petitrader dit :

    Excellent article !
    Le problème de l’euro ressemble de plus en plus à une pelote de laine dont il est bien difficile des démêler les fils…
    Amicalement.

  8. Kun dit :

    Bonsoir,
    Merci pour cet article.
    Quels sites sont de la qualité de celui-ci, mais plutôt axé tradind?
    Où trouver des informations sur les produits financiers suivant, par exemple:
    Techniquement, comment j’investis en obligations de monnaies asiatiques? peu être en bonds du gouvernement de Singapour?
    Ou bien quel produits financier pour jouer la baisse de l’or ou pétrole?
    Salutations

    • Anonyme dit :

      Selon un des articles de CG, pour jouer la baisse de l’or, il faut miser sur le dollard US. Il reste donc cohérent aussi sur ce point…

  9. vivelafrance dit :

    Le yuan ne va t-il pas baisser plutot que augmenter ?
    Il y a une baisse de l’excédent commercial chinois à cause de la baisse de la consommation en Europe et moins de dollars seront convertis en yuan.
    En tout cas je pense que beaucoup d’investisseurs vont acheter du yuan en attendant une hausse futur et certaine de cette monnaie non ?

  10. samuel dit :

    Au delà de la contagion probable de l’Europe vers les us et/ou les émergents, ne peut-on pas avoir quelques craintes sur la situation intrinsèque des Etats-Unis également ? N’ont-ils pas vécus eux aussi au-dessus de leur moyens pendant trop longtemps également grâce à l’endettement? On peut argumenter que l’endettement au départ était beaucoup plus privé que public (par rapport à l’europe) et donc plus susceptible de nourrir des actifs productifs. (Quoique une bonne partie s’est déversée dans l’immobilier, qui n’a rien de productif) Néanmoins, depuis 2008 l’endettement public est lui aussi devenu considérable. Clairement ils n’ont pas contrairement à la zone euro un problème d’union monétaire ingérable. Cela dit, est ce vraiment un havre de paix et un endroit où investir en actions? Cela fait longtemps que je ne vous ai pas lu sur le sujet des Etats-Unis et je serais curieux de savoir ce que vous en pensez …

  11. Phacéo dit :

    Bonjour Mr Gave, Bonjour a tous,

    Suite à vos précédant billets, j’ai convertie mon cash en dollars de Singapour, couronne Suédoise et Danoise. Que pensez-vous aujourd’hui de ces monnaies vu que vous conseillez ce jour le $ US? Notamment pour la couronne Danoise qui est arrimée à l’€…?

    • Anonyme dit :

      comment avez vous fait concrètement?un compte et une banque spéciale?merci.

      • Phacéo dit :

        Simplement en demandant à votre banquier d’ouvrir un « compte en devise ». HSBC le fait mais attention aux commisions de change et au taux de change.

  12. erty dit :

    Les comptes à vue risquent-ils de partir en fumée ,totalement ou partiellement?Merci à tous de vos réponses.

  13. Anonyme dit :

    La dette, ou les intérêts de la dette ?

  14. Calystoph dit :

    Tout ce qui se passe est exactement ce que les Chinois avaient prévu (avec humour):

  15. Anonyme dit :

    Italie : pour le 10 ans, c’est 7,237 %.

    Record historique battu.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

    Mardi 29 novembre 2011, l’Italie a emprunté.

    – Pour l’emprunt à dix ans, l’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 7,56 %.

    – Pour l’emprunt à huit ans, l’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 7,28 %.

    – Pour l’emprunt à trois ans, l’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 7,89 %. La dernière fois, il y a un mois, fin octobre 2011, c’était 4,93 %.

    Conclusion :

    Le naufrage de l’Italie continue.

  16. lolo dit :

    1.7 trilliards de dettes a refinancer en europe en 2012
    Les Italiens vont payer plus en interets sur leur dette dans les prochains 6 mois que les Anglais et allemand vont payer en 10 ans… Vite BCE imprimes imprimes——-Avez vous penser que le meilleur investissement est De la Rue PLC (a londres) Un must pour tout fond de portefeuille…. ce sont eux qui vont avoir les contacts pour imprimer les nouvelles monnaies… le titre a a peine commencer a bouger…..

    Jose Manuel Gonzales-Paramo: « on ne peux pas déléguer complètement la gouvernance aux marches financiers.L’air Euro est la deuxième plus grosse region monétaire au monde.Cette region ne peux pas dépendre seulement des opinions des agences de notations et des marches… » Pourquoi pas le dire clairement déléguons le tout aux Allemands.
    77% des Francais veulent rester dans l’Euro (BFM>CHALLENGES>AVANQUEST) et….2/3 des Français opposent plus d’intégration Européennes. A mourir de rire le pays des fromages comme disent les Anglais qui ont lance l’idée d’une taxe sur les Fromages en Europe. Les revenues serviront a s’assurer la cohésion sociale.

    Le cartier générale de la BCE doit être légalement (traite de l’union), dans les limites de la ville de Francfort, il est en construction et sera prêt en 2014!!!!!!!!!!!! L’Allemagne sortir de L’Euro …. Jamais…..

  17. Sirius dit :

    Cher CG,
    La situation devient difficile pour les 3 principaux acteurs du marché tel que vous le décrivez dans votre 1er livre.
    La banquier est en train de consommer son capital pour absorber ses pertes (dépréciation sur les obligations d’état qu’ils sont obligés de détenir). Résultat, ils allègent leur bilan par cessions d’actifs (tous en même temps donc à quel prix et avec quelle liquidité ?), nouvelle série de paume en vue ! Au passage, ils allègent aussi leurs effectifs ! De fait ils vont demander le remboursement des dettes prêtées aux entrepreneurs plutot ou ne pas en émettre davantage. L’entrepreneur n’est donc plus financé. Et le rentier, face à tant de risque et tant de volatilité garde son capital pour lui, tel un Arpagon. Les taux courts vont devoir baisser pour accompagner la baisse de la croissance (effet volume), sans quoi l’entrepreneur, premier moteur de la croissance de l’économie, sera doublement squizzé, par la baisse de ses profits, et les problèmes de refinancement.
    Risque-t-il aussi un 3eme effet celui de la déflation (effet prix négatif) ? Que disent actuellement les indices de prix de la production (hors prix directement ou indirectement influencé par l’Etat) ?
    Clairement, les entrepreneurs qui tireront leur épingle du jeu sont ceux qui ont une exposition aux zones géographiques qui vont croitre encore (hors d’EU) et ceux qui vont trouver des relais de financement là ou est l’argent (go Middle East and Far East !).
    Merci à nouveau de votre lecture des évènements

  18. Sirius dit :

    Cher CG,
    Concernant le pétrole, je m’interroge.
    Comme le sang dans un corp , il permet principalement aux biens et aux personnes de circuler (via automobile, aérien, maritime…), il a de fait un impact considérable sur nos vies quotidiennes et il me semble que sans pétrole, la vie de nos citées s’arrete, personnes et biens étant immobilisées (aujourd’hui et encore pour quelques années, les energies alternatives ne sont pas encore éprouvées et de nature à être un substitut efficace au pétrole).
    Aussi je pense que dans un contexte de récession, la demande européenne s’ajustera (à la baisse) et que les prix étant fait à la marge (vous nous l’avez parfaitement bien expliqué dans un article précédent), le prix du pétrole pourra baisser, temporairement.
    Car, d’ici la résolution de la crise des états européens, je pense que le pétrole restera très nécessaire et que si les prix deviennaient plus volatils, ils pourraient rester haut en moyenne.
    En effet, les champs de pétrole faciles a exploiter ont été exploités en premier, le cout de production marginal d’un barril de pétrole devrait continuer d’augmenter (offshore très profond notamment) et pour que ces investissements soient rentables pour les pétroliers, à moyen terme, il faut que le prix du barril reste à un certain niveau pour leur offrir une rentabilité marginale satisfaisante sans quoi ils n’investiront pas.
    Peut être la clé de l’énigme réside dans l’issue du rapport de force entre les consommateur de pétrole et les pétroliers… Mais à ce jeu, il me semble que c’est plus favorable aux pétroliers car il y aura toujours un autre consommateur prêt à payer plus pour être sur d’être servi ?
    Mais je peux me tromper…
    Qu’en pensez-vous ?
    Merci

  19. Homo-Orcus dit :

    Charles Gave a listé, dès l’origine, les paramètres de l’échec de l’euro.
    Il est amusant de le comparer à Robert Mundell et à ses critères de réussite.
    Mundell – Prix Nobel d’économie 1999 pour sa théorie sur la zone monétaire optimale
    (théorie sur laquelle la zone euro a été bâtie et mise en œuvre)
    Les critères de réussite assurée sont :
    – Les travailleurs doivent être prêts à changer de lieu pour trouver du travail
    – Liberté de mouvements du capital
    – L’économie doit être diversifiée
    – Un système fiscal qui puisse transférer de l’argent d’un lieu à un autre
    Ce sont les seuls critères d’homogénéité préconisés…

    « L’avènement de l’euro peut s’avérer être le développement le plus important au sein des arrangements monétaires internationaux depuis l’émergence du dollar en tant que monnaie dominante peu après la création de la banque centrale des Etats-Unis, le système fédéral de réserve, en 1913 » – Robert Mundell

  20. khor dit :

    Du coup, il va falloir éviter au maximum ce qui est éligible au PEA… non?

  21. CANDIDE dit :

    Bonjour monsieur GAVE,

    Dieu que le titre de votre article est évocateur, il me fait penser à la chanson de Jean GABIN « « Je sais … » » http://www.dailymotion.com/video/x3tge_jean-gabin-je-sais_news . Mais à la fin de ma lecture, c’est la fameuse réplique de Louis Jouvet qui résonne dans mes oreilles : http://www.youtube.com/watch?v=Ku-ChVdBwDs « Bizarre… »

    En effet, paradoxalement, vous tirez des conclusions funestes pour l’Euro et je souscris à la pertinence de vos arguments. Mais « bizarrement », je vous trouve particulièrement « Euro-centré » et vous semblez conclure que les Etats-Unis et l’Asie ne seront pas touchés par la dépression qui s’annonce chez nous, car ce sera une dépression, à mon humble avis.
    Deux arguments simples sinon simplistes – Il faut faire confiance au bon sens paysan –
    me font penser qu’aucune zone économique ne sera épargnée dans l’hypothèse de la chute de l’Europe :
    1/ Le niveau du déficit américain est explosif, vous n’en disconviendrez pas. Et je ne vois pas pourquoi les règles qui s’appliquent à l’Europe ne s’appliqueraient pas aux Etats-Unis. Le diction : « Le dollar est notre devise et votre problème » n’est pas éternel. Donc ils peuvent s’effondrer eux aussi et la société américaine va peut-être connaître à nouveau les raisins de la colère.
    2/ Que ce soit l’Europe ou/et les Etats-Unis (zones importatrices) qui plongent dans la crise, les bateaux chargés de containers qui quittent la Chine ou la zone Asie, vont vers …. L’Europe et/ou les Etats-Unis. Et donc si l’une de ces deux zones importatrices s’effondre, immanquablement la zone exportatrice sera impactée ! A moins bien sûr que les BRICS s’autofinancent dans des dépenses d’infrastructures dont ils ont terriblement besoin, ce qui assureraient leur prospérité, un peu comme l’Europe au sortir de la seconde guerre mondiale. A eux les trente glorieuses.
    Donc, là il faut convenir que personne ne sait pas comment l’avenir va s’écrire. Comme dit la chanson : « ….Maintenant, je sais, …je sais qu’on ne sait jamais,…La vie, l’amour, l’argent….. » »
    Bizarre, comme c’est bizarre.

    J’ajoute qu’il est étonnant d’ailleurs qu’entre vous et Jean-Pierre Chevallier (qui semble avoir été écarté de l’Institut Turgot… ?, mais peu importe), vous vous rejoignez.

    Que le Ciel vous tienne en joie.

  22. El oso dit :

    Il manque trois choses à ce site:
    -la possibilité de noter J’aime ou Je n’aime pas les posts des participants.
    -la possibilité de modifier son texte en cas de besoin
    -un correcteur d’orthographe, car il semble que les « libéraux » poussent assez souvent leur amour de la liberté jusqu’à l’appliquer à la grammaire et à l’orthographe, ce qui à mon sens affaiblit leurs propos…Pour ma part, j’ai beaucoup de mal à prendre au sérieux l’argumentation de quelqu’un qui massacre sa langue maternelle. Si une personne n’a pas assez d’intelligence pour dominer les règles de sa langue, comment pourrait-elle avoir assez d’intelligence pour comprendre l’économie?
    Il y a bien entendu ceux qui écrivent trop vite et qui ne se relisent pas, comme M. Gave lui-même.
    La fonction « Modifier » serait alors indispensable, pour rattraper le coup…

    • Quesada Blanco dit :

      Ça sort du ronron, ça —Le principal support des valeurs économiques, financières, ou, plus simplement, fiduciaires, n’est-pas un support… scripturaire ?

      Sixto Quesada

  23. Michel dit :

    M. Gave,
    Vous parlez du dollar US pour les liquidités. Mais quid des devises telles: Couronne suédoise, Dollar de Singapour,… lesquelles avaient vos faveurs, il y a encore quelques temps?

  24. Pascale dit :

    Cher M. Gave, Hier j’ai commencé votre livre « Des lions menés par des ânes » . Vous commencez fort avec le récit de votre entrevue à l’Élysée avec son locataire de 1983. Je n’ose croire que ce dernier vous ait répondu la phrase de lui que vous citez. En tous les cas, elle m’a bien fait rire.

    Merci de vos conseils de placements, car, avec ce que vous aviez prédis dès 2003 à la sortie de votre livre, où l’on voit que tout se réalise aujourd’hui, on ne peut manquer de lire avec attention vos pronostics futurs.

    • Sirius dit :

      Chère Pascale,
      Comme vous j’ai bien ri à la lecture du passage de l’Elysées et bien ri à nouveau en lisant votre post !
      Merci

  25. Marc dit :

    Mr Gave vos prévisions vont exactement dans le sens de ce qu’avait prévu Olivier de Ducla, un ancien de HEC qui a travaillé dans l’agro-alimentaire (retraité maintenant ) et qui s’est intéressé de très près à la théorie des vagues d’Elliott. Ce monsieur Elliott, fin observateur de la nature humaine et de psychologie des foules, avait remarqué la formation de figures récurrentes dans les cours de bourse, cours qui ne sont que le résultat de variations, elles-mêmes récurrentes, de la psychologie humaine.Mr de Ducla prévoit un effondrement de l’euro par rapport au dollar, un effondrement des cours du pétrole et un retour du CAC40 vers les 1730 points…Quoique, sur ce dernier point, les monétisations des dettes retarderont probablement la chute des actions (il faudra en effet plus de monnaie de singe pour estimer le prix d’une entreprise ! ) et peut-être que les 1730 points ne seront pas atteints !
    Podcast intéressante à écouter !

    BFM: Olivier de Ducla prévoit le CAC40 à 1700 points – Blog de …
    http://www.marc-candelier.com/article-29909720.html
    5 avr. 2009 – Il faut absolument prendre le temps d’écouter cette interview.Source BFM Hébergé par OverBlog.
    Sinon vous pouvez aussi aller sur ReichmanTV où il avait été interviewé.
    Cordialement.

    • Cher et fidéle lecteur,

      En fait, nous n’avons pas un, mais deux fonds.
      Le premier est un fonds asiatique qui possede des actions et des obligations asiatiques.
      le deuxieme est un fonds mondial de societés à forte valeur ajoutée (fonds platforms).
      Vous allez sur le site Gavekal, vous allez sur l’icone gavekal capital et vous regardez les descriptifs.
      Ce sont des fonds de droit europeen, USIT 3 parfaitement autorises en France et achetables par tout citoyen Francais qui en donnerait l’ordre a sa banque, juste à titre d’exemple mais nous sommes beaucoup d’autres.

      Personnellement je suis 50 /50 mais j’aurai tendance aujourd’hui à vous conseiller d’etre 60 en fonds plateforme et 40 en fonds asiatique.
      Charles Gave

      • Phacéo dit :

        Bonjour,

        J’aimerai avoir les liens exact des « fond plateforme » et  » fond asiatique » car je n’arrive pas à les trouver.

        Merci de votre aide à tous.

  26. CharlesM dit :

    Bonjour Monsieur Gave,
    Est ce que cette annonce de baisse des couts de swaps $ change quelque chose?

  27. LUCIEN dit :

    merci pour votre dernière chronique sur laquelle je suis d’accord en grande partie. Concernant le prix du pétrole vous n’intégrez pas un possible conflit au moyen orient et en particulier avec l’Iran qui changerait beaucoup la situation. Salutations

  28. Marc dit :

    Ce que vous croyez savoir…

    Un Grec qui aurait parié sur le pétrole serait aujourd’hui un investisseur comblé!
    Et si la Grèce sort de l’Union un homme riche….

    Vendre les MPs(dans les deux ou trois ans)?
    Vous risquez de gros dégâts financiers.
    Il existe aux Etats-Unis un « courant » qui prévoit une déflation depuis maintenant 10 ans(!),résultats des courses le pétrole est passé de 15 à 100$(en passant par 150$)…

    Evidemment les MPs peuvent ponctuellement baisser(notamment si le dollar rebondit violemment,comme en 2008…)mais en tendance « ce que je sais » c’est que les prix vont atteindre des niveaux inimaginables aujourd’hui(mais je ne suis pas malthusien,elles finiront par s’éffondrer,et alors ce sera le moment d’acheter des actions).
    Comme dans les années 70 l’argent sera gagné sur les MPs,pendant que les actions se traineront(évidemment si vous faites du « trading » les occasions ne manqueront pas,mais en tendance les performances indicielles seront médiocres).
    La décennie à venir sera à nouveau une décennie perdu pour le compartiment action(en Europe,et aux Etats-Unis).

    Pour résumer,vendez à découvert JP Morgan et acheter n’importe quelle MP agricole(ou l’argent métal,ou le cuivre ou du le pétrole si « un jour » ils baissent beaucoup),le sucre,le coton ou le cacao,par exemple.

    Rendez vous dans 3 ans.
    🙂

    PS:Je partage votre sentiment sur le secteur financier.

  29. drazig dit :

    Une PME à laquelle je suis attachée (familiale) a donné en 2011 un dividende de 85% supérieur à l’année précédente. Et en 2012, ce sera tout aussi « indécent ».C’est pourquoi je reste optimiste.. à condition de supprimer tous nos mammouth économiques et sociaux hérités de Colbert et de 1945( de Gaulle et Thorez).

  30. Marc-Aurèle dit :

    à Mr C.Gave:

    une analyse de bon sens comme d’habitude, mais ce qui me préoccupe le plus à la veille des cataclysmes qui vont exploser de par le monde, c’est la situation de tous ceux qui luttent pour survivre, de ceux qui n’ont pas assez de bien pour vivre et manger…

    D’où ma demande réitérée pour des propositions non politiciennes, non partisanes, permettant de tracer une route économique avec de l’espoir, malgré les épreuves inévitables, pour ceux qui n’ont rien, ou pas grand chose, et qui sont la majorité sur notre planète…

    Je suis d’autant plus inquiet qu’un entrefilet du Figaro aujourd’hui, nous informe que le Président Sarkozy a reçu le 21/11/2011 « discrètement » le patron de Goldman Sachs, Lloyd Craig Blankfein.

    Cela pose des questions dont aucun journaliste, aucun politicien, aucun économiste, bref personne, ne parle ! Ce silence est assourdissant….

  31. Marc dit :

    D’autre part,

    Mr le Président,

    Il faudrait mettre un peu d’ordre dans la maison libérale.
    Salin considère que l’euro n’est pas le problème(…),Madellin(fédéraliste historique…)expliquait depuis quelques jours que la BCE devait intervenir et acheter des obligations,aujourd’hui il rétropédale quelque peu en faisant de l’humour sur les banquiers centraux faux monnayeurs.
    Une chatte n’y retrouverait pas ses petits.
    Et que penser de ceux qui claironnent qu’il faut privatiser l’éducation(quel doigté dans un pays comme la France…),tout privatiser et trancher dans la dépense publique à la hache(comme en Grèce…).

    En somme je ne comprends pas bien pourquoi « les libéraux » sont si souvent content d’eux…
    Ils sont responsables de leurs échecs politiques(passés),et c’est un paradoxe troublant parce qu’aujourd’hui le triomphe des théories libérales est totale(même si encore une fois personne ne semble le comprendre…).

    • El oso dit :

      La magistrale démonstration de François Asselineau sur le cas suédois apporte une nouvelle perspective sur notre avenir. Cela vaut la peine d’aller y voir de plus près…

    • Homo-Orcus dit :

      « Ils (les libéraux) sont responsables de leurs échecs politiques(passés) »

      Je ne réponds pas sur l’actu, domaine du Maître mais en regard de l’histoire.
      Cherchons bien quand l’économie françoise a été libérale ? quand est-ce que les énergies individuelles ont été libérées ?
      5ème république ! jamais – des fonctionnaires au pouvoir composant avec le PC moscovite – curieusement c’est 68 qui a libéré de Gaulle de ses craintes communistes. (ce n’est pas dans les cours de l’Ednat)
      4ème république ! LOL – socialiste et colonialiste méchante
      Empire II le retour ! très libéral – pas trop écouté Hugo, éconduit dans ses ambitions politiques, orléaniste à l’origine et très lèche-cul. (à Louis-Philippe : « Dieu a besoin de vous ! »)
      3ème république ! socialiste et colonialiste
      2ème république ! naissance de l’état providence
      Empire I ! spoliation de l’Europe, destruction… les enfants de la patrie amenant la liberté contre dîmes.
      1ere république ! économie extrêmement libérale mais dans secteurs particuliers, guillotine, bourreau (c’était une profession libérale) croque-morts, barreaux, charrettes…
      c’est ainsi que la devise de l’époque était : la liberté ou la mort.

    • Théo31 dit :

      C’est Salin qui a raison. L’euro n’est pas le problème (même s’il est en lui-même un problème que le maître des lieux a maintes fois évoqué). Le problème, c’est l’endettement des Etats. La crise de l’euro n’est le dommage collatéral de la crise des dettes.

  32. vivelafrance dit :

    Ce qui est particulierement pitoyable c’est qu’on casse et qu’on punit outrageusement nos banques avec des regles prudentielles à la con qui augmentent le cout moyen de leurs passif alors qu’elle ont besoin de liquidité pour preter aux entreprises française qui ne peuvent pas s’autofinancer.
    Résultat elles reduisent leurs bilan alors quel’on rentre en recession et deflation.
    Les hauts fonctionnaires Français sont des incompétents mais surtout des profiteurs et des pervers narcissiques qui ne pensent qu’à leur retraites doré et à leur propre image.
    Le libéralisme en France n’a jamais été appliqué et si l’on laisse le marché libre s’installer en diminuant la rente de l’épargnant sur le court terme le temps de relancer l’économie et l’emploi, que l’on baisse les impots et charges sociales par la suite pour les entreprises, la conséquence sur le long terme serait une hausse rapide du niveau de vie de tous les Français et donc de la consommation au final qui permettra de tres grosses rentré fiscales.
    Le soucis c’est qu’il faut supprimer enormément de postes de fonctionnaire(egalement des hauts fonctionnaires) qui n’ont qu’à se reconvertir dans le privé ou comme le dit Nigel Farage certains hauts fonctionnaires perdraient leur emploi mais cela au benefice de milliers de travailleurs qui n’attendent que ça de travailler et ces derniers au moins contribuerait à la croissance et à la propérité dans notre pays ou ailleurs en Europe.

    • Marc-Aurèle dit :

      Nos banques sont-elles si exemplaires que vous les défendiez de la sorte ? Une comparaison avec les banques d’autres pays n’est pas toujours aussi favorable…
      Quant à leur psychologie vis à vis des citoyens dont elles utilisent l’argent captif et non libre, elle laisse pour le moins à désirer….Faites voyager vos banquiers dans des pays où le mot « Liberté » a encore un peu de sens, peut-être verra-t-on des changements positifs, mais je n’y crois pas un instant !

      • vivelafrance dit :

        Auprès de qui vont se financer les entreprises pour éviter la récession qui entrainera l’explosion de la dette. D’autant plus si l’on émet de nouvelles taxes sur les actionnaires.
        On demande trop aux banques: augmenter fond propres alors qu’elles sont contraintes de diminuer leurs pret et donc d’augmenter les taux d’interets. Une simple politique de rigueur ne sert à rien. On va commettre la meme erreur qu’avec Laval cad on va aboutir à une recession et une déflation. Le role des banques dans le financement des entreprises en France sont majeurs d’autant plus qu’il y a bcp de moyenne entreprises qui je pense ont bien du mal à se financer auprès de particuliers.
        Je ne defend pas les banques mais simplement le besoin qu’ont les entreprises de se financer. les banques font du profit en accordant un maximum de pret et pas en étant obliger d’augmenter leur taux d’emprunt qui pénalisent tout le monde.

  33. Anonyme dit :

    Plus de mille ouvriers d’une usine de Shanghaï ont suivi une grève de deux jours pour protester contre des licenciements et des affrontements avec la police qui ont fait plusieurs blessés, a annoncé vendredi une organisation de défense des travailleurs. Le mouvement de protestation, entamé mercredi, se poursuivait vendredi mais avec seulement une cinquantaine d’employés, a précisé dans un communiqué le China Labour Watch, dont le siège est aux Etats-Unis.lemonde

    L’usine implantée dans la grande métropole de l’est de la Chine est la propriété de la compagnie électronique de Singapour Hi-P International, sous-traitant notamment d’Apple et de Hewlett Packard. Ce nouveau mouvement de protestation sociale en Chine a démarré après l’annonce du licenciement de quelque mille ouvriers par l’entreprise qui a projeté de transférer la production dans une autre ville. Des grévistes ont indiqué qu’ils n’avaient reçu aucune notification préalable de leur licenciement et que les indemnités ne convenaient pas, selon China Labour Watch. Un représentant de Hi-P International a déclaré que l’impact de cette grève était « très réduit ».

    La police de Shanghaï n’a pu être jointe dans l’immédiat mais avait, jeudi soir, estimé dans un communiqué le nombre de grévistes à cent seulement. Les mouvements de protestation se multiplient dans les usines en Chine entre des salariés se disant maltraités et devenus plus exigeants et des patrons confrontés à la baisse de la demande et à la hausse des coûts. Les exportations de la Chine, qui demeurent le principal moteur de la croissance, commencent à sérieusement se tasser sous l’effet de la crise des dettes souveraines en Europe et de la crise persistante aux Etats-Unis, ses deux principaux marchés.

    Le mois dernier, plus de 7 000 travailleurs ont fait grève après des licenciements et des baisses de salaire dans la province méridionale du Guangdong chez un sous-traitant des chaussures de sport New Balance, Adidas et Nike. Des centaines d’autres ont fait grève à Shenzhen pour exiger le paiement d’heures supplémentaires…….>le monde

    • Anonyme dit :

      le monde merveilleux des ultras…………..argent+argent=riches…..>reste les pauvres!

      • Gilles Hector dit :

        Ultras quoi ?
        Anonyme n’est pas intéressé par l’argent, anonyme veut donner sa fortune aux pauvres et ouvre la porte de sa maison à tous les sans abris. Il veut même emprunter pour donner plus. Merci Anonyme de vivre en accord avec vos idées généreuses …

  34. Anonyme dit :

    eh oui! je ne suis pas comme sarkodesbois qui volent aux pauvres pour le donner aux riches!sinon le club des « arakiri » se porte bien?pour ma part:j’aime assez les « 99% » et vous?

    • Gilles Hector dit :

      Si vous parlez des riches hauts fonctionnaires et élus, je suis entièrement d’accord avec vous. Voler ma retraite et mon salaire pour le donner aux familles de hauts fonctionnaires, c’est bien ce que fait Sarkozy.
      Cela dit mon chez Anonyme, vivez vous en accord avec vos généreux principes ? Et que voulez vous dire par Ultras et par arakiri ?

      • Anonyme dit :

        ultra est en effet un terme utilisé par mr gave lors de son dernier texte…! »arakiri » est un mauvais jeux de mots sur le suicide à la japonaise!eh oui je suis magnanime avec le peu d’argent que je gagne durement:je peux vous fournir mes attestations de paiement des différentes o.n.g …..mais bon!soyons discret et sincère avec notre Seigneur .sinon ça va?merki.

    • Pareto dit :

      Thomas Sowell: First of all the people out there in the streets are not the 99%. They’re not even 1% of the American population. And they are imposing costs on other people, not only businesses but residents who have the misfortune of being where they camp out. The protesters pay no price for any of that.
      The other thing is that most people who are in the top 1% in income are there only one year. Over a period of about a decade the IRS tracked these people by Social Security numbers. Something like two-thirds of the people who were in the top 1% during that decade were in there one time. Only 13% were in there two years. Pundits talk about these income brackets as if they are enduring classes of people when they are simply transient snapshots of people who happen to be there right now.
      If we’re talking about actual flesh-and-blood human beings, you better enjoy being in the top 1% because chances are you’re not going to be there long. I may have been in the top 1% in the year when I sold my house in Palo Alto. I think anybody who sells a house in Palo Alto is going to be in the top 1% that year. But unless you have a second house in Palo Alto to sell, you won’t be there the next year.

  35. jepirad dit :

    Il me semble que vous êtes très pessimiste sur la capacité des pays de l’UE à se relever.
    Je ne vois pas comment l’économie mondiale pourrait fonctionner avec une Europe complètement en berne. Si tel devrait être le cas, alors l’économie mondiale sera en récession.
    S’agissant des prix des matières premières, je vous trouve très optimiste sur une éventuelle forte baisse. D’une part les besoins nouveaux des pays emergents et d’autre part la spéculation maintenant bien rodée sur ces matières, éviteront un effrondement. Quoiqu’il en soit pourquoi une telle baisse ne serait pas bénéfique au pouvoir d’achat des consommateurs européens?
    En fait les choses s’autorégulent d’elles même et une catastrophe « européenne » n’aura pas lieu.
    Je note que vous êtes en retrait quant à l’avenir de l’euro. Vous aviez prédit une disparition de cette monnaie alors que maintenant vous en prêchez les inconvénients sans insister sur sa disparition.
    Vous verrez que l’Europe est un partenaire dont on ne peut se passer. Sa richesse est inépuisable. Je suis pour ma part très confiant sur l’avenir de l’Europe. Elle sortira très renforcée de la crise initiée par les USA.
    L’euro est et restera une monnaie de référence incontournable. De mon point de vue, l’achat d’actions européens est certainement le meilleur placement qu’un européen puisse faire aujourd’hui si peu qu’il ne soit pas très pressé.

  36. xaviercaron dit :

    Mouais, tout ça est bien expliqué, mais si nous revenions aux bases de l’analyse, c’est à dire à l’observation de la situation, en historien neutre, que verrions nous ? Que depuis 1974 les crises se succédent à un rythme de plus en plus rapproché et qu’il ne s’agit donc pas de crises conjoncturelles mais d’une crise systémique profonde correspondant en réalité à un changement de paradigme. La richesse de l’Europe,du Japon, et dans une mesure différente celle des USA était basée sur des prix de matières premières ridiculement bas comparé à leur inéluctable épuisement, prix garantis par un même intêrét des acteurs sus cités et la présence à la tête des états du sud de gouvernements corrompus; Ceux ci acceptent de maintenir des prix bas pour leur matières premières mais on détourne au profit des dirigeants des sommes négligeables par apport au montant des achats ( par exemple 1 milliard de dollar d’achat de pétrole donne droit a 100 millions de dollars de commission directement sur les comptes du roi ou président du pays producteur).
    Que s’est il passé pour que ce systéme se grippe ? Deux éléments ont me semble t’il joué un rôle majeur;
    1/1974, un jeune dirigeant, le colonel Khadafi impose un bras de fer et réussi à augmenter considérablement le prIx du pétrole en convaincant les dirigeants de l’OPEP, c’est le premier choc pétrolier qui va permettre au Sud de prendre conscience de la possisbilité de sortir du schéma traditionnel ( les brésiliens se serviront, globalement, de cet exemple pour pouvoir augmenter le prix du fer)
    2/ L’arrivée de la chine sur le marché des acheteurs de matiére premiére va faire voler en éclat le cartel USA/EUROPE/JAPON qui imposait ses prix. Nouveau venu sur le marché, ils vont accepter de payer plus cher pour s’assurer des ressources dans les matiéres premiéres dont ils manquent ( en particulier fer, cuivre, métaux en général, mais aussi pétrole, etc…

    L’europe, le Japon et les USA qui vivent au dessus de leurs moyens depuis la seconde ( si ce n’est la premiére pour l’europe) guerre mondiale ont perdu l’essentiel de leur avance technologique, dans quasiment tous les secteurs. Avec des matiéres premiéres plus chéres, des salaires infiniment supérieurs et une avance technologique réduite, le Nord n’a plus aucune chance, à moyen terme de retrouver sa superbe.

    Vous avez des liquidités, deux possibilités s’offrent à vous :
    1/ achetez de la terre agricole, si possible dans des pays du sud à la monnaie déficiente ou sous évaluée ( trop tard pour le Brésil et l’argentine, à mon avis, et encore ). Vous pouvez aussi acheter des parts de sociétés dans ces secteurs, mais à mon sens la crise financiero-économique qui se prépare n’épargnera aucun secteur économique et même les sociétés spécialisées dans les investissements en terre agricoles seront touchées ( et cela sera le moment d’en acheter).
    2/ Jouissez autant que vous le pouvez de votre argent aujourd’hui, il vous laissera au moins de bons souvenirs…

  37. Sigmaringen dit :

    Acheter des entreprises à forte valeur ajoutée et celles qui participeront aux investissements d’infrastructure, c’est bien joli mais c’est plus facile à dire qu’à faire.

    Et c’est très risqué : L’époque dans laquelle on entre va être si agitée et l’argent va tellement faire défaut aux Etats (même émergents, cf. la Chine qui est dans une bulle de crédit comme les occidentaux et qui va voir ses exportations chuter à cause de ces derniers, qui sont ses principaux clients) que nul ne peut savoir « dans quelques semaines » quels seront les tickets gagnants !

    Le seul placement anti-catastrophe, c’est l’or… Pour le reste, mieux vaut rester cash et attendre que ça s’éclaircisse un peu.

  38. jepirad dit :

    Je ne miserai pas sur l’or. Les réserves d’or sont collosales, les collectes opérés par les opportunistes font recette>. Comme à court terme la récession parait inévitable, les besoins vont être moindre notamment dans l’électronique…
    Le cours de l’or qui est aujourd’hui hautement spéculatif va de mon point de vue prendre le chemin de la baisse. Le kg à 25 à 30k€ sera une première étape car je ne crois pas à un éffondrement de l’euro au contraire.

  39. Ce que je sais : Quand Charles Gave le dit sur BFM TV

    Et la transcription par mes soins :
    La réponse de Charles Gave :
    De toute façon, au jour d’aujourd’hui, si vous voulez, je ne sais pas comment. Ce n’est pas moi qui ai créé cette imbécilité. Je l’ai toujours dit que c’était une imbécillité. Donc je ne vois pas pourquoi on me demande comment on pourrait arranger la chose. La seule chose que je sais, c’est que la situation actuelle est intenable et nous amène à un désastre économique par mauvaise allocation du capital. Et que, il n’y a pas d’autre solution. Ou on va vers un effondrement de plus en plus profond, ou on saute l’Euro et puis on paye le prix.
    Mais il y a un prix, il y a une erreur qui a été faite, il faut payer le prix. Et si on ne veut pas payer le prix, et bien on va tous sauter. On rentre en dépression en Europe. Je ne sais pas si vous vous en rendez compte aujourd’hui. L’Europe ne rentre pas en récession, elle rentre en dépression. L’Espagne est en dépression, le Portugal est en dépression, la Grèce est en dépression. La France sera en dépression l’année prochaine. A partir du moment ou l’on sera en dépression, le déficit primaire de la France – je suis prêt à en prendre le pari -, sera de 8 ou 9 %. Les recettes fiscales vont s’écrouler. Donc les soi-disantes mesures de réduction du déficit budgétaire, c’est une P L A I S A N T E R I E. Dites-vous bien que l’année prochaine, le déficit budgétaire va exploser par écroulement des… 60% des recettes fiscales en France, c’est la TVA. La consommation va s’écrouler. Et bien la TVA va s’écrouler. Je ne comprend même pas comment il y a encore une discussion sur « Est-ce qu’il faut sauver l’Euro ? » Est-ce qu’il faut sauver la peste bubonique ? Mais bien sûr que non !
    (…..)
    La réalité c’est que je ne sais pas ce qui va se passer pour l’Euro et personne n’en sais rien. Je n’en ai aucune idée. Mais par contre je sais très bien où nous en seront dans 3 ans. L’Europe depuis 10 ou 15 ans, l’Europe vit au-dessus de ses moyens. Donc la consommation européenne a été la consommation gagnée plus la consommation empruntée. Cette consommation empruntée, cela va s’arrêter puisqu’on ne va plus nous prêter d’argent. D’une façon ou d’une autre, la consommation empruntée va disparaître. Donc, la consommation va tomber à un niveau : consommation gagnée moins remboursement de la dette passée. C’est à dire qu’on a devant nous une baisse de la consommation entre 5 et 15%. Et c’est absolument certain. C’est ce qui s’est passé en Asie en 1998. La consommation a baissé de 25% en 3 semaines. Et donc quand Alain dit que la consommation, c’est stable… la consommation c’est stable, c’est quand il n’y a pas de rupture. Or là nous avons devant nous une rupture qui arrive.

  40. Phacéo dit :

    Bjr a tous,

    Concernant on cash, il est en suédoise, en danoise et Singapour. CG préconise aujourd’hui du $US, pour autant le $de Singapour est bien remonté! La couronne suédoise aussi! Seule la danoise ne varie pas donc, quel est sont intérêt sinon subir du taux de change?

  41. Anonyme dit :

    Votre position sur les Matières Premières me paraît confuse!
    Même si la consommation en Europe chute fortement, la demande restera forte dans le reste du monde, surtout si les US et l’Asie bénéficient d’un regain d’activité grâce à une chute (forte ou non) des prix de l’énergie.

  42. Homo-Orcus dit :

    http://www.marc-candelier.com/article-la-bourse-est-elle-vraiment-plus-risquee-que-l-immobilier-59173198.html

    Des graphes qui répondent à de nombreuses questions et notamment le second pour la sélection d’entreprises dites françaises

  43. BAC 40 dit :

    Des candidats à l’élection présidentielle se sont déclarés.
    Il s’agit d’hommes et de femmes politiques bien connus.
    J’attendais qu’ils énoncent un projet politique,mais la politique est décidée à Bruxelles.
    Ils se contentent donc de proposer aux Français un catalogue de mesures économiques et sociales,deux domaines où ils se montrent continument extremement maladroits .

Les commentaires sont fermés.